Cuillé

Cuillé
Cuillé
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Château-Gontier
Canton Cossé-le-Vivien
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Craon
Maire
Mandat
Viviane Ricard
2014-2020
Code postal 53540
Code commune 53088
Démographie
Gentilé Cuilléens
Population
municipale
909 hab. (2015 en diminution de 6 % par rapport à 2010)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 15″ nord, 1° 07′ 07″ ouest
Altitude Min. 57 m
Max. 103 m
Superficie 21,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de la Mayenne
City locator 14.svg
Cuillé

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de la Mayenne
City locator 14.svg
Cuillé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cuillé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cuillé

Cuillé est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 909 habitants[Note 1] (les Cuilléens).

Géographie

La commune de Cuillé est limitrophe du département d'Ille-et-Vilaine, au nord-ouest de la Mayenne angevine.

Cuillé se situe à 10 km de La Guerche-de-Bretagne, à 19 km de Craon, à 20 km de Vitré, à 28 km de Pouancé et à 29 km de Laval.

Toponymie

Histoire

Cette commune fait partie historiquement du Haut-Anjou. Une partie de la paroisse dépendait de la baronnie de Pouancé, l’autre de celle de Craon. Le village de Cuillé dépendait de la sénéchaussée d'Angers.

La paroisse de Cuillé tenait l’extrémité nord-ouest de l’Anjou et relevait du diocèse d'Angers. L’église romane du XVe siècle, située à 500 mètres seulement de la limite bretonne, possédait deux chapelles dans le transept : l’une au nord, celle « des Bretons », l’autre au sud, celle « des Angevins ».

Au Moyen Âge, Gennes et Cuillé se situaient déjà de part et d'autre de la Seiche, mais cette rivière tout près de sa source n'y avait pas l'ambition de jouer le rôle de frontière. Elle devint seulement limite de gabelle. Il fallut par conséquent creuser des souterrains pour acheminer le sel breton à Cuillé, illégalement mais à prix convenable.

La dépendance de Cuillé à la baronnie de Pouancé, commence avec le mariage de Guillaume de La Guerche avec Emma, fille de Gautier Hai de Pouancé.

À Cuillé se trouve la croix de l’Entrehaie. Au XVe siècle, le seigneur de Pouancé devait rituellement, passer en ce lieu frontalier entre les deux seigneuries de La Guerche et de Pouancé, afin de s'assurer du maintien de ses prérogatives sur cette zone frontalière entre Anjou et Bretagne, (La Croix d'Entrehaie, se situait à la limite des communes de La Selle-Guerchaise et de Cuillé, le long du chemin de La Guerche à Laubrières).

Sous l’Ancien Régime, les villages excentrés du Haut-Anjou, maintenaient des liens permanents entre eux (Cuillé, Laubrières, Méral, Craon et Pouancé). Les postes d’officiers seigneuriaux de la baronnie de Pouancé étaient régulièrement relevés et échangés en permutant entre Cuillé et Pouancé.

On dénombrait vingt-sept cafés dans la commune, bourg et campagne compris, avant 1900.

Politique et administration

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Michel Bellamy   Notaire
2008[1] en cours Viviane Ricard[2]   Agricultrice

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2015, la commune comptait 909 habitants[Note 2], en diminution de 6 % par rapport à 2010 (Mayenne : +0,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4291 3101 4101 7401 5861 5521 5991 6201 614
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6551 5761 6081 5481 5901 5511 4481 5771 528
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5601 5241 4141 1631 2081 1861 1811 2061 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 082997861827863849929941952
2013 2015 - - - - - - -
916909-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Lieux et monuments

  • Église Saint-Martin (XIIe siècle, XVe siècle, XVIIe siècle et XIXe siècle).
  • Chapelle Saint-Bruno-et-Saint-Charles (1869).

Activité et manifestations

Personnalités liées à la commune

Armes de la famille de Farcy : d'or fretté d'azur de six pièces, au chef de gueules.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  • Altitudes, coordonnées, superficie : répertoire géographique des communes 2013 (site de l'IGN, téléchargement du 19 mars 2014)
  1. Liste des maires de la Mayenne actualisée au 16 septembre 2009, site de la préfecture de la Mayenne, consulté le 19 septembre 2009
  2. Réélection 2014 : « Cuillé (53540) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 mai 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Henri de La Messelière, Les Filiations bretonnes, vol. IV, page 68