Corentin Tolisso

Corentin Tolisso
image illustrative de l’article Corentin Tolisso
Corentin Tolisso à l'entrainement avec le Bayern Munich en 2018.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Allemagne Bayern Munich
Numéro 24
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Drapeau : Togo Togolais
Nat. sportive Drapeau : France Français
Naissance (23 ans)
Lieu Tarare (France)
Taille 1,79 m (5 10)
Période pro. Depuis 2013
Poste Milieu de terrain
Parcours junior
Saisons Club
2000-2004 Drapeau : France Stade amplepuisien
2004-2007 Drapeau : France FC Pays de L'Arbresle
2007-2013 Drapeau : France Olympique lyonnais
Parcours professionnel1
Saisons Club 0M.0(B.)
2013-2017 Drapeau : France Olympique lyonnais 159 0(29)
2017- Drapeau : Allemagne Bayern Munich 040 0(10)
Sélections en équipe nationale2
Années Équipe 0M.0(B.)
2012 Drapeau : France France -19 ans 00100(0)
2013-2014 Drapeau : France France -20 ans 00300(0)
2014-2016 Drapeau : France France espoirs 01900(6)
2017- Drapeau : France France 01000(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 16 juin 2018

Corentin Tolisso, né le à Tarare (Rhône), est un footballeur international français évoluant au poste de milieu de terrain au Bayern Munich.

Biographie

Enfance et formation

Son père est originaire du Togo[1]. Corentin découvre le football au Stade amplepuisien de 2000 à 2004. C’est lors d’un tournoi à Thizy en 2004, à quelques kilomètres du lieu de résidence de la famille Tolisso, que l’entraîneur des benjamins 1 du Football club du Pays de L'Arbresle (FCPA) découvre cet attaquant prometteur. Il rejoint le club et intègre le collège la Platière de Thizy. Pour sa deuxième saison chez les benjamins de L’Arbresle, ville de naissance de Jean-Michel Aulas et Rémi Garde, Corentin devient le capitaine de son équipe, qu’il mène à la troisième place de la première division. « Respect, politesse et gentillesse, tout y était chez ce garçon, révèle l'éducateur. Ce n’était pas un meneur d’homme, il ne faisait pas de bruit. Mais sur le terrain, tout le monde voulait lui ressembler ». Pendant la deuxième partie de saison, Corentin Tolisso recule d’un cran, pour s’installer comme meneur de jeu. Auteur de 28 buts en 2006-2007, il porte le FCPA vers la promotion en excellence. Son transfert au Bayern Munich en 2017 rapporte 100 000 euros au club, comme contribution de formation[3]. À onze ans, il brille face à l'Olympique lyonnais, avec un triplé lors d'un match nul (4-4) historique pour son club d'alors[1].

En 2007, il rejoint l'Olympique lyonnais[1], en étant au sein de l'équipe des moins de 13 ans. Pendant trois ans, il effectue tous les jours les allers-retours entre Gerland et le domicile de ses parents à Amplepluis (65km), car non conservé au centre de formation. Plus tard, une blessure à un genou, l'écartant cinq mois des terrains, fait qu'il est proche d'être écarté du club. Il intègre finalement l'équipe des moins de 17 ans du club[4]. Lors de la Coupe Gambardella 2012-2013, en 16e de finale face à Bordeaux, Tolisso manque son tir au but (2-2, 9 t.a.b. à 10)[1]. Lors de cette saison 2012-2013, il est peu aligné en équipe réserve. En fin d'année, Corentin obtient son Bac ES obtenu avec mention[4].

Corentin Tolisso avec l'OL en avril 2013.

Au début de la saison 2013-2014, Tolisso s'attend à évoluer avec la réserve. À la reprise en juin 2013, il ne fait pas partie du groupe de Rémi Garde. « À ce moment là, j'espérais juste pouvoir intégrer parfois l'effectif professionnel, se rappelle l'intéressé en fin de saison. J'imaginais que je jouerai en CFA ». Mais lors des entraînements, Tolisso se fait remarquer. « À cette époque, j'étais bien physiquement et mentalement, notamment grâce à ma sélection en équipe de France U20 »[4].

Olympique lyonnais (2013-2017)

Lors de la saison 2013-2014, Tolisso prend place dans le groupe professionnel de l'Olympique lyonnais. Le 10 août 2013, il connaît sa première entrée au plus haut niveau, dans l'ultime minute du temps additionnel contre l'OGC Nice au stade Gerland (4-0) à l'occasion de la première journée de Ligue 1[4],[1]. Suivent deux maigres apparitions à Monaco et à Bastia durant la phase aller[4]. Corentin profite ensuite de sa polyvalence pour se faire une place dans l'équipe. Il dépanne d’abord à gauche face à Rijeka en Ligue Europa en remplaçant Dabo. Fin octobre 2013[5], le jeune milieu signe son premier contrat professionnel portant jusqu'en juin 2017[4]. Après avoir failli faire basculer le match à Lille (0-0), où il aurait pu obtenir un penalty en fin de match six minutes après être entré en jeu, il connaît sa première titularisation début mars 2014 face à Montpellier. Tolisso profite des blessures de Fofana et Gourcuff pour être titulaire sur le côté droit du milieu de terrain. Il est de nouveau titulaire la semaine suivante à Bordeaux[4]. Mené 1-0 dans les arrêts de jeu, Bedimo égalise et puis Corentin arrache la victoire sur une tête puissante. Grâce à ce but lors de l’affiche du week-end, il commence à se faire un nom auprès du grand public. La semaine suivante, il entre en jeu et remplace à nouveau Dabo en tant que latéral. Il ne sort ensuite plus de l'équipe, notamment car Rémi Garde le préfère à Mehdi Zeffane puis Dabo pour remplacer Miguel Lopes comme latéral droit. « Ce n'est pas son poste mais il s'est vite adapté », explique l'entraîneur rhodanien[4]. De la 31e à la 36e journée, il est titulaire soit comme latéral soit milieu de terrain. Tolisso dispute notamment le derby perdu à Gerland et la finale de Coupe de la Ligue dans laquelle l’OL s’incline également. Touché à la cheville, il est forfait pour les deux derniers matchs et la fin de saison que son club termine à la 5e place.

Tolisso avec l'OL en 2015.

Lors de la saison 2014-2015, Corentin Tolisso voit l’arrivée d’Hubert Fournier comme entraîneur, qui ne remet pas en question sa place en équipe première. Tout d’abord en profitant des absences de Dabo et Bedimo à Rennes et Toulouse pour jouer en tant qu’arrière gauche, puis au milieu de terrain avec les nombreuses absences côté lyonnais (Fofana, Grenier, suspension de Ferri …). Face à Monaco, il offre la victoire à l’OL alors que son club débute mal la saison. Le 30 novembre 2014, lors du derby contre l'AS Saint-Étienne perdu 3-0 à Geoffroy-Guichard, le milieu de terrain de l'OL est responsable sur deux buts adverses avant d'être remplacé à un quart d'heure de la fin et fondre en larme[1]. Il dispute tous les matchs de Ligue 1, tous comme titulaire hormis le match face à Evian Thonon Gaillard où il entre en jeu. À l’image de son club, malgré une saison sans titre, sa saison est très positive.

Lors de la saison 2015-2016, durant le derby avec Saint-Étienne, Tolisso est accusé par certains Verts d'avoir malaxé ses parties génitales devant eux. Son début de saison est moins remarqué pour ses performances sur le terrain que pour une attitude, qui aurait contribué à fracturer le vestiaire lyonnais[1].

Très haut niveau avec le Bayern (depuis 2017)

Tolisso avec le Bayern en 2018.

Tout frais international français, Tolisso rejoint le Bayern Munich à l'été 2017. Lyon reçoit 40 millions d’euros en échange, un record pour le club français. Tolisso est alors désiré par Carlo Ancelotti et toute la cellule de recrutement. À Munich, Tolisso est pris sous son aile par Franck Ribéry. Remplaçant, il obtient rapidement du temps de jeu comme milieu de terrain mais les résultats sont mitigés. Le départ d’Ancelotti, remplacé par Jupp Heynckes, l’a d’abord fait reculer dans la hiérarchie, préférant l'expérience d'autres. À force de travail, il gagne le respect de l'entraîneur allemand et dépanne à plusieurs postes. Au final, il marque dix buts et donne sept passes décisives en quarante matchs officiels pour sa première saison, sans maîtriser la langue[6].

En équipe nationale

Tolisso (à d.) en équipe de France en 2018.

Corentin Tolisso obtient sa première sélection le avec l'équipe de France des moins de 19 ans, en entrant en jeu à la 70e minute en Allemagne (défaite 4-0)[7]. Le , il dispute son premier match avec l'équipe de France des moins de 20 ans face au Canada. Il dispute l'intégralité de la rencontre (victoire 4-1)[8].

International français depuis les U19, Corentin Tolisso devient un pilier des Espoirs de Pierre Mankowski en 2015. Jusqu'à ce qu'il honore sa première sélection avec les A dans un match compétitif, il peut néanmoins toujours opter pour la sélection togolaise. Binational par son père, le polyvalent joueur lyonnais balaye cette possibilité en avril 2015 dans L'Équipe : « Il n'y a aucun débat. Je ne renie pas le Togo, le pays d'origine de ma famille, mais je suis né ici, j'ai grandi ici »[1].

Le 16 mars 2017, il est appelé pour la première fois en équipe de France A par Didier Deschamps pour les matchs du 25 et 28 mars contre le Luxembourg et l'Espagne. Il est titulaire pour la première fois, lors du match amical France-Espagne, au stade de France.

Tolisso est retenu dans les 23 Français pour la Coupe du monde 2018 par Deschamps. Titularisé pour la 6e fois en sept capes, le 28 mai en match de préparation contre l'Irlande (2-0) à la place de Paul Pogba, il se fait remarquer par la qualité de ses passes et son efficacité à la récupération du ballon[9].

Style de jeu : milieu polyvalent

Corentin Tolisso est un joueur droitier polyvalent. Au milieu de terrain, il peut jouer milieu défensif, milieu relayeur et même milieu offensif. Sa capacité d'adaptation lui permet même de jouer comme défenseur latéral à droite comme à gauche. Lors de ses débuts professionnels avec Rémi Garde, Tolisso alterne entre milieu latéral dans un 4-4-2 en losange, milieu central d'un 5-3-2 et défenseur latéral. En mai 2014, il déclare : « J’ai été formé milieu, j’aime ce poste, aller de l’avant, marquer, faire des passes. Je suis plutôt un relayeur »[4].

Précis dans ses passes, agressif dans les duels, Tolisso peut également se projeter vers l’avant et apporter le danger dans le camp adverse. C’est au milieu de terrain que le garçon d’un mètre quatre-vingt-un pour soixante-dix-huit kilos excelle. Il apprécie jouer au poste de sentinelle mais, à Lyon, ce poste est réservé à Maxime Gonalons. Alors Tolisso apporte ses atouts sur le côté gauche du losange installé sous Remi Garde. Il peut ainsi combiner avec Henri Bedimo notamment. Il possède une bonne qualité de récupération, il est bon tacleur et solide physiquement ce qui lui permet d'assurer un pressing très conséquent. À sa panoplie technique s'ajoute une bonne relance, des capacités d'élimination en un contre un et une frappe puissante et précise, lui permettant de marquer plus de but que la moyenne pour un joueur de son poste. C'est aussi un bon joueur de tête. Jean-Pierre Papin le compare à Toni Kroos en affirmant « qu'il peut attaquer, défendre et jouer un rôle important au milieu de terrain »[10].

Psychologiquement, Tolisso montre jeune qu'il peut être émotif en sortant plusieurs fois de match en larme. Il possède aussi un caractère affirmé, en venant aux mains quelques fois avec des coéquipiers à l'entraînement à Lyon[1].

Statistiques

Statistiques de Corentin Tolisso au 29 mai 2018[11]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau de la France France Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
2013-2014 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 14 1 - 1 - - 1 - - - - - C3 9 - - - - - 25 1 0
2014-2015 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 38 7 2 2 - - - - - - - - C3 3 - 1 - - - 43 7 3
2015-2016 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 33 5 6 2 1 - 2 1 - 1 - - C1 6 - 1 - - - 44 7 7
2016-2017 Drapeau de la France Olympique lyonnais Ligue 1 31 8 4 1 1 - - - - 1 1 - C1+C3 6+8 2+2 1+1 1 - - 48 14 6
Sous-total 116 21 12 6 2 0 3 1 0 2 1 0 - 32 4 4 1 0 0 160 29 16
2017-2018 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 26 6 3 5 1 1 - - - 1 - - C1 8 3 1 6 - 1 46 10 6
Sous-total 26 6 3 5 1 1 - - - 1 0 0 - 8 3 1 6 0 1 46 10 6
Total sur la carrière 142 27 15 10 3 1 3 1 0 3 1 0 - 40 7 5 7 0 1 205 39 22

Palmarès

 

Drapeau : France Olympique lyonnais

 

Drapeau : Allemagne Bayern Munich

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Cinq choses à savoir sur Corentin Tolisso », sur francefootball.fr, (consulté le 24 mai 2018)
  2. « Transfert de Tolisso : le Football club du Pays de L'Arbresle devrait toucher 100 000 euros », sur leprogres.fr, (consulté le 30 mai 2018)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Julien Huet, « Ligue 1 - Tolisso, le dernier né des Gones », sur eurosport.fr, (consulté le 6 septembre 2014)
  4. « Contrat Professionnel pour Tolisso », olweb.fr, 30 octobre 2013.
  5. « Tolisso, une ascension sans accroc », sur leparisien.fr, (consulté le 30 mai 2018)
  6. « Allemagne -19 ans 4 - 0 France -19 ans », fff.fr, 14 novembre 2012.
  7. « France -20 ans 4 - 1 Canada -20ans », fff.fr, 6 septembre 2013.
  8. « Equipe de France : Corentin Tolisso, un casse-tête en puissance pour Deschamps ? », sur footmercato.net, (consulté le 30 mai 2018)
  9. Le 10 sport, « Mercato - Bayern Munich : Quand un ancien du club ose la comparaison Tolisso-Kroos... », sur Le 10 Sport, (consulté le 4 juin 2018)
  10. « Fiche de Corentin Tolisso », sur footballdatabase.eu

Liens externes