Combat de Campo Maior

Combat de Campo Maior
Description de cette image, également commentée ci-après
Le 13e dragons légers britannique poursuivant la cavalerie française lors du combat de Campo Maior, le 25 mars 1811. Illustration de Stanley L. Wood, 1897.
Informations générales
Date
Lieu Campo Maior, Portugal
Issue Victoire anglo-portugaise
Belligérants
Drapeau de l'Empire français Empire françaisDrapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Drapeau du Royaume du Portugal Royaume de Portugal
Commandants
Victor de Fay de Latour-MaubourgWilliam Carr Beresford
Robert Ballard Long
Forces en présence
2 400 hommes[1]700 hommes
Pertes
200 tués, blessés ou prisonniers
1 canon
24 tués
67 blessés
77 prisonniers

Guerre d'indépendance espagnole

Batailles

Campagne de Castille (1811-1812)

Olivence · Gebora · Campo Maior · 1re Badajoz · Fuentes de Oñoro · Albuera · Usagre · Cogorderos · Carpio · El Bodón · Aldeia da Ponte · Arroyomolinos · Tarifa · Navas de Membrillo · Almagro · 2e Ciudad Rodrigo · 2e Badajoz · Villagarcia · Almaraz · Maguilla · Arapiles · García Hernández · Majadahonda · Retiro · Burgos · Villodrigo · Tordesillas

Le combat de Campo Maior se déroule le à Campo Maior, au Portugal, et oppose la cavalerie anglo-portugaise du brigadier-général Robert Ballard Long à un contingent français commandé par le général de La Tour-Maubourg. Après avoir remporté un succès initial, plusieurs escadrons alliés se lancent à la poursuite des Français et s'emparent d'un convoi d'artillerie. Cependant, le général Beresford, trompé par un rapport erroné l'informant de la capture du 13e Light Dragoons, interrompt l'engagement, ce qui permet aux Français de récupérer les canons et d'atteindre Badajoz sans être inquiétés.

Contexte

Au cours de l'hiver 1810-1811, au Portugal, l'armée française du maréchal Masséna piétine devant les lignes de Torres Vedras, tenues par l'armée anglo-portugaise de Lord Wellington. Masséna, manquant de ravitaillement, se retire finalement sur Almeida au mois de mars. Pendant ce temps, plus au sud, le maréchal Soult entreprend le siège de Badajoz, qui capitule le 11 mars[2]. Le 15, 4 500 soldats français du 5e corps, sous les ordres du maréchal Mortier, se présentent sous les murs du château de Campo Maior. La garnison portugaise du major Talaya, forte de 800 miliciens et de 50 canons, résiste jusqu'au 21 mars avant que les tirs des pièces françaises ne rendent l'endroit indéfendable[1]. De son côté, Wellington a ordonné au général Beresford de soulager Badajoz avec 18 000 hommes. La place étant entretemps tombée aux mains de Soult, Beresford continue sa progression afin de reprendre la ville[3].

Prélude et forces en présence

Mortier détache le général de Latour-Maubourg pour escorter un convoi d'artillerie de siège de Campo Maior jusqu'à Badajoz. Beresford, informé de ce mouvement, décide d'intercepter ses adversaires, et envoie dans ce but le brigadier-général Robert Ballard Long en avant-garde avec quinze escadrons de cavalerie. Cependant, une partie seulement de cette troupe prend part à la bataille du 25 mars.

Ordre de bataille français

Général de division Victor de Fay de Latour-Maubourg, commandant en chef — 2 400 hommes[1]

Ordre de bataille anglo-portugais

Brigadier-général Robert Ballard Long, commandant en chef — 700 hommes, 2 canons[1]

  • 13e Light Dragoons Regiment britannique — 3,5 escadrons
  • 1er régiment de cavalerie portugais
  • 7e régiment de cavalerie portugais, major Loftus Otway — 2 escadrons
  • Artillerie de la King's German Legion, capitaine Cleeves — 2 canons

Déroulement du combat

Des cavaliers au galop attaquant des artilleurs.
Des cavaliers du 13th Light Dragoons s'emparant du convoi d'artillerie français au cours du combat de Campo Maior. Illustration de Stanley L. Wood.

Le 25 mars, le général Long lance les deux escadrons du 13e dragons légers contre le 26e dragons, tandis que les Portugais du 7e couvrent leur flanc gauche. Les dragons français sont enfoncés et leur commandant, le général Chamorin, est tué. La cavalerie française, à l'exception de deux escadrons restés en soutien de l'infanterie, est mise en déroute et s'enfuit en direction de Badajoz. Fort de moins de 200 hommes, le 13e dragons légers balaie les Français deux à trois fois plus nombreux en une seule charge, ainsi que le remarque l'historien britannique John William Fortescue[5].

Les cavaliers britanniques, suivis par le 7e dragons portugais du major Otway, se lancent à la poursuite des vaincus ; ils tombent sur le convoi de siège, s'en emparent et continuent leur progression sur une dizaine de kilomètres. Quelques dragons légers atteignent même les retranchements de Badajoz mais sont repoussés par le feu de la garnison : au même moment, la cavalerie française fait une sortie pour chasser les Anglo-Portugais. Cependant, plus en arrière, deux canons de la King's German Legion sont mis en batterie et commencent à tirer sur la colonne française. La cavalerie lourde britannique est prête à intervenir, tandis que de l'infanterie arrive sur le terrain pour prêter main-forte[6],[7].

C'est alors que le général Beresford reçoit un rapport erroné indiquant que le 13e dragons a été capturé dans son intégralité, ce qui l'incite à interrompre l'engagement[6],[7]. La décision de Beresford de cesser les combats, quand il semble être en mesure d'anéantir les troupes françaises, est prise par ses détracteurs comme un manque de perspicacité qu'il renouvellera quelques mois plus tard à la bataille d'Albuera[8]. Les Alliés ayant arrêté leurs attaques, l'infanterie française reprend sa route et, avec l'aide de la cavalerie à présent ralliée, inflige des pertes aux dragons adverses revenant de leur charge[9]. Elle récupère aisément le convoi d'artillerie, qu'elle escorte ensuite dans Badajoz sans être inquiétée. Les cavaliers anglo-portugais conservent toutefois un obusier[10],[9].

Résultats

Portrait d'un général britannique, tête nue, légèrement tourné vers la droite et vêtu d'un uniforme richement décoré.
Le brigadier-général Robert Ballard Long. Mezzotinte, 1827.

Sur 2 400 soldats engagés, les Français ont subi 200 pertes, dont 108 du 26e dragons — incluant le général Vital Joachim Chamorin tué au début du combat —, ainsi qu'un canon. De leur côté, les Anglo-Portugais totalisent 168 victimes. Le 13e dragons légers compte 10 tués, 27 blessés et 22 capturés. Les régiments portugais ont perdu 14 tués, 40 blessés et 55 capturés. Après le combat, les Alliés marchent sur Campo Maior et réinvestissent la place[1].

Malgré leur supériorité numérique, les Anglo-Portugais ne poursuivent que timidement Latour-Maubourg. Une querelle surgit en effet entre le général Long et le général Beresford. Le combat de cavalerie de Campo Maior devient une action très controversée. Beresford considère que Long a perdu le contrôle de sa cavalerie légère, et affirme également que son intervention à propos de la brigade de dragons lourds a empêché Long de leur ordonner une charge suicidaire contre les carrés d'infanterie français[11]. Long, soutenu plus tard en cela par l'historien William Napier[12], soutient au contraire qu'une attaque de la brigade lourde aurait pu balayer les cavaliers français en soutien de leur infanterie, et par conséquent forcer cette dernière à se rendre[6].

Cette charge incontrôlée du 13e dragons légers à Campo Maior est à mettre en parallèle avec celle du 20e Light Dragoons à Vimeiro, du 23e à Talavera et de la brigade Slade au combat de Maguilla[13]. Quelques mois plus tard, le 16 mai 1811, Beresford affronte le maréchal Soult à la bataille d'Albuera.

Conséquences

Le duc de Wellington, après avoir reçu le rapport de Beresford sur le combat de Campo Maior, adresse une sévère réprimande aux cavaliers du 13e Light Dragoons : il les qualifie de « racaille », les menacent de leur retirer leurs chevaux et songe à les envoyer à Lisbonne. Les officiers du régiment écrivent alors une lettre à Wellington en détaillant précisément chaque péripétie de l'action. À la suite de cette lettre, Wellington aurait dit que s'il avait connu l'ensemble des faits, il n'aurait jamais émis une telle réprimande[14]. La publication de l'ouvrage History of the War in the Peninsula par William Napier, dans les années 1830, ravive la controverse entourant le combat de Campo Maior, et conduit à une série de pamphlets injurieux entre le neveu de Long et l'historien Napier d'un côté et le général Beresford et ses partisans de l'autre[15].

Références

  1. a b c d et e Smith 1998, p. 357.
  2. Smith 1998, p. 355.
  3. Oman 1911, p. 249-251.
  4. Lapène 1823, p. 137 mentionne deux bataillons pour un effectif total de 1 200 hommes.
  5. Fletcher 1999, p. 140.
  6. a b et c McGuffie 1951, p. 73-81.
  7. a et b Fletcher 1999, p. 132 et 142.
  8. Fletcher 1999, p. 138 et 139.
  9. a et b Napier 1842, p. 310.
  10. Oman 1913, p. 105.
  11. Oman 1911, p. 258-265.
  12. Napier 1842, p. 309-310.
  13. Oman 1913, p. 104 et 105.
  14. Fletcher 1999, p. 136 et 137.
  15. (en) William Napier, History of the War in the Peninsula and the South of France 1807-1814, Londres, 1828-1840, p. 21-25.

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Édouard Lapène, Conquête de l’Andalousie : campagne de 1810 et 1811 dans le midi de l’Espagne, Paris, Anselin et Pochard, , 270 p.. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Digby Smith, The Napoleonic Wars Data Book, Londres, Greenhill, (ISBN 1-85367-276-9). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Charles Oman, A History of the Peninsular War : December 1810 to December 1811, vol. 4, Greenhill Books, (ISBN 1-85367-618-7). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Charles Oman, Wellington's Army, 1809-1814, Londres, Greenhill Books, (ISBN 0-947898-41-7). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ian Fletcher, Galloping at Everything : The British Cavalry in the Peninsula and at Waterloo 1808-15, Staplehurst, Spellmount, (ISBN 1-86227-016-3). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) T. H. McGuffie, Peninsular Cavalry General (1811–13) : The Correspondence of Lieutenant General Robert Ballard Long, Londres, George G. Harrap, . Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) William Napier, History of the War in the Peninsula, vol. 2, Carey and Hart, . Document utilisé pour la rédaction de l’article