David Lebon

David Lebon est un homme politique français né le au Mans.

Ancien président du Mouvement des jeunes socialistes, il est aujourd'hui délégué national du Parti socialiste et conseiller municipal de Chartres.

Biographie

Vie personnelle

Second d'une famille de triplés, composée de 2 garçons jumeaux et d'une fille. Avec son père, militaire de carrière, il passe les premières années de sa vie entre l'étranger et les bases militaires françaises situées dans les territoires français d'outre-mer.Après la fin de la carrière militaire de son père, ses parents décident de s'installer définitivement en métropole et s'installent dans le quartier de la Madeleine à Chartres quand il a neuf ans. Après une année à l'école Jean XXIII, entre les quartiers de Beaulieu et de la Madeleine, il termine son école primaire à l'école Maurice Carême de La Madeleine. Élève au collège Mathurin-Régnier, il poursuit sa scolarité au lycée Marceau, accompagnant sa sœur qui est en sport-étude handball (son frère suivant le même cursus au lycée de Rechèvres). Il obtient son baccalauréat en 1995.

Formation

Parcours militant

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Syndicalisme étudiant

Il commence à militer dans des syndicats et associations au lycée puis à l'université. À Tours il devient membre de l'AGE de l'UNEF locale (UGET-UNEF), puis membre du bureau national de l'UNEF, puis de la commission de contrôle de ce syndicat étudiant. Il intègre par la suite le bureau national de la LMDE.

Engagement politique

En 1993, il adhère au Parti socialiste (fédération d'Eure-et-Loir) puis en 1995 au MJS. Il en deviendra le président huit ans plus tard lors du VIe congrès du MJS qui s'est tenu à Lamoura en 2003.

Il quitte la présidence du MJS lors du VIIe se tenant à Paris le 10 décembre 2005, après avoir mené la campagne de son organisation contre le traité constitutionnel européen dans le cadre du référendum interne du PS. Il y défend l'autonomie statutaire du MJS (et non son indépendance) en ne remettant pas en cause la position favorable au oui du Parti socialiste, alors qu'une grande majorité des militants du MJS (dont lui-même) s'y opposaient. Il est également à l'origine d'un appel de jeunes responsables socialistes européens contre le traité constitutionnel européen[3]. Il décide donc lors de la campagne du référendum sur le projet de traité établissant une Constitution pour l'Europe, bien que leur congrès se soit prononcé très majoritairement contre, de ne pas s'engager dans la campagne contre le traité et le PS. Il donne aux adhérents favorables au oui la possibilité de faire campagne librement avec le PS.

Par la suite, il échoue lors de sa candidature à la présidence d'ECOSY (Jeunes socialistes européens) en 2005 (35 % des votes du congrès), notamment en raison de son opposition au traité constitutionnel européen. Ce Congrès fut l'un des Congrès les plus politiques de cette organisation privilégiant souvent la diplomatie à la politique.

Après avoir quitté le MJS, il milite au PS en Eure-et-Loir, son département d'origine, où il a grandi, précisément à Chartres (quartier de La Madeleine). À la suite du Congrès du Mans, il est nommé par Martine Aubry délégué national du Parti socialiste à l'insertion des jeunes auprès de la secrétaire nationale aux affaires sociales et à l'emploi.

Après le Congrès de Reims, ce proche de Martine Aubry est nommé directeur adjoint de son cabinet[4].

Parcours politique

Il a été l'assistant parlementaire de Patrick Bloche, député de Paris, puis de David Assouline, sénateur de Paris[5]. Il fut collaborateur au sein du cabinet de François Lamy, président de la communauté d'agglomération du plateau de Saclay.

Il fut ensuite directeur de cabinet adjoint de Martine Aubry au Parti socialiste.

En 2012, il est nommé secrétaire national aux outremers.

En octobre 2012, il est nommé conseiller parlementaire du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg avant de devenir en novembre 2013 son chef de cabinet adjoint. En avril 2014, il devient chef du cabinet du Ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique, Arnaud Montebourg.

Candidatures et mandats électifs

Candidatures

  • 2004 : candidat aux élections européennes sur liste du Parti socialiste
  • 2007 : suppléant de Françoise Vallet, candidate aux élections législatives dans la 1re circonscription d'Eure-et-Loir
  • 3 février 2008 au 26 juin 2008 : suppléant de Françoise Vallet, députée de la 1re circonscription d'Eure-et-Loir (élection partielle faisant suite à l'annulation de l'élection de novembre 2007, qui sera elle aussi annulée par le Conseil constitutionnel[6] qui déclarera Françoise Vallet inéligible pour une durée d'un an)
  • 2008 : candidat aux élections cantonales sur le canton de Chartres-Sud-Est
  • 2008 : candidat investi par le Parti socialiste à l'élection législative partielle des 7 et 14 septembre, il est battu par Jean-Pierre Gorges avec 49,06 % contre 50,96 %
  • 2012 : candidat investi par le PS le 12 décembre 2011 pour les élections législatives[7]. À nouveau battu par Jean-Pierre Gorges avec 49,22 % contre 50,78 %.
  • 2014 : Figure en 2ème position sur la liste d'union conduite par Catherine Maunoury.

Mandats

  • Depuis 2008 : conseiller municipal de Chartres (siège dans l'opposition)
  • Depuis 2014 : conseiller communautaire de Chartres Métropole (siège dans l'opposition)

Notes et références

  1. http://www.univ-tours.fr/
  2. http://www.univ-paris1.fr/
  3. « Politique : Des jeunes socialistes disent non » sur www.humanite.fr
  4. http://www.acteurspublics.com/2008/12/09/david-lebon-31-ans-a-ete-nomme-directeur-de-cabinet-adjoint-de-la-premiere-secretaire-du-parti-socialiste-martine-aubry
  5. Carton plein pour le MJS, Nouvelobs.com, 23 décembre 2008
  6. http://www.conseil-constitutionnel.fr/
  7. Site officiel du Parti socialiste - site consulté le 25 avril 2012

Lien externe

Cet article « David Lebon » est issu de Wikimonde Plus.