Eau minérale des Rêpes

Eau minérale des Rêpes

L'Eau minérale des Rêpes est une ancienne eau minérale située dans le quartier des Rêpes, à Vesoul, dans la Haute-Saône qui contribua à la renommée du thermalisme de la ville au XVIIIe siècle.

À la fin du Moyen Âge, le quartier des Rêpes connait une popularité grâce à ces eaux minérales de source. À cette époque, le quartier ne fait pas partie de Vesoul, il est simplement un hameau comprenant de multiples fermes et habitations. La notoriété de la source s'affirmera par la suite dans plusieurs ouvrages d'auteurs qui décrivent amplement l'histoire et la composition des eaux minérales des Rêpes. La source des Rêpes fut découverte par hasard en 1725. À cette époque, Les Rêpes est un hameau qui se compose de nombreuses fermes et agriculteurs. Ceux-ci se sont rendu compte que le bétail qu'il élevait, traversait les cours d'eau des alentours du hameau, sans boire l'eau qui s'y trouve. Ces mêmes animaux se rendirent autour des puits où se trouve la source. À la suite de ces constatations, la source fut analysée et détaillée dans de nombreux ouvrages. Cette eau ressemble aux eaux des fontaines traditionnelles. Les eaux sont décrites comme limpides et légères, sans odeur ni saveur particulière, mais avec une dose d'acidité. Cependant l'eau de la source a une particularité : elle contient un taux élevé de sel. Lors d'une analyse de l'eau, une portion de dix livres d'eau révélait un poids d'entre 7 et 8 grammes de sel gemme, par évaporation[1].

Bibliographie

  • Jean-Paul Bernard, Le thermalisme à Vesoul au XVIIIe siècle, Vesoul, Jean-Paul Bernard, , 82 p.
  • André Barbier, Dissertation sur les eaux minérales de Rêpes, près de Vesoul,
  • Jean-Pierre Billard, Histoire, analyses et propriété des eaux minérales de Rêpes près de Vesoul
  • Daniel Sassi, Vesoul eaux et civilisation 2003 (ISBN 2-915402-05-1)
  • Daniel Sassi Vesoul Histoire et Patrimoine 2012 (ISBN 978-2-9531130-3-7)

Notes et références

Liens externes

Les Rêpes un villagenre dans la ville Vesoul. Daniel Sassi et Gilles Gardiennet. 2016