Cordeliers

Ancien couvent des Cordeliers de Paris en 1793
Un cordelier dans son costume.

Les cordeliers est le nom donné aux franciscains établis en France. Leur nom leur aurait été attribué par Jean de Beaufort lors de la septième croisade. Cette appellation remonte à saint Louis. Pendant la croisade de 1250, le roi ayant remarqué des religieux très combatifs envers les Sarrasins, demanda leur nom. On lui répondit qu’ils étaient « de cordes liés » (cordeliers). En effet, ces moines portaient sur leur robe de bure brune ou grise, une grosse corde, armée de nœuds de distance en distance, qui tombait presque jusqu’à leurs pieds et d'un capuchon court et arrondi. Ils appartenaient à l’ordre des Frères mineurs, appelés encore franciscains, fondé par saint François d'Assise, et confirmé par le pape Honorius III en 1223[1].

En 1789, les cordeliers possédaient en France 284 couvents, qui furent tous fermés en 1790.

Cet ordre a donné son nom au Club des cordeliers, en référence à la chapelle du couvent des Cordeliers de Paris où le club tenait séance.

Les cordeliers dans la littérature

Les cordeliers sont objet de satire dans l'Heptaméron de Marguerite de Navarre.

Armes

Les armes de l'ordre sont d'argent à une croix de sable haussée, embrassée par deux bras de carnation, l'un nu, l'autre vêtu de sable et passés en sautoir.

Voir aussi

Sources

Liens externes