Elvira Rodríguez

Elvira Rodríguez
Image illustrative de l'article Elvira Rodríguez
Fonctions
Présidente de la Commission nationale
du marché des valeurs

(3 ans, 11 mois et 24 jours)
Président du gouvernement Mariano Rajoy
Prédécesseur Julio Segura Sánchez
Successeur Sebastián Albella
Présidente de l'Assemblée de Madrid

(3 ans, 11 mois et 26 jours)
Législature VIIIe
Prédécesseur Concepción Dancausa
Successeur José Ignacio Echeverría
Ministre espagnole de l'Environnement

(1 an, 1 mois et 15 jours)
Président du gouvernement José María Aznar
Gouvernement Aznar II
Prédécesseur Jaume Matas
Successeur Cristina Narbona
Biographie
Nom de naissance María Elvira Rodríguez Herrer
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Parti populaire
Diplômé de université complutense
de Madrid
Profession haut fonctionnaire

Elvira Rodríguez
Ministres de l'Environnement d'Espagne

María Elvira Rodríguez Herrer, née le à Madrid, est une femme politique espagnole membre du Parti populaire (PP). Elle est secrétaire d'État au Budget entre 2000 et 2003, ministre de l'Environnement de 2003 à 2004, présidente de l'Assemblée de Madrid entre 2007 et 2011, et présidente de la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV) de 2012 à 2016.

Biographie

Une économiste dans la fonction publique

Elle étudie les sciences économiques à l'université complutense de Madrid, où est obtient une licence. Elle intègre alors la haute fonction publique, après avoir réussi le concours du corps supérieur des contrôleurs et vérificateurs de l'État.

Une carrière au ministère des Finances

À la suite de l'arrivée au pouvoir du Parti populaire en , elle est nommée directrice générale des Budgets du ministère de l'Économie et des Finances, alors dirigé par Rodrigo Rato.

En 1997, elle devient la représentante de l'administration générale de l'État au sein de la commission fiscale mixte entre l'État et le Pays basque. Elle est reconduite en 1999.

Après les élections législatives du 12 mars 2000, elle est promue au poste de secrétaire d'État aux Budgets et aux Dépenses, sous l'autorité du ministre des Finances Cristóbal Montoro.

Le passage en politique : ministre de l'Environnement

Ayant adhéré en 2002 au PP, à la demande d'Aznar, elle se met aussitôt à travailler au sein du groupe de travail sur le projet économique. Celui-ci, baptisé « Vers la société du plein emploi et de l'égalité des chances », est présenté et approuvé au mois de janvier par le congrès national du parti.

Le , Elvira Rodríguez entre au gouvernement en tant que ministre de l'Environnement. Elle prend la succession de Jaume Matas, candidat aux élections régionales dans les Îles Baléares.

Pour les élections législatives du 14 mars 2004, elle est investie en tête de liste dans la Région de Murcie. Élue au Congrès des députés, elle est choisie pour le poste de porte-parole à la commission bicamérale pour les relations avec le Tribunal des comptes, tout en siégeant à la commission de l'Économie et des Finances et à la commission des Budgets.

Lors du congrès national du PP en octobre suivant, le nouveau président Mariano Rajoy la nomme secrétaire à la Politique économique et à l'Emploi.

La politique locale dans la Communauté de Madrid

La présidente de la Communauté de Madrid Esperanza Aguirre la désigne conseillère aux Infrastructures et aux Transports du gouvernement régional, remplaçant ainsi María Dolores de Cospedal. Elle achève avec succès l'agrandissement du Métro de Madrid, qui se trouve être le plus important agrandissement d'un réseau de transport dans le monde avec l'ouverture simultanée de 80km de voies nouvelles et 90 nouvelles stations.

Aux élections du , elle est élue députée à l'Assemblée de Madrid, abandonnant de fait son mandat parlementaire national. À l'ouverture de la législature le 12 juin, elle est élue présidente de l'Assemblée. À l'issue de son mandat de quatre ans, elle se représente à l'Assemblée mais n'en occupe plus la présidence. Elle est toutefois élue au Sénat le 29 juin.

Le retour dans le monde financier

Elle retourne toutefois au Congrès à l'occasion des élections législatives anticipées du 20 novembre 2011. Lors de ce scrutin, elle se présente dans la province de Jaén. Portée à la présidence de la commission de l'Économie et de la Compétitivité, elle renonce à ses mandats régional et sénatorial.

Le , elle est portée à la présidence de la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV), ce qui l'amène à quitter la scène politique.

Notes et références

Voir aussi

Article connexe

Liens externes