Compagnie d'aérostiers

Compagnie d'aérostiers
Image illustrative de l’article Compagnie d'aérostiers
La Compagnie d'aérostiers à la bataille de Fleurus.

Création 1794
Dissolution 1802
Pays France
Type Aérostat
Rôle Renseignement militaire
Effectif Deux compagnies de 26
Couleurs bleu et noir
Équipement L'Entreprenant, L'Hercule, L'Intrépide
Batailles Bataille de Fleurus, Blocus de Mayence, bataille de Würzbourg, Bataille d'Aboukir
Commandant Jean-Marie-Joseph Coutelle,
Nicolas Lhomond

La Compagnie d'aérostiers est la première unité aérienne du monde[1], créée le 2 avril 1794[2] en France, pour utiliser des aérostats comme ballons d'observation à des fins de renseignement militaire.

Historique

Article connexe : histoire de l'aérostation.

Pendant les guerres de la Révolution française, plusieurs propositions d'utilisation de ballons aériens sont faites. En 1793, le Comité de salut public demande à en évaluer les possibilités. Les premiers tests sont infructueux[3], cependant des expériences menées près des Tuileries de septembre à octobre 1793, permettent de produire plus de 20 mètres cubes[4] de l'hydrogène nécessaire. Le Comité de Salut Public décide alors d'utiliser l'hydrogène pour les ballons captifs.

Fin octobre 1793, le chimiste Jean-Marie-Joseph Coutelle et son assistant, l'ingénieur Nicolas Lhomond, rejoignent l'armée du Nord[4], avec 50 000 livres pour l'achat d'équipement[3]. Ils sont porteurs d'une lettre de recommandation de Lazare Carnot assurant au général Jean-Baptiste Jourdan et au représentant Ernest Dominique François Joseph Duquesnoy, que le « citoyen Coutelle n'est pas un charlatan »[4]. Mais à leur arrivée, Jourdan renvoie Coutelle à Paris, en indiquant qu'une attaque autrichienne est imminente, et qu'un bataillon est nécessaire, pas un ballon[3].

Formation

Le Comité de Salut Public ordonne des tests supplémentaires sur les ballons[3] au château de Meudon, où est créé le centre de développement aérostatique. Nicolas-Jacques Conté dirige la recherche sur les formes et matériaux en améliorant le processus de production d'hydrogène. Le Comité est invité à assister à une série d'ascensions, suivra par la suite une loi créant la compagnie d'aérostiers adoptée le 2 avril 1794[4]. L'unité est composée d'un capitaine, un lieutenant, un sergent-major et un sergent, deux caporaux et vingt soldats. Tous les hommes doivent avoir les compétences nécessaires, que ce soit en chimie ou en menuiserie. Coutelle est nommé capitaine et Lhomond lieutenant[3].

Bataille de Fleurus

La compagnie transporte le ballon à Fleurus.

En mai 1794, la compagnie rejoint les troupes de Jourdan à Maubeuge, portant un ballon : L'Entreprenant. Ils commencent par la construction d'un four afin de produire l'hydrogène[4]. Le ballon est utilisé la première fois le 2 juin, pour la reconnaissance lors d'un bombardement d'artillerie ennemi[3]. Le 22 juin, la compagnie déplace le ballon sur la plaine de Fleurus devant les troupes autrichiennes regroupées à Charleroi. La vingtaine de soldats traînent le ballon gonflé sur près de cinquante kilomètres[4]. Les trois jours suivants, un officier monte effectuer des observations. Le 26 juin, la bataille de Fleurus débute et le ballon est maintenu en l'air pendant neuf heures au cours desquelles Coutelle et Antoine Morlot prennent des notes sur les mouvements de l'armée autrichienne, notes qu'ils laissent tomber au sol pour être récupérées par l'armée française[3] et envoient aussi des messages par signaux en sémaphore[4].

La bataille de Fleurus est remportée par les Français, mais les avis sur l'utilité du ballon sont divergents. Louis-Bernard Guyton-Morveau, qui est présent tout au long de la bataille, en est fortement partisan, mais Jourdan estime que l'apport est mineur[4]. On estime que la présence de ce ballon espion a affecté le moral des coalisés[5].

Guyton a auparavant supervisé à Meudon la construction du Martial, un ballon cylindrique qui est livré peu après la bataille mais qui s'avère trop instable pour être utilisé. La compagnie suit l'armée du Nord en Belgique, elle est présente aux batailles de Liège et de Bruxelles[3] sans prendre part aux combats[4]. L'hiver approchant, on construit un dépôt de ballons à Borcette près d'Aix-la-Chapelle[3].

Caractéristiques du ballon L'Entreprenant

  • Volume parfaitement sphérique d'un diamètre de 27 pieds (environ 9 mètres).
  • Capacité de 523 m3, gonflé à l'hydrogène (H²).
  • L'imperméabilisation de l'enveloppe a été réalisée par Jean-Marie-Joseph Coutelle et Nicolas-Jacques Conté (inventeur du crayon) ; ainsi L'Entreprenant restera deux mois entiers plein de gaz à l'armée de Sambre-et-Meuse.
  • Le ballon peut élever une nacelle occupée par deux hommes et atteindre l'altitude de 500 mètres, mais en pratique, il suffit qu'il atteigne 250 à 400 mètres pour être opérationnel.

Deuxième compagnie

Observation par la deuxième compagnie lors du blocus de Mayence.

Le 23 juin, une loi créant une deuxième compagnie d'aérostiers est adoptée, la direction à Meudon en est confiée à Conté. L'unité reçoit deux nouveaux ballons, L'Hercule et L'Intrépide[3], elle est rattachée en mars 1795 à l'armée du Rhin[4]. Coutelle est rappelé pour en prendre le commandement, Lhomond est promu capitaine de la première compagnie, Conté, resté à Meudon[3], prend en octobre la direction d'une nouvelle école d'aérostat, où seront entraînées les équipes de remplacement pour les deux compagnies[4].

La deuxième compagnie effectue des ascensions à la bataille de Mayence et participe aux évacuations à Mannheim. Elle mènera des observations à Stuttgart, Rastatt et Donauwörth[3].

Déclin et dissolution

En 1795, la première compagnie est transférée à l'armée de Sambre-et-Meuse, dirigée par Jourdan. En 1796, les Français sont défaits à la bataille de Wurtzbourg : l'ensemble de la compagnie est faite prisonnière avec son ballon L'Intrépide. L'appareil sera conservé à Vienne, où il est exposé au musée d'histoire militaire.

À la suite de cette catastrophe, la deuxième compagnie est rattachée à l'armée de Sambre-et-Meuse. Coutelle malade, se retire à Meudon. Le nouveau commandant Delaunay ne peut travailler avec le général Lazare Hoche, qui les laisse à Molsheim, refusant de les laisser participer à toute action[3], car l'unité n'était pas assez mobile : la production d'hydrogène nécessitant la construction d'un four spécial.

À la suite du traité de Leoben, la première compagnie est libérée et Coutelle en reprend le commandement. En 1798, une compagnie comprenant Coutelle et Conté rejoint le corps expéditionnaire envoyé en Égypte, embarquant à bord du Patriote et de l’Orient. À l'arrivée, il est décidé de laisser le matériel sur les vaisseaux, qui sont détruits lors de la bataille d'Aboukir. La compagnie est alors réaffectée.

Le 15 janvier 1799, le Directoire prononce la dissolution de la compagnie. La seconde compagnie disparaît immédiatement, la première continue à opérer en Égypte et n'est dissoute qu'à son retour en France en 1802[3].

Notes et références

  1. (en) Jeremy Beadle, First, Lasts & Onlys: Military : Firsts, Lasts & Onlys, Anova Books, , 192 p. (ISBN 978-1905798063), p. 42.
  2. Maurice Denuzière Helvétie, Fayard, 2010
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Frederick Stansbury Haydon, Military Ballooning During the Early Civil War, Johns Hopkins University Press, , 504 p., p. 5-15.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Charles Coulston Gillispie, Science and Polity in France: The Revolutionary and Napoleonic Years, p. 372-373
  5. Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos, « 26 juin 1794. Pour la première fois, un ballon est utilisé pour espionner l'ennemi », sur Le Point.fr,

Articles liés