Dauphin (titre)

Dauphin de France
Image illustrative de l'article Dauphin (titre)
Armoiries du Dauphin de France.

Image illustrative de l'article Dauphin (titre)
Titulaire actuel
dernier Dauphin de France

Création
Abrogation
Premier titulaire Charles de France
Dernier titulaire Louis de France

Dauphin fut d'abord le surnom, puis le titre, des seigneurs du Dauphiné de Viennois, comtes d'Albon-Viennois et, à partir du « Transport » du Dauphiné au royaume de France, en 1349, le titre porté par le fils aîné du roi de France. Il désigne alors l'héritier présomptif de la couronne, jusqu'à son sacre[1].

Robert IV, fils de Guillaume VII d'Auvergne, comte de Clermont, et de Marquise d'Albon, fille de Guigues IV appelé Dauphin, a porté le prénom de Dauphin en hommage à son grand-père et adopté un blason représentant un dauphin. Le titre de Dauphin d'Auvergne est pris par ses descendants. Le dauphiné d'Auvergne est une partie du comté d'Auvergne après son partage entre Guillaume VII et son oncle Guillaume VIII et a subsisté jusqu'à la Révolution française dans la maison de Bourbon.

Histoire

Titre du comte de Viennois (1133-1349)

Les comtes de Viennois et comtes d'Albon, seigneurs du Dauphiné de Viennois, furent les premiers à porter le titre de dauphins du Viennois.

Ce surnom vient du fait que de nombreux comtes du Viennois ont porté comme second prénom Dauphin, équivalent assez peu courant au masculin du prénom féminin Delphine (ou Dauphine), depuis Guigues IV Dauphin, comte d'Albon et du Viennois de 1133 à 1142. Ce prénom, Dauphin (Delphinus en latin), qui représente un animal marin homonyme, rappelle les liens forts du Dauphiné avec la Provence et donc la Méditerranée.

Titre de l'héritier du trône de France (1349-1830)

Représentation héraldique de la couronne du Dauphin de France.

Les héritiers du trône de France portaient le titre de dauphin, depuis le 30 mars 1349[2], date du traité de Romans par lequel Humbert II du Viennois avait vendu sa seigneurie d'Albon et du Viennois (appelé par la suite Dauphiné) au roi de France Philippe VI, à la condition que le Dauphiné fût le fief de son fils aîné, qui porterait désormais le titre de dauphin. C'est le petit-fils de Philippe VI, le futur Charles V, qui fut le premier dauphin. Le seul dauphin ayant exercé un pouvoir effectif dans le Dauphiné fut le futur Louis XI qui le gouverna à la façon d'un chef d'État.

Pour avoir le titre de dauphin, il fallait non seulement être l'héritier du trône, mais aussi descendre du roi régnant. Ainsi François Ier, cousin de son prédécesseur Louis XII, ne fut jamais titré dauphin.

Jusqu'à Henri II, on parlait de « dauphin de Viennois », après lui on parla de « dauphin de France ». En effet, le terme de dauphin de France fut utilisé pour le futur François II[3], déjà roi d'Écosse par alliance, jusqu'en 1560 ; il était difficile de mettre sur le même plan le royaume d'Écosse et le Dauphiné de Viennois et le fils aîné d'Henri II porta donc le double titre de roi d'Écosse et Dauphin de France.

Le premier prince français à avoir été surnommé « le dauphin » fut Charles V le Sage, aîné des petits-fils de Philippe VI. Le dernier fut le duc d'Angoulême, Louis-Antoine, fils de Charles X.

Autres utilisations

  • Le titre de dauphin de Gérone a été utilisé en 1387-1388 pour désigner l'infant Jaume, fils et héritier du roi Jean Ier d'Aragon. Le titre traditionnel des héritiers de la couronne d'Aragon était duc de Gérone, mais il est probable que le roi, sous l'influence du modèle français, ait voulu distinguer son fils des autres princes de la maison d'Aragon. Après la mort de l'infant Jaume, le titre de dauphin de Gérone ne fut plus utilisé.
  • L'expression s'utilise encore couramment pour désigner le successeur désigné d'une personnalité célèbre (homme d'État, champion, magnat fortuné…).

Liste des dauphins de France

Article détaillé : Liste des dauphins de France.

Sources

Notes et références

  1. C'était le titre par lequel était désigné par Jeanne d'Arc le futur Charles VII jusqu'à son sacre.
  2. Gilles-Marie Moreau, Le Saint-Denis des Dauphins, Éditions L'Harmattan, , p. 28
  3. Hervé Pinoteau, La symbolique royale française, Ve - XVIIIe siècle, P.S.R. éditions, 2004, p. 185.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes