David Raynal

David Raynal
Portrait de David Raynal.jpg
Fonctions
Sénateur de la Gironde
-
Ministre de l'Intérieur
-
Ministre des Travaux publics
-
Ministre des Travaux publics
-
Député de la Gironde
-
Conseiller général de la Gironde
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Parentèle
Étienne Weill-Raynal (petit-neveu)
Autres informations
Parti politique
Grade militaire
Conflit

David Raynal est un homme politique français né le à Paris et mort le à Paris.

Biographie

Fils d'Isaac Napoléon Raynal et d'Esther-Sophie Rodrigues-Henriques, il s'occupa activement de commerce et d'industrie, fut attaché au service du chemin de fer du Midi, et fonda en 1862 à Bordeaux la maison d'armateur Astruc et Raynal. Capitaine d'état-major pendant la guerre de 1870, conseiller général du 2e canton de Bordeaux de 1874 à 1880, il fut élu député par la 1re circonscription de Bordeaux. Il prit place dans les rangs de la majorité opportuniste et s'inscrivit au groupe de la gauche républicaine. Raynal vota contre l'amnistie plénière, contre la séparation de l'Église et de l'État et pour l'invalidation de l'élection de Blanqui.

Il entra comme sous-secrétaire d'État au ministère des Travaux publics, dans le premier cabinet Ferry le 28 septembre 1880, s'associa à tous les actes politiques de son chef, et fut réélu député en 1881. Lors de la formation du ministère Gambetta le 14 novembre 1881, Raynal, ami personnel du nouveau président du conseil, prit le portefeuille des Travaux publics ; il le garda jusqu'au 26 janvier 1882, tomba avec ses collègues sur la question de la révision, et fut rappelé au gouverneur, toujours comme ministre des Travaux publics, le 21 février 1883, dans le second cabinet Jules Ferry.

Il attacha surtout son nom, comme ministre, aux conventions conclues en 1883 avec les Compagnies de chemins de fer, conventions que la presse opposante attaqua très vivement et que l'extrême gauche de la Chambre traita à la tribune de « conventions scélérates ». Raynal tomba avec le ministère le 31 mars 1885. Inscrit, le 4 octobre 1885, sur la liste républicaine modérée de la Gironde, il fut réélu député du département. Il prit place au groupe de l'Union des gauches qu'il présida en 1887; à ce propos, il prononça un discours d'installation où il combattait l'attitude les radicaux, préconisait une politique d'affaires, et se déclarait partisan des réformes « acceptées par la majorité du pays ». Il fut membre de la commission du budget.

"Versailles. - Élection du président de la République. - Vue de la galerie des tombeaux, pendant le dépouillement des votes."

Après la chute du cabinet Goblet, Raynal reçut de Grévy l'offre de prendre la direction des affaires ; mais il conseilla au président de la République d'appeler de préférence le président de la commission du budget, Rouvier. David Raynal fut réélu député en 1889, puis en 1893. Il fut nommé ministre de l'Intérieur du gouvernement Jean Casimir-Perier le et fut élu sénateur de la Gironde en 1897. Il y présida la commission de la marine marchande.

Il est le grand-oncle d'Étienne Weill-Raynal[1] et l'arrière-arrière grand-oncle de Guillaume Weill-Raynal et de Clément Weill-Raynal.

Fonctions et mandats politiques

Notes et références

  1. Pierre-André Meyer, Julien Cain, un humaniste en guerre: Lettres 1914-1917, 2011

Voir aussi

Sources

  • André Bénac, Conférence sur la vie et l'œuvre politique de David Raynal, 1925
  • Pierre Birnbaum, Les Fous de la République : histoire politique des Juifs d'État, de Gambetta à Vichy, 1992
  • « David Raynal », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • « David Raynal », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes