Coupe du monde de rugby à XV 2007

Coupe du monde de rugby à XV 2007
Description de l'image Rugby World cup 2007.png.
Généralités
Sport rugby à XV
Organisateur(s) IRB et FFR
Édition 6e
Lieu(x) Drapeau de la France France
Drapeau de l'Écosse Écosse
Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles
Date au
Participants 20 équipes (phase finale)
94 équipes (éliminatoires)
Matchs joués 48 matches
Affluence 2 263 331 spectateurs
Site(s) 12 stades
Palmarès
Vainqueur Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud (2)
Finaliste Drapeau : Angleterre Angleterre
Troisième Drapeau : Argentine Argentine
Meilleur(s) marqueur(s) Drapeau : Afrique du Sud Bryan Habana (8 essais)
Meilleur réalisateur Drapeau : Afrique du Sud Percy Montgomery (105 pts)

Navigation

La Coupe du monde de rugby à XV 2007 (sixième édition) se déroule du 7 septembre au en France, au pays de Galles (quatre matches dont un quart de finale) et en Écosse (deux matches). Il s’agit de la troisième phase finale de la compétition se disputant sur le sol européen. Le pays organisateur a été choisi en avril 2003.

De septembre 2004 à novembre 2006, les sélections nationales de 86 pays participent à une phase de qualification, dans le but de désigner les onze équipes disputant le tournoi final en compagnie de la France, qualifiée d’office en tant que pays organisateur, ainsi que des huit autres nations qualifiées d'office à la faveur de leurs résultats à l'édition de 2003.

La Coupe du monde est remportée par l'Afrique du Sud pour la deuxième fois en s'imposant à l'Angleterre dans un match sans essai.

Préparation de l'événement

Choix du pays organisateur

vue de la tour Eiffel.
La tour Eiffel fête la Coupe du monde de rugby à XV 2007

Deux nations[1] sont en lice pour l'obtention de l'organisation de la Coupe du monde : l'Angleterre, déjà organisatrice en 1991, et la France qui, à deux reprises, a déjà accueilli quelques matches des phases finales (huit en 1991, lors de la Coupe du monde organisée par l'Angleterre et huit autres en 1999, lors de l'édition organisée par le pays de Galles).

Les dossiers de candidature sont radicalement différents[2].

Le projet de l'Angleterre

Vue de l'extérieur d'une boutique. Les murs proches de celle-ci sont décorés par des silhouettes d'actions de rugby.
Boutique officielle de la Coupe du monde de rugby à XV 2007.

Le comité d'organisation anglais[3] souhaite s'écarter du système de quatre poules de cinq avec phases finales à élimination directe, considéré comme limitant les affrontements vraiment compétitifs, et présente un projet radicalement neuf[2] : il compte deux phases finales séparées (tournoi à deux vitesses). D'un côté, un tournoi « élite », dit « Super Eight » regroupe les seize nations principales. Par ailleurs, un tournoi regroupe trente-deux « petits » pays (devant les coûts engendrés, ce nombre passe ensuite à vingt) et les éliminés du tournoi élite sont reversés dans le tournoi secondaire à l’issue de la première phase. Le tournoi Super Eight doit comprendre quatre poules de quatre, qualifiant chacune deux équipes pour deux nouvelles poules de quatre équipes. Les qualifiés conservent les points acquis en première phase contre l’autre qualifié (comme pour le championnat du monde de handball masculin 2007). Les deux premiers de chacune de ces deux poules sont ensuite qualifiés pour les demi-finales[4].

Sportivement, le titre de champion du monde a plus de valeur selon le comité d’organisation anglais : pour l'emporter, le vainqueur a ainsi dû jouer au moins six matches contre des ténors (deux en première phase, deux en deuxième, deux en phase finale), au lieu de quatre ou cinq avec le système habituel[4]. Ce système a aussi selon eux l’avantage de multiplier des matches rentables tout en limitant le nombre de matches sans réel intérêt sportif qui se terminent par des scores larges (comme en 1995, lorsque la Nouvelle-Zélande bat le Japon 145 à 17, record de l’épreuve[5]), et de réaliser des bénéfices supplémentaires substantiels (de ce point de vue, ce système n’est pas sans rappeler celui de la Ligue des champions de football). Les Anglais ont mis en avant le fait qu’ils comptent réaliser cent quarante millions de livres, le double de ce qui est alors prévu pour la future Coupe du monde 2003[6], soit bien plus que le projet français.

Le choix de la France par l'IRB

Logo de la FFR, hôte de la Coupe du monde 2007

La Fédération française de rugby à XV (FFR), de son côté, propose un format plus classique, semblable à celui de la phase finale de 2003 (et donc avec vingt pays répartis en quatre poules de cinq au lieu de seize dans le projet Anglais). Cette formule a selon la France, deux avantages : d'une part, elle permet d'ouvrir plus largement la compétition aux équipes moins fortes ce qui les aidera, en se confrontant aux meilleures, à progresser. D'autre part, elle permet une meilleure couverture mondiale avec un plus grand nombre d'équipes qualifiées et une meilleure représentation de chaque continent[réf. nécessaire]. Le , l'IRB confie pour la première fois l'organisation de la Coupe du monde de rugby à XV à la France seule, par une écrasante majorité de 18 votes à 3[7].

Les raisons de ce choix sont multiples. En particulier l'option anglaise génère l'organisation des matches de trente-six équipes, ce que personne, hormis l'Angleterre, la France et peut-être le Japon, ne peut faire dans le monde du rugby actuel. Cela condamne les autres nations à l'avenir. La France a aussi fait campagne sur son attachement traditionnel à la défense du rugby amateur et à l'ouverture de la discipline à d'autres régions du globe. Syd Millar, vice-président de l'IRB, affirme pour sa part que le projet français est « le meilleur pour le développement du rugby[8] ».

Enfin, la FFR accepte de « délocaliser » quatre matches à Cardiff (pays de Galles), dont un quart de finale (c'est le même procédé qu'en 1999 quand la France obtient un quart de finale à domicile et sept autres matches, lors de la Coupe du monde organisée par le pays de Galles), et deux autres à Édimbourg (Écosse), une stratégie payante en termes de voix au moment du vote.

Villes et stades

Les douze stades réservés n'ont pas subi d'importants travaux de rénovation, la plupart ayant accueilli la Coupe du monde de football 1998. Deux stades hors de France (au pays de Galles et en Écosse) ont été retenus.

Saint-Denis Cardiff (pays de Galles) Édimbourg (Écosse) Marseille Bordeaux
Stade de France
Capacité prévue : 81 338
Millennium Stadium
Capacité prévue : 74 500
Murrayfield Stadium
Capacité prévue : 67 130
Stade Vélodrome
Capacité prévue : 60 032
Stade Chaban-Delmas
Capacité prévue : 34 694
Coup d'envoi.jpg Millennium Stadium Cardiff 2006.jpg Murrayfield cs.JPG Stade vélodrome Olympique de Marseille Montpellier HSC Septembre 2009.jpg Panorama Chaban-Delmas.jpg
Paris Lens
Parc des Princes
Capacité prévue : 48 527
Stade Félix-Bollaert
Capacité prévue : 41 229
Paris-Parc-des-Princes.jpg Bollaert vide.jpg
Lyon Nantes Toulouse Saint-Étienne Montpellier
Stade de Gerland
Capacité prévue : 41 842
Stade de la Beaujoire
Capacité prévue : 38 285
Stadium Municipal
Capacité prévue : 35 575
Stade Geoffroy-Guichard
Capacité prévue : 35 616
Stade de la Mosson
Capacité prévue : 32 950
Stade-Gerland-RWC2007.JPG Stade de la Beaujoire.jpg StadiumToulouse3.JPG Stade-GeoffroyGuichard-RWC2007.JPG Australie-Fidji.4.JPG

Acteurs de la Coupe du monde

Équipes qualifiées

Le tirage au sort des groupes de Qualifications pour la Coupe du monde de rugby à XV 2007 a eu lieu le à Dublin (Irlande). 86 nations des six confédérations sont inscrites pour onze places disponibles pour le tournoi final (en plus des huit qualifiés d'office dont la France, pays organisateur). Les qualifiés d'office sont l'Afrique du Sud , l'Angleterre (tenante du titre T), l'Australie, l’Écosse, la France, l'Irlande, le pays de Galles et la Nouvelle-Zélande du fait que ces équipes sont allées en quarts de finale de la dernière Coupe du monde en 2003.

La phase de qualification débute le 4 septembre 2004 à Andorre entre l'équipe représentant la principauté et la Norvège[9]. Elle se termine le 24 mars 2007 avec la qualification du Portugal aux dépens de l'Uruguay lors d'un barrage[10], les Tonga s'étant peu avant aussi qualifiés en barrage face à la Corée du Sud.

Sélections qualifiées par confédération, nombre d'apparitions en Coupe du monde
Carte Europe (FIRA-AER)
9 places dont une au pays hôte
Amérique du Sud (CONSUR)
1 place
Afrique (CAR)
2 places
Planisphère représentant les pays dont les équipes participent aux qualifications de la Coupe du monde 2007
Équipes participant aux qualifications pour
la Coupe du monde 2007
Océanie (FORU)
5 places
Amérique du Nord, Antilles, Caraïbes

(NACRA)
2 places

Asie (ARFU)
1 place
  • Drapeau : Japon Japon : 6e phase finale, qualifié

Joueurs

L'International Rugby Board a imposé aux sélectionneurs de dévoiler une liste de trente joueurs. Dans l'article ci-dessus, les listes des 20 sélections.

Arbitres

Ci-dessous, la liste des douze arbitres retenus pour la Coupe du monde[11]. Aucun arbitre, ni juge de touche des zones Asie et Amérique du Nord n'a été retenu pour la compétition.

Déroulement de la phase finale

Depuis la première édition de 1987, cette compétition se déroule en deux phases : une phase de qualification et une phase à élimination directe. Pendant la phase de qualification par poules, chaque équipe affronte une fois chacun des quatre adversaires de sa poule. À l’issue de cette phase, les deux premiers de chaque poule sont qualifiés pour la phase à élimination directe (voir tableau plus bas).

Tirage au sort

Pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde de rugby à XV, un tirage au sort a lieu pour déterminer les différents groupes de la compétition[12]. Les quatre demi-finalistes de l'édition précédente (l'Angleterre, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la France) sont têtes de série et placés dans chacune des quatre poules. Le tirage au sort qui permet de désigner leurs quatre adversaires pour cette première phase[12] a lieu le mercredi 13 mai 2004 à Dublin et aboutit à la répartition suivante[13] :

Poule A

Poule B

Poule C

Poule D

Cérémonie d'ouverture

vue de l'ensemble du terrain depuis le haut des tribunes. Le centre du terrain est recouvert de quatre carré de couleurs.
Le Stade de France pendant la cérémonie d'ouverture.

L'organisation de la cérémonie d'ouverture du 7 septembre au Stade de France est confiée au metteur en scène Olivier Massart, qui s'adjoint les services de Kader Belardi pour la chorégraphie et de Marco Prince, ex-chanteur de FFF, pour la musique. Le trio a opéré lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux asiatiques 2006. Elle débute à 20h25 et dure un peu moins de vingt minutes, en présence du président de la République française, Nicolas Sarkozy. Elle met en scène trois cents danseurs, cent quarante figurants, des centaines de musiciens, dont la compagnie Métalovoice et plusieurs bandas du Sud-Ouest. Quatre tableaux se succèdent rappelant les fondamentaux du rugby, avec notamment « La passe de la fraternité » et « La grande mêlée », ainsi que les valeurs de solidarité, de partage, de passion, de respect et de bravoure. Le spectacle s'organise autour de quatre couleurs, le jaune, le vert, le bleu et le rouge, reprise dans les tribunes sous forme de chasubles que les spectateurs sont invités à enfiler dans chacune des quatre tribunes, pour être à l'unisson des artistes. Au milieu du spectacle, vingt grands joueurs représentant un des pays qualifiés viennent saluer la foule au milieu du terrain, tandis que des images en noir et blanc de leurs exploits passent sur les deux grands écrans situés aux extrémités du stade. Parmi eux, se trouvent Gareth Edwards (Pays de Galles), Morné du Plessis (Afrique du Sud), John Eales (Australie), Gareth Rees (Canada), Diego Domínguez (Italie), Jonah Lomu (Nouvelle-Zélande), Keith Wood (Irlande), John Jeffrey (Écosse), Steve Thompson (Angleterre) et Jean-Pierre Rives (France). Huit avions de la Patrouille de France passent au-dessus du stade, laissant dans leur sillage les couleurs du drapeau français.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Poules de qualification pour la phase éliminatoire

Règlement

La formule est la même que celle utilisée quatre ans plus tôt ; les vingt équipes qualifiées en phase finale de la Coupe du monde sont réparties en quatre poules de cinq équipes. Chaque poule comprend deux équipes qualifiées d'office (les quarts-de-finalistes de 2003). En outre, les trois premières équipes de chaque poule sont qualifiées d'office pour la prochaine Coupe du monde en 2011, comme cela a été défini lors du conseil d'organisation de la Coupe du monde, en mai 2007. Chaque équipe qualifiée joue un match contre chaque adversaire de la même poule. Les deux premières équipes de chaque poule se qualifient pour les quarts de finales, les trois autres sont éliminées[14].

Critères de classement

Le classement utilise un système de points déjà utilisé lors des deux dernières éditions[14]

  • 4 points pour une victoire (V) ;
  • 2 points pour un match nul (N) ;
  • aucun point pour une défaite.
  • 1 point de bonus (PB) est accordé dans les cas suivants[14] : pour l'équipe qui marque au moins quatre essais (bonus offensif), quelle que soit l’issue du match ; pour l'équipe qui perd avec sept points d’écart au maximum (bonus défensif).
Départage

Si à l’issue de la phase de poules, deux équipes d’une même poule ont le même nombre de points de classement, les critères suivants seront utilisés pour déterminer l’équipe ayant le meilleur classement[14] :

1. le vainqueur du match qui a opposé les deux équipes à égalité ;

2. l'équipe ayant la meilleure différence de points terrain marqués et concédés lors de tous les matches disputés au sein de la poule ;

3. l'équipe ayant la meilleure différence entre les essais marqués et concédés lors de tous les matches de poule ;

4. l'équipe ayant marqué le plus grand nombre de points terrain lors de tous les matches de poule ;

5. l'équipe ayant marqué le plus grand nombre d'essais lors de tous les matches de poule.

Si l'égalité subsiste, le vainqueur sera l’équipe classée en meilleure position au classement mondial de l'IRB au 7 septembre 2007.

Polémique sur le calendrier

Plusieurs responsables d'équipes modestes, comme John Kirwan, entraîneur du Japon, se sont plaints de devoir jouer certains matches à quatre jours d'intervalle, alors que les grandes équipes sont protégées de ce point de vue avec au minimum cinq jours d'écart[15]. Des critiques similaires s'étaient fait jour lors de la Coupe du monde 2003. L'IRB répond que le calendrier dépend notamment des diffuseurs des grands pays qui souhaitent voir jouer leurs équipes pendant le week-end[16]. De fait, ces équipes ne jouent que les vendredi, samedi et dimanche, quand l'Argentine doit affronter la Géorgie quatre jours après avoir ouvert le bal contre la France en match d'ouverture, lesquels Géorgiens enchaînent quatre jours plus tard avec un match contre l'Irlande, qu'ils manquent de battre (10-14).

Premier tour

Légende

Les deux premiers sont qualifiés pour les quarts de finale et la prochaine édition.
Le troisième est éliminé mais se qualifie pour la prochaine Coupe du monde.
Les quatrièmes et cinquièmes sont éliminés.

Les horaires prévus des matchs ci-dessous sont donnés en heure locale. L'Écosse et le pays de Galles utilisent le British Standard Time (UTC+01:00), la France utilise l'Heure d'été d'Europe centrale (UTC+02:00).

Poule A
No  Pays Joués V N D EM EE BO BD PM PE Diff Pts
1 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 4 4 0 0 24 6 3 0 189 47 142 19
2 Drapeau : Angleterre Angleterre 4 3 0 1 11 7 2 0 108 88 20 14
3 Drapeau : Tonga Tonga 4 2 0 2 9 10 0 1 89 96 -7 9
4 Drapeau : Samoa Samoa 4 1 0 3 5 15 0 1 69 143 -74 5
5 Drapeau : États-Unis États-Unis 4 0 0 4 7 18 0 1 61 142 -81 1
Poule B
No  Pays Joués V N D EM EE BO BD PM PE Diff Pts
1 Drapeau : Australie Australie 4 4 0 0 30 4 4 0 215 41 174 20
2 Drapeau : Fidji Fidji 4 3 0 1 13 16 3 0 114 136 -22 15
3 Drapeau : Pays de Galles Galles 4 2 0 2 23 13 3 1 168 105 63 12
4 Drapeau : Japon Japon 4 0 1 3 7 30 0 1 64 210 -146 3
5 Drapeau : Canada Canada 4 0 1 3 6 17 0 0 51 120 -69 2
Poule C
No  Pays Joués V N D EM EE BO BD PM PE Diff Pts
1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 4 4 0 0 46 4 4 0 309 35 274 20
2 Drapeau : Écosse Écosse 4 3 0 1 14 8 2 0 116 66 50 14
3 Drapeau : Italie Italie 4 2 0 2 8 14 0 1 85 117 -32 9
4 Drapeau : Roumanie Roumanie 4 1 0 3 5 22 0 1 40 161 -121 5
5 Drapeau : Portugal Portugal 4 0 0 4 4 29 0 1 38 209 -171 1
Poule D
No  Pays Joués V N D EM EE BO BD PM PE Diff Pts
1 Drapeau : Argentine Argentine 4 4 0 0 16 2 2 0 143 33 110 18
2 Drapeau : France France 4 3 0 1 24 3 2 1 188 37 151 15
3 Drapeau : Irlande Irlande 4 2 0 2 9 7 0 1 64 82 -18 9
4 Drapeau : Géorgie Géorgie 4 1 0 3 5 15 0 1 50 111 -61 5
5 Drapeau : Namibie Namibie 4 0 0 4 3 30 0 0 30 212 -182 0

Le match France-Argentine est le match d’ouverture du tournoi final de la Coupe du monde 2007. Il se solde par la victoire de l'Argentine 17 à 12. L'Argentine et ses désormais cinq victoires contre la France lors de leurs six derniers affrontements, fait ainsi un grand pas vers la qualification pour les quarts de finale[17] (voir aussi équipe de France de rugby à XV à la Coupe du monde 2007).

Pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde, la phase de poules voit dans chaque groupe un match où deux équipes jouent leur qualification dans les derniers jours (28-30 septembre) : Angleterre-Tonga (groupe A), Pays de Galles-Fidji (groupe B), Écosse-Italie (groupe C), Argentine-Irlande (groupe D). La presse spécialisée parlera même de 1/8 de finale virtuels.

Six équipes classées aux huit premières places du classement IRB se sont qualifiées pour les quarts de finale, les équipes d'Irlande et du Pays de Galles sont éliminées au profit des équipes de l'Écosse et des Fidji.

Phase à élimination directe

Tableau final

Les matchs de la phase finale sont à élimination directe. En cas de match nul à la fin du temps règlementaire, une prolongation de deux fois 15 minutes est jouée. Si les deux équipes sont toujours à égalité, une séance de tirs au but (t.a.b.) détermine le vainqueur.

Quarts de finale Demi-finales Finale
 6 octobre à Marseille (A)      13 octobre à Saint-Denis (I)      20 octobre à Saint-Denis
 Drapeau : Australie Australie  10
 Drapeau : Angleterre Angleterre  12  
 Drapeau : Angleterre Angleterre  14
 6 octobre à Cardiff (B)
   Drapeau : France France  9  
 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande  18
 Drapeau : France France  20  
 Drapeau : Angleterre Angleterre  6
 7 octobre à Marseille (C)
   Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud  15
 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud  37
 14 octobre à Saint-Denis (II)
 Drapeau : Fidji Fidji  20  
 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud  37
 7 octobre à Saint-Denis (D) Troisième place
   Drapeau : Argentine Argentine  13  
 Drapeau : Argentine Argentine  19  19 octobre à Paris
 Drapeau : Écosse Écosse  13    Drapeau de la France France  10
 Drapeau : Argentine Argentine  34

Quarts de finale

Drapeau : Australie Australie - Drapeau : Angleterre Angleterre : 10-12 (10-6)

Andy Farrell blessé a été remplacé par Mike Catt dans le XV anglais de départ[18], Catt participe pour la 4e fois à un quart de finale de Coupe du monde de rugby.

Bien que l'Australie inscrive un essai par Lote Tuqiri après une demi-heure de jeu[19], l'Angleterre l'emporte grâce à quatre pénalités réussies par Jonny Wilkinson qui, en dépassant les 227 points de l'Écossais Gavin Hastings, devient le meilleur marqueur de points de l'histoire de la Coupe du monde avec 234 points[20] et grâce également à une domination écrasante en mêlée ayant permis de bénéficier de pénalités.

Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande - Drapeau : France France : 18-20 (13-3)

Avant ce match, l'équipe de France comptait dix victoires, 35 défaites et un match nul contre les All Blacks. La dernière victoire française avait été acquise le à Marseille sur le score de 42 à 33[21].

Dans le souci de différencier les deux équipes les All Blacks ont joué avec un maillot gris et noir tandis que les Français, après avoir gagné le tirage au sort, arboraient un maillot bleu sombre. Les All Blacks maîtrisent la première mi-temps grâce à leur domination en mêlée et à la touche, inscrivant un essai par Luke McAlister, Dan Carter marque ensuite la transformation et deux pénalités (13-0). Après avoir manqué deux pénalités et un drop, les Français inscrivent leurs trois premiers points à l'ultime seconde de la mi-temps par une pénalité de Lionel Beauxis. En seconde période, après l'exclusion temporaire de McAlister (45') qui entraîne une pénalité convertie par Beauxis (46'), les Bleus inscrivent un premier essai par Thierry Dusautoir que Lionel Beauxis transforme. Il y a alors égalité (13-13) à la 54e minute. Après une longue série de « pick and go » (63'), les Néo-Zélandais marquent ensuite un deuxième essai par Rodney So'oialo, non transformé. La France marque à son tour un deuxième essai par Yannick Jauzion (68') après une percée de Frédéric Michalak, essai que de nombreux commentateurs estimeront être entaché d'un en-avant[22],[23]. La transformation d'Elissalde donne l'avantage au score aux Français pour la première fois du match (20-18). Les Bleus conservent cet avantage jusqu'au terme de la rencontre grâce au maintien d'un rideau défensif et d'une suite de dégagements[24].

Ainsi, le XV de France réitère l'exploit de la demi-finale de 1999 et se qualifie pour la demi-finale à l'arraché. Il retrouve le XV d'Angleterre pour une revanche de la demi-finale de 2003. Pour la première fois de leur histoire, les All Blacks ne feront pas partie du dernier carré d'une Coupe du monde.

Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Fidji Fidji : 37-20 (13-3)

Les Sud-Africains favoris ont souffert. Ils mènent tout de même 20 à 6 à la 51'. Mais l'équipe de Fidji joue son va-tout et elle inscrit deux essais en infériorité numérique (exclusion temporaire de Rabeni pour plaquage dangereux, 51'), égalisant à 20 partout à vingt minutes de la fin. Menée 20 à 23, elle aurait même pu prendre l'avantage à plusieurs reprises. Sans un plaquage de l'ailier springbok JP Pietersen, sur le deuxième ligne Ifereimi Rawaqa qui était entré dans l'en-but, les Boks auraient dû s'employer pour gagner (68'). En fin de match, deux essais de Juan Smith et Butch James finissent par donner au score de l'ampleur et l'Afrique du Sud se qualifie pour les demi-finales.

Drapeau : Argentine Argentine - Drapeau : Écosse Écosse : 19-13 (13-6)

Le jeu se limite à du jeu au pied, de l'occupation du terrain et de la conquête[25]. Les Argentins gagnent le match grâce à leurs buteurs, Felipe Contepomi et Juan Martín Hernández, à l'issue d'un match terne, ponctué de nombreuses chandelles de part et d'autre, et marqué seulement par un essai argentin de Gonzalo Longo, qui contre un dégagement écossais, auquel a répondu un essai de l'Écossais Chris Cusiter[25]. L'Argentine se qualifie pour la première fois de son histoire pour les demi-finales, où elle affronte l'Afrique du Sud, contre qui elle n'a jamais gagné.

Vue des tribunes d'une mêlée proche de l'embut des joueurs en bleu.
Mêlée opposant l'Angleterre et la France.

Demi-finales

Drapeau : France France - Drapeau : Angleterre Angleterre : 9-14 (6-5)

Dans le cadre de la Coupe du monde de rugby, c'est la quatrième confrontation entre les deux équipes[26]. Les compositions des équipes sont inchangées par rapport aux quarts de finale, y compris les remplaçants. Depuis 1999, les oppositions entre équipes de France et d'Angleterre ont donné un bilan équilibré avec sept victoires de part et d'autre, toutefois la France a gagné cinq de leurs six dernières oppositions (voir France-Angleterre en rugby à XV). Lors de la précédente Coupe du monde, en 2003, les deux équipes s'étaient aussi rencontrées en demi-finale et les Anglais avaient gagné sur le score de 24 à 7.Les Anglais marquent le seul essai du match après 79 secondes de jeu sur une erreur de l'arrière français, Damien Traille. Les Français prennent ensuite l'avantage au score grâce à des pénalités réussies par Lionel Beauxis (9-5). Jonny Wilkinson, qui était peu en réussite jusque-là, réussit ensuite deux pénalités et un drop, permettant au XV de la rose de l'emporter sur le score de 14 à 9 et de se qualifier pour la finale.

Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud - Drapeau : Argentine Argentine : 37-13 (24-6)

Les deux équipes ont gagné tous leurs matchs jusqu'à présent. Avant cette rencontre, les Springboks avaient remporté les onze matchs disputés contre les Argentins (voir Afrique du Sud-Argentine en rugby à XV). Les Springboks enregistrent la rentrée de leur pilier CJ van der Linde et de Bobby Skinstad sur le banc des remplaçants. Les Springboks bonifient les déchets des attaques argentines pour prendre un large avantage au score. Sur une interception Bryan Habana ajoute un nouvel essai pour rejoindre Jonah Lomu, meilleur réalisateur lors d'une Coupe du monde avec huit essais inscrits. L'Afrique du Sud est le seul favori au rendez-vous contre une équipe anglaise qu'elle a largement battue au premier tour de la compétition.

Match pour la troisième place

Drapeau : France France - Drapeau : Argentine Argentine : 10-34 (3-17)

Les Argentins confirment leur supériorité face aux Français en remportant la petite finale, après avoir aussi battu le XV de France lors du match d'ouverture de la Coupe du monde (17-12). Ils dominent la rencontre en marquant cinq essais, contre un seul pour les Français. Ces derniers enregistrent leur troisième défaite et terminent cette Coupe du monde sur une note décevante alors que les Argentins confirment leurs progrès et leur nouveau statut d'équipe majeure dans le monde du rugby à XV.

Finale

Drapeau : Angleterre Angleterre - Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud : 6-15 (3-9)

L'Angleterre défend son titre en retrouvant l'Afrique du Sud qui l'avait nettement battue 36 à 0 en poule de qualification (Poule A). Les Sud-Africains sont favoris car pour atteindre ce stade de la compétition les Springboks ont marqué 263 points et 33 essais alors que les Anglais n'ont marqué que 134 points et 12 essais[27]. Le vainqueur de la finale rejoindra au palmarès l'Australie qui a remporté deux fois la Coupe du monde. Une victoire sur l'Angleterre permettrait à l'Afrique du Sud de prendre la tête du classement mondial IRB.

Les Springboks mènent à la mi-temps par 9 à 3 grâce à trois pénalités réussies par Percy Montgomery contre une par l'Anglais Jonny Wilkinson. En début de seconde mi-temps, les Anglais manquent de très peu un essai mais l'arbitre considère que l'ailier Mark Cueto a mis le pied en touche, toutefois ils marquent trois points à l'occasion de cette action grâce au coup de pied de pénalité accordé pour faute préalable. Les Sud-Africains remportent le match et la Coupe du monde par 15 à 6 à l'issue d'un match sans essai et dans lequel la défense a pris l'ascendant sur l'attaque.

Les Springboks remportent la Coupe du monde 2007 en étant invaincus à l'issue de la compétition, ils remportent un deuxième titre après celui acquis en 1995. Le pilier Os du Randt est le seul joueur sud-africain à avoir remporté deux titres de champion du monde à douze ans d'intervalle.

Bilan de la Coupe du monde

Équipes et joueurs en évidence

Statistiques des équipes

Bien qu'éliminée en quart de finale, l'équipe de Nouvelle-Zélande est l'équipe la plus prolifique de la compétition avec des totaux de 327 points et de 48 essais marqués[28].

Statistiques par équipes[28]
(Mention du classement IRB au 22 lundi octobre 2007)
Rang Équipe

Nouveau
classement
IRB

Variation
après/avant
Coupe du monde
Points MJ Essais Transf. Pénalités Drops Cartons jaunes Cartons rouges
1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 2e 1 en diminution 327 5 48 36 5 0 1 0
2 Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 1re 3 en augmentation 278 7 33 25 21 0 3 0
3 Drapeau : France France 6e 3 en diminution 227 7 27 19 18 0 2 0
4 Drapeau : Australie Australie 5e 3 en diminution 225 5 31 20 8 2 2 0
5 Drapeau : Argentine Argentine 3e 3 en augmentation 209 7 23 14 18 4 3 0
6 Drapeau du Pays de Galles Pays de Galles 10e 2 en diminution 168 4 23 16 7 0 0 0
7 Drapeau : Fidji Fidji 9es 4 en augmentation 134 5 16 12 10 0 2 0
8 Drapeau : Angleterre Angleterre T 4e 3 en augmentation 140 7 12 7 17 5 1 0
9 Drapeau : Écosse Écosse 8e 2 en augmentation 129 5 15 15 8 0 1 0
10 Drapeau : Tonga Tonga 13es 2 en augmentation 89 4 9 7 10 0 3 1
11 Drapeau : Italie Italie 11e 2 en diminution 85 4 8 6 11 0 3 0
12 Drapeau : Samoa Samoa 12es 1 en diminution 69 4 5 4 12 0 1 0
13 Drapeau : Irlande Irlande 7e 2 en diminution 64 4 9 5 2 1 2 0
Drapeau : Japon Japon 17e 1 en augmentation 64 4 7 4 7 0 0 0
15 Drapeau : États-Unis États-Unis 18es 4 en diminution 61 4 7 4 6 0 4 0
16 Drapeau : Canada Canada 15e 1 en diminution 51 4 6 3 5 0 1 0
17 Drapeau : Géorgie Géorgie 16e 1 en augmentation 50 4 5 5 5 0 2 0
18 Drapeau : Roumanie Roumanie 14e 2 en augmentation 40 4 5 3 3 0 1 0
19 Drapeau : Portugal Portugal 22e 0 en stagnation 38 4 4 3 3 1 1 0
20 Drapeau : Namibie Namibie 25e 1 en diminution 30 4 3 3 2 1 0 1

Meilleurs marqueurs d'essais

Bryan Habana termine meilleur marqueur de la compétition avec huit essais à son actif[29].

Classement des meilleurs marqueur de la Coupe du monde 2007[29]
Rang Joueur Équipe Essais Matches
joués
Essais
par match
1 Bryan Habana Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 8 7 1,1
2 Drew Mitchell Drapeau : Australie Australie 7 5 1,4
3 Doug Howlett Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 6 3 2,0
Shane Williams Drapeau : Pays de Galles Galles 4 1,5
5 Joe Rokocoko Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 5 3 1,7
Vincent Clerc Drapeau : France France 4 1,3
Chris Latham Drapeau : Australie Australie 5 1,0
8 Rory Lamont Drapeau : Écosse Écosse 4 4 1,0
Sitiveni Sivivatu Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 4 1,0
Jaque Fourie Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 6 0,7
Paul Sackey Drapeau : Angleterre Angleterre 6 0,7
JP Pietersen Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 7 0,6
Juan Smith Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 7 0,6

Meilleurs réalisateurs

Percy Montgomery termine meilleur réalisateur de la compétition en ayant marqué deux essais, vingt-deux transformations et dix-sept pénalités pour un total de 105 points[30].

Classement des meilleurs réalisateurs de la Coupe du monde 2007[30]
Rang Joueur Équipe Points Matches
joués
Points
par match
Essais Transf. Pénalités Drops
1 Percy Montgomery Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 105 7 15,0 2 22 17 0
2 Felipe Contepomi Drapeau : Argentine Argentine 91 7 13,0 3 11 18 0
3 Jonny Wilkinson Drapeau : Angleterre Angleterre 67 5 13,4 0 5 14 5
4 Nick Evans Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 50 4 12,5 2 20 0 0
5 Jean-Baptiste Élissalde Drapeau : France France 47 7 6,7 1 12 6 0
6 Chris Paterson Drapeau : Écosse Écosse 46 6 9,2 1 10 7 0
7 Pierre Hola Drapeau : Tonga Tonga 44 4 11,0 0 7 10 0
8 Lionel Beauxis Drapeau : France France 43 6 7,2 1 7 8 0
9 Nicky Little Drapeau : Fidji Fidji 42 3 14,0 0 9 8 0
10 Dan Carter Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 40 3 13.7 1 10 5 0
Matt Giteau Drapeau : Australie Australie 4 10,0 3 8 3 0
Bryan Habana Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud 7 5,7 8 0 0 0

Bilan sportif

Vue de loin et de derrière d'un joueur en vert s'apprêtant à marquer un essai, suivi par deux coéquipiers, un adversaire en bleu tentant de couper sa course par le côté.
Percy Montgomery et Brian Habana pour un nouvel essai

L'Afrique du Sud, qui n'a pas été invitée aux deux premières Coupes du monde (1987 et 1991) pour cause d'apartheid, présente un excellent bilan : deux titres (1995 et 2007), une défaite en demi-finale contre l'Australie futur vainqueur (1999) et une présence en quart de finale (2003). Elle devient également numéro un au classement IRB. La victoire des Springboks est fêtée dans toute l'Afrique du Sud bien que des voix s'élèvent, notamment au gouvernement, contre le fait que la population noire soit sous-représentée dans l'équipe nationale[31],[32],[33]. Les Springboks ont été invaincus pendant la compétition, ils possèdent le meilleur réalisateur de l'épreuve, Percy Montgomery, et le meilleur marqueur d'essais, Bryan Habana, qui a été désigné comme le meilleur joueur de rugby à XV de l'année par l'IRB[34],[35].

L'Angleterre, tenante du titre, est passée très près de l'élimination dès le premier tour. Humiliée par l'Afrique du Sud, elle a bien redressé la barre contre les équipes des Samoa des Tonga avant d'éliminer successivement l'Australie et la France. Une fois de plus le champion du monde sortant n'a pas réussi à conserver son titre.

L'Argentine est la bonne surprise de ce tournoi[36]. Elle possède un pack puissant, une défense assez hermétique et, comme l'a montré le match pour la troisième place contre la France, un jeu en fin de compte assez varié. Au vu de sa prestation elle mérite largement d'intégrer l'un des grands tournois du rugby à XV (Tournoi des Six Nations ou Tri-nations)[37].

La France qu'on a présentée comme une des favorites de cette Coupe du monde[38] n'a pas tenu son rang supposé : son bilan est particulièrement contrasté. En sept matchs elle a été battue deux fois par l'Argentine[39], notamment lors du match pour la troisième place, et elle a été éliminée en demi-finale par l'Angleterre sans montrer aucun génie[40]. A son crédit, le XV de France a battu l'Irlande en poule, et surtout les All Blacks lors d'un quart de finale très serré.

Les All Blacks sont éliminés en quart de finale sur un essai assez discutable[41], ils n'ont pas perdu d'autre match et présentent une des meilleures équipes avec celle d'Afrique du Sud. Ils ont gagné 37 des 42 matchs disputés depuis la dernière Coupe du monde, ils ont inscrit 309 points en poule en quatre rencontres.

L'Australie a perdu face à l'Angleterre[43], alors que les nations îliennes du Pacifique (Samoa, Tonga[44] et surtout Fidji[45]) ont confirmé leur montée en puissance.

En revanche, les trois nations celtiques (Écosse, Irlande, pays de Galles) et l'Italie ont été sorties prématurément et sans gloire. L'équipe d'Irlande entame la Coupe du monde 2007 avec des ambitions[46]car elle occupe l'une des six premières places du classement mondial. Brian O'Driscoll, Ronan O'Gara, Girvan Dempsey, Peter Stringer et les avants Malcolm O'Kelly, Paul O'Connell, font partie de cette équipe qui a en quatre années réalisé trois triples couronnes dans le Tournoi. Cependant elle n'a pas gagné le Tournoi. Le , l'Irlande bat la Namibie 32 à 17[47] sans convaincre et la Géorgie 14 à 10, avant de perdre ses illusions contre la France[48] et l'Argentine[49] pour finir troisième de la poule D et éliminée. Le pays de Galles est éliminé dès la phase de qualification après avoir perdu contre l'Australie[50] et les Fidji[51].

De nouvelles équipes ont produit du jeu intéressant : Géorgie[52], Portugal[53], États-Unis, Japon, Canada, Namibie, sont des puissances rugbystiques en devenir et ont prouvé que la présence de vingt équipes dans la phase finale n'est pas usurpée. En revanche, la Roumanie ne parvient toujours pas à retrouver son niveau des années 1970.

Il y a eu 296 essais inscrits en 48 matchs, un total inférieur aux 336 de l'édition 2003 qui représente cependant une moyenne d'un peu plus de six essais par match.

En six éditions, les nations de l'hémisphère Sud ont réussi à remporter cinq fois le trophée, seule l'Angleterre a pu contester leur suprématie en 2003.

Bilan économique et popularité

Le taux de remplissage des stades a été supérieur à 95 %[54]. Le match France-Nouvelle-Zélande a été regardé par 16,7 millions de téléspectateurs (64,9 % de part d'audience), à titre comparatif le match France-Portugal, en demi-finale de la Coupe du monde de football 2006, avait été suivi par 22,2 millions de téléspectateurs (76,7 % de part d'audience)[55]. Les audiences télévisuelles à l'étranger furent décevantes, pour exemple le match Afrique du Sud-Angleterre fut beaucoup plus suivi en France qu'en Angleterre. De même, le match d'ouverture a été essentiellement vu en France et en Angleterre, réalisant des scores faibles dans les autres pays (Russie : 1 744 000, Irlande : 333 000, Nouvelle-Zélande : 297 000, Argentine : 266 000, Italie : 126 000, Australie : 99 000)[56]. La finale a été vue par 33 millions de personnes à travers le monde (en comparaison, l'audience mondiale de la finale de la Coupe du monde de football de 2006 a été de 260 millions de téléspectateurs.)[57]. La plupart (97 %) des téléspectateurs qui ont regardé cette Coupe du monde proviennent de pays amateurs de rugby à XV (Royaume-Uni, Irlande, France, Nouvelle-Zélande, Australie et Afrique du Sud)[58].

La Coupe du monde de rugby à XV 2007 a été bénéfique pour la popularisation du rugby à XV en France, elle a entraîné une vague d'inscriptions sans précédent dans les écoles de rugby[59].

L'organisation a été à la hauteur de l'événement, il n'y a pas eu de reproches majeurs faits à ce propos.

Le bilan en matière de tourisme est très positif car la Coupe du monde de rugby pourrait générer un chiffre d’affaires hôtelier de 100 à 150 millions d’euros[60].

Reste la polémique sur la négociation par l'International Rugby Board des contrats d'organisation de la Coupe du monde 2007. Certains dénoncent l'absence de transparence de la part de l'IRB ainsi qu'une organisation qui serait axée sur l'argent et les retombées publicitaires[61].

Bilan carbone

Dans le livre À 7 ans, il voulait traverser le désert... Étienne Smulevici, "l'inoxydable Monsieur Dakar", une note p. 340 précise que "l’ensemble du rallye Dakar émet environ 22 000 tonnes de CO2. À titre de comparaison, un grand prix de Formule 1 en émet autant, la Coupe du monde de rugby 2007 est à 570 000 tonnes et le tournoi de Roland-Garros à 155 860 tonnes de CO2. La Fédération française de tennis a d’ailleurs annoncé qu’elle prenait des mesures pour améliorer son bilan carbone."

Notes et références

  1. (en) World cup bidding process underway, rugby.com.au, 28-09-2002
  2. a et b Mick Cleary, « England have to bid again », sur telegraph.co.uk, .
  3. (en) Paul Ackford, « RFU in radical bid to stage 2007 World Cup », sur telegraph.co.uk, .
  4. a et b (en) « England make radical bid for 2007 World Cup », sur iol.co.za,
  5. Statistiques et records de la Coupe du monde de rugby à XV
  6. (en) Mick Cleary, « RFU talk big numbers to win Rugby World Cup bid », sur telegraph.co.uk, .
  7. Richard Escot et Jacques Rivière, Un siècle de rugby, Calman-Levy, (ISBN 9782702140437), « La France hôte de la Coupe du monde 2007 », p. 333
  8. « France : tenue de sa première Coupe du monde de rugby en 2007 », Le Quotidien du peuple, 11 avril 2003.
  9. Escot 2009, Coup d'envoi en Andorre, p. 347
  10. Escot 2009, Le Portugal, dernier invité, p. 359
  11. Liste officielle des 12 arbitres sélectionnés
  12. a et b « Il y aura un tirage au sort pour la Coupe du monde 2007 », sur sport.fr, (consulté le 3 novembre 2010)
  13. « Tirage au sort 2007 - La poule piège de l'équipe de France », sur worldrugby.online.fr, (consulté le 6 novembre 2013)
  14. a, b, c et d (en) « Rugby World Cup 2007 Tournament Rules », sur ougrote.com, .
  15. « Mondial: l'entraineur du Japon critique le calendrier », sur lepoint.fr, .
  16. Marie Ange Kostoff, « Le théâtre de l'absurde », sur lapagedessports.com, .
  17. À la suite de ce résultat, l'Argentine aura de bons arguments pour plaider sa cause pour son inclusion dans le tournoi des 6 nations ou dans le Tri-nations.
  18. Catt appelé pour remplacer Farrell blessé, sur rugbyworldcup.com
  19. Escot 2009, Bouillie de wallaby, p. 364.
  20. (en) Phil Harlow, « England v Australia as it happened », sur bbc.co.uk, .
  21. Borthwick 2013, Le grand bleu, p. 216-218
  22. TF1: l'en-avant de Traille à Michalak, connais pas !, sur le blog d'Arrêt Sur Images
  23. « Mondial 2007: France-Nouvelle-Zélande était-il truqué ? », L'Équipe, .
  24. Ian Borthwick, France All Blacks : la légende continue, Au vent des iles, , 486 p. (ISBN 9782367341408), « Apothéose à Cardiff », p. 319-327.
  25. a et b Escot 2009, Longo s'échappe, p. 364.
  26. (en) France v England: The history, sur planet-rugby.com
  27. (en) Preview: World Cup Final, sur planet-rugby.com
  28. a et b « Stats équipes », sur fr.rwc2007.irb.com, IRB (consulté le 8 octobre 2013)
  29. a et b (en) « Player records - total tries scored », sur stats.espnscrum.com, ESPN (consulté le 5 octobre 2013)
  30. a et b (en) « Player records - total points scored », sur stats.espnscrum.com, ESPN (consulté le 5 octobre 2013)
  31. (en) SAfrica unites to celebrate World Cup rugby title, sur africa.reuters.com
  32. Valérie Hirsch, « Coupe du monde de rugby : Afrique du Sud rime encore avec apartheid », sur liberation.fr, .
  33. (en) Peter Greste, « Rugby triumph unites South Africa », sur news.bbc.co.uk, .
  34. « Bryan Habana sacré meilleur joueur de l'année », sur lemonde.fr, .
  35. (en) « Habana wins player of year award », sur news.bbc.co.uk, .
  36. La France termine son Mondial comme elle l'avait débuté. Par une défaite face à sa bête noire, l'Argentine de Felipe Contepomi, qui monte sur la troisième marche du podium, sur une superbe démonstration (34-10). Les Bleus, comme en 2003, terminent à la quatrième place ! Une fin amère pour Bernard Laporte ! , sur coupedumonde2007.net
  37. « Contepomi prefers Six Nations to Tri-nation », sur iol.co.za, .
  38. (en) « Laporte defiant after shock loss », sur news.bbc.co.uk, .
  39. (en) Rob Hodgetts, « France 12-17 Argentina », sur news.bbc.co.uk, .
  40. Henri Garcia, La fabuleuse histoire du rugby, La Martinière, (ISBN 9782732445281), « Un merveilleuse fête / le drop de wilko », p. 979-980.
  41. (en) « Henry proud of beaten New Zealand », sur news.bbc.co.uk, .
  42. (en) Julian Shea, « England 12-10 Australia », sur news.bbc.co.uk, .
  43. (en) Rob Hodgetts, « South Africa 30-25 Tonga », sur news.bbc.co.uk, .
  44. (en) Rob Hodgetts, « South Africa 37-20 Fiji », sur news.bbc.co.uk, .
  45. (en) « World Cup ready for big kick-off », sur news.bbc.co.uk, .
  46. (en) « Ireland 32-17 Namibia », sur news.bbc.co.uk, .
  47. (en) Lyle Jackson, « France 25-3 Ireland », sur news.bbc.co.uk, .
  48. (en) « Argentina 30-15 Ireland », sur news.bbc.co.uk -date=30 septembre 2007.
  49. (en) Sean Davies, « Wales 20-32 Australia », sur news.bbc.co.uk, .
  50. (en) Sean Davies, « Wales 34-38 Fiji », sur news.bbc.co.uk, .
  51. (en) « Ireland 14-10 », sur news.bbc.co.uk, .
  52. (en) « Romania 14-10 Portugal », sur news.bbc.co.uk, .
  53. « La coupe du monde: une affaire qui tourne », sur sport365.fr, .
  54. « Coupe du monde de rugby : TF1 rit, les communes pleurent », sur lesechos.fr, .
  55. Scrum.com : Rugby World Cup reach is on the rise
  56. (en) Eric Pfanner, « A sports event may draw a record billion live viewers », sur nytimes.com, .
  57. Rugby Union is stuck in an 'English ghetto'
  58. « Jeunes. Le boom des licenciés », sur ladepeche.fr, .
  59. Bilan touristique, sur minefe.gouv.fr
  60. Benoît Hopquin, « La coupe est pleine », sur lemonde.fr, .

Annexes

Articles connexes

Bibliographie

  • Nicolas Thomas (préf. Syd Millar), Coupe du monde de rugby 2007 : le livre officiel, Éditions Prolongations, , 155 p., relié (ISBN 978-2-916400-26-6)
  • (en) Ian Robertson, Sweet Chariot 2 : The Complete Book of the Rugby World Cup 2007, Green Umbrella Publishing, , 192 p., relié (ISBN 978-1-905828-29-6)

Liens externes

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 26 janvier 2008 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 26 janvier 2008 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.