Congrès de Tours (Front national)

Congrès de Tours
du Front national
Image illustrative de l'article Congrès de Tours (Front national)
Logo du Front National lors du congrès
Date 15 et 16 janvier 2011
Lieu Centre international de congrès de Tours

Président du parti (sortant) Jean-Marie Le Pen
Marine Le Pen (élue) 67,65%
Bruno Gollnisch 32,35%
Site internet http://www.frontnational.com/

Le congrès de Tours est le XIVe congrès du Front national, qui s'est tenu au centre Vinci à Tours les 15 et . L’objectif du congrès fut de fixer la ligne générale du Front national, de désigner un nouveau président en remplacement de Jean-Marie Le Pen (à la tête du parti depuis sa création en 1972) et d'élire un nouveau comité central.

Déroulement du congrès[1]

  • 16 janvier 2011
    • 9h30 : ouverture des portes au public
    • 10h00 : proclamation des résultats (élection du président et du comité central)
    • 10h30 : discours du candidat à la présidence du FN arrivé en second, en l'occurrence Bruno Gollnisch
    • 10h50 : convention du Front national de la jeunesse
    • 11h45 : réunion du nouveau comité central
    • 15h00 : discours du nouveau président du FN, en l'occurrence Marine Le Pen
    • 17h00 : fin du congrès

En marge du congrès, plusieurs milliers de manifestants défilent contre l'extrême-droite à l'appel d'un collectif d'environ 25 associations, syndicats et partis de gauche[2].

Campagne interne

Le , à la suite d'une réunion du bureau politique du Front national, Jean-Marie Le Pen annonce qu'il quittera ses fonctions lors du prochain congrès du Front national.

Marine Le Pen annonce à plusieurs reprises qu'elle sera candidate à la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du Front national contre Bruno Gollnisch[3]. Dans cette perspective, elle ne bénéficie pas du soutien des principaux journaux d'extrême-droite français que sont Minute, Rivarol et Présent[4].

Sur l'avortement, Bruno Gollnisch réaffirme son opposition pleine et entière à Loi Veil[5], alors que Marine Le Pen y est favorable[6].

Sur le PACS, Bruno Gollnisch est favorable à son abrogation[7], au contraire de Marine Le Pen.

Les deux candidats sont en revanche favorable à un référendum sur le rétablissement de la peine de mort[8][9] et à la lutte contre l'immigration et l'insécurité.

Présenté comme le tenant de ligne dure et conservatrice du Front national, Bruno Gollnisch (62 ans) se distingue de Marine Le Pen (42 ans) qui s'efforce de donner une image plus moderne au Front national[10].

Le , Jean-Marie Le Pen annonce officiellement qu'il soutient sa fille pour sa succession à la tête du FN, tout en souhaitant un bon score à son concurrent Bruno Gollnisch, pour lequel il reconnaît avoir de la considération[11][12].

D'après Sylvain Crépon et Nicolas Lebourg, Marine Le Pen « profite d'un coup de pouce du service public. La veille de la clôture des adhésions, elle passe sa soirée sur le plateau de télévision de l'émission d'Arlette Chabot (France 2) : 1 500 cartes de plus sont enregistrées entre la fin de l'émission et le lendemain soir. Non aguerris aux affres des courants internes, ces nouveaux adhérents sont censés avoir un réflexe de vote pour les « marinistes » clairement identifiés. Pour qu'ils ne se trompent pas, la future chef a publié sur internet la liste de candidats qui la parrainaient et que donc elle-même parrainait »[13].

Analyses

Pour Nicolas Lebourg et Joseph Beauregard, « Bruno Gollnisch joue le thème de la continuité et l'appui sur les cadres contre le monde médiatique, quand exactement dans le même temps Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy s'imposent politiquement en jouant du thème de la rupture et en s'appuyant sur les médias et les nouveaux adhérents contre les cadres de leurs partis. Le premier n'a, à l'évidence, pas considéré ce changement de tempo »[14].

Résultats

Les membres du Front national sont appelés à voter par courrier pour leur nouveau président et les cent membres du comité central ; la date limite d'expédition des votes par courrier est fixée au 8 janvier 2011. Les adhérents devaient avoir renouvelé leurs adhésions et réadhésions avant le 10 décembre 2010 pour pouvoir voter[15].

Présidence

Résultats officiels[16]
Parti Candidat Voix %
Front national (FN) Marine Le Pen 11 546 67,65
Front national (FN) Bruno Gollnisch 5 522 32,35
Inscrits 22 403 100,00
Votants 17 127 76,45
Exprimés 17 068 76,11
Blancs 35 0,20
Nuls 24 0,14

Comité central

Les 100 membres élus par les adhérents sont les suivants :

Notes et références

  1. Le programme du congrès de Tours
  2. Tours: une manifestation anti-FN tourne à l'affrontement avec la police
  3. « Marine Le Pen sera candidate à la tête du FN en 2010 », Reuters, . Consulté le 12 septembre 2008.
  4. « Marine Le Pen: pourquoi “Rivarol”, “Minute” et “Présent” font défection », 16 octobre 2010.
  5. Bruno Gollnisch : "avorter c’est tuer"
  6. Avortement : Marine Le Pen pour le droit des femmes à choisir
  7. PACS : Bruno Gollnisch favorable à son abrogation
  8. Marine Le Pen appelle à rétablir la peine de mort
  9. Peine de mort : une pensée émue pour tous ceux à qui elle n’a pas été épargnée.
  10. Marine Le Pen face à Bruno Gollnisch
  11. Le Pen soutient sa fille mais souhaite un «bon score» à Gollnisch
  12. Le Pen souhaite que Gollnisch fasse "un bon score"
  13. Sylvain Crépon et Nicolas Lebourg, « Le renouvellement du militantisme frontiste », dans Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer, Les Faux-semblants du Front national : sociologie d'un parti politique, Presses de Sciences Po, , p. 447
  14. Nicolas Lebourg et Joseph Beauregard, Dans l'ombre des Le Pen : Une histoire des numéros 2 du FN, Paris, Nouveau Monde, , 390 p. [détail de l’édition] (ISBN 978-2365833271), p. 300-301 .
  15. Congrès du FN : Le calendrier électoral est fixé !
  16. FN : le nouveau Président élu par les adhérents !

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Discours d’investiture de Marine Le Pen
  • Discours de Jean-Marie Le Pen à Tours