Constant Sorin

Constant Sorin, né en 1901, et mort en 1970, a été gouverneur de Guadeloupe de 1940 à 1943.

Biographie

Il a reçu une formation militaire à Saint-Cyr (1923).

Après une courte carrière militaire, il choisit l’administration civile (concours de l'inspection des colonies). Nommé en Guadeloupe par Georges Mandel, de son vrai nom Louis Georges Rothschild, il y débarque en avril 1940 juste avant la débâcle.

Constant Sorin nommé gouverneur de la Guadeloupe, 10 mars 1940

Sorin a été diversement apprécié de l'opinion. Pour ceux qui se sont opposés à lui, le reproche concerne le ralliement à Vichy. À la vérité le pouvoir de Vichy n’a pas eu à s’implanter et prolongeait administrativement la République. Les fonctionnaires de Vichy aux Antilles sont ceux de la République. Petit à petit, on remplace les personnes, notamment un gouverneur décédé en Guyane, un gouverneur en Martinique, mais également des évêques. Sorin est nommé par la République en 1940. Quant à l’amiral Robert, Haut-commissaire de la République sur le théâtre de l’Atlantique ouest, il nommé en Martinique dès 1939. À la retraite, il a demandé à reprendre du service.

Le discours publié au journal officiel du peut nourrir le mythe de l'autosuffisance guadeloupéenne sous Sorin et fonder des discours sur la Guadelope qui doit enfin se réveiller. À la vérité, le résultat matériel est fort médiocre, ce qui concorde avec la mémoire d'une époque très difficile :

  • " Appel aux agriculteurs et aux industriels guadeloupéens:"
Avant de compter sur les autres, comptez sur vous-mêmes. L'heure est venue de vous mettre courageusement au travail, et avec acharnement. Il faut produire. Hier vous avez fait un effort pour vos cultures vivrières et pour la culture du manioc... maintenez de toutes vos forces les cultures d'exportation à leur potentiel actuel, mais ne les développez pas. La prudence l'exige, car nul ne sait de quoi demain sera fait. Intensifiez au contraire les cultures de consommation. Que ce pays devienne, grâce à vous, un pays d'arachide et vous aurez votre huile, denrée de première nécessité. Plantez du ricin, plantez des cocotiers, et vous aurez votre savon. Plantez du sisal et vous aurez de la corde et de la ficelle ... il s'agit aujourd'hui de la vie de votre pays et de son avenir".

Pour soutenir ce programme, Sorin prit plusieurs arrêtés comme celui interdisant l'abattage des arbres fruitiers (arbres à pain, manguiers etc).

L'Effort guadeloupéen

L'absence de produits importées fut cruellement ressentie. Sorin se lança dans une politique, "l'Effort Guadeloupéen", visant le développement de productions locales. Si les aïeux guadeloupéens se souviennent encore de cette période héroïque, il ne faut pas croire, pour autant, que "l'Effort Guadeloupéen" assura l'autosubsistance. On admettra que l'époque a favorisé une prise de conscience de la dépendance extérieure.


Sorin voulait pousser les grands propriétaires terriens aux cultures vivrières mais les superficies concernées restèrent limitées. La gendarmerie de Sainte-Rose notait de l'usine Bonne-Mère qu'elle ne consacrait aux vivres que 30 hectares sur 1600 (moins de 2 %). Indifférents aux difficultés de la main d'œuvre, méfiants des retombées des lois sur les rhums et sucres, les usiniers cherchaient avant tout à produire et stocker du sucre pour le vendre après la guerre en profitant d'une conjoncture à la hausse. Les quelques cultures vivrières entreprises ne suffirent donc pas à pallier les difficultés du moment. Or, même si beaucoup affirment qu'on ne mourut jamais de faim en Guadeloupe, il faut admettre que la situation eut un impact non négligeable sur la santé des Guadeloupéens, ce qu'illustre, par exemple, la courbe du mouvement démographique


La mortalité augmenta subrepticement après le blocus total du premier semestre 1943. Cela témoigne de l'ampleur des privations. Cette situation a probablement contribué à accélérer, en 1943, le phénomène de résistance observé depuis le début du conflit.

Bibliographie

  • 2014 : BRUNEAU (Jean-Baptiste), La marine de Vichy aux Antilles (juin 1940-juillet 1943), Les Indes savantes, 2014, 285 p.
  • 2004 : JENNINGS (Eric T.), J. Cantier (dir), L’empire colonial sous Vichy, Odile Jacob, 2004.
  • 2002 : JENNINGS (Eric T.), « Last Exit from Vichy France: The Martinique Escape Route and the Ambiguities of Emigration », The Journal of Modern History, vol. 74, 2002, p. 289.
  • 2001 : GIROD-À-PETIT LOUIS (Anthony), Les Dissidenciés guadeloupéens dans les Forces françaises libres, Editions l’Harmattan, 2001.
  • 2001 : JENNINGS (Eric T.), Vichy in the Tropics. Pétain’s National Revolution in Madagascar, Guadeloupe and Indochina, 1940-1944, Stanford University Press, 2001, 311 p.
  • 1998 : JENNINGS (Eric T.), Vichy in the Tropics : the National Revolution in Madagascar, Guadeloupe and Indochina (1940-1944), Thèse de doctorat (Phd.), Berkeley, 1998.
  • 1995 : CHATHUANT (Dominique), « Dans le sillage de la marine de guerre, pouvoir et Église en Guadeloupe (1940-1943) », Bull. de la Soc. d’Hist. de la Guad., no 103, 1995, p. 40-64.
  • 1992 : CHATHUANT (Dominique) « La Guadeloupe dans l'obédience de Vichy », Bull.de la Soc. d’Hist. de la Guad., no 91-94, Basse-Terre, 1992, p. 3-40.
  • 1991 : CHATHUANT (Dominique), Aux origines de la Dissidence guadeloupéenne (1940-1943), mémoire de maîtrise, URCA, Reims, 1990-1991, 177 p.
  • 1989 : SEMPAIRE (Eliane), La Dissidence an tan Sorin, Pointe-à-Pitre, ed. Jazor, 1989, 240 p., plusieurs rééditions.
  • 1987 : LEMBEYE-BOYE (Pierrette), La Guadeloupe au début de la 2e Guerre Mondiale, CDDP, Basse-Terre, 1987.
  • 1984 : SEMPAIRE (Eliane), La Guadeloupe An tan Sorin, , ed. E. Kolodziej, EDCA, Fort de France, 1984, 188 p., plusieurs rééditions.
  • 1984 : GAYADINE (Alain) & LEMAISTRE (P), La Guadeloupe de 1939 à 1943, aspects économiques, Mémoire de maîtrise en Sciences Economiques, UAG, Pointe-à-Pitre, 1984.
  • SD : DURIZOT (Jocelyn), An tan Sorin, Basse-Terre, s.d. Régulièrement cité par plusieurs auteurs dont GAYADINE (Alain) & LEMAISTRE (P.) (supra).
  • 1984 : ALAMKAN (Henriette), La Guadeloupe en 1946, Mémoire de maîtrise UAG, Pointe-à-Pitre, 1984.
  • 1981 : LISETTE (A), La Guadeloupe pendant la Deuxième Guerre mondiale. Politique, économie, Maîtrise, Paris I, s.d., 98 p., cité par Christian Schnakenbourg, « Recherches sur l’histoire de l’industrie sucrière à Marie-Galante », Bull. de la Soc. d’Hist .de la Guad., no 48-50, 1981, p. 101.
  • 1969: BOGAT (Raphaël), « Dominique, quartier de la France Libre », Bulletin de la Soc. d’Hist. de la Guadeloupe, no 11-12, p. 54-149. Basse-Terre, 1969.
  • 1967 : BOGAT (Raphaël), « Dominique, terre de refuge », Bulletin de la Soc. d’Hist. de la Guadeloupe, no 8, Basse-Terre, 1967, p. 79-94
  • 1964 : HERVIEU (Jean-Paul), Esquisse de l'histoire de la Guadeloupe pendant la seconde Guerre Mondiale, 8 feuilles dactylographiées, ADG, 1964.
  • 1948 : BOGAT (Raphaël), « Dominique, terre de liberté », Communication à la 3e Conférence des Indes Occidentales, 14 feuilles dactylographiées, Pointe-à-Pitre, 1948.
  • 1945 : LE BIHAN, « Évolution du commerce extérieur de la Guadeloupe de 1938 à 1945 », La Revue Guadeloupéenne, n°1er septembre, Pointe-à-Pitre, 1945.

Liens externes

Notes et références