Enlèvement de Shin Sang-ok et Choi Eun-hee

Kim Jong-il, passionné de cinéma, a fait enlever le réalisateur sud-coréen Shin Sang-ok pour le forcer à réaliser des films pour lui.

L'enlèvement de Shin Sang-ok et Choi Eun-hee est organisé en 1978 par la Corée du Nord. Shin Sang-ok est un célèbre réalisateur sud-coréen marié à l'actrice Choi Eun-hee . Ils fondent ensemble la Shin Film et réalisent de nombreux films dans les années 1960 qui représentent la Corée du Sud dans divers festivals de cinéma[1]. En 1978, Choi est enlevée et emmenée en Corée du Nord pour rencontrer Kim Jong-il, fils du dictateur Kim Il-sung et responsable à l'époque des affaires culturelles du pays[2]. Six mois plus tard, Shin est également enlevé.

Après trois ans de détention, Shin Sang-ok et Choi Eun-hee reçoivent de Kim Jong-il l'ordre de réaliser des films, dans le but de permettre au cinéma nord-coréen d'obtenir une reconnaissance mondiale[3]. Après avoir réalisé une série de films en Corée du Nord, ils réussissent en 1986 à s'échapper en se réfugiant à l'ambassade américaine de Vienne[4].

Kim Jong-il et le cinéma

Kim Jong-il rejoint le département d'incitation et de propagande en 1966 et devient très vite directeur de la division cinéma et arts[5]. Féru de films, il dispose d'une collection de plus de 15 000 titres. En tant que réalisateur, il se fait connaître avec des films et des opéras sur les mêmes thèmes : la fierté de la nation et plus précisément pour Kim Il-sung. L'historien Charles K. Armstrong  écrit dans son livre Tyranny of the Weak: North Korea and the World 1950-1992, que « Kim a mené les arts nord-coréens dans une direction qui semblait spécifiquement conçue en faveur de son père : sur ses conseils sont nés de nouveaux films et opéras axés comme jamais auparavant sur la lutte anti-japonaise de Kim Il-sung et de ses camarades en Mandchourie au cours des années 1930[6] ».

Kim Jong-il est cependant frustré de ses films au début des années 1970. Il disait que contrairement aux autres films qui sortaient dans le monde entier, les siens sont rigides et sans vie. Sa conclusion est que cela est du à un manque d'enthousiasme de ses acteurs et de son équipe. Bradley K. Martin, auteur de Under the Loving Care of the Fatherly Leader: North Korea and the Kim Dynasty, explique ceci tout en citant un enregistrement sonore de Kim de 1983 : « La différence, suggère-t-il, était que les gens de l'industrie cinématographique nord-coréenne savaient que l'État les nourrirait même s'ils ne faisaient que le minimum, alors ils ne se fatiguaient pas... C'est parce qu'ils doivent gagner de l'argent que les gens de l'industrie cinématographique du Sud dépensent leur sang, leur sueur et leurs larmes pour obtenir des résultats[7] ».

Ayant besoin de personnes neuves et passionnées pour faire avancer le cinéma nord-coréen, il imagine un plan à grande échelle qui se déroulerait comme suit d'après d'autres extraits sonores : « Si nous montrons continuellement les films occidentaux à la télévision, montrez-les sans retenue, alors seules des pensées nihilistes pourront se produire... Toutes ces choses, le patriotisme, le patriotisme - nous devons accroître cela, mais nous ne faisons que idolâtrer les choses occidentales... Nous devons donc faire avancer la technologie avant de nous ouvrir... et c'est pour cela que je ne veux donner des droits qu'à un degré limité[8] ».

Enlèvement de Choi

L'actrice Choi Eun-hee  est enlevée à Hong Kong alors qu'elle conseille la réalisation d'un film et tente peut-être de mettre sur place une école d'acteurs[9]. Elle est capturée à Repulse Bay  et emmenée par voie maritime à Nampo en Corée du Nord le . Elle est ensuite logée dans une villa de luxe appelée « Bâtiment N°1 »[10]. On lui fait visiter les monuments de la ville de Pyongyang, comme le lieu de naissance de Kim Il-sung, ainsi que d'autres sites et musées[11]. Elle reçoit un tuteur qui lui enseigne la vie et les réalisations de Kim Il-sung. Kim Jong-Il l'emmène également sur des films, des opéras, des comédies musicales et des fêtes. Il demande son avis sur divers films et respecte son point de vue. Il se passa cinq années avant qu'elle n'apprenne qu'elle avait été enlevée uniquement pour servir d'appât à Shin[12].

Enlèvement de Shin

Après la disparition de Choi, Shin Sang-ok commence à la rechercher. Ils avaient déjà divorcé et Shin a fondé une autre famille à cette époque. Il est également en conflit avec le gouvernement de la Corée du Sud au sujet de la révocation de la licence des Studios Shin. Il avait parcouru le monde avec ses films dans l'espoir d'obtenir un visa de résident dans un autre pays. Six mois après l'enlèvement de Choi, Shin est à Hong Kong et est enlevé à son tour[13]. Il est logé à son tour dans une chambre somptueuse mais n'est pas informé du sort de Choi. Après deux tentatives d'évasion, il est envoyé en prison pour désobéissance. Le , Shin reçoit une lettre indiquant qu'il doit être libéré de prison. Le , Shin et Choi sont enfin réunis lors d'une soirée organisée par Kim Jong-il[14].

Films

Shin et Choi invités à découvrir l'impressionnante collection de films du Cher dirigeant Kim Jong-il qui comprend plus de 15 000 films du monde entier. Le couple reçoit alors pour consigne de regarder et de donner leur avis chaque jour sur quatre films, principalement en provenance du bloc communiste mais parfois également de Hollywood. Shin et Choi reconnaissent les connaissances et les perspectives de Kim dans le cinéma. Finalement, Kim partage la façon dont il désire que Shin réalise un film et le présente dans un festival international. Shin aura un bureau aux Choson Film Studios à Pyongyang[1]. Kim est parfaitement conscient que la propagande présente dans ses films les empêche d'atteindre un public international et de remporter des prix dans les festivals, de sorte qu'il permet à Shin d'élargir le scénario et de sélectionner des thèmes qui seront mieux acceptés à l'étranger[3]. Shin commence à travailler le avec des fonds illimités à sa disposition. Lui et Choi gagnent un prix pour l'un de leurs films dans un festival de Tchécoslovaquie. Le dernier et le plus cher film qu'ils font pour Kim Jong-il est Pulgasari, qui est très influencé par les récents films japonais de Godzilla.

Parmi les films qu'ils ont réalisé, on peut citer :

  1. Mission sans retour (Doraoji annun milsa). Réalisé en 1984. Basée sur une pièce intitulée Conférence sanglante de Kim Il-sung. Dans le film, Ri Jun, un émissaire coréen à la seconde conférence de La Haye en 1907 tente de convaincre la communauté internationale d'aider à abroger le traité d'Eulsa de 1905, qui a fait de la Corée un protectorat japonais. Ri Jun prononce un discours lors de la conférence et alors qu'il ne réussit pas à gagner le soutien des puissances occidentales, il se fait hara-kiri devant les diplomates. Shin tourne certaines sections du film en Tchécoslovaquie et emploie des acteurs européens, une chose qui n'a jamais été fait dans le cinéma nord-coréen[15].
  2. Amour, Amour, Mon Amour (Sarang sarang nae sarang). Réalisé en 1984. Inspiré du conte populaire coréen, L'Histoire de Chunhyang . Le film est une comédie musicale et met en scène quelque chose d'inédit dans le cinéma nord-coréen, un léger baiser entre les deux principaux acteurs. Chunhyang tombe amoureuse de Mongnyong, un riche aristocrate, mais il doit partir pour la capitale pour commencer une formation de fonctionnaire du gouvernement. Pendant son absence, un nouveau gouverneur reprend la province et tombe amoureux de Chunhyang. Après qu'elle l'ait rejeté, il l'emprisonne. Juste avant qu'elle ne soit exécutée, Mongnyong revient pour la sauver[15].
  3. Confession d'un fuyard (Talchulgi). Réalisé en 1984. Se déroule dans les années 1920 durant la période coloniale japonaise. Le héros Song-ryul et sa femme (joué par Choi Eun-hee) vivent dans la pauvreté. La famille se déplace dans la région de Gando en Mandchourie à la recherche d'une vie meilleure, mais leurs difficultés persistent. Song-ryul rejoint les rangs du groupe de résistance de Kim Il-sung et, une fois entré dans la guérilla, il fait exploser un train de l'armée japonaise[15].
  4. Le sel (Sogum). Réalisé en 1985. Se déroule à Gando dans les années 1930. Dans le film, Choi Eun-hee joue la femme de Song-ryul. La famille cache un riche marchand sino-coréen, et le père est tué lors d'un affrontement entre la police japonaise et des bandits chinois. Elle pense alors que son mari est mort à cause des communistes et, très pauvre, demande l'aide du marchand sino-coréen, mais celui-ci la viole. Après une série de tragédies, un voisin lui fait part d'une entreprise illégale lucrative : la contrebande de sel. Alors qu'il transporte du sel, le groupe dont elle fait partie est attaqué par les Japonais, et un groupe communiste la sauve. Elle découvre que les communistes sont en fait ceux qui se battent pour les gens ordinaires et se propose de les rejoindre. Choi remporte le Prix de la meilleure actrice au Festival international du film de Moscou pour ce rôle[15].
  5. Le Conte de Shim Chong (Simcheongjeon). Réalisé en 1985. Shin fait une version musicale de cette histoire classique sur la piété filiale. Shim Chong vit avec son père aveugle. Elle se sacrifie pour que sa cécité puisse être guérie, et est ainsi emmenée par des marins marchands. Ils la jettent par-dessus bord dans la mer et elle se retrouve au palais du dieu de la mer. Elle est renvoyée sur terre à l'intérieur d'une orchidée géante flottante. Retrouvée par le roi, ils tombent amoureux et se marient. À la fin, Shim Chong se retrouve avec son père qui est enfin guéri de sa cécité[15].
  6. Pulgasari. Réalisé en 1985. Ce film s'inspire nettement des films japonais de monstre géants dans la lignée de Godzilla. Il tourne autour d'un soulèvement paysan dans la Corée médiévale. Une petite fille se pique le doigt en cousant et au moment où son sang touche un petit jouet en forme de dragon fait en riz, il se transforme en monstre géant. Il se bat alors pour les paysans et détruit le palais de l'empereur. Néanmoins, son appétit est tellement grand qu'il commence à manger les outils des agriculteurs, de sorte que la petite fille qui l'a engendré décide de se sacrifier en se déguisant pour servir de repas à Pulgasari. Quand le monstre la mange accidentellement, il explose et meurt[15].

Fuite

Pour se défendre après leur éventuelle fuite de Corée du Nord, Choi et Shin décident de dissimuler dans un magnétophone des enregistrements de leurs conversations avec Kim Jong-il afin de fournir la preuve qu'ils n'aient pas quitter volontairement le Sud. Dans l'une de ces conversations enregistrées du , Kim parle ouvertement de son plan pour enlever Shin et Choi dans le but d'améliorer l'industrie cinématographique de Corée du Nord. Il leur déclare qu'il serait préférable qu'ils disent à la presse être venu de leur plein gré en Corée du Nord. Lors d'une conférence de presse le à Belgrade en Yougoslavie, Shin et Choi affirment effectivement avoir fait le choix volontairement de partir en Corée du Nord.

Après avoir terminé Pulgasari, les deux captifs discutent avec Kim d'un autre film lors de leur voyage à Vienne en 1986. Le New York Times publie un article le annonçant que le couple s'est échappé de ses gardiens nord-coréens et a demandé l'asile politique à l'ambassade des États-Unis[16].

Après leur évasion, Shin vit aux États-Unis pendant de nombreuses années où il travaille dans l'industrie cinématographique avant de rentrer en Corée du Sud. La Corée du Nord publie une déclaration rejetant les allégations selon lesquelles Shin et Choi auraient été enlevés et affirme que Shin et Choi ont volontairement fait défection et sont partis avec une grande quantité d'argent nord-coréen[4].

Inspirations dans la culture populaire

Après la sortie du livre de Paul Fischer, Une Superproduction de Kim Jong-il, en 2015, l'enlèvement de Shin Sang-ok et Choi Eun-hee suscite l'intérêt international. Vanity Fair publie une présentation d'une projection de Pulgasari à New York en avril 2015[17]. Le Washington Post soupçonne qu'un remake serait en production[18].

En janvier 2016, au Festival du film de Sundance, dans la section des documentaires, un film sur le sort des captifs, Les Amoureux et le Despote , réalisé par Robert Cannan et Ross Adam, est présenté.

La mini-série française Kim Kong (2017), produite par Arte et réalisée par Stephen Cafiero, s'inspire de ces événements. Shin Sang-ok y est cependant remplacé par un réalisateur français, enlevé par un despote asiatique rappelant Kim Jong-un, fils et successeur de Kim Jong-il[19].

Voir aussi

  • Cinéma nord-coréen
  • Enlèvements de citoyens sud-coréens par la Corée du Nord 
  • Sur l'art du cinéma 
  • Les Amoureux et le Despote 

Notes et références

  1. a et b Fischer, Paul (February 3, 2015). A Kim Jong-Il Production: The Extraordinary True Story of a Kidnapped Filmmaker, His Star Actress, and a Young Dictator's Rise to Power. Flatiron Books. (ISBN 978-1250054265).
  2. Martin, Bradley K. (2004). Under the Loving Care of the Fatherly Leader. New York: Thomas Dunne Books. p. 326. (ISBN 0-312-32221-6).
  3. a et b Martin, Bradley K. (2004). Under the Loving Care of the Fatherly Leader. New York: Thomas Dunne Books. p. 334. (ISBN 0-312-32221-6).
  4. a et b Armstrong, Charles K. (2013). Tyranny of the Weak: North Korea and the World, 1950–1992. Ithaca: Cornell University Press. p. 238 (ISBN 080-146-893-0).
  5. Armstrong, Charles K. (2013). Tyranny of the Weak: North Korea and the World, 1950–1992. Ithaca: Cornell University Press. p. 210 (ISBN 080-146-893-0).
  6. Armstrong, Charles K. (2013). Tyranny of the Weak: North Korea and the World, 1950–1992. Ithaca: Cornell University Press. p. 211 (ISBN 080-146-893-0).
  7. Martin, Bradley K. (2004). Under the Loving Care of the Fatherly Leader. New York: Thomas Dunne Books. p. 333. (ISBN 0-312-32221-6).
  8. Martin, Bradley K. (2004). Under the Loving Care of the Fatherly Leader. New York: Thomas Dunne Books. p. 336. (ISBN 0-312-32221-6).
  9. Fischer, Paul (February 3, 2015). A Kim Jong-Il Production: The Extraordinary True Story of a Kidnapped Filmmaker, His Star Actress, and a Young Dictator's Rise to Power. Flatiron Books. p. 86 (ISBN 978-1250054265).
  10. Fischer, Paul (February 3, 2015). A Kim Jong-Il Production: The Extraordinary True Story of a Kidnapped Filmmaker, His Star Actress, and a Young Dictator's Rise to Power. Flatiron Books. p. 96 (ISBN 978-1250054265).
  11. Fischer, Paul (February 3, 2015). A Kim Jong-Il Production: The Extraordinary True Story of a Kidnapped Filmmaker, His Star Actress, and a Young Dictator's Rise to Power. Flatiron Books. p. 113 (ISBN 978-1250054265).
  12. Martin, Bradley K. (2004). Under the Loving Care of the Fatherly Leader. New York: Thomas Dunne Books. p. 327. (ISBN 0-312-32221-6).
  13. Fischer, Paul (February 3, 2015). A Kim Jong-Il Production: The Extraordinary True Story of a Kidnapped Filmmaker, His Star Actress, and a Young Dictator's Rise to Power. Flatiron Books. p. 124 (ISBN 978-1250054265).
  14. Martin, Bradley K. (2004). Under the Loving Care of the Fatherly Leader. New York: Thomas Dunne Books. (ISBN 0-312-32221-6).
  15. a, b, c, d, e et f Schönherr, J. (2011). The North Korean Films of Shin Sang-ok
  16. (1986) Rumors Reappear With South Korean Couple
  17. Romano, N. (April 6, 2015). "How Kim Jong Il Kidnapped a Director, Made a Godzilla Knockoff, and Created a Cult Hit". Vanity Fair.
  18. Martin, B. K. (January 30, 2015). "Book review: "A Kim Jong-Il Production,’ on filmmaking under duress, by Paul Fischer" The Washington Post.
  19. http://dramaquarterly.com/frances-finest/

Bibliographie

  • Michael Breen, Kim Jong-il: North Korea's Dear Leader, Hoboken, 2nd, (ISBN 9781118153796)
  • Magnus Bärtås et Fredrik Ekman, All Monsters Must Die: An Excursion to North Korea, Toronto, House of Anansi, (ISBN 978-1-77089-881-3)
  • (ko) Choi Eun-hee, ko:최 은희 의 고백: 영화 보다 더 영화 같은 삶, Seoul, Random House Korea,‎ (ISBN 9788925513997)