Edinson Cavani

Edinson Cavani
image illustrative de l’article Edinson Cavani
Cavani à la Coupe du monde 2018.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Paris Saint-Germain
Numéro 9
Biographie
Nom Edinson Roberto Cavani
Nationalité Drapeau : Uruguay Uruguayenne
Drapeau : Italie Italienne
Nat. sportive Drapeau : Uruguay Uruguayenne
Naissance (31 ans)
Lieu Salto (Uruguay)
Taille 1,88 m (6 2)[1],[2]
Période pro. 2005 -
Poste Attaquant
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
0Drapeau : Uruguay Club Nacional Salto
0Drapeau : Uruguay Club Peñarol Salto
0Drapeau : Uruguay Club Remeros
0Drapeau : Uruguay Salto FC
0Drapeau : Uruguay Ferro Carril FC
2000-2005Drapeau : Uruguay Danubio FC
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
2005-2007Drapeau : Uruguay Danubio FC030 0(12)
2007-2010Drapeau : Italie US Palerme 117 0(37)
2010-2013Drapeau : Italie SSC Naples138 (104)
2013- Drapeau : France Paris SG 246 (170)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2006-2007Drapeau : Uruguay Uruguay -20 ans014 0(11)
2008-Drapeau : Uruguay Uruguay 105 0(45)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 30 juin 2018

Edinson Cavani, surnommé El Matador, né à Salto le , est un footballeur international uruguayen qui évolue en Ligue 1 Conforama au poste d'attaquant au Paris Saint-Germain FC.

Cavani commence sa carrière de footballeur au Danubio Fútbol Club. Après deux années passées à Montevideo et un titre de champion d'Uruguay, Cavani rejoint l'Europe et le club italien de l'US Palerme. Cavani est ensuite prêté à la SSC Naples, en 2010, avant d'être définitivement acheté par ce-même club, pour la somme de 17 millions d'euros. Auteur de 33 buts toutes compétitions confondues lors de ses deux premières saisons, il termine meilleur buteur du championnat italien lors de la saison 2012-2013 avec 29 buts.

Convoité par plusieurs clubs européens, Cavani rejoint le Paris Saint-Germain Football Club contre 64,5 millions d'euros, devenant ainsi le joueur le plus cher acheté par un club français pour l'époque. Avec le club parisien, Cavani remporte notamment quatre titres de champion de France et quatre coupes de France. Il remporte le trophée de meilleur joueur de la saison de Ligue 1 UNFP 2016-2017.

Edinson Cavani est le quatrième joueur à atteindre la barre des 100 buts pour le Paris Saint-Germain après Dominique Rocheteau, Pauleta[3] et Zlatan Ibrahimović et devient le meilleur buteur du club le 27 janvier 2018 avec 157 réalisations.

Depuis 2008, Cavani a inscrit 45 buts en 105 matchs avec l'équipe d'Uruguay, faisant de lui le deuxième meilleur buteur de l'histoire de sa sélection, devant Diego Forlán et derrière Luis Alberto Suárez. L'attaquant inscrit le premier de ses buts lors de son premier match avec l'équipe senior, face à la Colombie, en 2008. Cavani participe à son premier tournoi majeur en 2010, lors de la Coupe du monde de 2010. L'année suivante, Cavani remporte la Copa América 2011 et permet à l'Uruguay d'obtenir un 15e titre dans la compétition. Il est ensuite sélectionné lors de la Coupe des confédérations 2013, les Coupes du monde 2014 et 2018, la Copa América 2015 ainsi que la Copa América Centenario.

Biographie

Edinson Cavani est né à Salto, de l'union de Berta Gómez et de Luis Cavani ; ses grands-parents paternels sont originaires de Maranello en Italie. Enfant, il joue au Salto FC, jusqu'à 12 ans, puis part vivre à Montevideo, la capitale de l'Uruguay.

Son père, Luis, ancien footballeur, surnommé El Gringo, a joué dans des équipes uruguayennes de première division et compte quelques sélections en équipe nationale. Par la suite, il est devenu entraîneur, entraînant l'autre fils cadet Christian, défenseur de Salto.

Son demi-frère, Walter Guglielmone, lui aussi footballeur professionnel, a joué notamment en France à l'AC Ajaccio.

Edinson Cavani est pentecôtiste évangélique[4] et se définit comme « athlète pour le Christ »[5].

Vie privée

Le , Edinson Cavani épouse María Soledad Cabris Yarrús, avec qui il a deux fils, Bautista, né le et Lucas, né le 8 mars 2013. Séparés fin 2012, ils entament en février 2013 une procédure de divorce[6]. Selon la décision d'un juge de Naples en octobre 2014, il doit verser à Maria Soledad une pension alimentaire de 25 000 € par mois et la moitié de ses gains durant leur mariage[7]. Depuis, il est en couple avec Jocelyn Burgardt[8]

Carrière de footballeur

Débuts au Danubio (2005-2007)

Ayant grandi à Salto, il part vivre dans la capitale Montevideo à l'âge de 12 ans et commence à jouer avec l'équipe des jeunes du Danubio Fútbol Club jusqu'en 2006 où ce même club le fait signer en pro et gagne cette année-là le Tournoi d'ouverture Uruguay. Il évolue un an dans le championnat uruguayen jusqu'en 2007 et inscrit 9 buts en 25 matchs.

Palerme (2007-2010)

Edinson Cavani du temps de Palerme.

Après des débuts remarqués en Amérique du Sud, au Danubio Fútbol Club, Edinson Cavani rejoint l'Italie et l'Unione Sportiva Città di Palermo, fin janvier 2007[9],[10]. Acheté 5 millions d'euros à son club formateur[9],[11], Cavani signe un contrat qui le lie jusqu'en 2011 au club italien[9].

Cavani fait ses débuts avec l'US Palerme le 11 mars 2007, lors d'un match de championnat l'opposant à l'Associazione Calcio Fiorentina[12],[13]. Lors de ce match, Cavani rentre en jeu à la 56e minute du match, alors que son équipe est menée un but à zéro, puis égalise quinze minutes plus tard[13]. Alors qu'il est en concurrence avec Fabrizio Miccoli et Amauri, Cavani peine à s'imposer pendant la saison 2007-2008[14], il parvient à se faire une place de titulaire dans l'équipe lors de la saison 2008-2009[15], Amauri étant transféré au Juventus Football Club[16]. Auteur de 14 buts lors de cette saison[15], sa faculté à conclure la plupart de ses actions devant le but lui vaut le surnom d'El Matador[17]. L'arrivée de Walter Zenga au poste d'entraîneur la saison suivante n'affectent pas les performances de l'attaquant uruguayen[18]. Au sein de l'attaque de Palerme, associé à Javier Pastore[19],[20], Cavani participe à la qualification du club en Ligue Europa en marquant 13 buts durant toute la saison[15].

Naples (2010-2013)

Cavani contre AIK en Europa League.

Convoité par de nombreux clubs européens[21], Cavani rejoint, en juillet 2010, la Società Sportiva Calcio Naples pour 17 millions d'euros[22]'[23].

À peine arrivé chez les Partenopei (Napolitains), Cavani, plus souvent utilisé comme attaquant de pointe par Walter Mazzarri, se distingue rapidement comme un élément fort de l'effectif et fait très vite oublier l'enfant du pays[style à revoir] Fabio Quagliarella dont la signature chez le rival turinois de la Juventus est perçue comme une véritable trahison par une partie des tifosi napolitains[24].

Dès lors il enchaîne but sur but, apporte du poids[pas clair] et un soutien sans faille à ses coéquipiers, mais surtout de l'efficacité. Son ancien point faible est donc devenu l'un de ses plus grands atouts. Les tifosi en font très vite leur nouvelle idole en compagnie de Lavezzi et d'Hamšík, qui forment un trio d'attaque impressionnant, complet, tant sur le plan technique que sur le plan tactique[25].

Il marque son premier but en Ligue Europa contre l'équipe suédoise de l'Elfsborg pendant le match retour, lors duquel il signe un doublé. Il enchaîne en championnat lors de la 1re journée contre la Fiorentina (1-1), où son but est contesté car le ballon après avoir heurté la barre transversale n'a pas franchi entièrement la ligne de but, le 28 août, à Bari, le 12 septembre et à Gênes, contre la UC Sampdoria le 19 septembre. Face au Steaua Bucarest (3-3), il inscrit un but à la 97e minute, sauvant le Napoli du naufrage après avoir concédé le 3-0 au bout de 15 minutes de jeu.

Le 2 décembre 2010 face à Utrecht (3-3), il marque le second triplé de sa carrière (le second à deux mois d'intervalle). Grâce à ce triplé, il en est a 6 buts marqués en 7 matchs disputés dans la compétition européenne.

Le 15 décembre, lors de la dernière journée des phases de poule il offre au Napoli la qualification face au Steaua (1-0) d'une tête sur corner à la 93e minute, livrant encore une fois une prestation collective de qualité. Le 19 décembre, en championnat face à Lecce (1-0), il marque de nouveau dans les arrêts de jeu (93e).

Le 9 janvier 2011, lors de la 19e journée de Serie A, dans le Stade San Paolo, Edinson Cavani signe un nouveau triplé face au grand rival Turinois. Deux buts marqués de la tête, ainsi que le dernier grâce à coup du scorpion, sur des centres respectivement de Maggio, Dossena et Hamsik. Il récupère ainsi la place de meilleur buteur de Serie A en compagnie de Di Natale auteur d'un doublé quelques heures plus tôt.

Le 30 janvier 2010, face à la Sampdoria de Gênes (4-0), il inscrit en championnat un nouveau triplé dont un but sur un penalty qu'il provoque, il tire et marque son premier penalty de la saison.

Le 3 avril 2011, il réalise son cinquième triplé de la saison (son 3e en série) face à un autre grand rival, la Lazio de Rome, remporté 4-3 par Cavani et ses coéquipiers. À la suite de ce triplé, Cavani porte son total de but à 25 sur la saison.

Après une expulsion face à Lecce (défaite 2-1), sa saison se termine sur une décision disciplinaire. Il conclut donc sa saison avec 26 buts (il détient le record de but marqués en Serie A dans une saison pour un joueur napolitain) et devient w pour la seconde saison consécutive.

Alors que son contrat court jusqu'en 2015, il signe pour une année supplémentaire, preuve de son attachement au club azzurro et de l'ambition affichée par le président Aurelio De Laurentiis de faire du Napoli un très grand d'Europe sur le long terme.

Le club finit à la 3e place ce qui lui permet de participer à la Ligue des Champions; compétition qu'il n'avait plus connue depuis 1990.

Le 14 septembre, Cavani marque son premier but de la saison face à Manchester City (1-1) devenant le premier buteur de l'histoire du Napoli en Ligue des champions. Au match suivant, le 18 septembre, il marque un triplé face au champion en titre l'AC Milan (3-1), son 5e en moins d'un an. Il est, avec Gabriel Batistuta en septembre 1998, le seul joueur à avoir inscrit un triplé face aux Rossoneri. Peu après une période de doute où il ne marque qu'un but en deux mois, il signe un doublé face à Manchester City (2-1). Cavani confirme en égalisant face à l'Atalanta Bergame en championnat (1-1) où il se blesse peu avant un match face à la Juventus. Il marque un nouveau doublé face à l'US Lecce (4-2) juste avant d'aller confirmer la qualification napolitaine en Ligue des champions sur le terrain de Villarreal CF (0-2). Il marque un but face à Chelsea lors des 8e de finale aller à Naples le (3-1)[26]. Son équipe se fait éliminer de la compétition lors du match retour au Stamford Bridge de Londres (4-1). En mai, alors que Naples termine cinquième du championnat, Cavani et ses coéquipiers Lavezzi et Hamsik sont déterminants lors de la victoire deux buts à zéro du club en finale de coupe d'Italie[27]'[28]. Ce premier titre obtenu depuis 22 ans permet également à Naples de se qualifier directement pour l'Europa League[27].

Le , après une victoire lors du premier match d'Europa League face aux Suédois de l'AIK Solna (4-0), les Napolitains s'effondrent aux deux matchs suivants, d'abord face au PSV Eindhoven (3-0), ensuite face au club du FC Dnipro Dnipropetrovsk (3-1). Lors des matchs retour, le 8 novembre, face au Dnipro, Edinson Cavani inscrit un quadruplé, le premier de sa carrière, remportant ainsi le match quatre buts à deux au Stadio San Paolo. Ensuite, le 22 novembre, contre l'AIK, il inscrit le but décisif à la 95e minute sur un penalty qu'il a lui-même obtenu, permettant à son équipe de l'emporter 1-2 au Råsundastadion, dernier match dans ce stade qui sera détruit. Il laisse ainsi son empreinte en étant l'ultime buteur[29],[30] de cette enceinte où Pelé avait inscrit deux buts lors de la finale de la Coupe du monde de football de 1958, participant à la victoire du Brésil face à la Suède (5-2). Le 5 mai 2013, Cavani inscrit un triplé contre l'Inter, permettant à Naples de s'imposer 3-1. Meilleur buteur du championnat avec 29 buts, Naples termine deuxième derrière la Juventus Football Club[31].

Paris Saint-Germain (depuis 2013)

Cavani à ses débuts au PSG, en septembre 2013.

Le 16 juillet 2013, Edinson Cavani est transféré au Paris Saint-Germain en échange de 64 millions d'euros. Il signe un contrat de 5 ans avec un salaire annuel de 10 millions d'euros. Il devient désormais le plus gros transfert de la Ligue 1[32] et le 6e de l'histoire du football. Le numéro 9 lui est attribué. Le 9 août 2013, il fait ses débuts avec le maillot du PSG face à Montpellier, lors de l'ouverture de la Ligue 1, remplaçant son ancien coéquipier napolitain Ezequiel Lavezzi[33]. Il manque de marquer dès son premier ballon quelques secondes plus tard. Le match se termine sur un score de parité, 1-1. Quelques jours après, titulaire pour la première fois lors de la deuxième journée de Ligue 1, il marque son premier but sous les couleurs du PSG face à l'AC Ajaccio. Le rencontre se termine par un match nul 1-1. En septembre, il marque son premier but en Ligue des Champions avec le PSG contre le club grec de l'Olympiakos. En octobre, il inscrit son premier doublé sous les couleurs parisiennes face à Bastia (victoire 4-0) dont un bijou d'une frappe en angle fermé après avoir éliminé, en réalisant deux crochets, Gilles Cioni et le gardien de but Mickaël Landreau. Le mois de novembre voit l'attaquant uruguayen confirmer son très bon début de saison dans la capitale, s'offrant un deuxième doublé en championnat face à Lorient (victoire 4-0), soit ses 8e et 9e buts en championnat, prenant ainsi la tête du classement des buteurs[34]. Puis, il permet aux parisiens malmenés par les grecs de l'Olympiakos à 10 contre 11 en Ligue des Champions d'arracher la victoire sur une belle frappe à la 90e (2-1 score final), assurant à son équipe une précieuse première place du groupe. Le , il inscrit un doublé victorieux (dont un penalty) lors de la finale de la Coupe de la Ligue au Stade de France face à l'Olympique lyonnais (1-2) et permet à son équipe de remporter la coupe. Il est également le meilleur buteur de la compétition avec 4 réalisations[35]. Le Paris-Saint-Germain remporte la Ligue 1 en 2014 et Cavani termine deuxième meilleur buteur du club[36] derrière son coéquipier Zlatan Ibrahimović, il est élu membre de l'équipe type de l'année lors de la remise des Trophées UNFP[37].

Durant la saison 2014-2015, Cavani se montre précieux en Ligue des champions en marquant à de nombreuses reprises en phase de poules. Mais lors de la trêve hivernale, il est absent du stage de son club à Marrakech, tout comme son coéquipier Lavezzi. Les deux hommes sont mis sur le banc pour deux matches[33]. Le 19 janvier 2015, ils reviennent pour la 22e journée de championnat. Cavani rentre comme remplaçant à vingt minutes de la fin et marque le quatrième but de l'équipe à la 89e minute (victoire 4-2). Au mois d'avril, comme l'édition précédente, Edinson Cavani s'offre un doublé en finale de Coupe de la Ligue face au SC Bastia après être entré en jeu pour la dernière demie heure (4-0)[38]. En mai, devant un Parc des Princes qui scande son nom, Cavani inscrit son premier triplé en Ligue 1 lors de l'écrasante victoire du PSG face à Guigamp (6-0)[39]. Il marque le seul but en finale de la Coupe de France face à Auxerre qui permet au PSG de réaliser le premier triplé Championnat-Coupe de France-Coupe de la Ligue de l'histoire du football français[40]. Grâce à ce but, il dépasse les 55 réalisations de George Weah sous les couleurs du PSG et intègre ainsi le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire du club.

Cavani fêtant un but avec David Luiz lors du dernier match de la saison contre Reims en mai 2015.

Durant la saison 2016-2017, Cavani est replacé dans l'axe suite au départ de Zlatan Ibrahimović[41]. Toutefois, ses performances dans ce nouveau rôle sont mitigées, notamment le 21 août contre le FC Metz ou contre Arsenal en Ligue des champions[42]. Le 16 septembre, il réalise une excellente performance en inscrivant son premier quadruplé (le temps d'une mi-temps) avec le PSG face à Caen (victoire six buts à zéro)[43]. Faisant partie des meilleurs buteurs européens toutes compétitions confondues, il est même élu joueur du mois de septembre par l'UNFP[44] et remporte à nouveau le trophée en octobre 2016[45]. Le 24 janvier 2017, il inscrit un doublé lors de la demi-finale de Coupe de la Ligue contre les Girondins de Bordeaux et devient le second meilleur buteur de l'histoire du club ex-aequo avec Pauleta avec 109 buts[46]. Le 14 février 2017, pour son trentième anniversaire, il marque le quatrième but de son équipe face au FC Barcelone, en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions (victoire quatre buts à zéro). Le 8 mars 2017, lors de la Remontada[47] du FC Barcelone au Camp Nou, Cavani réduit le score à trois buts à un, avant d'être éliminé dans le temps additionnel (défaite six buts à un)[47],[48]. Le , Edinson Cavani prolonge son contrat de trois ans, le liant désormais jusqu'en en 2020 avec le club de la capitale[49]. Alors que son équipe termine deuxième du championnat[50], El Matador termine meilleur buteur de Ligue 1 devant Alexandre Lacazette et Radamel Falcao[51]. En fin de saison, Cavani remporte toutefois la Coupe de la Ligue[52] et la Coupe de France[53].

Malgré les arrivées de Neymar et Kylian Mbappé en début de saison 2017-2018[54], Cavani conserve son rôle d'attaquant de pointe et forme avec ces deux coéquipiers un trio offensif très performant[55],[56]. Le 12 septembre 2017 à l'issue d'une victoire écrasante contre le Celtic Glasgow 0-5, il devient le meilleur buteur parisien en Ligue des champions. Le 22 octobre 2017, face à l'Olympique de Marseille, Cavani inscrit un coup franc direct à la 93e minute, permettant à son équipe (réduite à dix) d'égaliser à deux buts partout[57],[58]. Un semaine plus tard, il marque à la 3e minute, face à l'OGC Nice, le 2500e but de l'histoire du Paris Saint-Germain en championnat, avant de doubler la mise quelques minutes plus tard[59]. Malgré des soupçons de tensions entre Cavani et Neymar[60], leur association avec Mbappe permet au Paris SG de battre le record de buts inscrits en phase de poules de Ligue des champions[61]. Fin décembre, sa régularité (dix-neuf buts en dix-huit matchs de Ligue 1) lui permet d'être élu meilleur joueur étranger de l'année 2017 en Ligue 1[62]. Le 17 janvier 2018, il marque son 156e but au PSG, égalant le record de Zlatan Ibrahimović[63]. Le 27 janvier 2018, Edinson Cavani devient le meilleur buteur de l'histoire du club en inscrivant son 157e but sous les couleurs parisiennes[64].

En sélection

Edinson Cavani avec le maillot de l'Uruguay, face aux Pays-Bas de Stijn Schaars.

Edinson Cavani participe en 2007 avec la sélection nationale uruguayenne des moins de 20 ans à la Coupe du monde de football des moins de 20 ans, qui se tient au Canada, du 30 juin au 22 juillet.

Plutôt utilisé comme ailier en sélection en raison de la présence de Suarez, Forlàn ou Abreu qui présentent des profils moins polyvalents, Cavani fait partie de la liste des 23 pour la Coupe du monde 2010 avec l'équipe d'Uruguay. Titulaire lors de la compétition, il livre un bon match en marquant un but contre l'Allemagne dans le match pour la troisième place, perdu (3-2).

Le 8 octobre 2010, il marque un triplé, le premier de sa carrière, face a l'Indonésie (7-1) ouvrant (premier but) et clôturant (deux derniers buts) ce match international.

Lors de la Copa América 2011, il passe la majeure partie du tournoi à l'infirmerie (s'étant blessé au genou lors du deuxième match face au Chili 1-1[65]), son retour est attendu pour la finale[66] et il entre à la 64e minute ponctuée par de très belles phases de jeu. L'Uruguay l'emporte face au Paraguay 3 à 0. Edinson Cavani remporte ainsi son premier trophée majeur et après la finale il déclare : Gagner ainsi, à l'étranger mais devant autant de fans, c'est immense. Nous étions comme à la maison. Je dis aussi merci au Napoli, le club de mon cœur. Si j'ai gagné ce titre, c'est aussi grâce à mon équipe[67].

Lors de la Coupe des confédérations 2013, il marque son quinzième but en sélection lors de la demi-finale perdue contre le Brésil (2-1). Il inscrit ensuite un doublé contre l'Italie (2-2) a.p., lors de la petite finale perdue au tirs aux buts (2 tab 3) pour la troisième place.

La Coupe du monde 2014 ne voit pas l'Uruguay rééditer le parcours homérique de la précédente édition. Pourtant, le mondial débute bien pour Cavani qui ouvre le score sur penalty contre le Costa Rica durant le premier match de groupe. Mais les uruguayens, à la surprise générale, fléchissent et s'inclinent 3-1[68]. Malgré cette défaite, deux succès contre l'Angleterre et l'Italie permettent aux sud américains de finir deuxième du groupe D, à un point derrière le Costa Rica. En huitièmes de finale, l'Uruguay est dominée par la Colombie de James Rodríguez qui inscrit un doublé et prive les Charrúas de quart de finale[69].

Durant la Copa América 2015, organisée au Chili, Cavani ne parvient pas à trouver le chemin des filets et l'Uruguay se fait éliminer lors des quarts de finale contre le Chili. Cavani écope même d'un carton rouge pour avoir frappé au visage Gonzalo Jara. Néanmoins, beaucoup de médias jugent son expulsion imméritée en raison du geste du joueur chilien, qui avait mis un doigt dans les fesses de l'attaquant[70],[71],[72]. L'Uruguay s'incline sur le score de 1-0 après un but en seconde période, quatre ans après s’être imposé en Argentine[73].

Début 2018, lors d'un amical contre la République Tchèque, El Matador s'illustre en inscrivant un but en première période. L'Uruguay s'impose finalement 2-0, l'autre but étant inscrit par Luis Suarez. Lors de la Coupe du monde 2018 en Russie, Cavani marque un doublé en 8es de finale contre le Portugal qui permet à son équipe de s'imposer 2-1 et de se qualifier pour les quarts de finale mais sort blessé à la fin du match. En quart de finale contre la France, il est annoncé forfait pour ce match. Sans lui, l'équipe d'Uruguay s'incline 2-0 et est éliminée de la compétition.

Caractéristiques techniques

Souvent comparé à Marco van Basten, c'est un attaquant rapide, il apprécie les grands espaces. Ses qualités offensives font merveilles en contre attaque, il est capable de marquer dans n'importe quelle position. Son jeu de tête, ou par extension aérien, son sens du collectif et ses qualités athlétiques impressionnantes en font un joueur très agréable à voir jouer. Son statut d'idole des tifosi du Napoli et ses nombreux buts lui ont également valu des comparaisons avec Diego Maradona, autre Sud-Américain qui a marqué l'histoire du club napolitain[74].

Delio Rossi, son entraîneur du temps de Palerme, définit l'attaquant comme moderne, doué d'une technique discrète, costaud, altruiste et simple, adaptable aux différents types de dispositions tactiques que l'entraîneur lui donne[réf. nécessaire].

À l'issue de la saison 2016-2017, après avoir été replacé dans l'axe suite au départ de Zlatan Ibrahimović, Cavani réussit sa meilleure saison du point de vue individuel. En effet, il aura marqué 35 buts en 36 matches de Ligue 1, 8 buts en 8 matches de Ligue des Champions et 6 buts en 6 matches de Coupe de la Ligue et Coupe de France . Son ratio est désormais d'un but toutes les 85 minutes en championnat à la fin de cette saison, contre 1 but seulement toutes les 122 minutes en 2015-2016. Son replacement dans l’axe de l'attaque, et donc un football plus porté vers le but sont responsables de ce bond en termes d’efficacité.

Statistiques

En club

Statistiques de Edinson Cavani au 8 mai 2018[75]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd
2005 Drapeau de l'Uruguay Danubio FC Apertura 10 4 2 5 3 0 - - - - - - - - - - 15 7 2
2005-2006 Drapeau de l'Uruguay Danubio FC Apertura 15 5 5 - - - - - - - - - - - - - 15 5 5
Sous-total 25 9 7 5 3 0 - - - - - - - - - - 30 12 7
2006-2007 Drapeau de l'Italie US Palerme Serie A 7 2 2 - - - - - - - - - - - - - 7 2 2
2007-2008 Drapeau de l'Italie US Palerme Serie A 33 5 0 2 0 0 - - - - - - C3 2 0 0 37 5 0
2008-2009 Drapeau de l'Italie US Palerme Serie A 35 14 4 1 1 0 - - - - - - - - - - 36 15 4
2009-2010 Drapeau de l'Italie US Palerme Serie A 34 13 0 3 2 0 - - - - - - - - - - 37 15 0
Sous-total 109 34 6 6 3 0 - - - - - - - 2 0 0 117 37 6
2010-2011 Drapeau de l'Italie SSC Naples Serie A 35 26 6 2 0 0 - - - - - - C3 10 7 2 47 33 8
2011-2012 Drapeau de l'Italie SSC Naples Serie A 35 23 3 5 5 0 - - - - - - C1 8 5 2 48 33 5
2012-2013 Drapeau de l'Italie SSC Naples Serie A 34 29 3 1 1 0 - - - 1 1 0 C3 7 7 0 43 38 3
Sous-total 104 78 12 8 6 0 - - - 1 1 0 - 25 19 4 138 104 16
2013-2014 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 30 16 1 2 1 1 3 4 1 0 0 0 C1 8 4 0 43 25 3
2014-2015 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 35 18 1 4 4 0 3 3 1 1 0 0 C1 10 6 0 53 31 2
2015-2016 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 32 19 5 5 2 1 4 1 0 1 1 0 C1 10 2 0 52 25 6
2016-2017 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 36 35 4 3 2 1 3 4 0 0 0 0 C1 8 8 1 50 49 6
2017-2018 Drapeau de la France Paris Saint-Germain Ligue 1 32 28 5 5 3 2 2 2 0 1 0 0 C1 8 7 1 48 40 8
Sous-total 165 116 16 19 12 5 15 14 2 3 1 0 - 44 27 2 246 170 25
Total sur la carrière 403 237 41 38 24 4 15 14 2 4 2 0 - 71 46 6 531 323 53

En sélection nationale

Statistiques d'Edinson Cavani au 30 juin 2018
Saison Sélection Phases finales Éliminatoires Matchs amicaux Total
Compétition M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
2007-2008 Drapeau de l'Uruguay Uruguay - - - - - - - 2 1 0 2 1 0
2008-2009 Drapeau de l'Uruguay Uruguay - - - - 4 0 0 2 0 0 6 0 0
2009-2010 Drapeau de l'Uruguay Uruguay Coupe du monde 2010 6 1 1 3 0 0 3 1 2 12 2 3
2010-2011 Drapeau de l'Uruguay Uruguay Copa América 2011 3 0 0 - - - 8 6 3 11 6 3
2011-2012 Drapeau de l'Uruguay Uruguay - - - - 5 1 2 4 1 0 9 2 2
2012-2013 Drapeau de l'Uruguay Uruguay Coupe des confédérations 2013 4 3 1 7 2 0 3 1 0 14 6 1
2013-2014 Drapeau de l'Uruguay Uruguay Coupe du monde 2014 4 1 1 6 3 1 2 1 1 12 5 3
2014-2015 Drapeau de l'Uruguay Uruguay Copa América 2015 4 0 0 - - - 6 5 0 10 5 0
2015-2016 Drapeau de l'Uruguay Uruguay Copa América Centenario 3 0 0 4 3 1 1 2 0 8 5 1
2016-2017 Drapeau de l'Uruguay Uruguay - - - - 7 6 0 1 0 0 8 6 0
2017-2018 Drapeau de l'Uruguay Uruguay Coupe du monde 2018 4 3 0 4 1 0 5 3 0 13 7 0
Total sur la carrière 28 8 3 40 16 4 37 21 6 105 45 13

Palmarès

En club

Cavani soulevant la Coupe de la Ligue 2014.

Drapeau : Uruguay Danubio FC

 

Drapeau : Italie SSC Naples

 

Drapeau : France Paris Saint-Germain

 

En équipe d'Uruguay

Distinctions personnelles

Optimisation fiscale

Edinson Cavani toucherait ses revenus issus du sponsoring au travers d'une société maltaise créée en 2014 et nommée «Edicavaniofficial Limited», elle-même détenue par Rocha Holdings Limited, société détenue par Edinson Cavani à hauteur de 99 %. Selon Mediapart, le montage financier a permis à Edicavaniofficial Limited de ne payer que 48 805 euros d'impôts à Malte sur le montant du contrat de sponsoring de Nike de 1,59 million d'euros[77].

Suite à ces révélations de Médiapart le concernant, dans un premier temps, Edinson Cavani s'est insurgé contre le fait d'avoir été publiquement mis en avant[78] :

« In these circumstances, I will not accept that my situation becomes the object of a publicity damaging my image or my reputation, which, given my celebrity, would cause me very serious prejudice »

— Edinson Cavani

Dans un second temps, une plainte pour diffamation est déposée contre Médiapart par les avocats d'Edison Cavani. Cette plainte aboutit à une audience le 7 novembre 2017 devant la quatorzième chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Nanterre[79]. Lors de cette audience, la défense a déclaré qu'Edinson Cavani a déclaré postérieurement en France les revenus de ses sociétés maltaises. La défense d'Edinson Cavani a ainsi produit les déclarations de revenu et avis d'imposition pour l'année 2015 où les montants des droits à l'image du footballeur étaient bien déclarés en France. Tout en ne niant pas l'existence des sociétés maltaises où ces mêmes revenus sont également imposés : une situation qui a de quoi surprendre ce que ne manque pas de souligner l'avocat de Médiapart. La plainte d'Edinson Cavani est rejetée par le tribunal de grande instance de Nanterre le 9 janvier 2018[80].

Références

  1. « Fiche Joueur Edinson Cavani », site officiel du PSG (consulté le 15 mai 2017).
  2. « Fiche d’Edinson Cavani », sur L'Équipe.fr.
  3. « Ode à Zlatan », PSG.fr, (consulté le 9 octobre 2015).
  4. « Football : leur coéquipier s'appelle Jésus », Le Parisien, (consulté le 28 novembre 2013).
  5. « Chelsea beware – Edinson Cavani has faith in Napoli's success », The Guardian's The Sport Blog, (consulté le 28 novembre 2013).
  6. « Cavani confirms divorce | Football Italia », sur www.football-italia.net (consulté le 10 janvier 2018).
  7. « Cavani, un divorce à la Rybolovlev avec son ex », foot01.com,‎ (lire en ligne).
  8. https://www.voici.fr/news-people/actu-people/mondial-2018-qui-est-jocelyn-burgardt-la-compagne-dedinson-cavani-648356
  9. a, b et c (it) « Palermo, arriva il gioiello Cavani - Gazzetta dello Sport », sur www.gazzetta.it
  10. (it) « Preso anche l’attaccante uruguaiano Cavani », sur palermocalcio.it.
  11. « PSG : le "Matador" Cavani est officiellement parisien - France 24 », sur france24.fr, .
  12. « Palermo vs Fiorentina Serie A 2006/2007 », sur Football-Lineups.
  13. a et b (it) « Palermo-Fiorentina: pari con rissa Guidolin espulso dopo il gol di Mutu - Serie A - Calcio - Sport - Repubblica.it », sur www.repubblica.it.
  14. « 25 choses que vous ne savez pas sur Edinson Cavani », sur SOFOOT.com (consulté le 28 juillet 2016).
  15. a, b et c « PSG Transfert : Qui es-tu Edinson Cavani ? », .
  16. « Italie - Juventus: Amauri, le "juventino" de l'année 2008 selon le président ».
  17. « Cavani lancia la sfida a Pato - la Repubblica.it » (consulté le 28 juillet 2016).
  18. (it) « Napoli sprecone e ingenuo Cavani fa sognare Zenga - Risultati e ultime notizie calcio e calciomercato - La Gazzetta dello Sport », sur www.gazzetta.it.
  19. « Edinson Cavani rejoint le Paris Saint-Germain pour cinq ans - psg.fr », sur psg.fr.
  20. (it) « Zenga: «Pastore, Cavani, Miccoli, l’attacco più forte è il mio» - Goal.com », sur goal.com, .
  21. « Tout le monde veut s'arracher Cavani », sur http://www.chronofoot.com, .
  22. « Cavani, le trésor de Naples », sur SOFOOT.com (consulté le 11 février 2017).
  23. (de) « SSC Neapel: Wie De Laurentiis mit Edinson Cavani Millionen machte - Goal.com », Goal.com,‎ (lire en ligne).
  24. (it) « Les tifosi contre Quagliarella », sur http://juvemania.it, .
  25. « Trio fantastique », sur http://www.chronofoot.com, .
  26. « Naples Domine Chelsea », sur http://tvasports.ca, .
  27. a et b « Naples remporte la coupe d'Italie », 7s7,‎ (lire en ligne).
  28. (it) « Coppa Italia al Napoli », Calcio: ultime news - Gazzetta dello Sport,‎ (lire en ligne).
  29. (es) « Gol de Cavani clausuró estadio en que Brasil y Pelé fueron campeones del mundo », (consulté le 8 décembre 2014).
  30. (de) Philipp Eitzinger, « Auf Wiedersehen, Råsunda - Ballverliebt », (consulté le 8 décembre 2014)
  31. RMC SPORT, « EN IMAGES : La carrière d’Edinson Cavani », RMC SPORT,‎ (lire en ligne).
  32. Signature du transfert.
  33. a et b « Cavani et Lavezzi absents deux matches », sur lequipe.fr, .
  34. « Cavani meilleur buteur », So Foot,‎ (lire en ligne).
  35. http://www.lfp.fr/coupeLigue/classementButeurs
  36. « Classement officiel des buteurs », LFP (consulté le 29 novembre 2014).
  37. « UNFP : Trophées UNFP du football. Le palmarès complet », UNFP, (consulté le 29 novembre 2014).
  38. « Paris écrase Bastia », sur sofoot.com,
  39. « Large vainqueur de Guingamp, le PSG fonce vers le titre », sur lequipe.fr, .
  40. « Le PSG réalise le premier triplé Championnat-Coupe de France-Coupe de la Ligue de l'histoire », sur huffpost.com, .
  41. Grégoire Fleurot, « Cavani : succéder à un grand buteur, pas toujours évident », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne).
  42. « PSG-Arsenal (1-1) : Cavani, que de gâchis ! », leparisien.fr,‎ (lire en ligne).
  43. « Caen - PSG (0-6) - L'antisèche : C'est ce Cavani qu'il faut au PSG en Ligue des champions », Eurosport,‎ (lire en ligne).
  44. Rédaction, « Edinson Cavani (PSG) élu joueur du mois de septembre », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne)
  45. L1 – PSG : Edinson Cavani élu joueur du mois sur football365.fr, 14 novembre 2016.
  46. « Cavani égale Pauleta », sur SOFOOT.com,
  47. a et b « La "Remontada", le terme que tout le monde a sur les lèvres », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  48. « Barça - PSG (6-1) : Sept minutes incandescentes et le Camp Nou s’est embrasé comme jamais », Eurosport,‎ (lire en ligne).
  49. https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Edinson-cavani-prolonge-au-psg-jusqu-en-2020-officiel/796225.
  50. « Ligue 1 : Monaco, nouveau champion de France ! », leparisien.fr,‎ 2017-05-17cest22:52:45+02:00 (lire en ligne).
  51. « Ligue 1 : Cavani meilleur buteur devant Lacazette », Sport24,‎ (lire en ligne).
  52. « À la fin, c'est le PSG qui gagne », sur SOFOOT.com
  53. Syanie Dalmat au Stade de France, « Coupe de France : le PSG conserve son titre à l'arraché face à Angers », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne).
  54. Rédaction, « Kylian Mbappé (Monaco) rejoint officiellement le PSG en prêt avec option d'achat », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne).
  55. « Paris SG, débuts en fanfare pour la triplette Mbappé-Cavani-Neymar », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  56. « PSG - Les statistiques incroyables du trio Mbappé-Cavani-Neymar cette saison | Goal.com », Goal.fr,‎ (lire en ligne)
  57. Alexis Danjon, « Miraculé contre l'OM, le PSG arrache le nul dans le Classique », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  58. « L'OM et le PSG font match nul (2-2) : Paris peut remercier Cavani », Eurosport,‎ (lire en ligne).
  59. « PSG - Nice (3-0) : indispensable Cavani », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  60. « Neymar et Cavani, une embrouille dans le vestiaire et une affaire de gros sous ? », Eurosport,‎ (lire en ligne).
  61. Rédaction, « Record de buts pour le PSG en phase de groupes de la C1 », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne).
  62. « Edinson Cavani est élu joueur étranger de l'année 2017 », sur France Football, .
  63. « Cavani devient co-meilleur buteur de l’histoire du PSG et égale Ibrahimovic », leparisien.fr,‎ 2018-01-17cet21:58:44+01:00 (lire en ligne)
  64. « Feuille de Match de Ligue 1 - Paris Saint-Germain x Montpellier HSC », sur lfp.fr, (consulté le 27 janvier 2018).
  65. « Foot - Copa - URU : Cavani très incertain », L'Équipe, (consulté le 28 novembre 2013).
  66. « L'Uruguay remporte la Copa America 2011 », Agence France-Presse, (consulté le 28 novembre 2013).
  67. « Cavani remercie Naples », sur http://www.goal.com, .
  68. « Le Costa Rica crée la surprise contre l'Uruguay », sur lequipe.fr, .
  69. Adrien Pécout, « La Colombie mate l'Uruguay (2-0) et retrouvera le Brésil en quarts de finale », sur lemonde.fr, .
  70. « Cavani, un doigt dans les fesses et un carton rouge », sur lequipe.fr,
  71. « VIDÉO - Edinson Cavani se prend une main aux fesses... et se fait expulser ! », sur metronews.fr, .
  72. Antoine Raguin, « Victime d'un attouchement en plein match, Cavani perd ses nerfs », sur sport24.mlefigaro.fr, .
  73. « Le Chili a souffert face à l'Uruguay mais se qualifie pour les demi-finales de la Copa America (1-0) », sur lequipe.fr, .
  74. « Cavani digne de Maradona ? », sur http://www.le10sport.com, .
  75. « Fiche d’Edinson Cavani », sur footballdatabase.eu
  76. « Edinson Cavani », sur www.transfermarkt.fr.
  77. « Comment Edinson Cavani a divisé une partie de ses impôts à Malte », L'Équipe, (consulté le 27 mai 2017)
  78. (en) Matthew Vella, « Malta Files: PSG’s Edinson Cavani saves on tax for image rights », Malta Today, (consulté le 4 août 20147)
  79. Yann Bouchez, « Partie tendue entre les avocats d’Edinson Cavani et de Mediapart », Le Monde, (consulté le 25 novembre 2017)
  80. « Procès en diffamation contre Mediapart : la demande de Cavani rejetée », Le Monde, (consulté le 16 juin 2018)

Annexes

Bibliographie

  • Romain Molina, Cavani : El Matador, Hugo Sport, , 252 p., broché (ISBN 978-2755636123).

Liens externes

  • (en + es + it + fr) Site officiel
  • Ressources relatives au sport : As • Fédération internationale de football association • FootballDatabase.eu • Mondedufoot.fr • National Football Teams • Scoresway (Football) • Soccerbase (Joueurs) • Soccerway • Sports Reference • Transfermarkt (Joueurs) • Union des associations européennes de football
  • Présence sur les réseaux sociaux : Facebook (compte) • Twitter