Commandement des Nations unies en Corée

Commandement des Nations unies en Corée
Image illustrative de l'article Commandement des Nations unies en Corée
La Secrétaire d'État des États-Unis Hillary Clinton en visite au QG du Commandement des Nations unies en 2009.

Création 1950
Effectif 932 964 (maximum en juillet 1 953)
Garnison Tokyo (jusqu'en 1957)
Séoul (depuis 1957)
Guerres Guerre de Corée
Commandant

Le Commandement des Nations unies en Corée (United Nations Command, UNC)[1] est la structure de commandement unifié pour les forces militaires multinationales soutenant la Corée du Sud pendant et après la guerre de Corée.

Histoire

Des Humvee du bataillon de sécurité du Commandement des Nations unies en 1996.

Après l'invasion par les troupes nord-coréennes de la Corée du Sud le 25 juin 1950, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte la Résolution 82 appelant la Corée du Nord à cesser les hostilités et à se retirer au-delà du 38e parallèle nord[2].

Le 27 juin 1950, l’ONU adopte la Résolution 83, recommandant aux membres de l'Organisation des Nations unies de fournir une assistance à la République de Corée afin de repousser l'attaque armée et de rétablir la paix et la sécurité internationales dans la région[3].

La Résolution 84 du Conseil de sécurité, adoptée le 7 juillet 1950, recommande que les membres fournissant des forces militaires et autres moyen d'assistance en Corée du Sud mettent leurs forces et moyens à disposition d'un commandement unifié dirigé par les forces armées des États-Unis[4].

Il est créé sous les simples auspices du Conseil de sécurité, mais non en tant qu’organe subsidiaire du Conseil comme le sont les opérations de maintien de la paix. De même, l’opération en Corée n’est pas une opération de l’ONU mais une opération multinationale utilisant – pour la seule et unique fois – le drapeau de l’Organisation. Les États-Unis détiennent donc, sans intermédiaire du siège des Nations-Unis à New York, la ligne de commandement du terrain jusqu’à l’état-major à Washington[5].

Les forces de vingt et un pays dépendent du commandement des Nations unies en Corée durant le conflit[1].

Composition

Pendant les trois années de la guerre de Corée, les forces militaires de plusieurs pays alliés dépendent de l'UNC. Le nombre total de soldat composant l'UNC atteint son maximum le 27 juillet 1953, le jour de la signature de l'accord d'armistice avec 932 964 hommes[6]:

Situation après guerre

Militaire sud-coréen du bataillon de sécurité du CNU.

Jusqu'en 1978, la défense du territoire sud-coréen a été assurée par le Commandement des Nations unies. Il a été créé à cette date un commandement des forces conjointes (CFC). Les Sud-Coréens ont alors assuré un certain nombre de missions. Par exemple, la sécurité de la Joint Security Area est assurée par une unité spéciale, le bataillon de sécurité de la DMZ. Composé de 650 hommes, majoritairement coréens, son chef de corps coréen est supervisé par une Command Task Force que dirige un officier supérieur américain. Jusqu’en novembre 2004, les Américains fournissaient plus de 70% des effectifs du bataillon. Désormais, ils ne déploient qu’une quarantaine d’hommes dans la DMZ. La caserne (camp Bonifas) est située en dehors du périmètre de la DMZ, à 400 mètres environ, mais une section est toujours placée en état d’alerte[5].

Commandants

Plusieurs généraux américains se sont succédé à la tête de l'UNC[7] :

Notes et références

  1. a et b (en) « Glossary on peace operations », sur unterm.un.org, (consulté le 30 août 2015).
  2. United Nations Security Council Resolution 82 PDF, URL retrieved April 9, 2006.
  3. United Nations Security Council Resolution 83 PDF, URL retrieved April 9, 2006.
  4. United Nations Security Council Resolution 84 PDF (bottom half of page), URL retrieved April 9, 2006.
  5. a et b « Commandement des Nations Unies », sur http://www.operationspaix.net/ (consulté le 11 août 2017).
  6. (en) United States Forces Korea, « United Nations Command », sur usfk.mil (consulté le 30 août 2015).
  7. (en) Paul M. Edwards, Historical Dictionary of the Korean War, Scarecrow Press, , 129 p. (ISBN 978-0-8108-7461-9, lire en ligne).

Bibliographie

  • (en) Grey, Jeffrey, The Commonwealth Armies and the Korean War: An Alliance Study, Manchester University Press, 1990.

Voir aussi

Articles connexes

  • United Nations Memorial Cemetery 

Liens externes