Combat de Malkiyé

Combat de Malkiyé
Informations générales
Date
Lieu Malkiyé, près d'Azaz
Issue Indécise
Belligérants
Flag of Syria 2011, observed.svg Armée syrienne libre
Drapeau des États-Unis États-Unis
Flag of the Al-Nusra Front.svg Front al-Nosra
Commandants
Nadim al-Hassan White flag icon.svg
Forces en présence
54 hommes
30 véhicules
(Unité 30)[1]

nombre des renforts inconnu
inconnues
Pertes
7 morts[2]
18 blessés au moins[3]
8 prisonniers[1]
25 morts[2]

Guerre civile syrienne

Coordonnées 36° 35′ 10″ nord, 37° 02′ 41″ est

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Combat de Malkiyé

Le combat de Malkiyé a lieu pendant la guerre civile syrienne. Le , les djihadistes attaquent le siège de la Division 30 à Malkiyé, une unité rebelle armée et formée par les États-Unis.

Prélude

En mai 2015, l'administration Obama met en place un programme de formation et d'équipement de rebelles syriens modérés avec pour objectif d'entraîner 5 000 rebelles par an dans le but de créer une « Nouvelle force syrienne » afin d'affronter les forces de l'État islamique. Cependant le 7 juillet 2015, Ashton Carter, secrétaire américain à la Défense déclare devant le Sénat que seulement 60 hommes ont été formés à cette date à cause d'une sélection particulièrement stricte[4],[5].

Quelques jours plus tard, à la mi-juillet, l'Unité 30 de la « Nouvelle force syrienne », forte de 54 hommes avec 30 véhicules entre en Syrie depuis la Turquie. La plupart de ses membres sont des Turcomans ou des rescapés du Mouvement Hazm ou du Front révolutionnaire syrien[1],[5].

Déroulement

Cependant dès le 29 juillet, le chef de l'unité, le colonel Nadim al-Hassan, un Turcoman déserteur de l'armée syrienne, est enlevé par le Front al-Nosra avec sept de ses hommes. Ils sont capturés alors qu'il regagnaient leur quartier-général à Malkiyé, après une réunion à Azaz[1],[6]. Le lendemain, le Département de la Défense des États-Unis dément et affirme qu'aucun combattant formé dans le cadre d'un programme du Pentagone n'a été enlevé[7]. Cependant l'enlèvement, avancé par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), est ensuite confirmé par un communiqué de l'unité 30 qui réclame la libération des prisonniers[1]. Puis revendiqué par le Front al-Nosra[8].

Le Front al-Nosra, visé par les frappes aériennes de la coalition, refuse d'accepter des combattants qu'il considère comme étant « des agents des intérêts américains dans la région » et le 31 juillet à l'aube, il lance l'assaut sur le siège de la Division 30, dans le village de Malkiyé[3],[9],[10],[11].

La coalition menée par les États-Unis intervient et bombarde des positions du Front al-Nosra près d'Azaz[3].

Le soir du 31 juillet, l'Unité 30 affirme avoir repoussé l'attaque des forces d'al-Qaïda contre son QG et demande « à tous les combattants de l'Armée syrienne libre (ASL) de se dresser sérieusement et effectivement contre les actes du Front al-Nosra et appelle les frères d'Al-Nosra à cesser leurs actes et à préserver les sang des musulmans »[3].

Pertes et conséquences

Le 2 août, l'OSDH affirme que les affrontements ont fait 7 morts du côté de la Division 30 et de ses alliés et 25 tués chez les djihadistes du Front al-Nosra, causés pour la plupart par les frappes aériennes de la coalition[2]. De son côté, l'Unité 30 affirme donne le soir du 31 juillet un bilan de 5 tués et 18 blessés pour ses forces[3]. Les deux autres tués appartiendraient à Jabhat al-Akrad[12]

Le 3 et 4 août, cinq autres rebelles de la Division 30 sont encore enlevés par le Front al-Nosra dans le village de Qah[13]. Sept prisonniers sont cependant relâchés par le Front al-Nosra le 16 août[14].

En quelques jours, la campagne militaire des rebelles modérés soutenus par les Américains a viré au désastre, plus de la moité des hommes de l'unité ont été mis hors de combats[15]. À la mi-septembre, le général Lloyd Austin, chef de l'United States Central Command, reconnait que seulement 4 ou 5 rebelles formés et équipés par les forces américaines combattent alors l'État islamique sur le terrain[16]. Le Pentagone indique également que, sur le 54 hommes de la Division 30, un autre a été abattu, un autre capturé, 18 sont portés disparus, 14 ont fait défection en Syrie, 11 ont fui le pays et seulement 9 hommes sont restés combattre[17].

Suites

Le 18 septembre, 70 à 75 autres rebelles de la division 30 commandés par Anas Ibrahim Obaid entrent en Syrie, mais cette nouvelle expédition est un nouveau fiasco. Dès leur arrivée, les rebelles remettent leurs armes au Front al-Nosra. Le lendemain le colonel Mohammad Daher, chef d'état-major de la Division 30, démissionne et dénonce dans un communiqué « la lenteur dans la mise en œuvre du programme de formation de la Division 30, le manque d'effectifs », ainsi que « le manque de sérieux dans la mise en œuvre du projet de création de la Division 30, [...] le manque d'équipements de base pour pouvoir travailler, [...] le manque de précision et de méthodologie dans la sélection des cadres de la Division 30 » et « l'hétérogénéité des idées des personnes entraînées afin d'atteindre l'objectif pour lequel la Division 30 a été créée »[18],[19],[20],[21]. Selon l'OSDH, 35 à 40 combattants de la Division 30 font défection pour créer une unité indépendante ; le « Rassemblement des révolutionnaires d'Atareb »[17]. Anas Ibrahim Obaid, alias Abu Zayd, confirme également avoir fait défection pour former une unité indépendante[17].

Le 25 septembre, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient reconnait que les rebelles de la deuxième unité de la Division 30 ont remis au Front al-Nosra six pick-up et une partie de leurs munitions et près 25 % de leur équipement en échange de leur passage[22]. Un récit identique est donné par Mohammad Ataribi, porte-parole du « Rassemblement des révolutionnaires d'Atareb »[17].

Selon Wassim Nasr, journaliste de France 24 et spécialiste du djihadisme : « Les États-Unis n'arrivent pas à recruter, car les Syriens veulent se battre contre le régime, pas contre l'EI. Allez donc expliquer aux populations sunnites, sur lesquelles les barils d'explosifs continuent de pleuvoir, que l'ennemi n'est pas el-Assad et que celui-ci redevient un interlocuteur aux yeux de la communauté internationale. Ainsi, vous comprendrez pourquoi le Front al-Nosra, au bout de quatre ans de guerre et de radicalisation, est populaire dans le pays »[17].

Le 9 octobre, alors que la Russie a commencé depuis peu une campagne de frappes aériennes en Syrie, les États-Unis annoncent que le programme de formation et d'équipement de rebelles syriens modéré va être réduit. Le projet pourrait même être définitivement arrêté[23],[24].

Liens externes

  • Tom Engelhardt, Pourquoi les Américains sont éternellement « pris au dépourvu » au Proche-Orient, Orient XXI, 1er décembre 2015.

Références

  1. a, b, c, d et e Syrie: al-Nosra enlève des rebelles formés par des Américains, AFP, 30 juillet 2015.
  2. a, b et c US led coalition warplanes kill 25 fighters of Jabhat al- Nusra during its support to the Division 30, OSDH, 2 août 2015.
  3. a, b, c, d et e Les rebelles syriens soutenus par les américains sous le feu d'Al-Qaïda, AFP, 1er août 2015.
  4. Seulement 60 Syriens sont formés militairement par les États-Unis, AFP, 7 juillet 2015.
  5. a et b Jean-Pierre Perrin, A peine entrée en Syrie, l'unité rebelle pro-américaine voit son chef kidnappé, Libération, 30 juillet 2015.
  6. Le chef d'un groupe syrien aidé par les USA enlevé par al Nosra, Reuters, 30 juillet 2015.
  7. Aucun rebelle formé par les Etats-Unis n'a été enlevé en Syrie (Pentagone), AFP, 30 juillet 2015.
  8. En Syrie, Al-Qaïda revendique le rapt de rebelles entraînés par les Américains, Le Monde, 31 juillet 2015.
  9. Syrie: attaque d'Al-Qaïda contre des rebelles entraînés par Washington, AFP, 31 juillet 2015.
  10. Jabhat al- Nusra attacks headquarters of rebel factions in I’zaz, OSDH, 31 juillet 2015.
  11. جبهة النصرة ::ثبت لدى الجبهة حقيقة مشروع الفرقة 30 من كونهم وكلاء لتمرير مشاريع ومصالح أمريكا, OSDH, 31 juillet 2015.
  12. Thomas van Linge, twitter.
  13. Le Front al-Nosra enlève une nouvelle fois des rebelles syriens formés par Washington, France 24 avec AFP, 4 août 2015.
  14. Syrie: des rebelles libérés par al-Qaïda, Le Figaro avec AFP, 16 août 2015.
  15. Benjamin Barthe et Louis Imbert, La déroute de la « Division 30 » syrienne, formée par Washington, Le Monde, 7 août 2015.
  16. Laurent Lagneau, La formation des rebelles syriens modérés par les États-Unis est un fiasco, Opex360, 16 septembre 2015.
  17. a, b, c, d et e Armin Arefi, En Syrie, l'armée mexicaine des États-Unis, Le Point, 26 septembre 2015.
  18. Syrie: le Pentagone confirme l'arrivée de 70 rebelles entrainés par ses soins, AFP, 22 septembre 2015
  19. [vidéo] SYRIE - L’engagement de la Russie et le fiasco des Etats-Unis ?, France 24, 22 septembre 2015.
  20. Le responsable d'un groupe armé de rebelles syriens formés par les USA aurait jeté l'éponge, France 24, 22 septembre 2015.
  21. US-trained Division 30 rebels 'betrayed US and hand weapons over to al-Qaeda's affiliate in Syria', The Telegraph, 22 septembre 2015.
  22. Syrie : des rebelles formés par les États-Unis ont remis des munitions à Al-Qaida, Le Monde avec AFP, 26 septembre 2015.
  23. Les États-Unis réduisent leur programme d'entraînement des rebelles en Syrie, France 24 avec AFP, 10 octobre 2015.
  24. [vidéo] SYRIE - Les États-Unis réduisent leur soutien aux rebelles, seuls face aux Russes et Bachar al-Assad, France 24, 9 octobre 2015.