Didier Pittet

Didier Pittet
Biographie
Naissance
(63 ans)
Genève
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Distinctions
Liste détaillée
Commandeur de l'ordre de l'Empire britannique
European Society of Clinical Microbiology and Infectious Diseases (en) ()
Société américaine de microbiologie ()
Prix Robert Koch () ()

Didier Pittet, né le à Genève, est un médecin infectiologue et épidémiologiste suisse. Il est spécialiste de l'hygiène des mains et du contrôle des infections.

Biographie

Fils d’un père électricien et d’une mère au foyer[1], une famille catholique investie dans la paroisse de Lancy, l’adolescent s’implique dans le scoutisme, l’animation de colonies et songe à devenir prêtre. Il suit des études au Collège Calvin et à l'université de Genève. Il obtient un master en épidémiologie et santé publique à l'université d'Iowa. Il devient ensuite responsable du service « prévention et contrôle de l'infection » aux Hôpitaux universitaires de Genève.

Utilisant la formule de William Griffith, pharmacien anglais des Hôpitaux universitaires de Genève, il rend populaire la solution hydro-alcoolique de désinfection des mains, utilisé par le personnel soignant dans de nombreux hôpitaux afin de limiter les infections nosocomiales[2]. Bien que la Solution hydro-alcoolique fut inventée par Guadalupe_Hernández en 1966, il organise le don du brevet à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), afin que la solution hydro-alcoolique puisse être fabriquée localement et à moindre coût dans le monde entier[3]. À ce régime, il est « le médecin le plus cher au monde, par manque à gagner », estime avec humour son employeur, dont il prive les recettes d'environ « 1,7 milliard de francs [suisses], c'est la somme qu'il aurait encaissée s'il avait reçu 0,1 centime par flacon vendu chaque année » (sans doute faux: il faudrait vendre un flacon tous les 2 jours à chaque habitant de la planète)[4].

Il est responsable à l'OMS du programme « Un soin propre est un soin plus sûr »[5].

En 2007, il est fait commandeur de l'Ordre de l'Empire britannique (CBE)[6]. En 2009, il reçoit le prix « Hsu-Li Distinguished Lectureship in Epidemiology » de l'Université de l'Iowa[7].

Il est en première ligne de la lutte contre la pandémie de coronavirus en Suisse[2].

Bibliographie

  • Thierry Crouzet, Le geste qui sauve, Lausanne & Paris, Éditions l'Âge d'homme, , 164 p. (ISBN 978-2-8251-4400-8, lire en ligne).
    Ce livre est diffusé sous licence Creative Commons BY-NC-ND 4.0, et est librement téléchargeable : lien de téléchargement du livre
  • Clean hands : La main qui soigne, la main qui tue, de Aftermedia, 2222 Productions, Stéphane Santini PCM (prod.) et de Géraldine André et Stéphane Santini (réal.), 2017, documentaire, 60 minutes

Références

  1. Sophie Davaris, « Le « Dr Mains propres » qui veut diriger l’Hôpital », sur Association des médecins du canton de Genève
  2. a et b Christian Lecomte, « Didier Pittet insiste vraiment : ‹ Ce n’est pas le virus qui circule mais les gens › », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  3. http://www.who.int/gpsc/5may/tools/system_change/guide_production_locale_produit_hydro_alcoolique.pdf
  4. Dejan Nikolic, « Ce médecin genevois qui a sauvé des millions de vie », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 20 mars 2020)
  5. Message du professeur Didier Pittet sur le site de l'OMS (en anglais)
  6. « Didier Pittet - Service prévention et contrôle de l'infection à Genève aux HUG | HUG - Hôpitaux Universitaires de Genève », sur www.hug-ge.ch
  7. (en-US) « Hsu-Li Distinguished Lectureship in International Epidemiology », sur University of Iowa College of Public Health

Liens externes