Consonne roulée bilabiale voisée

Consonne roulée bilabiale voisée
Symbole API ʙ
Numéro API 121
Unicode U+0299

X-SAMPA B\
Kirshenbaum b<trl>

La consonne roulée bilabiale voisée est un son consonantique assez peu fréquent dans les langues parlées. Le symbole dans l'alphabet phonétique international est [ʙ]. Ce symbole représente un b en petite capitale.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de la consonne roulée bilabiale voisée :

  • Son mode d'articulation est roulée, ce qui signifie qu’elle est produite par la vibration de l'organe d'articulation.
  • Son point d’articulation est bilabial, ce qui signifie qu'elle est articulée avec les deux lèvres.
  • Sa phonation est voisée, ce qui signifie que les cordes vocales vibrent lors de l’articulation.
  • C'est une consonne orale, ce qui signifie que l'air ne s’échappe que par la bouche.
  • C'est une consonne centrale, ce qui signifie qu’elle est produite en laissant l'air passer au-dessus du milieu de la langue, plutôt que par les côtés.
  • Son mécanisme de courant d'air est égressif pulmonaire, ce qui signifie qu'elle est articulée en poussant l'air par les poumons et à travers le chenal vocatoire, plutôt que par la glotte ou la bouche.

Glyphe

Symbole dans l’AGLC.

La forme du caractère utilisé par l’alphabet phonétique internationale n’est pas un caractère unique mais la composition du symbole de la consonne roulée bilabiale sourde [ʙ] avec une rond souscrit.

Dans l’alphabet général des langues camerounaises (AGLC), le symbole phonétique et le graphème recommandée pour la consonne roulée bilabiale sourde

En français

Le français ne possède pas le [ʙ]. Il peut ressembler, à un locuteur francophone, à un grelottement, parfois transcrit brrrrr (qu'on utilise en français sous forme d'interjection avec seulement un mouvement des lèvres).

Autres langues

En mangbetu la consonne roulée bilabiales voisée /ʙ/ est différenciée de la sourde /ʙ̥/.

Plusieurs langues de Malekula (Vanuatu) ont [ᵐʙ], une consonne roulée bilabiale prénasalisée, par exemple dans le mot [ᵐʙue] (« cochon ») en unua. On trouve également cette consonne en uripiv, en ninde (ou labo), en na’ahai (ou malfaxal) et en avava (ou katbol)[1]. En nahavaq, c’est un allophone de /ᵐbʷ/ et /ᵐbʲ/ devant /u/[2].

Notes et références

  1. Dimock 2005, p. 18–20
  2. Dimock 2009, p. 21–22

Bibliographie

Voir aussi