Club sportif Sedan Ardennes

CS Sedan Ardennes
Logo du CS Sedan Ardennes
Généralités
Nom complet Club Sportif Sedan Ardennes
Surnoms Les Sangliers, les Verts et Rouges
Noms précédents Union Athlétique Sedan-Torcy
(1919-1966)
Racing Club Paris-Sedan
(1966-1970)
Club Sportif Sedan Mouzon Ardennes
(1974-1976)
Club Sportif Sedan Ardennes
(depuis 1976)
Fondation 1919
Statut professionnel 1953-1976, 1985-1987,
1992-1996, 1998-2013
Couleurs Vert et rouge
Stade Stade Louis-Dugauguez
(24 389 places)
Siège Château de Montvillers - BP 40
08140 Bazeilles
Championnat actuel National 2
Président Drapeau : France Marc Dubois
Entraîneur Drapeau : France Nicolas Usaï
Joueur le plus capé Drapeau : France Max Fulgenzy (349)
Meilleur buteur Drapeau : France Claude Breny (172)
Site web www.cssedan-ardennes.com
Palmarès principal
National[1]

Coupe de France (2)
Championnat de France D2 (1)

Trophée des champions (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de football de National 2 2017-2018
0

Le Club Sportif Sedan Ardennes (CSSA) est un club français de football fondé le 2 novembre 1919 et basé à Sedan. Il connaît son âge d'or dans les années 1950 et 60, lorsqu'il passe seize saisons consécutives dans l'élite. Le club remporte alors deux Coupes de France, en 1956 et 1961.

En 2013, le club est placé en liquidation judiciaire puis rétrogradé en CFA 2 (cinquième division). Il est présidé depuis par Marc Dubois, et évolue actuellement dans le championnat de quatrième division National 2 (anciennement CFA).

Histoire

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (février 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Les débuts de l'Athlétique Sedan-Torcy (UAST) (1919-1947)

Des débuts sans prétentions (1919-1929)

Fondé après la 1re guerre mondiale le 2 novembre 1919 par le professeur de lycée Marcel Schmitt, l'Union Athlétique Sedan-Torcy (UAST) - né de la fusion du Racing Club Sedanais et du Stade Sedanais -commence son 1er championnat départemental le 14 décembre 1919. Le 7 novembre 1919 a lieu la 1re assemblée générale au café Richoux, le vert et rouge seront les couleurs du club. Les maillots sont à bandes verticales. Le club compte 88 membres à ces débuts. Les statuts sont déposés à la sous-préfecture un an plus tard le 28 mai 1920. Le 1er match est perdu 3 à 2 contre le Stade Ardennais. Il est rapporté que "les débuts sont difficiles car les Sedanais évoluent sur un terrain sans tribune ni gazon (surnommé le Bourrelet) et les affluences rarement supérieur à quelques centaines d'unités ne permettent aucunes folie financière". Un match est par exemple annulé car la voiture qui conduit les joueurs a eu un accident à Flize. En février 1920, ce sont les inondations qui perturbent le déroulement de la compétition. La 1re saison du club se termine par un trophée celui du challenge du Petit Parisien. En 1926, le stade du Bourrelet se voit doté de vestiaires et on envisage la construction d'un tribune. Jusqu'en dans les années 1930, l'équipe dispute le championnat départemental. Les clubs phares du département sont alors le FC Braux, l'Union Sportive des Deux-Vireux, l'Olympique de Charleville Le club fait ces débuts en coupe de France en 1921 en gagnant contre La Société Sportive du Parc Pommery (1-0).

Premières accessions (1930-1939)

Au terme de la saison 1929-1930, l'équipe obtient la montée en Promotion Marne-Ardennes. En 1932, elle obtient la montée en Division Honneur durant laquelle Sedan va y rester 7 saisons jusqu'au début de la guerre. En 1935, le maire Emile Albeau décède, le stade du Bourrelet devient le stade Emile Albeau. En 1938-39, Sedan se sauve in extremis. Les matchs ont lieu le dimanche après midi, et donnent souvent lieu à des scores fleuves c'est l'époque du "hourra football". Le 3 septembre 1939 débute la seconde guerre mondiale. On joue encore au football dans la cité de Turenne, l'UAST arrive à maintenir 2 jeunes équipes qui affronte des équipes composé de militaires. L'évacuation de la ville organisé par le maire Paul Troller vers la Charente-Maritimes interrompt les matchs de football. En 1941, on commence à rejouer au football mais on manque de tous (ballons, équipements). On se démènent pour refaire revivre le club. En 1943-1944, le championnat des Ardennes reprend. Sedan joue en bleue marine, Maurice Schmitt à la double casquette entraîneur-joueur. L'équipe s'incline en finale du championnat 2-1 contre Mohon. Avec la remise en place du championnat Marne-Ardennes en 1946, l'UAST y est réintégré mais les résultats sont décevants.

Arrivée des Frères Laurant

André Trubert, ex-gardien de but du club en 1927, est devenu après la libération l'homme à tout faire : de la comptabilité au traçage des terrains. Il remplace même, au pied levé, le gardien de but blessé, à l'occasion d'une rencontre de Coupe des Ardennes à Mohon. Par tradition, il quitte toujours le stade le dernier, les maillots sous le bras afin de les laver. En 1946, il propose aux frères Lucien et Maurice Laurant directeurs des draperies Sedanaises (usine comptant une trentaine de salariés) une carte de membre de l'UAST. Les frères Laurant se montre généreux, pour les remerciés André Trubert leur propose d'entrer dans le comité directeur du club. Au début hésitant -les frères Laurant ne connaissant rien au football-finissent par accepter la proposition d'André Trubert.

L'âge d'or du club (1947-1974)

Les draperies sedanaises et « les footballeurs ouvriers »

Les Frères Laurant prennent en main les destinées du club pour un bail de 28 ans,

Lucien Laurant (l’aîné) devient président du club alors que son frère Maurice Laurant (le cadet) est le directeur des Draperies Sedanaises. Maurice Laurant s'occupe du recrutement. Trubert reste salarié au club en tant que Trésorier. Ils ont la bonne idée de proposer à la fois un emploi dans les draperies Sedanaise et un contrat de joueur pour l'UAST. C'est le début de l'époque des "footballeurs ouvriers". En 1947, ils nomment pour la 1re fois de l'histoire du club un entraîneur M.Weinstock d'Alsace. En 1948, ils recrutent le capitaine et futur entraîneur de l'équipe Louis Dugauguez transfuge de Lens ou il jouait avant centre avant la guerre. Il occupe au sein des draperies Sedanaises le rôle de directeur commercial. C'est le bâtisseur du succès sportif des « Sangliers ». Il inculque "la haine de la défaite" à ces joueurs. Il innove en imposant un entrainement physique en début de saison. Les journées commencent également par des footing de 10 km à 6 heures du matin, puis les joueurs prennent le chemin de l'usine. À la fin de la journée de travail, les joueurs vont à l'entrainement. Il n'y a qu'a Sedan qu'on voit cela.

Ascension fulgurante

Louis Dugauguez amène dans ces valises plusieurs joueurs de Carvin ou il était instituteur :Czekaj, Sereck puis Frezack en 1951. Albert Eloy débarque également, il est cousin avec Dugauguez. Dès 1948-1949, Sedan domine largement le championnat départemental battant le FC Braux club phare du département de l'époque aisément. Dans la poule d’accession, l'équipe bat Troyes puis Guise.Seul Lille alors leader de division 1 stoppera Sedan en 32e finale de coupe de France. L'UAST obtient la montée en division d'honneur. Lors de la saison 1949-50, Sedan à l'ambition de montée directement à l'étage supérieure. L'équipe survole la division en marquant 95 buts gagnant 18 de ces 22 matchs et ne perd que 2 fois. Sedan frappe un grand coup en gagnant les 2 derbys contre l'Olympique de Charleville devant 3000 spectateurs ancien finaliste de la coupe France en 1936. C'est le 1er exploit des Sedanais. Roman, Pascal, Kusmir, Czekaj, Sereck, Eloy composent l'équipe. Mais c'est surtout cette année 1949 que Sedan réalise ces 1ers coups en coupe de France : Sedan équipe de division d'honneur gagne 4 à 1 contre Nice alors leader de division 1 en 32e de finale de la coupe de France. Ce résultat fait la une des quotidiens nationaux, l'Equipe titre "Sedan balaye la défense de Nice". En 16e de finale au stade Auguste Delaune de Reims devant 11 000 spectateurs, Sedan élimine l'Arago Orléans (2-1). Toujours à Delaune, Sedan élimine Montreuil (5-2) en huitième de finale. Pour la 1re fois, la mascotte du club fait son apparition sur le terrain, il ne s'agissait pas encore d'un sanglier à l'époque mais d'un bulldogs nommé Whiski. En quart de finale, Sedan est éliminé par le Stade de Reims (2-0) au stade de la Meinau à Strasbourg.

Sedan avec son maillot bleu, culotte blanche, bas rouges et écusson vert et rouge enlève le titre de Champion de France Amateurs en finissant 1er de son groupe et gagnant la poule finale la saison suivante 1950-1951 avec seulement 2 défaite !. Sedan est champion de France amateur. En coupe de France, l'équipe se distingue une nouvelle fois en atteignant les huitièmes de finale, ils chutent contre Saint Etienne à Delaune. Cette année la, Sedan remporte la coupe de France amateur "Trophée france football". En 1951-52, l'équipe défend son titre avec brio et est rapidement leader. En poule de finale, ils échouent malhreusement à conserver leur couronne. En coupe de France, Sedan est éliminé dès les 32e de finale. Louis Dugauguez devient en 1952 entraîneur olympique de l'équipe de France. En 1952-53, les Sedanais ne parviennent pas non plus à remporter le championnat de France amateur malgré une 1re place dans leur groupe nord. En poule finale, le club ne gagne aucun match. En coupe de France, Sedan est éliminé par Grenoble en 16e de finale. L'année 1952-53 est marqué par les débuts de Claude Brény qui reste le meilleur buteur actuellement avec 172 buts. Max Fulgenzy fait aussi ces débuts. Gaetan Chrétien passe ces diplômes d’entraîneur et devient recruteur pour l'équipe.Louis Dugaugez raccroche les crampons pour se consacrer entièrement au coaching de l'équipe.

La professionnalisation

La décision est prise de passer professionnel pour passer en Division 2 après plusieurs réunions du comité directeur. L'équipe ayant largement le niveau pour jouer à l'étage supérieur. Ce choix fut ardemment discuté car c'est la philosophie même du club qui est remis en question, celle des footballeurs ouvriers qui travaille à l'usine en même temps qu'elle joue au foot, les salariés sont d’abord un ouvrier avant d'être un footballeur, le foot est perçu encore comme un loisir malgré les exploits en championnat et en coupe. Les joueurs continue à travailler l'usine. Ils sont semi-pro. On leur accorde des temps de repos plus important avant les matchs mais c'est tout. Le conseil municipal vote une subvention pour aider le club à se développer. En 1953-54, l'UAST complète son effectif et recrute le gardien Bernard, les frères Oliver, Cuenca, Marcel Pascal pour les joutes de la division 2. Pour son 1er match, l'équipe gagne facilement 3 à 1 contre Alès. Sedan est champion d'automne et finit à une belle 5e place. En coupe de France, l'équipe se distingue encore en atteignant pour la 1re fois les demi-finale. Contre Marseille, Sedan perd à l'ultime minute de jeu. En 1954-55, Sedan est impressionnant, dès septembre l'équipe est leader. Pendant 31 matchs, l'équipe est invaincu ne perdra pas un seul match. Quel exploit ! Il faut attendre le 13 mars à Valenciennes pour voir l'équipe défaite (3-0). Sedan est ensuite éliminé dès les 16e de finale de la coupe de France par Lyon, l'UAST est alors reversé en coupe Drago. En quart de finale, Sedan élimine Reims au parc des princes (1-0) avant de perdre contre Saint Etienne. Sedan remporte le championnat de division 2 haut la main avec 102 buts inscrits.

Des années glorieuses

Le stade Albeau est agrandi afin d'accueillir les matchs de division 1. On y construit "la grande tribune". Le club recrute Maryan, Lemasson, Tillon. En 1955-56 Le 1er match se termine par un match nul contre Lyon. L'équipe n'est pas épargné par les pépins physique : Carpentier, Rozak, Lefbvre et Cuenca sont blessés de longues semaines. Sedan finit 9e de division 1. 1956 marque le 1er trophée du club en coupe de France : Bruay, Epinal, Grenoble, Saint-Etienne, Lyon tombent puis Troyes en finale ou Sedan l'emporte 3-1. Dudule le sanglier mascotte du club fait le tour du stade avec les joueurs exhibant la coupe. 10 000 ardennais se sont déplacés à Colombes pour la finale. En 1956-57, l'équipe ne change pas mais les résultats ne sont pas au rendez-vous. Une fin de saison bien négocié permet au club de finir 9ème. Le club est éliminé de la coupe de France en quart de finale contre Toulouse (3-2 après prolongations). En 1957-58, l'effectif est rajeuni. Pascal, Eloy, Carpentier, Cuenca s'en vont. Zacharie Noach est embauché. Sedan termine à une belle 5e place. En 1958-59, Polak, Rustichelli, Mouchel signent au club. Après avoir bien débuté le championnat, Sedan a un coup de moins bien suite au départ de Oliver et Tillon. L'UAST termine 10ème. En 1959-60, Sedan termine dans le ventre mou du classement à la 11e place. Entre 1957 et 1960, Sedan est rapidement éliminé de la coupe de France. 1960-61 est marqué par le décès de André Trubert un des tout premiers dirigeants Sedanais "l'homme à tout faire". Sedan participe à l'éphémère Coupe anglo-franco-écossaise, battant le Celtic 6-3 en score cumulé[2]. Il est le seul club français à l'avoir gagné. Le stade Albeau est équipé de projecteurs pour les matchs en soirée. 1961 est l'année de la deuxième victoire en coupe de France du club : victoire contre Nice sur un but polémique à quelques seconde de la fin du match, victoire contre Bordeaux 1-0 à Colombes. En finale devant presque 40 000 spectateurs à Colombes, les Sedanais affronte le Nîmes Olympique finaliste en 1958. Fulgenzy ouvre le score (16'), avant que Brény (74') puis Salem (86') ne portent le score à 3-0. Une petite réduction de l'écart de Nîmes à la 86' minute ne changera rien, Sedan soulève sa deuxième coupe de France sur le même score que la première. Doria la mascotte peut défiler fièrement sur le pelouse. Le club en championnat finit 11ème.

Des résultats malgré une perte d'identité

Grâce à la coupe obtenue en 1961, Sedan participe à la coupe ces vainqueurs de coupe (ex C2) lors de la saison 1961-1962. Le club engage alors plusieurs professionnels (Faustino de Lisbonne notamment). C'est la fin d'une époque, de l’enthousiaste des footballeurs ouvriers qui faisait la force de Sedan. Les professionnels engagé ont du mal à s'intégrer au milieu des autres joueurs qui travaillent. Ces joueurs n'ont pas l'« esprit Sedan ».

Hélas, l'UAST tombe au tirage sur le futur vainqueur de la coupe par l'Atletico Madrid, 2-3 à l'aller à Emile Albeau, et 1-4 au retour à Madrid. Sedan est maintenant une équipe reconnu et crainte. En première division, l'équipe se classe 5e à 5pts du champion et rival Stade de Reims. En coupe de France, le club est éliminé dès les 16e de finale. Stupeur, le club est à court d'argent et est à deux doigts de fusionner avec Lille. Les Ardennais se mobilisent et une souscription permet de sauver le club. En 1962-63, le club enrôle Roy, Tordo, Herbet, Perrin tandis que Mouchel et Noah quittent le club. Sedan réalise une magnifique saison, champion d'automne, remporte 9 victoire, se mêlant à la course au titre jusqu'au bout pour finalement terminer troisième. La presse ne tarit pas d'éloge sur l'équipe. En coupe de France, Sedan réalise un bon parcours jusqu'en quart de finale, où il tombe face à Lyon (1-0). Les Sedanais avait les moyens de remporter l'une ou l'autre des compétitions voire les deux, mais l'équipe, physiquement émoussée, n'a pas tenu la distance. Cette saison va laisser des traces. Elle reste malgré cela la saison la plus aboutie du club : Sedan est à son apogée. En 1963-64, Louis Dugauguez démissionne en raison de problèmes cardiaques. Jules Vandooren, l'ancien sélectionneur du Sénégal, le remplace. La relégation est évitée de justesse grâce à une bonne fin de saison. Sedan finit 12ème.

Retour aux fondamentaux

En 1964-65, "Monsieur Louis" reprend du service. Avec le recul, les dirigeants s’aperçoivent que quelque chose est "cassé", l'enthousiasme qui caractérisait l'équipe a disparu. De plus des difficultés financières apparaissent, le club décident de se séparer de 5 joueurs professionnels : Jacob, Michelin, Roubain, Salem et Lemasson. Ces joueurs sont remplacés par des jeunes issus du club. Les nouveaux s’appellent : Lemerre, Rastoll, Cardoni, Di Salvo, Marie et Roy qui sont encore lycéens. En championnat, cette équipe de "gamins" lutte pour se maintenir. En coupe de France, Sedan bat Audin-le-Tiche(1-0), Amiens (2-1), Sochaux (2-1), Toulon (3-1) puis en demi finale le stade Français à Delaune (4-3). Sedan se retrouve de nouveau en finale de la coupe de France pour la troisième fois de son histoire. Cette fois-ci, c'est au Parc des Princes, pour la première fois de l'histoire de la coupe, que la finale se joue. Les Ardennais affrontent les Bretons de Rennes. Dora la laie mascotte du club est de la partie. Rapidement, Marie, d'une lourde frappe et Perrin portent le score à 2-0. Mais après ce premier quart d'heure de folie, les Rennais se ressaisissent et reviennent à 2-2. Le match va donc en prolongation. Sedan domine et à la dernière minute Yves Herbet se fait faucher dans la surface. Mr Kitabjan, l'arbitre controversé de la rencontre décide de siffler la fin du match. Une erreur d'arbitrage dure à avaler pour les Sedanais qui devront rejouer la rencontre 3 jours après. Et c'est de nouveau par un score 3-1 que le match se termine mais cette fois-ci c'est Sedan qui s'incline face à Rennes. Cruel mais Sedan ne peut pas s'attarder sur cette défaite perdu en effet le club joue son maintien en divisons 1 3 jours plus tard à Nimes. Les supporters sont pessimistes. Les "gamins" sont fatigués, on fait appel aux vétérans pour ce match dont Claude Breny 33 ans. Sedan s'impose 3-0 et se sauve. En 1965-66, L'UAST termine 9ème.

Fusion avec le Racing

En 1966-67, après une 1re tentative de fusion avec Lille en 1961, Sedan fusionne avec le Racing Club de Paris qui végète en 2e division et qui aimerait retrouver son lustre d'antan. Le club s'appelle désormais le Racing Club Paris-Sedan. Les matchs ont toujours lieu à Emile Albeau. Ce partenariat permet au club de respirer financièrement, la vente des meilleurs joueurs ne suffisant plus. Sedan termine 5e du championnat. En coupe de France, qualifié en quart de finale, l'équipe affronte Strasbourg. Au terme des 2 matchs (aller-retour), victoire 3-2. En 1969, l'équipe se retrouve en demi-finale de la coupe de France face à Bordeaux. Après un match nul 0-0 au premier match Sedan est éliminé 3-4 dans un match retour d'une rare intensité.. En 1967-68, Sedan se classe 10e en division 1. En 1968-69, le club se classe 5ème. En 1969-70, Sedan se classe pour la seconde fois de son histoire 3ème.

Le déclin

En 1969 a lieu une réforme importante dans le monde du football qui va malheureusement faire chuter le club de football de Sedan : le contrat temps. Les joueurs ne sont plus liés à vie à un club mais pour une durée déterminée. Si bien qu'une fois le contrat terminé, celui-ci est libre de s'engager avec le club de son choix. Le modèle économique imaginé par les Frères Laurant ne peut plus fonctionner. Il fut envisagé de fusionner avec le Racing de Paris, mais la mobilisation des supporters, lançant une subvention, n'a pas vu le projet aboutir. Pour la 1re fois, le conseil départemental accorde une subvention au club, ce qui n'est pas le cas de la municipalité. Lors de la saison 1970-71, malgré les arrivées d'Andrien et Tripp, Sedan termine dernier de division 1 et descend en division 2 après 13 saisons dans l'élite du football Français.

En 1971-72, Sedan vise la remontée immédiate. Versé dans le groupe A avec Mouzon, village des Ardennes, l'équipe finit champion d'automne et champion de division 2 avec 85 buts marqués. En 1972-73, pour son retour dans l'élite, le club fait signé Charrier, Rampant, Osim et sa technique au dessus du lot. À la mi saison, l'équipe est relégable. Le club joue son maintien lors de la dernière journée contre Marseille. Roger Wicke inscrit le but du maintien à 12 minutes de la fin (0-1). Le club finit 17ème. En 1973-74, malgré le futur gardien de l'équipe de France René Charnier et Moustapha Dalheb, attaquant, meilleur buteur du club, Sedan finit dernier en ayant encaissé 80 buts cette saison. En coupe de France, Le club est éliminé par Nantes en huitième de finale. En juin 1974, Sedan fusionne avec le modeste club des Ardennes de Mouzon et devient Club Sportif Sedan Mouzon Ardennes (CSSMA). Financièrement cela devient très compliqué. Sedan se fait éliminer au tirs au but par Valenciennes en huitième de finale de la coupe de France. L'âge d'or du club se termine avec les départs successifs de Louis Dugauguez et des frères Laurant respectivement en 1974 et 1975. Malgré tout, le club finit la saison 1974-75 à la 4e place de division 2A emmené par Pierre Tordo. Le docteur Tissot et Roger Pierrot assure l'intérim.

C'est le début d'une longue attente avant le retour au professionnalisme et à la Ligue 1.

Les vaches maigres (1975-1997)

Pendant plus de 20 ans le club va se maintenir entre la 2e division et la 3e division grâce à l'abnégation et le courage de dirigeants et joueurs dans un contexte économique qui se dégrade pour le club et la région. Financièrement, le club de Sedan ne s'en sort plus et se voit une nouvelle fois contraint de fusionner avec le club du village ardennais de Mouzon, distant de 40 km. Des tensions apparaissent entre le club et la ville : la mairie de Sedan refuse toute subventions, le département également. Les anciens joueurs se succèdent comme entraîneur (Tordo, Breny, Perrin, Roy) pour essayer de ranimer la flamme. Beaucoup de joueurs du club de cette époque sont nés et ont grandi dans les Ardennes Les quelques bons jeunes joueurs que révèle le club (Luc Sonor, Alain Polaniok) s'en vont rapidement vers des clubs plus huppés.

Perte du statut professionnel

En 1976, Sedan emmené par Claude Breny est relégué en division 3 du groupe A en finissant 16e sur 18 avec 17 défaites en 34 matchs notamment une cinglante défaite 8-0 contre Laval. Caron, Rampant, Cardoni et Fulgaldi s'en vont. En 1977, Sedan termine 9e en division 3 Nord alors que le club visait une remontée immédiate. Les joueurs font grève la veille du dernier match de la saison faute de salaire impayés. Alain Polaniok, Perrin, Le Bihan s'en vont. Les caisses sont vides, la municipalité refuse toute subventions. Roger Pierrot quitte la présidence du club et est remplacé par Jacky Nix. il nomme Christian Perrin anciens joueurs du club entraîneur. Le club abandonne le statut pro obtenu en 1953, met un terme à sa collaboration avec Mouzon et s'appelle désormais le Club Sportif Sedan Ardennes (CSSA). En 1978, la relégation est évitée de justesse (à la différence de but), en remportant ces 5 derniers matches dont 3 face aux trois premiers du classement. Luc Sonor s'en va à Metz. La fin des années 1970 est marquée par de bons parcours en Coupe de France qui rappelle au public de bons souvenirs d'antan : en 1979, en éliminant Troyes, en 64 ème. Le club est éliminé au tour suivant par Strasbourg et, en 1980, Sedan élimine au 6e tour son grand rival le Stade de Reims au terme des prolongations. Les résultats en championnat de division 3 Est s'améliorent à partir de 1980, l'équipe de nouveau entraîné par Pierre Tordo termine 3e en 1982 à égalité de points avec Blénod qui montera en division 2 suite à un meilleur goal average. Martinovic se révèle être un bon buteur. En 1983, L'Equipe retrouve la division 2-8 ans après l'avoir quitté- au terme d'une fin de championnat haletante ou à la dernière journée Sedan qui possédait un point d'avance sur Chaumont perd devant 5000 supporters 0-1 contre Vauban et doit attendre le résultat de Chaumont-Saint Dizier le lendemain pour connaitre son sort. Saint-Dizier obtient le nul (2-2) dans les toutes dernières minutes de jeu : Sedan obtient son ticket pour la division 2.

Le club va rester 3 ans en division 2 (composé de 2 groupes A et B à l'époque) terminant respectivement 11e du groupe B, 8ème du groupe A et 18e du groupe B synonyme de relégation. Ces 3 années sont marqués par les derbys avec le Stade de Reims qui joue dans la même division. En 1985, Sedan réalise un bon parcours en coupe de France, éliminé en huitième de finale par Monaco. En 1985, le conseil fédéral autorise Sedan de reprendre enfin le statut professionnel. Malheureusement faute d'argent, le club ne parvient pas à se maintenir à ce niveau sportif.

En 1986, le CSSA retrouve le championnat de division 3 Est et termine 9ème. 1987 marque le départ du Président Jacky Nix et de l’entraîneur Pierre Tordo. Le club est placé en redressement judiciaire et perd son statut professionnel.

La présidence Francis Roumy

Pendant 2 ans, le président intérimaire Gérard Charroy dirige le club avant que Francis Roumy lui succède. Il nomme Michel LeFlochmann comme nouvel entraîneur. Durant 3 ans, Sedan restera invaincu à Emile Albeau. le club termine respectivement 5ème, 2ème, 5ème entre 1987 et 1990 en division 3 Est. Au terme de la saison 1990-1991, le CSSA termine champion (après une victoire contre Auxerre aux penalty) et retrouve la deuxième division avec une équipe composée de nombreux Ardennais (Pourchaux, Fouzari, Jacquier, Lefèvre et Hallou). Malgré l'euphorie de la montée, le statut professionnel est refusé. Le club obtient son maintien à l'ultime journée en battant Angers -qui devait gagner pour rejoindre l'élite- à la dernière minute. Sedan termine 15e du groupe A de division 2 en 1992 . La saison suivante a lieu la réforme du championnat de division 2 en une seule poule. Pour rester en division 2, il faut alors se maintenir parmi les 11 premiers. Sedan réalise un très bon début de championnat se classant parmi les premiers. Jean-Louis Mazzéo attaquant est victime d'un horrible tacle par le défenseur de Martigues Ferblantier qui lui cassa la jambe en février qui annihila les espoirs de retrouvé la division 1. En 2003, Mazzéo toucha une indemnité record de 300 000 Euros. Sedan termine à la 6e place. Cette saison est également marqué par les derbys avec l'Olympique de Charleville, ville voisine des Ardennes. L'année suivante 1993-1994, le championnat est très serré, l'équipe se maintient in extremis à la 11e place à 3 pts du 1er relégable après une victoire à l’extérieur contre Rouen. Michel LeFlochmann s'en va et Christian Sarramagna le remplace. le CSSA finit avant dernier en 1994-1995 et descend en National.

L'ère Urano (1996-2013)

Pascal Urano entrepreneur de la région découvre le fief de Emile Albeau au cours de la saison 1993-1994 sur invitation du maire Claude Vissac. Il se prend rapidement au jeu, et devient un acteur majeur du club d'abord actionnaire puis président. Le recrutement de joueurs laissés sur le "carreau" va s'avérer payante et permette au club de retrouver l'élite et même l'Europe. Puis en 2001, avec de nouvelles installations, le club veut s'appuyer sur la formation de jeunes comme par le passé, mais il faudra du temps avant de voir les premiers jeunes pousses obtenir des résultats dans leur championnat et en coupe Gambardella et enfin intégré l'équipe première. Le club recrute préférentiellement des joueurs en fin de contrat. Il faudra attendre 2009 avec Ismael Traoré, Damien Tibéri et Staniclas Oliveira pour voir Sedan de nouveau s'appuyé sur ces jeunes. Entre temps, Pascal Urano a essayé de vendre plusieurs fois le club au plus offrants : ce modèle économique ne reposant que sur l'injection personnel de l'argent du président, il ne peut perdurer et finit par une liquidation du club en 2013.

Les « footballeurs chômeurs » (1997-2001)

De retour en Troisième Division (championnat de National), Sedan conserve son statut professionnel et ambitionne une remontée immédiate. Les débuts sont laborieux, Christian Sarramagna est démis de ces fonctions, remplacé par Bruno Metsu ancien joueur et entraîneur de Valenciennes. Troyes et Sedan sont au coude à coude pour la 2e place. Au match retour le CSSA perd 0-2 à Troyes où 1500 supporters Sedanais avaient fait le déplacement. Sedan termine 4ème. À l'inter-saison 1996-1997, Sedan redevenu amateur remodèle complètement son effectif. L'objectif est le maintien. En effet, le championnat de National est réformé pour ne former qu'une seul poule : seuls les 8 premiers resteront en National. Objectif accompli le club finit 6ème.

Le club décide alors de chambouler son effectif une nouvelle fois à l'inter-saison 1997-1998 : de nombreux joueurs sur le carreau ne jouant pas dans leur club respectif signent alors au club : Nicolas Sachy (Sco Angers), Cédric Mionnet (Rc Lens), Luis Sattora, Pius N'Diefi (Valence), Olivier Quint (Epernay), Pierre Deblock (Amiens SC), Aliou Cissé (LOSC), Alex Di Rocco (ESTAC), Cédric Elzard (Amiens SC), Bruno Pabois (Dunkerque), Christophe Jouault (Angoulême). Le jour de la reprise de l'entrainement, le club est en sursis : les dirigeants ne savent pas si l'équipe pourra jouer en National Pascal Urano se porte alors garant auprès de la DNCG et le club est autorisé à jouer en National. Les installations du club sont vétustes et datent des années 1950. Les entraînements ont lieu sur des terrains difficiles et souvent en dehors de Sedan dans des petits villages alentours. Le stade Emile Albeau tout aussi vétuste mais dont la ferveur des supporters a joué un rôle déterminant dans les résultats obtenus par Sedan à la fin du siècle . L'équipe démarre bien le championnat, battant Créteil sur un pénalty discutable en octobre, le CSSA est leader. L'équipe le restera 11 journées avant de perdre contre son dauphin Ac Ajaccio qui finira 1er. Après la trêve hivernale, Sedan 2e perd du terrain contre Créteil. À 2 journées de la fin, l'équipe perd contre Tours et Créteil loupe l'occasion de passer devant en ratant un penalty à l’ultime minute. Lors de la dernière journée contre Saint Denis Saint Leu, le CSSA ne fait pas de détail et s'impose 5-0 devant 8000 supporters en folie : Sedan retrouve la Division 2. Coup de théâtre quelques jours plus tard lorsque la DNCG refuse l’accession au club. Une mobilisation de tous bords s'organise alors : une souscription est lancée pour sauver le club. En appel, le club est autorisé à monter. Nouveau coup de théâtre: Bruno Metsu l’entraîneur s'en va pour des raisons inconnues. Patrick Rémy (Beauvais) le remplace.

Les débuts en Division 2 sont difficiles malgré un effectif peu chamboulé. On envisage de faire revenir Bruno Metsu. Finalement l'équipe se ressaisit et réalise une incroyable série de 9 victoires consécutives; le CSSA se retrouve bien placé pour monter en ligue 1. En coupe de France, Sedan réalise également un très bon parcours, éliminant Rouen en quart de finale et Le Mans en demi finale au terme d'un match haletant (4-3). En finale de la coupe de France pour la 4e fois de son histoire, le CSSA et ses 25 000 supporters ayant fait le déplacement au Stade de France sont vaincus par Nantes sur un penalty contestable accordé par M.Garribian. Une victoire le dernier match de la saison contre Saint Etienne (3-0) dans un stade Emile Albeau en ébullition a permis à Sedan de retrouver la Ligue 1, 25 ans après l'avoir quitté. Patrick Remy reçoit le titre de meilleure entraîneur de Division 2.

Retour surprenant au premier plan (1999-2001)

Personne ne voit Sedan rester en Ligue 1 plus d'une saison. Les pronostiqueurs, consultants, observateurs voient Sedan finir bon dernier. En effet avec le plus petit budget de la division (60 millions de francs), un effectif qui a connu peu de changement (Eddy Capron, Jean-Louis Montero, Laurent Huard, Oumar Dieng, Patrick Regnault comme recrues), des installations vétustes et un stade hors du temps dans lequel sont montées à la hâte des tribunes provisoires, Sedan est dans l'inconnu. La veille du 1er match, Michel Charlot ancien joueur, puis recruteur depuis l'époque des footballeurs ouvriers décède. La saison commence au Vélodrome ou l'équipe prend une claque 0-3 face à l'OM, favori pour le titre. Personne n'imagine alors le scénario qui se déroulera 10 mois plus tard. Une victoire contre Nancy 3-1 puis deux défaites de suite contre Auxerre et Le Havre font craindre le pire. Sedan est déjà au pied du mur lorsque le club est mené 0-2 contre Saint Étienne à Albeau au bout de seulement 15 minutes de jeu. Survient alors le déclic de la saison où Sedan s'impose au forceps dans les arrêts de jeu 3-2. S'ensuit une victoire 3-0 à Bollaert chez les Lensois. Sedan impressionne. Le 2 octobre, l'équipe se retrouve en tête du championnat après une nouvelle victoire dans le derby avec Troyes. Sedan gagne contre les gros du championnat (Lyon, Monaco). Le dernier match de la saison oppose Sedan, qui joue pour se qualifier à une coupe européenne, et l'Olympique de Marseille de Bernard Casoni, en très mauvaise posture qui doit au moins prendre un point à Albeau pour ne pas finir en Division 2. Score de parité 2-2 ce qui assura une qualification européenne pour Sedan en terminant 7e et le maintien pour L'Olympique de Marseille, avec le même nombre de points que Nancy mais une meilleure différence de buts.

Au cours de la saison, un nouveau stade de 17 000 places, puis de 23 189 avec la construction de la 4e tribune (qui peut contenir tous les habitants de Sedan), se construit derrière la grande tribune de Emile Albeau ou se trouvait auparavant le crassier. Dans le même temps, on évoque la construction d'un "centre de vie" où les joueurs pourrait enfin s’entraîner sur des terrains corrects et également former des jeunes pousses. C'est un château abandonné, le Château de Montvillers à Bazeilles, village proche de Sedan qui est choisi.

À la surprise générale, Patrick Remy est démis de ses fonctions. Alex Dupont, l’entraîneur qui a gagné la coupe de la ligue avec Gueugnon, est le nouveau coach des Sangliers. Deblock part à Auxerre. Moussa N'diaye, Salif DIao, Gourville, Frétard, Celdran, Brogno rejoignent "la bande de copains" qui se connaissent maintenant depuis le National. Avec les bons résultats, le grand public découvre les personnalités de cette équipe. Cédric Mionnet ne se prend pas au sérieux dans les interviews qu'il donne, Nicolas Sachy anime une chronique dans Téléfoot. La saison débute par la coupe Intertoto qui permet au nouvel entraîneur de jauger son équipe. Qualification contre une équipe Islandaise Leiftur Olafsfjordur, puis élimination contre Wolsburg. La saison 2000-01 commence par une victoire sur la pelouse d'Auxerre (0-1, but de Quint). Le club inaugure son nouveau stade Louis Dugauguez qui contient 17 000 places lors de inauguration contre Rennes le 10 octobre 2000. Sedan l'emporte 2-1, Eddy Capron devient le 1er buteur dans le stade; le match, diffusé en direct à la télévision, a été arrêté quelques minutes suite à une coupure de courant. Durant cette saison, Sedan est un véritable rouleau compresseur, l'équipe est alors à son apogée, victoire contre l'OM 2-0, la victoire 0-3 à Guingamp propulse Sedan en leader de la division 1. La presse sportive ne parle plus que de cette équipe surprenante qui truste le haut du tableau au nez et à la barbe des grosses cylindrées du championnat. Sedan est 2e à la mi-saison. En janvier, le CSSA ne fait qu'une bouchée du PSG (5-1) dans un match mémorable où Pius N'diefi inscrit un triplé. Après ce match, l’entraîneur parisien, Philippe Bergeroo est démis de ses fonctions. La fin de saison est marquée par le départ de Michel Berard directeur sportif. Les résultats sont moins bons, Sedan quitte le podium sur une défaite à Nantes (4-1) en avril, Cédric Mionnet se blesse gravement suite à un tacle de Nicolas Gillet. Finalement le club fini cinquième et accroche une place qualificative en coupe de l'UEFA, dont il sera éliminé dès le 1er tour par le club Tchèque de Pribram (0-4, 3-1).

Des ambitions de perdurer avec de nouvelles installations (2001-2007)

Le chantier du château de Montvilliers terminé, les joueurs disposent maintenant de superbes installations pour s’entraîner (terrains, salle de musculation, hammam, restauration). Olivier Quint est transféré vers Nantes. Lors de la saison 2001-02, les Sedanais peinent à retrouver leur niveau de jeu, malgré l'arrivée de joueurs comme Laurent Peyrelade ou Henri Camara. Alex Dupont est limogé au bout de 5 défaites consécutives, son adjoint Henri Stambouli le remplace. En octobre, Mionnet marque face au PSG lors de son retour de blessure, mais ne peut éviter la défaite du CSSA (1-2). L'équipe atteint les demi-finales de la coupe de France 2002 et s'incline face à Bastia. Sedan finit à la 14e place et se maintient en Ligue 1.

Lors de l'exercice 2002-03, le club recrute de nouveaux joueurs : Oulida, Jambay, Charpenet, Ducourtioux, et Henri Stambouli fait le choix d'écarter et pousser vers la sortie les cadres historiques : Sachy, Oliveira, Sattora. C'est la fin d'une époque, des footballeurs "chômeurs". Les résultats seront très décevants, à l'image de la claque reçue à Lyon lors de la 2e journée (1-6). En coupe de France, Sedan se fait sortir par Martigues. L'entraineur Henri Stambouli est logiquement démis de ses fonctions et remplacé par le Stéphanois Dominique Bathenay en janvier 2003. Malgré quelques résultats encourageants, celui-ci ne parvient pas à redresser le club, qui est relégué en Ligue 2 à la fin de la saison.

Le CSSA a pour ambition de remonter immédiatement; le club recrute des joueurs en fin de contrat et achète même un attaquant (Guillaume Deschamps) qui s’avéra décevant. Sedan connait une première saison de Ligue 2 en dents de scie. Le manque de régularité, et le nombre non négligeable de points perdus à domicile empêchent le club de se positionner parmi les prétendants à la montée. En fin de saison 2003-04, Dominique Bathenay est même limogé, et remplacé par Serge Romano. Cet ancien Troyen va solidifier la défense du club, avec notamment la signature de Jérémy Henin, qui forme avec Johann Charpenet et Hamada Jambay une charnière centrale imperméable; les latéraux David Ducourtioux et Nadir Belhadj, très athlétiques, sont autant rigoureux défensivement que dangereux offensivement. Le club termine à la 5e place en Ligue2, et se qualifie pour une nouvelle finale de coupe de France. Opposés à Auxerre, les Sedanais sont menés 1-0 quand Stéphane Noro décoche une frappe lourde de 35 mètres qui va perforer la lucarne de Fabien Cool. Cependant, dans les arrêts de jeu, Bonaventure Kalou donne la victoire aux Bourguignons; Sedan a perdu ses 3 dernières finales de coupe de France (1965, 1999, 2005). La saison 2005-06 démarre plus fort : les nouvelles recrues se sont très vite intégrées : Mansour Boutabout se révèle être un attaquant efficace, Mickaël Ciani et Romain Sartre vont vite faire oublier Charpenet et Njanka, et Nicolas Marin va affoler les défenses adverses! Le 29 novembre 2005, David di Tommaso qui a évolué de 2000 à 2004 à Sedan décède dans son sommeil. Le no 29 est retiré et le terrain d'entrainement à Bazeilles porte son nom. À la fin d'une saison maîtrisée, Sedan peut être promu en Ligue 1 à la suite de la réception de Valenciennes, mais les joueurs d'Antoine Kombouaré créent la surprise et s'imposent 0-3 à Dugauguez, assurant leur promotion parmi l'élite à la même occasion. Le CSSA devra attendre la victoire sur la pelouse du rival rémois pour officialiser sa montée en Ligue 1 (2-1, doublé de Boutabout). La réception de Guingamp lors de la dernière journée, le 12 mai 2006, reste à ce jour le record d'affluence au stade Louis-Dugauguez (23130 spectateurs).

À la suite de son accession, Sedan se sépare de joueurs pourtant cadres (Laurent Gagnier, Didier Neumann notamment) mais effectue un recrutement de qualité en contrepartie (Lachor, Lemoigne, Pujol, Yahia, Trevisan, Ouadah). Malheureusement plusieurs recrues défensives vont connaitre des blessures importantes. l'ex-stéphanois Alaeddine Yahia se blesse pendant la coupe du monde 2006 et sera indisponible 6 mois, Jean-Michel Badiane connaitra le même sort après quelques matchs, Romain Sartre sera absent 2 mois, et Jérôme Le Moigne pour 6 mois également. Pour ne rien arranger, Stéphane Noro se blessera gravement au Parc des Princes, à la suite d'un tacle involontaire mais dangereux de Pierre-Alain Frau. Malgré tous ces pépins, Sedan pratique du beau football, ne s'inclinant que de très peu face à Lyon ou Monaco (0-1), battant Rennes à l'aller comme au retour, mais également le PSG, Lille. Toutefois, le nombre important de points perdus à domicile vaudra à Serge Romano d'être remercié et remplacé par José Pasqualetti le 31 octobre 2006. L'ancien entraîneur d'Ajaccio ne parviendra pas à faire sortir Sedan de la zone de relégation, et les Verts et Rouge retrouveront la Ligue 2 un an seulement après l'avoir quittée. C'est pourtant avec lui que le club connaîtra ses seules victoires à l'extérieur: à Rennes (2-0), à Saint-Etienne (2-1) et à Nantes (1-0), la dernière grâce à une bourde monumentale de Fabien Barthez à la suite d'un centre-tir de Ducourtioux. À la fin de la saison, les attaquants Grégory Pujol et Joseph-Désiré Job sont les meilleurs buteurs du club avec 10 buts chacun.

Six années dans l'antichambre de la Ligue 2 (2007-2013)

Après les départs de plusieurs éléments importants (Pujol, Ducourtioux, Noro), le CSSA entame une saison de transition et se fera prêter 7 joueurs durant la saison 2007-08 (nombre maximal autorisé par la LFP).Pascal Urano semble vouloir passer la main. Parmi ces joueurs, on compte Alexandre Bonnet et Paul Baysse (internationaux espoirs Français), Djamel Abdoun, Moussa Sow (meilleur buteur de Ligue 1 trois ans plus tard), Albert Baning (international Camerounais); tous effectueront une belle saison et se révéleront au grand public. En revanche, Frédéric Nimani sera peu utilisé, et Alexis Allart arrivera seulement en janvier, avant de signer définitivement (à l'instar de Paul Baysse). La saison 2007-2008 du CSSA s'avère être excellente malgré le fait que le club finira à la 4e place, ratant de peu une remontée directe. Cette saison sera marquée par le très bon parcours du club ardennais en Coupe de France. Celui-ci débute au septième tour face au club amateur du SC Douai (DH) par une victoire 2-1 dans le nord et contre Marcq-en-Barœuil (DHR) au huitième tour qui se solde par une pénible victoire 3-2 des sedanais. Le premier gros coup du CSSA dans cette Coupe de France est cette victoire en Trente-deuxièmes de finale face au 4e actuel de Ligue 1, le Stade Malherbe Caen sur le score de 3-2 avec des buts des jeunes révélation sedanaises Alexandre Bonnet, Moussa Sow et Djamel Abdoun sur pénalty. En seizièmes de finale, le CSSA reçoit un pensionnaire de Ligue 2, le FC Nantes. Les Vert et Rouge battent les Canaris au bout du suspense lors de la séance de tirs au buts à la suite d'un score nul et vierge. En huitièmes de finale, les Sangliers reçoivent une nouvelle fois un club de deuxième division, le SCO d'Angers qu'ils battent 2-0 grâce à des buts de Djamel Abdoun sur un magistral coup-franc et de Moussa Sow dans les tout derniers instants du match. En quarts de finale, la tâche s'annonce compliquée pour les ardennais puisqu'ils se déplacent chez le dauphin de la Ligue 1, les Girondins de Bordeaux. Mais les sedanais ne font aucun complexe face aux Marine et Blanc puisqu'ils se procurent plusieurs occasions d'ouvrir le score. Score nul et vierge, les deux équipes ont alors recours à la séance des tirs au but où le gardien sedanais Patrick Regnault s'illustre en arrêtant les tirs de la star du moment en Ligue 1 Fernando Cavenaghi et de Franck Jurietti. Les sedanais s'imposent 4 à 3 grâce à son gardien emblématique. Dans le dernier carré de la compétition, le CSSA se déplace à Gerland chez le leader de la Ligue 1 l'Olympique lyonnais. Lors de ce match nous verrons de très bons joueurs sedanais faisant presque jeu égal avec les Gones avec notamment les deux gardiens Patrick Regnault et Grégory Coupet qui sont dans un grand soir. Hélas, l'aventure sedanaise en Coupe de France prend fin à la 87e minute à la suite d'un coup-franc de plus de 37 mètres tiré par l'un des plus grands spécialistes de tous les temps dans le domaine, Juninho.

À l'été 2008, Sedan nomme Landry Chauvin à la tête de l'équipe première à la place de José Pasqualetti; ancien responsable du centre de formation de Rennes, il a permis l'émergence de très bons jeunes footballeurs (comme Yoann Gourcuff, Jimmy Briand ou Sylvain Marveaux). Sedan cherche à s'appuyer sur ces jeunes joueurs du centre de formation pour le futur. Il donnera sa confiance à des jeunes joueurs; durant 3 ans sous sa direction, Sedan aura le plus jeune effectif de Ligue 2. Si les 2 premières saisons sont moyennes (9e en 2008-09, 12e en 2009-10), le club révèle des joueurs comme Yohan Eudeline, Ismaël Traoré ou encore Lossémy Karaboué.

Lors de la saison 2010-11, Sedan est impressionnant à domicile: devant son public, il écrase Clermont 4-0, Istres 5-1, Vannes 4-0, et même le futur promu Ajaccio 4-1. Les prestations de Karaboué lui vaudront même d'êtré élu meilleur joueur de Ligue 2 au mois d'octobre 2010. En revanche, Sedan peine à l'extérieur et perd des points bêtement, notamment à Istres: Sedan, mené 0-2, parvient à prendre l'avantage 3-2 après un but de chacun des joueurs entrés en cours de jeu, mais s'effondre en fin de match et s'incline 3-5. En gagnant ce match, le CSSA aurait pu accéder à l'élite; en effet, le club rate la montée de 3 points, ayant pourtant la meilleure différence de buts de la division (+20). Les victoires face à Nantes (3-1) et Metz (3-1) n'y changeront rien: le CSSA finit cette saison à la 5e place.

En 2011-2012, le club termine à la quatrième place du championnat de Ligue 2, à cinq points du premier promu, Troyes. Cette montée était pourtant vitale pour la survie du club, le président Pascal Urano ne souhaitant plus y injecter son argent personnel. Lautoa est vendu au cours de la saison à Lorient pour 2 millions d'Euros. Lors du mercato estival, le CSSA se sépare de ses meilleurs éléments afin d'améliorer ses finances.

Liquidation judiciaire (2013)

Privé de ses cadres, le CSSA va vivre une saison assez chaotique, alignant une équipe composée de jeunes joueurs prometteurs (Sliti, Makdjejouf, Florentin Pogba, Le Bihan, Court, Abdoulay Diaby) mais trop inexpérimenté pour les joutes de la Ligue 2. Sedan passe toute la saison dans la zone des relégables, terminant logiquement avant-dernier du championnat et se retrouve donc théoriquement relégué en National. Toutefois, compte tenu des finances du club, la Direction nationale du contrôle de gestion décide de reléguer le club ardennais en CFA pour la saison suivante. Faute de possibilité de trouver un repreneur, le club décide de ne pas faire appel de cette décision. Finalement, le 16 juillet 2013, Pascal Urano annonce que le club se retrouve en cessation de paiement avant son audition devant le tribunal de commerce le 18 juillet. Le club est donc placé en redressement judiciaire jusqu'au 3 octobre 2013 dans l'attente d'un éventuel repreneur.

La présidence Dubois (depuis 2013)

La reprise du CS Sedan Ardennes semble s’accélérer quand les frères Gilles et Marc Dubois, originaires de Sedan, relancent de nouveau les négociations. Marc Dubois propriétaire de plusieurs centre de balnéothérapie en France pourrait ainsi remplacer Pascal Urano en tant que président. Le 8 août 2013, le tribunal de commerce prononce la liquidation judiciaire du club et met en délibéré l'offre de reprise de 2,5 millions d'euros des frères Dubois. Le 12 août 2013, le rachat est entériné, Marc Dubois devient par conséquent le nouveau patron du CSSA avec son frère Gilles comme président délégué. Relégué en CFA2, les frères Dubois mettent les moyens pour remonter les échelons le plus rapidement possible en mettant sur pied une équipe qui a largement le niveau supérieur. Dans le même temps, les frères Dubois n'ont pas à vocation à rester seuls investisseurs et se mettent en quête de partenaires. Hélas l'échec avec un partenaire Saoudien et des erreurs dans le recrutement de joueurs voit Sedan relégué au 4e échelon après 2 montées successives, les frères Dubois revoient leur plan et parient sur la jeunesse dans leur nouveau projet.

Recherche de partenariats (2013-2017)

Un temps prise en main par le préparateur physique du club Teddy Pellerin, l'équipe première est finalement confiée à Farid Fouzari, joueur du club au cours des années 1980 et à la fin des années 1990, mais aussi longtemps entraîneur adjoint. Lors du mercato d'hiver, le club parvient à recruter Albert Baning (20 matches de L1, 36 matches de L2), déjà présent au club en 2007-2008, mais aussi Kévin Goba (39 matches de national) en provenance de l'USL Dunkerque. Le 26 avril 2014 alors que le club est à la lutte pour la première place de son groupe, la réception du leader l'Iris Croix Football est l'occasion pour le CSSA d'établir la quatrième meilleure affluence de l'histoire du CFA2 (8327 spectateurs[3]), derrière les records strasbourgeois de la saison 2011-2012. Le 24 mai 2014, c'est au Stade Auguste-Delaune que Sedan obtient et fête sa montée en CFA par le biais des meilleurs deuxièmes, après avoir battu la réserve rémois 3-2, la reléguant en DH.

En 2014-2015, Sedan parfois surnommé "le PSG du CFA" au vu de ces moyens entame sa saison en CFA par huit victoires consécutives, dont une chez son futur dauphin, l'US Quevilly (0-1, but de Medhy Ghezoui). Emmenés par un duo d'attaque composé de Romain Armand et de Kevin Goba, les joueurs de Farid Fouzari traversent le championnat de CFA en véritable rouleau compresseur. En 30 matchs, le club ardennais compte 24 victoires, 3 matchs nul (dont 2 contre Beauvais), et 3 défaites (2-3 contre l'AC Amiens, 1-0 à Dieppe et 1-0 à Croix). C'est sur la pelouse de Roye-Noyon que le club assure sa remontée en championnat National (D3) à cinq journées de la fin, terminant premier de son groupe devant Quevilly. Sedan termine la saison avec un total de 105 points, record absolu pour un club de CFA.En parallèle, le président Dubois ne voulant pas rester les seuls investisseurs, multiplie les contacts pour renforcer le capital, en particulier avec des familles princières d'Arabie saoudite[4], [5], [6], leur proposant un projet plus large que le sport, et comprenant des volets formation, santé, tourisme et réseau d'affaires[7]. Le projet autour du CSSA comprend notamment la création de centres de formations en Afrique et au Moyen-Orient.

Promu Sedan connait un mercato agité avec plusieurs départs de joueurs cadres (Damien Dufour, Romain Armand, Medhy Ghezoui. Teddy Pellerin le préparateur physique au club depuis 10 ans démissionne. Olivier Miannay et Jean-Claude Médot chargés du recrutement quittent également le CSSA. Malgré un budget conséquent (5e du National) et un objectif de remontée en Ligue 2, le club souhaite réduire la voilure en particulier en ce qui concerne les salaires des joueurs. Un nouveau coordinateur est nommé, Pierre Mbappé. L'équipe manque cruellement d'atouts offensifs. Le 30 novembre 2015, Farid Fouzari est suspendu de ses fonctions d’entraîneur à la suite d'une défaite 1-2 contre Colmar puis limogé, les dirigeants estimant que l'équipe peut faire mieux. Le 23 janvier Le prince Fahd est présenté en grande pompe lors d'une conférence de presse détaillant le projet ambitieux englobant le CSSA, l'affaire semble alors conclue. L'ancien défenseur dans les années 1960, Roger Lemerre devient le nouvel entraineur. Le bilan de Roger Lemerre est mitigé à peine mieux que son prédécesseur (6v, 6n, 6d) . Sedan termine 12e a seulement 4 points de la zone de relégation. Le club est mis en délibéré par la DNCG : désillusion, le partenariat avec le Prince Saoudien s’avère être un échec et rompt tous contact. Les frères Dubois hésite à poursuivre l'aventure ayant déjà beaucoup investi. Roger Lemerre jette l'éponge. Marc Dubois met finalement mis la main au portefeuille pour combler le déficit estimé à 945 000 Euros.

Colbert Marlot est nommé nouvel entraineur du club après le faux bond de David Le Goff le préparateur physique qui devait prendre la suite. Beaucoup de joueurs sont partis (contrat pros ou laissés libre). Le recrutement est réalisé en catastrophe par Pierre M'Bappé. Sedan démarre son championnat avec 15 joueurs et sans préparation physique. Le 30 septembre 2016, Sedan pointe à la dernière place du championnat en ayant perdu à domicile contre Épinal (1-2). Le 22 octobre 2016 a lieu une réunion entre les dirigeants et ces supporters. Les frères Dubois mettent en cause publiquement le travail d'anciens salariés du club accusé d'être en partie responsable des mauvais résultats actuels. Olivier Miannay se défend en expliquant que la situation du club est due à l’échec du partenariat avec les Saoudiens où les frères Dubois auraient "pris des engagements financiers avec tout le monde". Suite à la défaite contre Les Herbiers, Colbert Marlot est démis de ces fonctions d’entraîneur. Le club nomme Nicolas Usai comme nouvel entraineur et Madjid Adjaoud -ancien joueur du club-devient son adjoint. Des changements en profondeurs ont lieu dans l'effectif pour évité la relégation : 11 nouveaux joueurs signent dont Nadir Belhadj. Le recrutement est effectué par Julien Rodriguez qui est revenu au club, Pierre M'bappé est licencié le 14 février. À la fin des matchs aller malgré la victoire mémorable à 10 contre 11 contre Créteil (3-2), Sedan est dernier à 7 points du 1er non relégable. Le 3 février 2017, le club rend hommage à Zacharie Noach ancienne gloire du club décède le 8 janvier 2017 lors du match contre Concarneau (0-2). À partir de février 2017, les résultats du CSSA s'améliorent, Sedan sort de la zone de relégation à 2 journées de la fin après avoir compté jusqu’à 13 points de retard sur le 1er non relégable : l'espoir renaît. Malheureusement, devant 13 000 personnes, à Dugauguez, Sedan perd le dernier match contre Avranches (1-4) et est relégué à l'étage inférieur, dorénavant appelé National 2.

Nouvelle approche (depuis 2017)

Les frères Dubois tirent les leçons de ces années sportifs ratées et coûteuses pour eux avec la création d'un comité directeur ou les décisions se prendront collégialement en famille. Les fils de Marc Dubois étant les actionnaires. Gilles Dubois n'est plus le président délégué mais intègre ce comité directeur. La recherche de partenariat n'est plus d'actualité et viendra en temps voulu. Par ailleurs, les dirigeants souhaitent la réouverture du centre de formation sans l'agrément dès la saison prochaine; les jeunes de la région y seront logés et suivront le cursus sous forme de sport-étude. L'effectif est rajeuni. Pour aider dans la lutte à la montée, Sedan fait signer l'attaquant John Utaka.

[8],[9],[10],[11],[12]

Dates clés

  • 1919 : fondation de l'Union athlétique Sedan-Torcy.
  • 1953 : section professionnelle.
  • 1966 : fusion avec le RC Paris ; le club est rebaptisé RC Paris-Sedan.
  • 1970 : le club est rebaptisé Club Sportif Sedan Ardennes grâce à l'intermédiaire de Thomas Lambert.
  • 1974 : fusion avec l'Amical Club Mouzon; le club est rebaptisé pour une saison CS Sedan Mouzon Ardennes.
  • 1976 : abandon de la section pro.
  • 1985 : section professionnelle.
  • 1991 : champion de France D3
  • 1996 : abandon de la section pro.
  • 1997 : section professionnelle
  • 1998 : Montée en ligue 2.
  • 1999 : montée du club en Ligue 1. Finaliste coupe de France.
  • 2000 : Qualification coupe d'intertoto
  • 2001 : Vice-champion d'automne. Qualification coupe UEFA.
  • 2002 : premier tour de la Coupe UEFA 2001-2002.
  • 2003 : Descente en Ligue 2
  • 2005 : Finaliste coupe de France
  • 2006 : remontée du club en Ligue 1.
  • 2007 : retour en Ligue 2.
  • 2013 : dépôt de bilan, rétrogradation en CFA2, redressement puis liquidation judiciaire. Rachat par les frères Dubois.
  • 2014 : montée en CFA
  • 2015 : Champion de France de CFA et montée en National

Palmarès

Compétitions nationales Compétitions internationales
Compétitions de jeunes Compétitions régionales

Trophées et distinctions

Officiels UNFP
France football

Records

  • 39 matchs consécutifs sans défaite en 1955

Couleurs

Vert et Rouge (« le vert de ma forêt, le rouge de mon sang »)

Maillots du club

Joueurs et personnages du club

Anciens joueurs

  • Le numéro 29 a été retiré en mémoire à David di Tommaso à la suite de son décès le 29 novembre 2005 à De Meem (Pays-Bas) des suites d'un arrêt cardio-circulatoire. David jouait alors au club d'Utrecht depuis le mercato d'été 2004, il participa à 54 rencontres et inscrit un but.

Les Internationaux

Neuf Sedanais ont joué en équipe de France.

Sélections
Cl Nom Poste Début Fin à Sedan Total
1 Yves Herbet milieu 3 juin 1965 24 avril 1968 11 16
2 Maryan Synakowski défenseur 12 novembre 1961 28 avril 1963 11 13
3 Pierre Michelin défenseur 29 septembre 1963 25 avril 1964 5 5
4 Roger Lemerre milieu 25 septembre 1968 30 avril 1969 4 6
5 Pierre Bernard gardien 11 décembre 1960 2 avril 1961 3 21
6 José Broissart milieu 30 avril 1969   1 10
7 Daniel Carpentier défenseur 30 mai 1954   1 1
8 Maxime Fulgenzy attaquant 12 novembre 1961   1 1
9 Michel Watteau attaquant 26 novembre 1966   1 1
Total 9 internationaux 38 74

Autres grands noms du passé

Dirigeants

Présidents Entraîneurs Faits marquants
Nom Début Fin Nom Début Fin
1919 1946
Quentin Pinard[14] 1946 1947 M Weinstock 1946 1948?
Lucien Laurant 1947 1975 Louis Dugauguez juillet 1948 juin 1963 2 coupes de France
1 championnat de D2
Troisième de D1
Jules Vandooren juillet 1963 mars 1964
Louis Dugauguez avril 1964 juin 1974 Finale de coupe de France
Troisième de D1
Pierre Tordo juillet 1974 juin 1975
Roger Pierrot 1975 1977 Claude Brény juillet 1975 juin 1976 Relégation en D3
Jacky Nix 1977 1986 Christian Perrin juillet 1976 juin 1978
Yvan Roy juillet 1978 juin 1980
Pierre Tordo juillet 1980 août 1987
Francis Roumy 1989 1999 Michel Le Floch'moan août 1987 juillet 1994 1 championnat de D3
Pascal Urano 1994 2013 Christian Sarramagna août 1994 avril 1995 Relégation en D3
Bruno Metsu mai 1995 juin 1998 Promotion en D2
Patrick Remy juillet 1998 juin 2000 Finale de coupe de France
Promotion en D1
Alex Dupont juillet 2000 août 2001 Cinquième de D1
Henri Stambouli septembre 2001 décembre 2002 Relégation en Ligue 2
Dominique Bathenay janvier 2003 mars 2004
Serge Romano avril 2004 septembre 2006 Finale de coupe de France
Promotion en Ligue 1
José Pasqualetti octobre 2006 mai 2008 Relégation en Ligue 2
Landry Chauvin mai 2008 mai 2011 Échec de la montée en Ligue 1
Laurent Guyot mai 2011 mai 2013 Relégation sportive en National et rétrogradation administrative en CFA2
Marc et Gilles Dubois Depuis 2013 Farid Fouzari Aout 2013 Novembre 2015[15] Montée en CFA, Montée en National
David Le Goff / Régis Roch Novembre 2015 Janvier 2016 Interimaires
Roger Lemerre Janvier 2016 Juin 2016 Maintien en National
Colbert Marlot Juillet 2016 Novembre 2016 Position de relégable en National
Nicolas Usaï Décembre 2016

Effectif actuel 2016-2017

Effectif du CS Sedan-Ardennes de la saison 2016-2017
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[16] Nom Date de naissance Sélection[17] Club précédent Contrat
1 G Drapeau de la France Maeyens, WillyWilly Maeyens 06/05/1989 (28 ans)
AJ Auxerre
16 G Drapeau de la France Jacquet, JérémieJérémie Jacquet 27/04/1996 (21 ans)
0 Formé au club
30 G Drapeau de la France Maraval, AxelAxel Maraval 20/10/1993 (23 ans)
AC Arles Avignon
22 D Drapeau de la France Simothé, ClémentClément Simothé 22/02/1993 (24 ans)
CSO Amnéville
26 D Drapeau du Gabon flèche vers la droite Wachter, YoannYoann Wachter 07/04/1992 (25 ans) Gabon FC Lorient
18 D Drapeau de la République du Congo Konongo, HugoHugo Konongo 14/02/1992 (25 ans) Congo US Créteil-Lusitanos
2 D Drapeau du Maroc flèche vers la droite Moufi, FahdFahd Moufi 05/05/1996 (21 ans) Maroc U20 Olympique lyonnais
39 D Drapeau de l'Algérie Belhadj, NadirNadir Belhadj 18/06/1982 (35 ans) Algérie Al Sadd SC
999 D Drapeau de la France Durimel, AlexandreAlexandre Durimel 16/03/1990 (27 ans) France -20 ans CA Bastia
17 D Drapeau de la France De Taddeo, MaximeMaxime De Taddeo 11/09/1994 (23 ans)
11 M Drapeau de la France Leroy, BenoitBenoit Leroy Capitaine 28/07/1982 (35 ans)
Hyères FC 2014-
8 M Drapeau de la France Chadili, YassinYassin Chadili 10/08/1988 (29 ans)
SAS Epinal 2016-
999 M Drapeau de la France Borgniet, FrançoisFrançois Borgniet 02/08/1990 (27 ans)
Marseille Consolat 2016-
12 A Drapeau du Burkina Faso flèche vers la droite Kaboré, MustaphaMustapha Kaboré 21/03/1994 (23 ans)
FC Metz 2016-2017
7 A Drapeau de l'Algérie Hamdi, BilalBilal Hamdi 01/05/1991 (26 ans) Algérie olympique Stade brestois 2015-
999 A Drapeau de la Guinée Traoré, AlhassaneAlhassane Traoré 01/01/1993 (24 ans)
Grande-Synthe 2016-
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Régis Roch
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Simon Navacchia
Médecin(s)
  • Drapeau : France Emmanuel Kaeppler

Légende

Direction sportive

  • Drapeau : France Julien Fernandez (directeur sportif)

Numéro retiré

No. Nat. Position Nom du joueur
29 Drapeau de la France D David di Tommaso (Hommage posthume)

Mascottes

  • Comme le département des Ardennes, le CSSA a pour emblème un sanglier, en référence à cet animal qui peuple les forêts du massif. Lors des grandes occasions comme en coupe de France, le club en montre un au public. La mascotte fait alors plusieurs tours de terrain avant la rencontre, précédée par autant de flashs de journalistes qu'une vedette du cinéma.
  • Les sangliers ayant participé aux finales de coupe de France sont Dudule (1956), Dora (1961 et 1965) et Césarine (1999 et 2005). Césarine, mascotte du club depuis 1999 est décédée le 31 mars 2015 à la ferme de Frahan en Belgique (juste de l'autre côté de la frontière)[18].

Bilan saison par saison

Annexes

Liens externes

Notes et références

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Scottish Football Historical Archive
  3. http://www.foot-national.com/foot-sedan-plus-de-8000-spectateurs-face-a-croix-57116.html
  4. Nathan Gourdol, « Sedan aux mains d’un… prince saoudien ?! », RMC Sport,‎ (lire en ligne)
  5. LG / GS, « Le prince Fahd Bin Khalid Faisal en visite à Sedan », France 3 Champagne-Ardenne,‎ (lire en ligne)
  6. Franck Le Dorze et Pascal Rémy, « Un prince saoudien à Sedan », L'Équipe,‎ (lire en ligne)
  7. Solen Cherrier, « Exotique Football Club », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)
  8. ABSOMOD, « CSSA site officiel du Club Sportif Sedan Ardennes Football et matchs en championnat National de Sedan ARDENNES », sur CSSA site officiel du Club Sportif Sedan Ardennes (consulté le 22 février 2017)
  9. « AllezSedan.com - site independant », sur www.allezsedan.com (consulté le 22 février 2017)
  10. Claude Lambert, Ardents Ardennais, Terres Ardennaises (ISBN 2-905 339-28-4)
  11. Sedan 90 ans de passion, L'Ardennais
  12. « AllezSedan.com - site independant - Condensé d'histoire sur le CSSA et l'UAST », sur www.allezsedan.com (consulté le 28 février 2017)
  13. a et b Équipe réserve
  14. Maurice Laurant est décédé à 86 ans
  15. http://www.foot-national.com/foot-sedan-changement-d-entraineur-acte-78119.html
  16. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  17. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  18. « Césarine, la laie mascotte de Sedan, est décédée », sur L'équipe