Conseil supérieur de la fonction militaire

Conseil supérieur de la fonction militaire
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
CSFM
Pays
Organisation
Secrétaire général
Olivier Schmit () (depuis )
Site web
Identifiants
Annuaire du service public
Logo du conseil supérieur de la fonction militaire

Le Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM) est une instance de consultation et de concertation du personnel militaire français, de nature interarmées, présidée par le ministre chargé de la Défense et qui a été créée en 1969[1]. La loi n° 89-1003 du a changé en profondeur la nature du CSFM en permettant que « les membres appartenant au personnel en activité de service [soient] désignés par voie de tirage au sort parmi les volontaires. »[2]. Un arrêté du modifiant le règlement intérieur du CSFM crée un groupe de liaison permanent qui permet un fonctionnement en dehors des sessions tandis que la rénovation en profondeur des instances en 2016 aboutit à une professionnalisation du CSFM, désormais composé de membres à plein temps et en nombre réduit et qui comprendra progressivement des membres d'associations professionnelles représentatives.

Le CSFM, qui se réunit en plénière deux fois par an, donne notamment des avis sur les questions relatives à la condition du personnel militaire, à l'exercice du métier militaire ou à l'organisation du travail ainsi qu'au statut des militaires. Ses avis sont uniquement consultatifs ; sont en outre exclues toutes les questions relatives à l'organisation, à la préparation ou à l'emploi des forces.

Composition

Initialement au nombre de quarante et seulement tirés au sort (en 1970), leur nombre est porté à 85 membres (79 en position d'activité et 6 en position de retraite) de 2009 à 2016[3] représentent l'ensemble de la communauté militaire. À compter de 2016, leur composition est réduite à 61 membres (42 en position d'activité, 3 militaires retraités et 16 APNM représentatives)[4].

Membres d'active

Entre 2006 et 2016, les membres d'active sont élus pour quatre ans parmi les membres des sept conseils de la fonction militaire (CFM), créés en 1990. Le renouvellement intervient par moitié tous les deux ans.

Ces CFM ont été créés en 1990 (Armée de terre, Armée de l'air, Marine nationale, service des essences des armées (SEA), service de santé des armées (SSA), direction générale de l'Armement (DGA) et Gendarmerie nationale), auxquels s'ajoutent en 2016 deux nouveaux CFM, celui du service du commissariat des armées et celui du service d'infrastructure de la Défense, dont la répartition est la suivante[3]:

avant 2016

Armée de terre Marine Armée de l'air Gendarmerie DGA SSA SEA Total
Officiers supérieurs 2 1 1 1 1 1 7
Officiers subalternes 3 2 2 2 1 1 1 12
Sous-officiers supérieurs 5 3 3 8 19
Militaires infirmiers 1 1
Sous-officiers subalternes 5 4 4 8 21
Militaires du rang 12 2 4 1 19
Total 27 12 14 19 2 3 2 79

après 2016

Armée de terre Marine Armée de l'air Gendarmerie DGA SSA SEA SCA SID Total
Officiers 4 1 2 2 1 1 1 1 1 14
Sous-officiers et officier mariniers 4 4 2 10 1 21
Militaires du rang 4 1 2 7
Total 12 6 6 12 1 2 1 1 1 42

Membres en position de retraite

Les trois membres retraités sont désignés par le CPRM à compter de . Auparavant, les six membres en position de retraite sont nommés par le ministre sur proposition des organisations nationales de retraités les plus représentatives, étaient de 2009 à 2016 :

  • Association nationale des officiers de carrière en retraite (ANOCR);
  • Confédération nationale des retraités militaires et des veuves de militaires de carrière (CNRM);
  • Fédération nationale des officiers mariniers en retraite (FNOM);
  • Fédération nationale des retraités de la gendarmerie (FNRG);
  • Union nationale du personnel en retraite de la gendarmerie (UNPRG);
  • Union nationale des sous-officiers en retraite (UNSOR).

Secrétaires généraux

  • depuis 2018 : Olivier Schmit[5]

Voir aussi

  • Dimitri Courant, « Délibération et tirage au sort au sein d’une institution permanente : le Conseil supérieur de la fonction militaire (1968-2016) », Participations, vol. 1, no 23,‎ , p. 61-91 (ISSN 2034-7650, notice BnF no FRBNF42596251).

Liens externes

Références