Domination

La domination est un processus en sciences sociales qui engendre une situation dans laquelle une identité sociale (individu ou institution) est en position d'imposer son autorité. Ce déséquilibre structurel n'est pas systématiquement perçu comme étant inégalitaire, mais ce sont à ceux-ci que les sciences sociales se sont le plus intéressées. Depuis Max Weber, la domination est comprise comme étant légitime, puisqu'elle repose sur la contingence d'actions sociales qui lui donnent sa légitimité sociale; le voleur en se cachant de la police légitimise la domination du Droit comme forme de justice dans nos sociétés contemporaines

Étymologie

Domination vient du latin dominus.

Dans son sens originel, le terme n'a ni connotation négative, ni positive, cela dépend de la façon dont elle est exercée. Elle implique cependant toujours une hiérarchie des positions sociales : Dieu est défini en théologie comme dominant le monde pour le bien de ce dernier, tandis que les hommes le ferait pour leurs propres bénéfices, au détriment des hommes.

Il peut aussi s'agir d'une forme locutive pour souligner l'importance d'un élément dans un environnement donné, comme dans l'expression "la montagne domine la plaine"

En sciences sociales

C'est principalement autour des travaux de Max Weber et de Karl Marx que la notion de domination a été débattue, au départ, en sciences sociales.

Conception weberienne

La définition que Weber offre de la domination est: « toute chance qu'a un individu de trouver des personnes déterminables prêtes à obéir à un ordre de contenu déterminé ». Pour Weber, la domination permet, par exemple à l'État (institution sociale) de posséder les moyens légitimes de la violence et de la coercition (la police, le droit, etc.) Pour lui, la domination est toujours légitime, puisque l'activité sociale lui donne forme.

Il propose trois formes de domination, qui sont encore reprises aujourd'hui, bien qu'il ne soit pas nécessaire d'y recourir pour aborder la notion de domination.

  • la domination traditionnelle: Cette forme de domination repose sur la croyance coutumière et quotidienne en la sainteté des traditions valables en tout temps et sur la croyance en la légitimité de ceux qui sont appelés à exercer la domination par ces moyens
  • la domination charismatique: Cette forme de domination repose sur la soumission au caractère exceptionnel, sacré, à la vertu héroïque ou à la valeur exemplaire de la personne qui exerce le pouvoir.
  • la domination rationnelle-légale ou légale-rationnelle: Ce type de domination repose sur la croyance en la légitimité des règles légales adoptées et du droit de donner des directives qu'ont ceux qui exercent la domination par ces moyens.

Ces formes de domination découlent d'une logique de rationalité limitée

Conception marxienne

Chez Karl Marx, la domination est vue comme un rapport de force inégalitaire et injuste.

Conception contemporaine

Si la domination est effectivement toujours légitimisée, aux vues des actions sociales, elle ne se rapporte pas systématiquement à une inégalité sociale

Acception économique

L'abus de position dominante est le comportement d'une entreprise en position de domination qui influence la structure d'un marché.

Pour François Perroux, la domination caractérise d'une manière générale le fait qu'une entité économique est capable de mobiliser à son profit des effets d'asymétrie qui lui permettent d'influencer de façon forte et durable d'autres entités ou acteurs économiques.

Acception sexuelle

La domination est également une pratique sexuelle composant les jeux de domination/soumission (voir BDSM).

Annexes

Articles connexes

Pouvoir :

Thèmes liés :

Auteurs :

Notes et références