Emglev An Tiegezhioù

Emglev An Tiegezhioù

Cadre
Forme juridique Association déclarée selon la loi de 1901
But Défense de la culture bretonne et catholique en langue bretonne
Zone d’influence Bretagne, Île-de-France
Fondation
Fondation 1947
Fondateur Alan Louarn, Youenn Olier
Origine Yerres
Identité
Siège Kergreven
29800 Tréflévénez
Président Tepod Gwilhmod
Secrétaire général Yann Mikael
Méthode Camps de catéchisme, Édition, Réunions
Membres Moins de 50
Publication Kannadig Imbourc'h (Lettre d'information trimestrielle)
Site web [1] (br)

Emglev An Tiegezhioù - EAT (mot à mot : « L'Entente des Familles ») est une association de familles bretonnantes d'inspiration catholique et nationaliste bretonne.

Historique

Fondée par Alan Al Louarn et Kerlann à Yerres (région parisienne) en 1947[1], l'association Emglev an Tiegezhioù n'a été déclarée que dans les années 70 à Nantes.

Ses autres membres les plus actifs ont été Youenn Olier, Youenn Souffes-Després, Job Morvan (président en 1970), Ivona Martin. Toutes les activités se font exclusivement en breton : réunions à caractère familial, Oaled Sant Erwan à Brest (fermé en 1998), Camps d'été à Ti-Parrez Kistinid en collaboration avec Kristenion Breizh, publication de la revue Kannadig Imbourc'h, maison d'édition, souvenir de l'abbé Jean-Marie Perrot, collaborations de toutes sortes : traduction du Bréviaire de 1985 à partir de l'édition typique en latin (dont l'office des lectures), préparation de la Septante, bibliothèque tournante, création de réseaux de familles locaux via internet, plusieurs dictionnaires de néologismes pour la vie contemporaine.

Le président à partir de 2001 est Tepod Gwilhmod. Le bulletin de Emglev An Tiegezhioù est Imbourc'h, dirigée par Yann Mikael, avec des contributions de Paol Kalvez, Youenn Olier (décédé en 2004), Maoris Ar C'hollo (décédé en 2003), Ewan Delanoy, Youenn Troal (décédé en 2016), Yann Manéguen, Jozef Lec'hvien (décédé en 2015)…

Identité d'E.A.T.

À la suite du concile Vatican II, l'association, d'esprit catholique depuis ses origines l'a clairement précisé dans ses statuts allant sciemment à contre-courant de la laïcisation de toutes les structures de l'Emsav. De même, la réflexion menée par Youenn Olier est très clairement nationalitaire. Se réclamant « dans la droite ligne historique de l'histoire de la Bretagne », c'est-à-dire à la fois le catholicisme de Yann-Vari Perrot et le nationalisme de Roparz Hemon, son président actuel a de même déclaré qu'« Être breton, c'est parler breton ». Pour EAT, la langue bretonne a pour vocation "de remplacer le français en Bretagne et d'être par là le vecteur d'une société plus conforme aux évangiles".

Elle est la seule organisation bretonnante à soutenir le mouvement "Pro-life" et à critiquer point par point et en breton "les progrès de la société de l'Ankou" (site) dans sa revue trimestrielle.

L'organisation est financée par la cotisation des membres[2], le produit des ventes de livres — principalement de la maison d'édition Imbourc'h et quelques livres rares d'autres éditions comme ceux de Ar vuhez kristen — et surtout de dons.

Références

  1. Cf. N°1 de EKB Mars 1950 p. 6
  2. 15 euros par an (Cf. dernière page de chaque numéro de Kannadig Imbourc'h)

Voir aussi

Lien externe