Collégiale Saint-Maurice d'Oiron

Église Saint-Maurice
Oiron (79) Collégiale Saint-Maurice - Extérieur 02.jpg
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
46° 57′ 03,1″ N, 0° 04′ 43,6″ O
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'église Saint-Maurice est une église catholique située à Oiron, en France[1].

Localisation

L'église est située dans le département français des Deux-Sèvres, sur la commune d'Oiron. C'est une collégiale située à une centaine de mètres au sud-ouest du château d'Oiron.

Historique

Un acte du 10 mars 1519 Artus Gouffier transforme l'église Saint -Maurice d'Oiron en collégiale (édifice possédant un chapitre de chanoines) avec l'intention de la rebâtir totalement car elle tombait en ruine. Il décède quelques mois plus tard ; sa veuve, Hélène de Hangest s'attachera jusqu'à sa mort à réaliser ce vœu. La collégiale fut consacrée par l 'évêque de Poitiers, le 18 août 1532. Eelle devait accueillir le mausolée des Gouffier tout en conservant son rôle d 'église paroissiale ; un chapitre de chanoines y célébrait perpétuellement l'office pour les défunts de la famille. Ces différentes fonctions se lisent parfaitement dans la distribution des accès à l 'édifice, le décor sculpté et la présence des tombeaux : l'entrée ouest était réservée aux villageois qui s'assemblaient dans la nef, alors que l'entrée nord du transept, ouvrant vers le château permettait au seigneur et à sa famille d'accéder aux deux petites chapelles encadrant le chœur afin d'y suivre l'office. L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1840[1].

Description

À l'extérieur, la nef est rythmée par des contreforts étroits et peu saillants encadrant des fenêtres aux remplages flamboyants. Le clocher consiste en une tour massive percée de fenêtres étroites et hautes. Le plan de l'édifice est composé d une nef unique à trois travées voûtées d'ogives, d 'un transept et d'un chœur formé d 'une travée droite, et d'une abside à trois pans. Au sud de la première travée la base du clocher forme une chapelle. Un texte nous apprend qu'on enfermera la vieille église "au-dedans de la neuve sans y toucher jusqu'à ce que ladite vieille église fût en tel état qu 'on y put faire le service , et alors fut rasée ladite vieille".

Décors et sculptures

Le décor sculpté de ces chapelles et le revers du portail du transept sont d 'une virtuosité et d'une richesse remarquables : outre des ornements appartenant au vocabulaire de la Renaissance (coquilles, candélabres, arabesques, pilastres, volutes), on remarque l'abondance de l'héraldique. Ce détail révèle qu' Hélène de Hangest porta un intérêt personnel à la construction de la collégiale puisque ses écussons et monogrammes et la devise de Claude Gouffier et de Jacqueline de La Trémoille n'ornent que les parties les plus tardives du décor. Un grand rentable, placé derrière le maître - autel sépare le chœur de l'abside. Le buffet d'orgue et sa tribune du XVIIe siècle, primitivement placés au revers de la façade occidentale, ont été transportés dans le croisillon sud. Seuls subsistent quatre grand tombeaux arrachés au moment de la Révolution à leur emplacement d'origine, dans le chœur et le transept, alors que jadis des pierres tombales et des inscriptions gravées sur des plaques de cuivre rappelaient le souvenir des autres morts.

Notes et références

  1. a et b « Église Saint-Maurice », notice no PA00101296, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 4 novembre 2012.

Annexes

Sources et bibliographie

  • Jean Guillaume, « Oiron au XVIe siècle : le château et l'église », Congrès Archéologique de France, 159e session, 2001, Deux-Sèvres, Société française d'archéologie, 2004, p. 201-207
  • Julien Noblet, En perpétuelle mémoire. Collégiales castrales et saintes-chapelles à vocation funéraire en France (1450-1560), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, 320 p., (ISBN 978-2-7535-0855-2).

Articles connexes

Liens externes