Eiffage Énergie

Eiffage Énergie Systèmes
Création 1897
Dates clés 2011 : Forclum devient Eiffage Énergie

2018 : Eiffage Énergie devient Eiffage Énergie Systèmes

Siège social 3-7 place de l’Europe 78140 Vélizy-Villacoublay
Drapeau de France France
Direction Benoît de Ruffray
Actionnaires Eiffage
Activité Éclairage public, illuminations et valorisation patrimoniale, signalisation aériennes, routières, maritimes et fluviales, infrastructures de production d'énergie (hors nucléaire), production électrique, production et distribution d'énergie électrique (lignes et postes), télécommunications, génie électrique, génie climatique
Société mère Eiffage
Sociétés sœurs Eiffage Construction, Eiffage Infrastructures, Eiffage Concessions, Autoroutes Paris-Rhin-Rhône
Effectif 27 000 collaborateurs
Site web http://www.eiffageenergiesystemes.com

Chiffre d'affaires 3,4 Md€ en 2016

Eiffage Énergie Systèmes, est la branche Énergie du groupe Eiffage, troisième groupe de BTP et concessions français[1].

Présentation

Eiffage Énergie Systèmes conçoit, réalise et exploite des réseaux et systèmes d'énergie et d'information, à destination des collectivités, de l’industrie et du tertiaire.

Spécialisé dans le génie électrique, le génie climatique, le génie mécanique et les télécommunications, de la conception à l’exploitation-maintenance, la branche Énergie du groupe Eiffage compte près de 25 000 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros en 2016.

Organisation

Implanté majoritairement en France, Eiffage Énergie Systèmes est également présent en Allemagne, en Belgique, en Espagne, en Italie, au Portugal et en Amérique Latine. Depuis plus de trente ans, Eiffage Énergie Systèmes développe ses activités à l’international, notamment en Afrique.

Références majeures

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Notes et références

  1. Le Moniteur, 10 décembre 2010

Liens externes