Construction du jeu

Construction du jeu
Tromperie de l’adversaire en boxe birmane
Tromperie de l’adversaire en boxe birmane

La construction du jeu en sport correspond à l’activité déployée pour organiser ses actions. Dans les sports d’opposition, elle cherche à organiser le jeu de manière adaptée et stratégique. Il s’agit donc pour l’athlète d’agencer et d’ajuster ses actions compte tenu de la situation en présence. Cette manière de faire s’oppose à l’utilisation d’attaques directes, souvent donc trop voyantes, qui ne pourraient peut être pas aboutir.

Définition

Dans le dictionnaire Larousse de la langue française, Lexis de 1979, on trouve la définition de « construire » suivante : v.tr. « Construire quelque chose, assembler selon un plan les éléments d’un édifice, d’un appareil, d’un ouvrage de l’esprit, d’une phrase (…) ». Pour « construction » nous trouvons : n.f « Action ou manière de construire »[1].

La construction du jeu en sport d’opposition individuel

En sports de combat, on dit d’un combattant qu’il « construit » lorsque celui-ci utilise certains moyens plus ou moins élaborés pour marquer des points ou finaliser le match.

La construction du jeu en sport consiste à mettre en place un ensemble de procédés, de démarches et de dispositifs de façon stratégique. Cette façon de bâtir et d’agencer peut contribuer à l’application d’un plan d’action (plan tactique). Elle touche trois domaines de l’opposition : l’adaptation au comportement adverse, la manœuvre et l’exploitation de l’adversaire. Ces dernières s’expriment dans deux compartiments de jeu, l’offensive et la contre-offensive.

Illustration en sports de combat de percussion (boxe, karaté, taekwondo, etc.)

Quelquefois, dans les sports de plein-contact on entend au bord de la surface de combat, les entraîneurs dirent à leurs poulains : « construit au lieu d’essayer de rechercher le coup dur ! ». Cela signifie que le coach demande à l’athlète d’organiser un jeu qui va permettre de trouver des solutions et ainsi marquer des points.

En termes de construction, on peut situer trois façons principales de faire :

  • « Enchaîner des actions » : se concrétise souvent un nombre important de coups afin de prendre à défaut l’adversaire. Le but est de « déborder » la défense adverse.
  • « Manœuvrer l’adversaire » : les moyens employés pour prendre en défaut l’opposant peuvent être divers (manipulation et tromperies de toutes sortes). On recense, l’attaque différée, la simulation (feinte et piège), pressing, cadrage, etc.
  • « Utiliser le comportement adverse » : chercher à atteindre certaines cibles en utilisant l’activité adverse et en exploitant les caractéristiques de l’opposant. Ex. : porter les actions à des moments opportuns (« attaque dans l’attaque » ou « attaque sur le retour en garde adverse ») ou « casser la distance » avec un adversaire longiligne afin de neutraliser ses actions à grande distance.
Exemple d’action de construction :
  1. Blocage1.jpg ⇒ # Direct fouettée.jpg
  1. Observation : (A) est un attentiste en jab notamment
  2. Décision tactique : (B) va appâter le coup de poing et contrer en coup de pied direct (front-kick)

Références

  1. Jean Dubois (dir.), Dictionnaire de la langue française - lexis, Paris, Éditions Larousse, (1re éd. 1979), 2109 p., relié (ISBN 2-03-320216-X et 2-03-320211-9)
  • Alain Delmas, 1. Lexique de la boxe et des autres boxes (Document de formation fédérale), Aix-en-Provence, 1981-2005 – 2. Lexique de combatique (Document de formation fédérale), Toulouse, 1975-1980
  • F.F.E., Les cahiers de la commission pédagogique nationale d’escrime, INSEP, Paris, 1981
  • Imhauss, M., Chapelot, R., Langage de l’escrime, Ministère de la Guerre, 1908
  • Friedrich Mahlo, L’acte tactique en jeu, Éd. Vigot, Paris, 1969

Bibliographie

  • Gérard Chaliand, Arnaud Blin, Dictionnaire de stratégie militaire, Librairie académique Perrin, 1998
  • Gabrielle & Roland Habersetzer, Encyclopédie des arts martiaux de l'Extrême-Orient, Ed. Amphora, Paris, 2000
  • Thierry de Montbrial et Jean Klein, Dictionnaire de stratégie, PUF, Paris, 2000
  • François Géré, Pensée stratégique, Ed. Larousse, Paris, 1999

Articles connexes

Liens externes