Armes à enquerre

(Redirigé depuis Enquerre)
Armes à enquerre

En héraldique, l'expression Armes à enquerre, ou parfois Armes fausses[1], est utilisée pour qualifier les armes qui ne sont pas selon les règles ordinaires du blason, plus particulièrement la règle dite « de contrariété des couleurs », et qui offrent métal sur métal, ou émail sur émail[2],[3],[4], faites ainsi, selon certains[5], pour attirer l'attention sur un fait remarquable dont on doit s'enquérir, mais qui, la plupart du temps, n'est qu'une façon « polie » de signaler une entorse fautive[6].

Exemple type

Armoiries du royaume de Jérusalem.

Depuis les grands traités héraldiques du XVe siècle, on considère les armes du royaume croisé de Jérusalem comme l'exemple par excellence des armes à enquerre, du fait de leur notoriété et du prestige qui leur est attaché. Leur description moderne est la suivante : « d'argent, à la croix potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes du même ».

Selon la tradition, ce blason est volontairement à l'enquerre (il contrevient aux règles héraldiques en disposant un métal directement sur un autre métal), pour mieux marquer le prestige tout particulier de ce royaume[5],[7].

Pour Pierre Joubert, ce manquement aux règles s'expliquerait ainsi : « sans doute est-ce parce que la règle n'existait pas lors de la première croisade » (période de la création du blason)[8]. Cette explication est sans doute forcée dans la mesure où l'on peut également douter que lesdites armes aient existé à l'époque de leur hypothétique conception.

Réalité statistique

Armoiries de la maison de Mendoza.

Les historiens contemporains se sont posés la question de savoir quelle était la proportion de ces armes à enquerre et donc si la règle d'alternance des couleurs correspondait à une réalité statistique. Michel Pastoureau[9] a, dans une certaine mesure, confirmé la règle à partir d'un corpus de dix mille armoiries tirées des armoriaux du XIIIe au XVe siècles. Les exceptions sont assez rares, sauf dans la péninsule Ibérique où elles atteignent 2 %, ce qui est loin d'être négligeable. Il constate aussi qu'au Moyen Âge, l'héraldique imaginaire montre également une plus grande propension à l'enquerre [10]. On notera néanmoins que son corpus concerne avant tout des pays d'héraldique classique au Moyen Âge. Bruno Heim[11] a tenté la même expérience à partir des cent vingt mille armoiries de l'armorial de Rietstap et a abouti à une moyenne de 1,2 % d'écarts, concernant surtout des chevauchements de couleur sur couleur. Ces proportions explosent néanmoins dans les armoiries orientales, notamment russes et hongroises. Mais même en Angleterre, pays qui passe pour être un parangon de correction héraldique, l'introductio ad latinam blasonam de Gibbon (1682) liste une série de ces armes non conformes.

De fait, il semble qu'il faille nettement distinguer les pays d'héraldique classique, à l'ouest du Rhin, et dans une moindre mesure le glacis entre Rhin et Elbe, des autres. Si la règle est rarement, quoique incontestablement, transgressée dans les premiers, son observation semble décroître à mesure que l'on progresse vers l'est. En Espagne, certains la considèrent même comme inutile : Diego de Valera, à ce sujet, écrit dans son traité des armes : « De même beaucoup d'officiers d'armes disent que les armes qui sont de deux métaux, comme d'or ou d'argent, ou de deux couleurs, comme de vert ou de pourpre, sont fausses. Ceci, sache votre grandeur, ne doit pas être : s'il en était ainsi, les armes de Jérusalem seraient fausses, car elles sont de champ d'argent à la croix d'or (...). S'il en était ainsi, seraient fausses les armes de Mendoza[12], qui est l'une des plus nobles et des plus anciennes baronnies d'Espagne. On ne peut pas croire qu'un royaume si ancien et une baronnie si noble porteraient des armes fausses. »[13].

Notes et références

  1. Dictionnaire de l'Académie française, Volume 1 (p. 103)
  2. voir enquerre sur le wiktionnaire
  3. Dictionnaire de l'Académie française, Volume 1 (p. 648)
  4. Le Bibliophile français: gazette illustrée des amateurs de livres, d'estampes et de haute curiosité (p. 103)
  5. a et b Histoire du blason et science des armoiries par Gunther Eysenbach 1848 (p. 82 et p. 83)
  6. J.B. Rietstap dans son Dictionnaire des termes du Blason (1887), indique : « Terme qu’on employait pour les armes dites fausses, c’est-à-dire celles dans lesquelles on trouve métal sur métal ou couleur sur couleur. On s’imaginait que ces armes étaient composées expressément dans le but de forcer le spectateur à s’enquérir de la cause d’une telle infraction aux règles. Il n’en était rien ; le nombre très considérable des armoiries qui se trouvent dans ce cas exclut toute supposition de ce genre ; d’ordinaire, ces armes (si leur composition n’était pas la conséquence d’une ignorance complète de la science des armoiries) étaient devenues fausses par l’effet du temps qui avait terni l’or ou l’argent, et les peintres propageaient l’erreur. »
  7. Nouveau traité de blason ou science des armoiries mise à la portée des gens du monde et des artistes Victor Bouton, 1863 (p. 56)
  8. Pierre Joubert, Les Armes, initiation à l'Héraldique, page 24
  9. Pastoureau, Michel, L'Hermine et le sinople : études d'héraldique médiévale, Paris, Léopard d'or, 1982 ( (ISBN 2-86377-017-9) )
  10. Cette propension est surtout d'ordre volontaire, on octroie à l'adversaire des armes fausses pour le dévaloriser (ainsi le Diable !) Voir détail et référence à héraldique imaginaire
  11. Heim, Bruno Bernard. Or and Argent, Gerrards Cross, Buckinghamshire, England, UK, Van Duren, 1994, ( (ISBN 0-905715-24-1)).
  12. qui porte écartelées en sautoir de sinople à la bande de gueules bordée d'or ; et d'or plain ; à la phrase « ave maria gratia plena » d'azur en orle. Contrairement aux affirmations de Valra, ces armes ne sont pas à l'enquerre: la bande de gueules sur champ de sinople étant bordé d'or.
  13. Diego de Valera, Traité des armes, c.1455, traduction de Béatrice Leroy, in Bulletin Hispanique, t.110, n°1, juin 2008, ppes 314-5