Djamel Sabri

Djamel Sabri
Djamel Sabri
Description de cette image, également commentée ci-après
Djamel Sabri
Informations générales
Surnom Joe
Naissance (61 ans)[1]
Oum El Bouaghi, Algérie
Genre musical Musique chaoui (rock chaoui)
Instruments voix
Années actives 1980 - Aujourd'hui
Labels Édition Tobna

Djamel Sabri (en Tifinagh: ⵊⴰⵎⴰⵍ ⵚⴰⴱⵕⵉ) né le 7 juillet 1958, à Oum El Bouaghi en Algérie, est un interprète de chants berbères.

Biographie

Djamel Sabri est natif de la ville de Oum El Bouaghi de grands parents chanteurs et un arrière-grand-père compagnon de Aïssa Djermouni[1]. Dès l'âge de onze ans, il commence à s'intéresser à la culture amazigh, quelques années plus tard il poursuit ses études dans un lycée à Aïn Beïda (wilaya d'Oum El Bouaghi), la ville où il commence ses premières répétitions et où il composa son premier album intitulé Yemma El Kahina (mère Kahina)[1].

En 1980, il forme le groupe musical Les Berbères[2]. En 1981, le groupe est invité à chanter à l'université de Constantine. El Hadj Tayeb, le parolier du groupe insiste pour que toutes leurs chansons soit en langue chaoui. En 1986, le groupe se sépare après le retour d'une tournée en France[1].

Le chef du parti unique de l'époque tente d'obliger Djamel Sabri de chanter en arabe, mais ce dernier ne cède pas et continue de chanter en chaoui. En 1989, il sort son 2e album Bachtola (pistolet) qui coïncide avec les événements du 5 octobre 1988 en Algérie, cet album porte le même nom d'un tube qui raconte l'histoire d'un homme qui veut défier la tribu de sa bien-aimée avec son pistolet, une histoire racontée dans les Aures[3]. Avec cet album, il passe à la télévision national ou il se fait connaitre sur tout le territoire national[1]. Il est considéré de nos jours comme le « pionnier du rock chaoui »[1].

Discographie

Djamel Sabri avec son groupe ont composé quatre albums[2] :

  • Bachtola
  • Amghar

Notes et références

  1. a b c d e et f  Djamel Alilat, « Djamel Sabri. Chanteur anticonformiste armé de la langue des ancêtres : « Ils ne peuvent pas éteindre ma flamme » », El Watan, no 6400,‎ , p. 7 (ISSN 1111-0333, lire en ligne).
  2. a et b  Rachid Hamatou, « Entretien avec le chanteur chaoui Djamel Sabri (Djo) : « L'aigle vole seul » », Le Soir d'Algérie,‎ (ISSN 1111-0074, lire en ligne).
  3. Rachid Hamatou, « Le chanteur Djamel Sabri à Liberté : « Je ne suis pas un moutrib » », Liberté,‎ (ISSN 1111-4290, lire en ligne).