Coup d'État au Brésil de 1964

Coup d'État au Brésil de 1964

Le coup d'État au Brésil en 1964, désigne l'ensemble des événements survenus au au Brésil, qui a abouti, le , à un coup d'État militaire qui mit fin au gouvernement démocratiquement élu du président João Goulart, aussi appelé Jango.

Les militaires brésiliens favorables au coup d'État et, en général, les défenseurs du régime établi en 1964, ont tendance à le désigner comme la "Révolution de 1964", "Contre-coup d'État de 1964" ou "Contre-révolution de 1964". Les cinq présidents militaires qui ont suivi depuis lors, ont proclamés être les héritiers et les continuateurs de la "Révolution" de 1964.

L'historiographie brésilienne récente défend l'idée que le coup d'État, ainsi que la dictature qui a suivi, ne doit pas être considérée comme étant exclusivement militaire, étant, en réalité, civilo-militaire. Selon plusieurs historiens, il y a eu un soutien au coup d'état de la part de segments importants de la société : les grands propriétaires fonciers, la bourgeoisie industrielle de Sao Paulo, une grande partie des classes moyennes urbaines (qui à l'époque représentait environ 35 % de la population totale du pays) et la section conservatrice et anti-communiste de l'Église catholique (à l'époque majoritaire au sein de l'Église) qui promut la Marche de la Famille avec Dieu pour la Liberté, laquelle eut lieu quelques jours avant le coup d'État, le 19 mars 1964.

Références