Conseil départemental de la Charente

Conseil départemental de la Charente
{{{alternative textuelle}}}
Situation
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Siège Angoulême
Exécutif
Président François Bonneau (DVD)



Groupes politiques
20 / 38

Jean-Hubert Lelièvre
18 / 38

Frédéric Sardin
Budget
Budget total 423 445 131 €
Budget d'investissement 79 240 823 €
Budget de fonctionnement 344 204 308 €
Site internet http://www.lacharente.fr/

Le conseil départemental de la Charente est l'assemblée délibérante du département. C’est une collectivité territoriale décentralisée. Il succède en 2015 au conseil général de la Charente. Son siège se trouve à Angoulême.

Histoire

Les départements ont été créés pendant la Révolution française (1790). Ils sont alors tous organisés autour d’un chef-lieu devant être accessible en tout point du territoire en moins d’une journée de cheval.

C’est en 1982 qu’une loi de décentralisation reconnaît au conseil général le plein exercice de ses attributions. Depuis cette date, le département est administré par un organe délibérant (l’assemblée départementale) et un organe exécutif (le président du conseil général).

Les compétences du département sont très larges et concernent la vie quotidienne des citoyens.

Conseil départemental (période 1943-1945)

En 1943, sont nommés conseillers départementaux (sources : Journal officiel du 17 avril 1943 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96158886/f2.item.r=conseiller%20g%C3%A9n%C3%A9ral.zoom) :

  • Gaston Briand, membre de la commission administrative de la Charente, maire de Viville.
  • André Clanché, président de la délégation spéciale de Vars.
  • René Cognasse, membre de la commission administrative de la Charente, conseiller municipal d'Angoulême.
  • Jean Colombier, conseiller général du Canton de Montembœuf, maire de Mouzon.
  • Pierre Défaut, adjoint au maire de Confolens.
  • Raoul Feuillet, conseiller général du Canton de Villefagnan, maire de Villefagnan.
  • Paul Firino-Martell, conseiller général du Canton de Cognac, maire de Cognac.
  • Jacques Gautier, maire d'Aigre.
  • Jacques Girard, conseiller d'arrondissement du Canton de Baignes.
  • Maurice Guérive, membre de la commission administrative de la Charente, conseiller général du Canton de Barbezieux, maire de Lagarde-sur-le-Né.
  • Paul Guillemeteau, membre de la commission administrative de la Charente, conseiller municipal de Saint-Bonnet.
  • James Hennessy, conseiller général du Canton de Segonzac.
  • Jean Jaulin, conseiller d'arrondissement du Canton de Montmoreau, maire de Deviat.
  • Henri Lacroix, conseiller d'arrondissement du Canton de Confolens, maire de Lesterps.
  • Henri Mallet, membre de la commission administrative de la Charente, conseiller municipal de Deviat.
  • Maurice Marcilhacy, conseiller général du Canton de Jarnac, conseiller municipal de Bassac.
  • André Marot, membre de la commission administrative de la Charente, premier adjoint au maire d'Angoulême.
  • Jacques Menesplier-Lagrange, membre de la commission administrative de la Charente, conseiller général du Canton de Champagne-Mouton, conseiller municipal de Champagne-Mouton.
  • Pierre Mesnier, conseiller d'arrondissement du Canton de La Rochefoucauld, maire de Marillac.
  • Jean-Baptiste Morisson, membre de la commission administrative de la Charente, conseiller général du Canton d'Hiersac, conseiller municipal d'Hiersac.
  • Marie Paris, conseiller général du Canton de Chalais, président de la délégation spéciale de Chalais.
  • Jacques Poitou-Duplessy, membre de la commission administrative de la Charente.
  • Guillaume Rivet, conseiller général du Canton de Chabanais, maire de Chabanais.

Le Président était James Hennessy. les Vice-Présidents étaient Maurice Marcilhacy et Jacques Menesplier-Lagrange.

La décentralisation acte II

Dans les années 80 (lois Defferre 1982-1983), l’État a procédé à une première décentralisation. C’est-à-dire qu’il y a transféré un certain nombre de compétences dont il avait la charge, aux départements. L’objectif était adapter les décisions et les programmes d’actions en fonction des besoins spécifiques de chaque territoire. En 2004, la décentralisation s’est accélérée : le RMI, aujourd’hui RSA ; devient désormais à la charge des départements ainsi que la gestion des personnels TOS (techniciens, ouvriers de service travaillant dans de collèges) et de (Direction départementale de l’Équipement).

Gouvernance politique

Le président du conseil départemental de la Charente est François Bonneau (Divers droite) depuis le 2 avril 2015.

Liste des présidents

  1. Auzonne de Chancel, de l’An VII à l’An IX
  2. André Debresme-Desgagniers, An X
  3. Jean-Baptiste Marchadier, An XI
  4. Pierre Auguste Henry-Villarmain, de l’An XII à l’An 1806
  5. François Gratereau-Desrivières, 1807
  6. Jean Bourdin, de 1808 à 1814
  7. Louis, Céleste de Dubreuil Helion, de 1815 à 1819
  8. Alexandre, René, Gabriel Terrasson de Montleau, 1820
  9. Louis, Céleste de Dubreuil Helion, 1821
  10. Pierre, Jean-Baptiste Descordes, de 1822 à 1823
  11. Léon Dupuy, 1824
  12. Pierre, Jean-Baptiste Descordes, de 1825 à 1830
  13. François Pougeard-Dulimbert, de 1831 à 1832
  14. Philippe Albert, de 1833 à 1846
  15. François, Pierre, Marcel Tesnières, 1847
  16. Jean-François Filhol, 1848
  17. François, Pierre, Marcel Tesnières, de 1848 à 1853
  18. Louis Lemercier, 1854
  19. Jean-François André, de 1855 à 1869
  20. Pierre Mathieu-Bodet, de 1871 à 1877
  21. Pierre, Louis Rambaud de Laroque, de 1877 à 1899
  22. Jacques Daguerre, de 1900 à 1902
  23. Adolphe Carnot, de 1902 à 1910
  24. Antoine Badaud-Lacroze, de 1910 à 1921
  25. Pierre, Emard Limouzain-Laplanche, de 1921 à 1928
  26. James, Richard Hennessy, de 1928 à 1940
  27. Jean Maurin, de 1945 de 1948
  28. Roger Delugin, de septembre 1948 à novembre 1956
  29. Guy Pascaud, radical, de 1956 à mars 1979
  30. François-Henri Mouche, divers droite, de 1979 à mars 1982
  31. Pierre-Rémy Houssin, RPR, de 1982 à septembre 1998
  32. Claude Mesnard (président par intérim), du 28 septembre au 20 octobre 1998
  33. Jacques Bobe, UDF, d’octobre 1998 à juin 2003
  34. Jean-Michel Bolvin, UMP, du 20 juin 2003 au 1er avril 2004
  35. Michel Boutant, PS, d’avril 2004 à avril 2015
  36. François Bonneau, divers droite, depuis 2 avril 2015

Les vice-présidents

Poste Conseiller départemental Parti Délégation[1]
1re Brigitte Fouré (Charente-Nord) DVD Solidarités pour l’enfance et la famille
2e Jérôme Sourisseau (Jarnac) UDI Solidarités territoriales, économie, agriculture et enseignement supérieur
3e Stéphanie Garcia (Angoulême-3) DVD Développement et attractivité de la Charente
4e Samuel Cazenave (Angoulême-1) UDI Politiques solidaires de l'emploi et de l’économie
5e Isabelle Lagarde (Charente-Sud) DVD Solidarités pour les personnes âgées et handicapées
6e François Nebout (Angoulême-3) DVD Administration générale
7e Florence Pechevis (Cognac-1) DVD Jeunesse-Education-Sport
8e Pierre-Yves Briand (Cognac-2) DVG Solidarités urbaines et habitats
9e Marie-Henriette Beaugendre (Val-de-Nouère) DVD Environnement et préservation des ressources
10e Didier Jobit (Tude-et-Lavalette) UDI Mobilités

Les conseillers départementaux

À la suite des élections départementales de mars 2015, la majorité sortante de gauche est battue par l'union de la droite et du centre. Le nouveau président du conseil départemental est François Bonneau (DVD).

Le groupe de l'Union de la droite et du centre, rassemblant des élus UMP, UDI et DVD sous la présidence de Jean-Hubert Lelièvre, est donc majoritaire. L'opposition constitue un seul groupe, avec l'ensemble des élus de sensibilité de gauche (PS, EELV, PCF et DVG), présidé par Frédéric Sardin.

Parti Sigle Elus
Majorité (20 sièges)
Divers droite DVD 11
Union des démocrates et indépendants UDI 4
Union pour un mouvement populaire UMP 4
Divers gauche DVG 1
Opposition (18 sièges)
Parti socialiste PS 11
Divers gauche DVG 4
Front de gauche FG 2
Europe Écologie Les Verts EELV 1
Président du conseil départemental
François Bonneau (DVD)

Budget

Le conseil départemental de la Charente a pour 2015 un budget de 463,2 millions d'euros dont investissement : 89 millions d’euros. Billet 2015.jpg

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes