Combat d'Isaccea

Combat d'Isaccea

Informations générales
Date 23 octobre 1853
Lieu Isakça, Empire Ottoman
Issue Victoire ottomane
Belligérants
Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottomanDrapeau de l'Empire russe Empire russe
Pertes
Aucune19 tués, ~ 50 blessés

Guerre de Crimée

Batailles

Chronologie de la guerre de Crimée
Isaccea (10-1853) · Oltenița (11-1853) · Sinope (11-1853) · Cetate (12-1853) · Silistra (04-1854) · Kurekdere (08-1854) · Bomarsund (08-1854) · Petropavlovsk (08-1854) · Alma (09-1854) · Sébastopol (10-1854) · Balaklava (10-1854) · Inkerman (11-1854) · Eupatoria (02-1855) · Taganrog (05-1855) · Kars (07-1855) · Tchernaïa (08-1855) · Malakoff (09-1855) · Kanghil (09-1855) · Kinburn (10-1855)

Coordonnées 45° 16′ 11″ nord, 28° 27′ 35″ est

Géolocalisation sur la carte : Roumanie

(Voir situation sur carte : Roumanie)
Combat d'Isaccea

Le combat d'Isaccea, Isakça (nom ottoman), Isaktcha (transcription de l'époque) ou Isatcha (transcription erronée, mais fréquente, entre autres chez Arnoul, Gouttman et Ladimir) eut lieu le 23 octobre 1853 : ce furent les premiers coups de canons de la guerre de Crimée.

Contexte

La forteresse d'Isaccea est placée, sur la rive droite du Danube, en Dobroudja alors territoire ottoman, en aval de Reni et en amont d'Izmaïl situées sur la rive gauche du Danube, en Bessarabie alors territoire russe.

Le 23 octobre 1853, l'Empire ottoman déclare la guerre à l'Empire russe.
Ce même jour, la flottille russe d'Izmaïl se met en mouvement afin de se mettre en communication avec Braila, port de Valachie qui faisait partie des principautés danubiennes sous suzeraineté ottomane mais administrées depuis 1834 par les Russes et occupées par les troupes russes depuis le 3 juillet précédent[1].

Le combat

Le dimanche 23 octobre 1853, deux bateaux à vapeur russes, le Prut et l’Ordonnance, suivis de 8 chaloupes canonnières, forcèrent le passage du Danube et essuyèrent un feu très vif de la forteresse turque d'Isakça[1].

Bilan

Dans cette affaire furent tués du côté des russes, le lieutenant-colonel commandant de la flottille, 3 officiers et 12 matelots, ainsi qu'une cinquantaine de blessés[1].

Notes et références

  1. a b et c Jules Ladimir et Honoré Arnoul : La guerre histoire complète des opérations militaires en Orient et dans la Baltique, Volume 1 Page 137

Bibliographie

  • Alain Gouttman : La guerre de Crimée
  • Jules Ladimir et Honoré Arnoul : La guerre histoire complète des opérations militaires en Orient et dans la Baltique