Coup d'État de mai 2014 en Thaïlande

Le coup d'État de mai 2014 en Thaïlande est un putsch déclenché par Prayuth Chan-ocha, commandant en chef de l'Armée royale thaïlandaise. Le 22 mai, alors que le pays traverse une crise politique depuis plusieurs mois, la junte militaire renverse le gouvernement provisoire dirigé par le Premier ministre par intérim Niwatthamrong Boonsongpaisan. Celui-ci a remplacé Yingluck Shinawatra, destituée le 6 mai par la Cour constitutionnelle de Thaïlande.

Contexte

Yingluck Shinawatra, tête de liste du parti Pheu Thai, remporte les élections législatives de 2011 et est nommée premier ministre de Thaïlande. Elle est la sœur de l'ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par le coup d'État de septembre 2006[1]. Celui-ci, qui a quitté le pays, est condamné par contumace en 2008 pour des malversations financières[2].

À partir de novembre 2013, la Thaïlande traverse une crise politique provoquée par un projet de loi d'amnistie voté par les députés puis rejeté à l'unanimité par le Sénat[3]. Le départ de Yingluck Shinawatra est réclamé lors de violentes manifestations[1]. Des affrontements opposent les « chemises jaunes » du PAD  opposées à Shinawatra et les « chemises rouges » de l'UDD, qui la soutiennent[4]. Ils continuent après la dissolution du Parlement et l'annonce, en décembre 2013, de prochaines élections. Les manifestants du PAD estiment que la première ministre perpétue le « système Thaksin » instauré en son temps par son frère aîné[2].

Accusée de corruption et d'abus de pouvoir, Yingluck Shinawatra témoigne le 6 mai 2014 devant la Cour constitutionnelle. Elle est reconnue coupable et destituée dès le lendemain. Le ministre du Commerce, Niwattumrong Boonsongpaisan, est nommé premier ministre par intérim[5]. Après l'invalidation des élections de février, un nouveau scrutin est prévu pour le mois de juillet[4].

Déroulement du putsch

Soldats dans la ville de Chiang Mai durant le coup d'État de 2014.

Le 20 mai 2014, le général Prayuth Chan-ocha, commandant en chef de l'Armée royale thaïlandaise, instaure la loi martiale. L'armée organise des pourparlers entre représentants des deux factions rivales afin de mettre fin aux troubles, dont le bilan s'élève à 28 morts[6],[7].

Le 22, lors d'une annonce télévisée, Prayuth Chan-ocha revendique un coup d'État déclenché « pour que le pays revienne à la normale ». Il suspend la Constitution de la Thaïlande. Une junte, dénommée Conseil national pour la paix et le maintien de l'ordre, prend le contrôle des médias pour assurer la « fiabilité des informations ». Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits. L'armée déployée dans Bangkok disperse les manifestants soutenant la première ministre, ainsi que ses opposants[1]. Yingluck Shinawatra fait partie des 155 personnalités interdites de sortie de territoire par la junte militaire[8]. Le 24, la junte dissout le Sénat[9].

Réactions internationales

En mai 2014, le putsch est condamné par la communauté internationale. Parmi les responsables appelant à un retour de la démocratie en Thaïlande figurent le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, une porte-parole de la représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères Catherine Ashton et le secrétaire d'État américain John Kerry[10]. Des déclarations allant dans le même sens sont publiées par l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, ainsi que des pays d'Asie comme le Japon et Singapour[11]. Les ministres des Affaires étrangères de Chine et de Russie déclarent espérer une résolution pacifique de la situation en Thaïlande[12],[13]. En Asie, le Cambodge et le Laos sont les deux premiers pays à accueillir des réfugiés politiques thaïlandais.

Suites du coup d'État

La junte doit faire face à quelques manifestations d'opposants au coup d'État, mais est soutenue par la bourgeoisie de Bangkok[14]. En juillet 2014, le roi Bhumibol Adulyadej, qui règne sous le nom de Rama IX, approuve une constitution provisoire qui octroie de larges pouvoirs aux militaires[15]. Le mois suivant, les 200 membres de l'Assemblée nationale législative sont directement désignés par la junte. Le général Prayuth Chan-ocha, qui était le seul candidat, est élu au poste de Premier ministre. Un gouvernement provisoire doit diriger le pays jusqu'à la tenue d'élections, prévues pour l'année suivante[16],[17]. La junte militaire souhaite désigner un conseil chargé de mettre en place des réformes constitutionnelles. Un « filtrage » des candidats est envisagé afin de diminuer le poids électoral du Pheu Thai, le parti de Shinawatra, qui remporte régulièrement les élections[18].

Références

  1. a, b et c « En Thaïlande, l'armée prend le pouvoir et suspend la Constitution », AFP,
  2. a et b Matthieu Mondoloni, « Thaïlande : le Parlement dissous, les manifestations continuent », France Info,
  3. Bruno Philip, « En Thaïlande, un projet de loi d’amnistie déclenche une nouvelle crise politique », Le Monde, (inscription nécessaire)
  4. a et b David Camroux, « Douzième coup d’Etat en Thaïlande », Le Monde diplomatique,
  5. Sébastien Falletti, « La première ministre destituée en Thaïlande », Le Figaro,
  6. Bruno Philip, « Comment l'armée a pris le pouvoir en Thaïlande », Le Monde, (inscription nécessaire)
  7. (en) Thomas Fuller, « Thailand’s Military Stages Coup, Thwarting Populist Movement », The New York Times,
  8. « En Thaïlande, l'armée détient l'ex-première ministre Yingluck Shinawatra », AFP,
  9. (en) Kate Hodal, « Thai junta dissolves senate as army tightens grip », The Guardian,
  10. « Thaïlande: la communauté internationale condamne le coup d'Etat de l'armée », AFP,
  11. (en) David Brunnstrom, Arshad Mohammed, « Thai coup draws swift condemnation; U.S. says reviewing aid », Reuters,
  12. (en) « International alarm mounts over Thai coup », AFP,
  13. (en) « Thai military take control over government in coup », ITAR-TASS,
  14. Sébastien Falletti, « La junte thaïe s'installe pour durer », Le Figaro,
  15. (en) Gabriel Domínguez, « New Thai Constitution 'clears way for junta general to become PM' », Deutsche Welle,
  16. Arnaud Dubus, « A Bangkok, la junte verrouille la transition », Libération,
  17. (en) « Thailand coup General Prayuth Chan-ocha named PM », BBC News,
  18. Sébastien Falletti, « Le général Prayuth met la Thaïlande au garde-à-vous », Le Figaro,