David Goffin

David Goffin
image illustrative de l’article David Goffin
David Goffin au Masters du Canada en 2015.
Carrière professionnelle
2008
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Naissance (27 ans)
Drapeau : Belgique Rocourt
Taille / poids 1,80 m (5 11) / 68 kg (150 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Thierry Van Cleemput
Gains en tournois 9 866 262 $
Palmarès
En simple
Titres 4
Finales perdues 7
Meilleur classement 7e (20/11/2017)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 249e (09/05/2016)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/4 1/8 1/8
Double 1/32 - - 1/32
Titres par équipe nationale
Coupe Davis F (2015, 2017)

David Goffin, né le à Rocourt, section de la ville de Liège, est un joueur de tennis belge, professionnel depuis 2008.

Il a remporté quatre tournois en simple sur le circuit ATP et a atteint deux quarts de finale en Grand Chelem à Roland-Garros en 2016 et à l'Open d'Australie en 2017, année où il atteint la finale du Masters après avoir battu Rafael Nadal et Roger Federer, respectivement numéros 1 et 2 mondiaux.

Il est membre de l'équipe de Belgique de Coupe Davis et a participé à la finale en 2015 face à la Grande-Bretagne et en 2017 face à la France.

Biographie

David Goffin fait ses premiers pas au tennis à l'âge de 5 ans avec Michel, son père, entraîneur de tennis à Barchon Club, et Michèle Gurdal[1]. Michel Goffin crédite d'ailleurs Gurdal pour avoir appris à son fils « les bases et la discipline »[1].

À huit ans, il fait un stage à l'académie de Sergi Bruguera à Barcelone en Catalogne suivi de la Saddlebrook Academies à Tampa en Floride[1]. Il est par la suite admis au centre tennis-études de Mons, dirigé par l'Association francophone de tennis (AFT) et fait ses études à l’Athénée Marguerite Bervoets[1].

En août 2008, il intègre la section "Team Pro" du centre qui regroupe ceux qui, au bout de leurs études secondaires, ont décidé de faire du tennis leur profession[1].

Il a été entrainé par Réginald Willems jusque mars 2014[2]. Il est actuellement entraîné par Thierry Van Cleemput.

Un nouveau membre rejoint son équipe en 2016, l'ancien joueur suédois Thomas Johansson, vainqueur de l'Open d'Australie 2002. Il fait sa première apparition à ses côtés au tournoi de Rotterdam.

David Goffin réside à Monaco avec sa compagne Stéphanie Tuccitto dont la relation dure depuis juin 2012. Il a un frère qui s'appelle Simon et qui est entraîneur de tennis sur le circuit féminin. Il s'adonne au golf lors de ses loisirs[3].

Carrière

Débuts

À 15 ans, en septembre 2006, David Goffin perd (0-6, 0-6) au premier tour de qualification du tournoi Challenger de Mons, l'Ethias Trophy. Il réapparaît sur le circuit ITF deux ans plus tard en août 2008 dans le tournoi Future de Luxembourg, un mois plus tard il remporte le tournoi Future de Kefallonia en Grèce. Il joue au tournoi de Roland-Garros junior en mai 2008 où il passe un tour et à Wimbledon junior où il perd au premier tour[4].

En 2009, il bat son premier joueur du top 100 : son compatriote Christophe Rochus alors no 93.

En août et en octobre 2010, il remporte deux tournois Futures à Eupen en Belgique et à Saint-Dizier en France. Cette même année, alors classé 297e mondial, Goffin va jusqu'en finale du tournoi Challenger de Ljubljana où il perd contre le Slovène Blaž Kavčič[5] puis il débute sur le circuit principal avec un échec en qualification à Montpellier.

En 2011, David Goffin joue pour la première fois dans le tableau principal d'un tournoi ATP à l'Open de Chennai. Après être sorti des qualifications, il bat Somdev Devvarman sur le score de 6-2, 6-4 et perd au second tour contre Stanislas Wawrinka (6-7, 6-7)[6]. Il obtient ensuite une invitation pour les qualifications de l'Open d'Australie où il abandonne au premier tour. Il joue également les qualifications de Wimbledon et de l'US Open avec des défaites au troisième et dernier tour. Il passe un tour à Kuala Lumpur en septembre et remporte coup sur coup deux tournois Futur à La Roche-sur-Yon et à Rodez en France. En octobre, il atteint les demi-finales de l'Ethias Trophy de Mons. Après avoir battu ses compatriotes Olivier Rochus et Yannick Mertens, ainsi que le Colombien Alejandro Falla, il tombe face au Français Julien Benneteau.

2012-2013 : Premières participations aux tournois du Grand Chelem, entrée dans le top 50

En janvier 2012, il atteint les quarts de finale d'un tournoi ATP pour la première fois, lors de l'Open de Chennai. Après avoir battu son compatriote Xavier Malisse, 49e mondial (sa première victoire face à un joueur du top 50), et Andreas Beck, il joue pour la première fois face à un membre du top 10, le 9e mondial Janko Tipsarević, et s'incline en trois sets (6-2, 3-6, 6-2)[7]. Issu des qualifications à l'Open 13 de Marseille, il passe le premier tour en battant Donald Young et échoue à nouveau contre Janko Tipsarević. Il participe en mars à son premier Masters 1000 à Miami où il passe le premier tour avant d'être stoppé par Nicolás Almagro.

En avril 2012, David Goffin remporte son tout premier titre Challenger, l'Orange Open Guadeloupe au Gosier, en s'imposant face à Mischa Zverev (6-2, 6-2)[8].

Ce même mois, lors de la rencontre du Groupe I de la Coupe Davis entre la Belgique et la Grande-Bretagne, il joue le match de double qu'il perd avec Ruben Bemelmans contre Colin Fleming et Ross Hutchins. Puis il dispute son premier simple dans cette compétition, remplaçant Olivier Rochus blessé, et offre le 3e point de qualification pour accéder aux barrages du groupe mondial grâce à sa victoire contre Josh Goodall en trois sets (6-4, 6-4 et 6-4)[9]. À l'Open de Barcelone et à l'Open de Munich, il parvient de nouveau à sortir des qualifications mais est éliminé au premier tour par Pablo Andújar et Potito Starace.

David Goffin intègre pour la première fois le tableau principal d'un tournoi du Grand Chelem lors du tournoi de Roland-Garros 2012 en tant que lucky loser, grâce au retrait de Gaël Monfils[10]. Il avait échoué au troisième et dernier tour des qualifications contre João Sousa. Au premier tour, il rencontre le 27e mondial, Radek Štěpánek, qu'il bat en 5 sets (6-2, 4-6, 2-6, 6-4, 6-2). C'est le joueur le mieux classé qu'il ait battu[11]. Au deuxième tour, il bat le Français Arnaud Clément, qui participait sur invitation à son dernier Roland-Garros, dans un match suspendu à cause de la pluie sur un score de deux sets partout, 5-1 la veille[12]. Il remporte pour la seconde fois consécutive un match après avoir été mené 2 sets à 1 (3-6, 7-62, 0-6, 6-2 et 6-1). Au 3e tour il rencontre Łukasz Kubot qu'il bat (7-6, 7-5, 6-1) et accède ainsi aux huitièmes de finale[13]. Il perd ensuite en quatre sets contre Roger Federer (5-7, 7-5, 6-2, 6-4) au terme d'un match où Goffin produira un superbe tennis, déstabilisant le Suisse à de nombreuses reprises. Le dernier lucky loser à avoir atteint les huitièmes de finale d'un Grand Chelem avant lui était son compatriote Dick Norman, qui avait perdu à ce stade contre Boris Becker à Wimbledon en 1995. Grâce à son beau parcours à Roland-Garros, il gagne 45 places au classement ATP pour se retrouver à la 64e place mondiale, ce qui lui donne par ailleurs le droit de représenter la Belgique aux Jeux olympiques[14].

David Goffin aux Jeux olympiques 2012.

Outre un bond dans le classement, ce coup d'éclat à Roland-Garros lui permet de recevoir une wild card pour l'UNICEF Open de Rosmalen et pour Wimbledon[15]. Au premier tour du Grand Chelem londonien, il bat le jeune espoir Bernard Tomic (3-6, 6-3, 6-4, 6-4), quart-de-finaliste l'année précédente dans ce tournoi. Au second tour, il vient à bout de l'Américain Jesse Levine (4-6, 6-4, 6-1, 6-3). Malgré une belle résistance face à Mardy Fish au tour suivant, il s'incline face à ce dernier (3-6, 6-7, 6-7).

Représentant la Belgique en simple aux Jeux olympiques, il perd au premier tour contre l'Argentin Juan Mónaco. Il atteint les quarts de finale du tournoi de Winston-Salem en battant au passage Viktor Troicki, Nicolas Mahut et Łukasz Kubot. Il s'incline en quart face au 10e mondial John Isner en deux sets (7-65, 6-3)[16]. La semaine suivante, il est éliminé dès le premier tour de l'US Open par le Tchèque Tomáš Berdych, 7e joueur mondial.

En Coupe Davis face à la Suède, David offre 2 points à l'équipe belge en battant Andreas Vinciguerra (6-4, 6-3, 7-5) et Markus Eriksson (6-3, 6-4)[17]. Le 30 septembre à Orléans, David gagne son deuxième tournoi Challenger de la saison et de sa carrière face à son compatriote Ruben Bemelmans alors 125e joueur mondial. La semaine suivante, il est désigné tête de série numéro 1 de l'Ethias Trophy où il s'aligne aussi en double avec Olivier Rochus. Il ne brille pas face à son public en se faisant sortir au premier tour par Michaël Llodra. À l'Open de Stockholm, David est éliminé dès le premier tour par Márcos Baghdatís.

À l'Open de Valence, il atteint les quarts de finale en battant notamment le géant John Isner no 11 mondial sur le score de 7-62, 4-6, 6-4. Pour la première fois de sa carrière, le joueur belge bat un top 15[18]. Il atteint alors le meilleur classement de sa carrière à la 42e place mondiale.

David commence l'année à l'Open de Brisbane, où il s'incline au second tour face à Jürgen Melzer après avoir battu Matthew Ebden. Il continue sa saison à l'Open d'Auckland où il perd au premier tour. À l'Open d'Australie, il est éliminé dès le premier tour par l'Espagnol Fernando Verdasco, 24e joueur mondial, dans un match en cinq sets (3-6, 6-3, 6-4, 3-6, 4-6).

Il rejoint l'équipe belge de Coupe Davis pour affronter la Serbie menée par Novak Djokovic. Il perd le premier match face à Viktor Troicki alors qu'il menait 2 sets à 0 et a servi pour le match[19]. La Serbie s'impose finalement en remportant les trois premiers matchs.

Il est ensuite battu au premier tour aux trois tournois auxquels il participe : Rotterdam, Marseille et Dubaï, par des joueurs classés entre la cinquantième et la soixantième place.

En mars, il retrouve Viktor Troicki au premier tour du Masters d'Indian Wells et prend sa revanche sur le Serbe. Il s'incline au tour suivant face à Florian Mayer. Au Masters de Miami, il atteint le 3e tour où il est battu par Nicolás Almagro, après avoir notamment vaincu l'Allemand Philipp Kohlschreiber, classé vingt-et-unième mondial. Il s'agit du joueur le mieux classé qu'il ait battu cette année-là.

David Goffin à Roland-Garros 2013 face à Novak Djokovic.

Il commence la saison sur terre battue au Masters de Monte-Carlo où il retrouve au premier tour l'Espagnol qui le bat à nouveau. Il enchaîne ensuite des défaites aux premiers et seconds tours à Bucarest, Estoril, Madrid et Düsseldorf, atteignant les demi-finales au tournoi Challenger de Bordeaux.

À Roland-Garros où il avait brillé la saison précédente, il tombe au premier tour sur le no 1 mondial, Novak Djokovic. Malgré une bonne résistance, David s'incline en trois sets[20].

Sur gazon, David s'incline au premier tour des tournois de Halle et Bois-le-Duc face à des joueurs sortis des qualifications. À Wimbledon, il tombe au premier tour sur le 6e joueur mondial Jo-Wilfried Tsonga qui s'impose en 3 sets. David Goffin affiche alors un bulletin de l'année fort décevant avec 12 défaites au premier tour et seulement 7 victoires en tournois ATP. Il perd à nouveau de précieux points et sort du top 100.

Il participe ensuite à deux tournois Challenger en Turquie. Il atteint les quarts de finale du tournoi d'Istanbul et remporte celui d'Eskişehir en battant en finale le joueur turc Marsel Ilhan. Il remonte alors dans le top 100 et redevient le joueur belge le mieux classé.

Lors de sa tournée américaine, il remporte une série de matchs qui lui permettent de remonter au classement. Au Classic de Washington, il atteint le second tour où il s'incline face à Bernard Tomic. La semaine suivante, il s'extrait des qualifications du Masters du Canada mais s'incline au premier tour du tableau final face à Tommy Haas. Au Masters de Cincinnati, il remporte à nouveau son tournoi qualificatif et atteint les huitièmes de finale en battant Vasek Pospisil, récent demi-finaliste du Masters du Canada. Il y rencontre pour la seconde fois le no 1 mondial Novak Djokovic contre qui il s'incline à nouveau.

Fin août, il prend part à l'US Open, son quatrième tournoi du Grand Chelem de l'année mais, comme aux trois tournois précédents, il est éliminé dès le premier tour, par l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov, en trois sets (2-6, 4-6, 4-6). Il s'agit de son dernier match officiel de la saison 2013. En effet, il est sélectionné pour jouer le match de Coupe Davis face à Israël mais se casse le poignet gauche à l'entraînement et doit subir une opération. Sa saison 2013 prend fin sur cette blessure.

En décembre, il reprend la compétition au tournoi exhibition de Caen où il bat en finale Richard Gasquet, 9e mondial, ce qui est de bon augure pour le début de la saison suivante[21].

2014 : 2 premiers titres ATP et intégration du top 30

David Goffin démarre sa saison au tournoi Challenger de Nouméa après 4 mois d'absence. Il s'impose facilement au premier tour mais doit déclarer forfait lors de son second match à cause d'une grosse élongation du muscle droit antérieur qui le contraint à déclarer forfait pour les qualifications de l'Open d'Australie[22].

Il reprend la compétition lors du premier tour de la Coupe Davis contre le Kazakhstan, où il s'incline face à Andrey Golubev puis s'impose face à Mikhail Kukushkin. La Belgique perd la rencontre 2-3. À la suite de sa longue absence, David est sorti du top 100 et il doit passer par les qualifications pour jouer les tournois ATP. Il participe à plusieurs tournois où il se qualifie pour le tableau final mais s'incline à chaque fois au premier ou deuxième tour. Il joue ensuite deux tournois Challenger pour reprendre confiance avant le tournoi de Roland-Garros, mais il n'y dépasse pas les quarts de finale. Au Grand Chelem parisien, il s'incline au premier tour en 4 sets face à Jürgen Melzer (4-6, 7-5, 5-7, 4-6).

La saison sur gazon n'est pas plus réjouissante, avec un deuxième tour au Queen's, une élimination en qualification à Eastbourne et une défaite au premier tour du tournoi de Wimbledon face au tenant du titre Andy Murray (1-6, 4-6, 5-7).

En juillet, David reprend la compétition sur terre battue en Challenger et les résultats sont plus encourageants avec trois titres consécutifs à Scheveningen, Poznań et Tampere, avec respectivement comme adversaires en finale Andreas Beck (6-3, 6-2), Blaž Rola (6-4, 6-2) et Jarkko Nieminen (7-63, 6-3). Il enchaîne à l'Open de Kitzbühel où il reçoit une wild card. Il y atteint la première finale ATP de sa carrière en éliminant notamment Philipp Kohlschreiber (6-3, 7-5), 24e mondial, au deuxième tour. Il remporte le tournoi en s'imposant face au jeune espoir autrichien Dominic Thiem, 50e mondial, en 3 sets (4-6, 6-1, 6-3). Cela fait donc 4 titres en autant de tournois depuis sa reprise sur terre battue[23].

David Goffin à au tournoi de Winston-Salem 2014.

David Goffin participe ensuite à l'Open de Winston-Salem pour préparer le dernier tournoi du Grand Chelem de la saison. Il y enchaîne encore 5 victoires dont deux en qualifications et notamment une au second tour face à Leonardo Mayer, 26e mondial. Il étend ainsi sa série de victoires consécutives à 25 avant de s'incliner en quart de finale face au Polonais Jerzy Janowicz[24].

À l'US Open, David Goffin se qualifie pour le troisième tour en battant Niels Desein et João Sousa. Il s'y incline face au Bulgare 8e mondial Grigor Dimitrov en quatre sets, non sans avoir enlevé le premier set 6-0 (0-6, 6-3, 6-4, 6-1).

Début septembre en Coupe Davis, il permet à la Belgique de sauver sa place dans le groupe mondial face à l'Ukraine en battant notamment Serhiy Stakhovsky et Illya Marchenko.

À l'Open de Moselle, David Goffin continue sur sa bonne lancée de l'été. Il se débarrasse de Florent Serra et Tobias Kamke avant de s'offrir le scalp de Jo-Wilfried Tsonga (tête de série no 1 et 11e mondial) en quart de finale (1-6, 7-65, 7-5). Ni Jan-Lennard Struff, ni João Sousa, pourtant tombeur de Gaël Monfils (tête de série no 2) en demi-finale, ne peuvent empêcher David de remporter son 2e tournoi ATP. David totalise alors un bilan de 34 victoires en 36 matchs depuis le tournoi de Wimbledon et monte à la 32e place mondiale[25].

Invité à l'Ethias Trophy de Mons, il fait honneur à son titre de première tête de série et s'impose en battant son compatriote Steve Darcis en finale (6-3, 6-3). Il totalise alors 20 victoires d'affilée sur le circuit Challenger et monte à la 27e place mondiale.

Il s'aligne ensuite au tournoi ATP 500 de Bâle, où il bat pour son entrée en lice le jeune Dominic Thiem (7-64, 6-3). Au second tour, il se débarrasse du Croate Ivan Dodig (7-60, 6-4), puis vainc en quart de finale le premier joueur du top 10 de sa carrière, le Canadien Milos Raonic (63-7, 6-3, 6-4) alors classé 9e mondial[26]. Il s'offre sa place en finale en éliminant la révélation du tournoi, le jeune Croate de 17 ans, Borna Ćorić (6-4, 3-6, 6-3). Il s'agit de sa 43e victoire sur les 45 derniers matchs depuis le mois de juin avec son élimination au premier tour de Wimbledon[27]. Il s'incline cependant en finale contre le numéro 2 mondial Roger Federer (2-6, 2-6). Grâce à ce beau parcours, il gagne six places au classement ATP et atteint le 27 octobre le 22e rang mondial, soit le meilleur classement de sa carrière.

La semaine suivante, il participe au Masters de Paris-Bercy en intégrant le tableau final grâce à une exemption spéciale. Il bat au premier tour Lukáš Rosol puis s'incline face au 6e joueur mondial David Ferrer (6-3, 2-6, 6-3). Il met alors un terme à sa saison.

Cette impressionnante seconde moitié de saison depuis le tournoi de Wimbledon, durant laquelle il a réalisé deux séries de 25 et 16 victoires consécutives et a remporté 4 tournois Challenger et ses deux premiers titres ATP et qui lui a permis de terminer la saison à la 22e place mondiale, lui permet de remporter l'ATP Award du come-back de l'année décerné par les joueurs[28].

2015-2016 : Saisons sans titres, Finale de Coupe Davis puis premier 1/4 de finale en Grand Chelem à Roland Garros

David Goffin entame sa saison à l'Open de Chennai. Il y atteint les demi-finales après avoir battu Ričardas Berankis et Andreas Haider-Maurer. Il s'incline contre le Suisse Stanislas Wawrinka (5-7, 3-6). Il participe ensuite au tournoi de Sydney où il est battu dès son premier match face à l'Italien Simone Bolelli (3-6, 3-6).

À l'Open d'Australie, il élimine l'Américain Michael Russell pour son entrée en lice (6-3, 6-3, 5-7, 6-0). Il est éliminé au tour suivant par le Chypriote Márcos Baghdatís (1-6, 4-6, 6-4, 0-6).

Face à la Suisse, il qualifie la Belgique pour les quarts de finale de la Coupe Davis lors du cinquième match, une première depuis 2007. En effet, le capitaine Johan Van Herck décide d'appeler David pour disputer le dernier match contre Adrien Bossel alors que le score était de 2-2. Goffin s'impose en trois sets (6-4, 6-0, 6-4).

Il fait son retour au Masters de Miami où il atteint le 4e tour (huitième de finale), après avoir battu Borna Ćorić et Jerzy Janowicz. Il s'y incline face à Kei Nishikori (1-6, 2-6).

Après les tournois sur surface dure, David se rend à Monte-Carlo où il passe sans difficulté le premier tour contre Norbert Gombos (6-1, 6-4). Cependant, il s'incline au tour suivant contre Jo-Wilfried Tsonga (3-6, 4-6). David participe au tournoi ATP 250 de Munich où il est exempté de premier tour de par son statut de 4e tête de série. Au deuxième tour, il retrouve Simone Bolelli et s'impose difficilement (7-65, 64-7, 6-1). En quart de finale, le Belge est éliminé par Philipp Kohlschreiber (6-2, 3-6, 4-6), futur finaliste. Au Masters de Madrid, le no 1 belge affronte Ernests Gulbis contre qui il s'impose en plus de 2 heures de jeu (3-6, 6-1, 7-5). Il perd au tour suivant contre le Japonais Kei Nishikori (2-6, 6-4, 4-6) dans un match encourageant.

Au Masters de Rome, il commence contre le qualifié italien Andrea Arnaboldi qu'il bat difficilement (5-7, 6-2, 6-1). Au deuxième tour, il fait face au Français Jo-Wilfried Tsonga, 14e mondial, qu'il bat (6-2, 4-6, 7-5) alors qu'il était mené 5-3 dans le dernier set et a dû effacer trois balles de match[29]. Pour son huitième de finale, il profite du forfait avant match d'Andy Murray qui préfère se reposer et atteint ainsi les quarts de finale, sa meilleure performance dans un Masters 1000. Il perd au tour suivant dans un match accroché face à David Ferrer (2-6, 6-4, 3-6). Il améliore son meilleur classement mondial en atteignant le 18e rang, dépassant le meilleur classement d'un Belge détenu jusqu'alors par Xavier Malisse[30].

David Goffin à Roland-Garros 2015.

Il prend part à Roland-Garros où il élimine le Serbe Filip Krajinović et le Colombien Santiago Giraldo mais s'incline au 3e tour face au Français Jérémy Chardy auteur d'un très bon match. David progresse tout de même au classement ATP et monte à la 15e place mondiale.

Pour commencer la saison sur gazon, David se hisse en finale du tournoi de Bois-le-Duc en éliminant Jürgen Melzer, Illya Marchenko et Gilles Müller mais il échoue à remporter un troisième titre ATP en s'inclinant face au Français Nicolas Mahut[31].

Au tournoi de Wimbledon, il bat Horacio Zeballos, Liam Broady et Márcos Baghdatís pour atteindre les huitièmes de finale où il s'incline face à Stanislas Wawrinka, récent vainqueur de Roland-Garros en trois sets (63-7, 67-7, 4-6). Depuis Roland-Garros 2012, David n'avait plus jamais atteint les huitièmes de finale d'un Grand Chelem.

David participe ensuite à la victoire en Coupe Davis face au Canada en battant Filip Peliwo pour atteindre les demi-finales. Il perd ensuite dès son entrée en lice au tournoi de Båstad face à Benoît Paire à cause d'un problème au dos. Il s'en remet et atteint la semaine suivante sa deuxième finale de la saison au tournoi de Gstaad où il retrouve Dominic Thiem en grande forme. L'Autrichien s'impose en 2 sets (7-5, 6-2)[32]. David se rend ensuite en Amérique pour disputer le Masters du Canada. Il y atteint les huitièmes de finale où il retrouve Kei Nishikori contre qui il s'incline pour la troisième fois de l'année (4-6, 4-6). La semaine suivante, il atteint à nouveau les huitièmes de finale au Masters de Cincinnati où il affronte le no 1 mondial Novak Djokovic. David pousse le Serbe au 3e set et mène 3-0 dans le set décisif avant de laisser filer le match, le Serbe enchaînant les jeux décisifs dans la dernière manche (4-6, 6-2, 3-6)[33].

À l'US Open, il écarte facilement Simone Bolelli puis est poussé aux 5 sets par Ričardas Berankis. Au 3e tour face à Roberto Bautista-Agut, il entame bien son match en remportant les 2 premiers sets mais est ensuite pris de maux d'estomac et doit abandonner dans le 4e set (6-2, 7-5, 3-6, 1-3 ab.). Le weekend suivant, il participe à la demi-finale de Coupe Davis face à l'Argentine en apportant l'égalité lors du quatrième match contre Diego Schwartzman, son compatriote Darcis permettant ensuite à leur pays de se qualifier pour la finale.

Les Belges, de retour en finale de Coupe Davis pour la première fois depuis 1904, défient la Grande-Bretagne du 27 au 29 novembre sur terre battue à Gand. David remporte difficilement son premier match contre Kyle Edmund en cinq sets (3-6, 1-6, 6-2, 6-1, 6-0), remontant ainsi une situation compromettante de deux sets à zéro pour son adversaire[34]. Il perd ensuite le double avec Steve Darcis contre Andy Murray et Jamie Murray. Le dimanche, il affronte le leader de l'équipe britannique Andy Murray et doit s'avouer vaincu en trois sets honorables (3-6, 5-7, 3-6), offrant la victoire à l'équipe adverse[35].