Divisions administratives de l'Empire russe en 1914

Divisions administratives de l'Empire russe en 1914
Divisions administratives de l’empire russe en 1914.

En 1914 l’Empire russe était divisé en cent gouvernements[1], oblasts et okrougs.

Russie d’Europe

Gouvernements de la Russie européenne (en 1910).

Les villes de Saint-Pétersbourg, Moscou, Sébastopol, Kertch, Odessa, Nikolaïev, Rostov-sur-le-Don et Yalta, administrées par un maire, étaient directement soumises à l’autorité du ministre de l’intérieur.

En 1910, la Russie d’Europe était composée de 73 gouvernements, 6 oblasts et 2 okrougs, regroupés en 9 régions[2] :

Armoiries du gouvernement de Nyland
Armoiries du gouvernement de Saint-Pétersbourg
Armoiries du gouvernement de Varsovie
Armoiries du gouvernement de Podolie
Divisions administratives de la région du Caucase.

Les oblasts du Kouban et du Terek ainsi que les gouvernements de Stavropol et de la mer Noire formaient la « Ciscaucasie » (Прикавказские губернии) les autres entités la « Transcaucasie » (Закавказские губернии) comprenant le Daghestan, pourtant situé au nord du Caucase).

Russie d’Asie

En 1910, la Russie d’Asie était composée de 4 gouvernements et 15 oblasts, regroupés en 2 régions et 4 gouvernements-généraux[3] :

Armoiries de l’oblast d’Akmolinsk

Les oblasts de Transcaspienne, Samarcande, Semiretchie, Syr-Daria et Ferghana formaient ensemble le gouvernement-général du Turkestan, ceux d’Akmolinsk et Semipalatinsk celui « de la steppe ».

Armoiries de l’oblast de Primorié

La région comportait deux gouvernements-généraux : celui d’Irkoutsk (gouvernements d’Irkoutsk, du Iénisseï et oblasts de Iakoutsk et Transbaïkalie) et celui de l’Amour (oblasts de l’Amour, du Kamtchatka, de Primorié et de Sakhaline).

Notes et références

  1. Traduction française alternative : gouvernorats
  2. H. Kehnert et H. Habenicht, carte et légende Russland und Skandinavien, no 43 dans le « Stielers Hand-Atlas » des éd. Justus Perthes, Gotha 1910, 440 pp.
  3. H. Habenicht, carte et légende Nord- und Mittel-Asien, no 56 et suivantes dans le « Stielers Hand-Atlas » des éd. Justus Perthes, Gotha 1910, 440 pp.