Clint Malarchuk

Clint Malarchuk
Description de cette image, également commentée ci-après
Clint Malarchuk portant l'uniforme des Nordiques de Québec durant la saison 1986-1987
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Naissance (57 ans),
Grande Prairie (Canada)
Entraîneur chef retraité
A entraîné Thunder de Las Vegas
Steelheads de l'Idaho
Activité 1997-
Joueur retraité
Position Gardien de but
Attrapait de la gauche
A joué pour LNH
Nordiques de Québec
Capitals de Washington
Sabres de Buffalo
LAH
Express de Fredericton
Americans de Rochester
LIH
Gulls de San Diego
Thunder de Las Vegas
Repêc. LNH 74e choix au total, 1981
Nordiques de Québec
Carrière pro. 1981-1997

Clint Malarchuk, né le à Grande Prairie en Alberta au Canada [1], est un gardien de but professionnel canadien de hockey sur glace devenu entraîneur. Malarchuk est également connu pour avoir survécu à un grave accident sur glace en 1989 au cours duquel il a eu la jugulaire coupée et qui a par la suite entrainé la modification de l'équipement obligatoire des gardiens [2].

Biographie

Repêchage et premières années en LNH

Clint Malarchuk joue dans sa jeunesse pour les Winterhawks de Portland de la Ligue de hockey de l'Ouest (LHO). En 1981, il est choisi au cours du repêchage d'entrée de la Ligue nationale de hockey par les Nordiques de Québec en 4e ronde, 74e position. Il fait alors ses débuts avec les Nordiques le 13 décembre 1981, dans un match en extérieur contre les Sabres de Buffalo. Les Nordiques sont à l'époque peu satisfait du deuxième gardien, Michel Plasse, et décide de donner sa chance à Malarchuk malgré son jeune âge (20 ans à peine). Il réalise une prestation satisfaisante sur son premier match, avec un score de 4-4, mais le deuxième match contre les Islanders de New-York, tenant de la Coupe Stanley, se passe beaucoup moins bien. A cette époque les Nordiques favorisent un style de jeu très ouvert et Malarchuk est laissé en grande partie seul face au 37 tirs, laissant passer 10 buts dans une défaite 10 à 7 qui représente le score le plus élevé jamais posté au Nassau Coliseum [3].

Ayant raté l'occasion de faire ses preuves, il est retourné à la Ligue Américaine de Hockey (LAH) suite au match et ne sera pas rappelé avant la saison suivante. En effet, les Nordiques échange Plasse au Whalers de Hartford contre John Garrett, offrant au gardien partant Dan Bouchard un solide second.

Clint Malarchuk joue sporadiquement en LNH les deux saisons suivantes, puis pas du tout lors de la saison 1984-1985, et il réalise la majorité de ces trois années chez les Express de Fredericton en LAH. Il devient le gardien partant des Nordiques lors de la saison 1985-1986 et garde ce poste pour deux saisons, bien qu'il y ait des débats réguliers sur le poste de premier gardien entre lui et le favori local Mario Gosselin.

Il est échangé aux Capitals de Washington après la saison 1986-1987, en même temps que Dale Hunter, contre Gaëtan Duchesne, Alan Haworth et un choix de première ronde pour le repêchage d'entrée de 1987 qui permettra de sélectionner Joe Sakic. Il y reste deux ans puis est à nouveau échangé en 1988 au Sabres de Buffalo.

Accident sur glace

Le , Clint Malarchuk a subi l'une des plus graves blessures survenues durant un match de hockey. La lame du patin d'un adversaire, Steve Tuttle des Blues de Saint-Louis, lui a tranché la gorge (veine jugulaire sectionnée) après avoir perdue l'équilibre suite à une collision avec un membre des Sabres, Uwe Krupp [2].

Malgré la quantité de sang s'écoulant rapidement sur la glace, Malarchuk a réussi à sortir debout du terrain, grâce à l'assistance du soigneur de l'équipe, Jim Pizzutelli[4].

Beaucoup de spectateurs présents ont été choqués, avec un certains nombres d'évanouissements, deux crises cardiaques et trois joueurs qui ont vomi sur la glace [5].

Pendant ce temps, Malarchuk pense qu'il va mourir. « My only concern was getting off the ice so that my mother, who was watching the game back home on TV, wouldn't have to see me bleed to death. »[6], [5]. Il demande à un membre du staff d'appeler celle-ci pour lui dire qu'il l'aime ainsi que de faire venir un prêtre.

La vie du joueur a finalement été sauvée par la réactivité du soigneur de l'équipe, Jim Pizzutelli, un ancien paramédical de l'armée qui a servi au Vietman. Il a réalisé très rapidement un point de compression, qu'il a tenu jusqu'à l'arrivée des médecins qui ont stabilisé la blessure. Le médecin de l'équipe a appliqué une pression extrême en s'agenouillant sur la clavicule, une procédure prévue pour réduire la respiration et ralentir le métabolisme, évitant l'exsanguination. Clint Malarchuk reste conscient durant tout le voyage vers l’hôpital, blaguant avec les médecins pour être ramené avant la fin de la troisième période[1]. Le match reprend lorsque la ligue est informée que le joueur est stabilisé [7].

Au total, le joueur perd 1,5 litres de sang [2] et reçoit 300 points de suture. Pourtant, il ne passe qu'une nuit à l'hôpital et est de retour sur la glace avec son équipe deux semaines plus tard. Cependant, il n'a jamais retrouvé son rendement habituel et décide de quitter la LNH quelques années plus tard. Déjà sujet à des crises d'anxiété depuis sa jeunesse, il souffre à la suite de son accident de dépression, de trouble obsessionnel compulsif (TOC), ainsi que de cauchemars et plonge dans l'alcoolisme [4].

Cet accident a aussi eu pour conséquence de faire évoluer l'équipement des gardiens dans la LNH.[8]

Ligue mineure et fin de sa carrière de joueur

Après avoir quitté la LNH, et bien qu'en proie à ses problèmes de santé et de dépendance, Malarchuk continue sa carrière de joueur au sein de la Ligue internationale de hockey pour les Gulls de San Diego [9] lors de la saison 1992-1993. La saison suivante, il devient le premier gardien des Thunder de Las Vegas, apparaissant dans 56 matchs et accumulant un record de 34-10-7. Il sera plus tard engagé comme entraineur chef de l'équipe et assistant directeur général. Son maillot est retiré par le Thunder et suspendu au toit du Thomas & Mack Center.

Carrière d'entraineur

Il est engagé comme entraineur chef des Thunder de Las Vegas pour la saison 1998-1999 et pour les Steelheads de l'Idaho jusqu'en 2000. Après cela il devient l'entraineur des gardiens pour l'équipe de LNH les Panthers de la Floride lors de la saison 2002-2003. Il est signé pour le même poste par les Blue Jackets de Colombus lors de la saison 2006-2007.

En août 2010, Malarchuk accepte de devenir consultant pour les gardiens des Thrashers d'Atlanta [10]. Le 17 juin 2011, les Flames de Calgary annoncent avoir engagé Malarchuk comme entraineur des gardiens [11]. Le 17 juin 2014, soit trois ans plus tard jours pour jours, les Flames annoncent s'être séparé de leur entraineur actuel et chercher un nouvel entraineur de gardiens. Malarchuk a pris un congé d'un an pour la saison 2013-2014 afin de se faire soigner par le programme de traitement des addictions de la LNH (en anglais, The National Hockey League's substance abuse treatment program) [12],[13],[14].

Tentative de suicide

Le 10 février 2008, par coïncidence là aussi contre les Sabres de Buffalo, l'attaquant des Panthers de la Floride Richard Zednik souffre d'une blessure similaire à Malarchuk, après que le patin de Olli Jokinen coupe sa gorge, sectionnant l'artère carotide extérieure. Bien qu'il refuse au départ de regarder les images, Malarchuk finit par les visionner et en ressort perturbé [15]. Dans sa tribune du 22 mars 2018, il écrira « All of a sudden I’m being asked to watch Richard’s injury again and again, and then my own. The whole time, I thought I was O.K., but it affected me on the inside, you know? Something got triggered for me after that Zednik injury. I started drinking heavily again. And self-medicating. » [16]

Le 7 octobre 2008, Malarchuck est victime, selon sa femme, d'une blessure par balle auto-infilgéee sous le menton à sa résidence de Fish Springs, au Nevada, après une période de stress et de problèmes personnels. L'incident est initialement présenté comme un accident de chasse, mais lui et sa femme ont depuis reconnu qu'il s'agissait bien d'une tentative de suicide [17],[18].

L'article de La Presse Canadienne rapporte que sa femme Joan avait informé les autorités que son mari n'était pas censé consommé d'alcool puisqu'il était sous traitement pour ses Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC), mais qu'il le faisait malgré tout au moment de la blessure par balle [19]. Malarchuk déclare plus tard qu'il était probablement sur-médicamenté depuis son passage dans l'équipe de San Diego, où on lui avait prescrit un tranquillisant/somnifère [20].

Suite à cela, Malarchuk est finalement diagnostiqué avec un Trouble de stress post-traumatique (TSPT) en conséquence de son accident sur la glace et entame un traitement de 6 mois contre l'alcoolisme, les TOC et le TSPT [2].

Vie personnelle

Après sa carrière de joueur, Malarchuk s'est installé dans un ranch près de Las Vegas, dans le Nevada, où il a élevé trois enfants avec sa femme.

Son surnom dans le milieu du hockey était «Le Gardien Cowboy» puisqu'il était très actif dans le milieu du rodéo pendant l'inter-saison. Il a fait l'affiche d'un journal en montant à crue pendant qu'il jouait chez les Capitals et par la suite il a reçu des chevaux comme part de son bonus contractuel avec le Thunder de Las Vegas. Il a également mentionné son image de Cowboy dur à cuire lorsqu'il est revenu au jeu en dix jours après son accident [14].

Le 14 novembre 2014 Malarchuk sort une autobiographie nommé «The Crazy Game» (en français, «Le Jeu Fou»). Aux Etats-Unis, le livre est publié sous le titre «A Matter of Inches—How I Survived In The Crease And Beyond » (en français, «Une question de centimètres - Comment j'ai survécu dans les cages et au-delà») [14]. Il a fait l'objet d'une adaptation documentaire filmé ,[22].

Suite à la sortie de ce témoignage, Clint et Joan Malarchuk réalisent de nombreuses interventions publiques sur des sujets évoqués dans le livre, tels que les TOC, la rémission de l'alcoolisme, la prévention du suicide et les traumatismes psychologiques. Le 7 mai 2015, Malarchuk est invité au congrès de la Canadian Mental Health Association (en français, «L'association canadienne de la santé mentale»)[23]. Le 1 août 2015, ils sont les intervenants principaux à la conférence de l'International OCD Foundation (en français, «La Fondation internationale des TOC»)[20].

Depuis, il réalise environ une trentaine d'interventions par an, auprès de la communauté du hockey et des personnes touchées par un TSPT, comme par exemple des anciens militaires, afin de les sensibiliser [24].

Statistiques

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Joueur

Statistiques par saison[25]
SaisonÉquipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ V  D Pr/N Min  BC Moy % Arr  Bl Pun A PJ V  D  Min  BC Moy % Arr  Bl Pun A 
1978-1979 Winter Hawks de Portland LHOu 2 1 0 1 120 4 2 0 2 0 1 0
1979-1980 Winter Hawks de Portland LHOu 37 21 10 0 1 948 147 4,53 87,5 0 10 2 1 0 0
1980-1981 Winter Hawks de Portland LHOu 38 28 8 0 2 235 142 3,81 89,3 3 22 7 5 2 2
1981-1982 Express de Fredericton LAH 51 2 962 253 0 22 4 - - - - - - - - - -
1981-1982 Nordiques de Québec LNH 2 0 1 1 120 14 7 78,8 0 0 0 - - - - - - - - - -
1982-1983 Express de Fredericton LAH 25 14 6 5 1 506 78 3,11 90,5 1 2 1 - - - - - - - - - -
1982-1983 Nordiques de Québec LNH 15 8 5 2 900 71 4,73 86,3 0 0 0 - - - - - - - - - -
1983-1984 Express de Fredericton LAH 11 5 5 1 663 40 3,62 89,4 3 5 1 - - - - - - - - - -
1983-1984 Nordiques de Québec LNH 23 10 9 2 1 215 80 3,95 86,5 0 9 1 1 15 0
1984-1985 Express de Fredericton LAH 56 26 25 4 3 347 198 3,55 88,5 2 14 1 6 2 0
1985-1986 Nordiques de Québec LNH 46 26 12 4 2 657 142 3,21 89,5 4 21 2 3 0 0
1986-1987 Nordiques de Québec LNH 54 18 26 9 3 092 3,40 88,4 1 37 2 3 0 0
1987-1988 Capitals de Washington LNH 54 24 20 4 2 926 175 3,16 88,5 4 10 2 4 2 0
1988-1989 Capitals de Washington LNH 42 16 18 7 2 428 154 3,48 87,7 1 16 1 - - - - - - - - - -
1988-1989 Sabres de Buffalo LNH 7 3 1 1 326 13 2,39 90,8 1 2 0 1 2 0
1989-1990 Sabres de Buffalo LNH 29 14 11 2 1 596 89 3,35 90,3 0 14 2 - - - - - - - - - -
1990-1991 Sabres de Buffalo LNH 37 12 14 10 2 131 119 3,35 89,1 1 19 4 4 0 1
1991-1992 Americans de Rochester LAH 2 2 0 0 120 3 1,50 94,7 1 2 0 - - - - - - - - - -
1991-1992 Sabres de Buffalo LNH 29 10 13 3 1 639 102 3,73 88,7 0 6 0 - - - - - - - - - -
1992-1993 Gulls de San Diego LIH 27 17 3 3 1 516 72 2,85 89,1 3 8 1 12 4 0
1993-1994 Thunder de Las Vegas LIH 55 34 10 7 3 076 172 3,35 89,2 1 28 3 5 31 0
1994-1995 Thunder de Las Vegas LIH 38 15 13 3 2 039 127 3,74 88,3 0 31 0 2 0 0
1995-1996 Thunder de Las Vegas LIH 1 4 0 0 100 0 0 0 - - - - - - - - - -
1996-1997 Thunder de Las Vegas LIH 3 1 1 0 64 6 5,63 83,3 0 2 0 - - - - - - - - - -
Totaux LNH 338 141 130 45 3,47 88,5 12 134 14

Entraineur-chef

Statistiques par saison
Saison Équipe Ligue PJ  V   D  N  Pr% V Séries éliminatoires
1997-1998 Thunder de Las Vegas LIH 19 6 9 0 4 42,1 Sortie au 1re tour
1998-1999 Steelheads de l'Idaho ECHL 71 31 34 0 6 47,9 Sortie au 1re tour
1999-2000 Steelheads de l'Idaho ECHL 72 31 36 0 5 46,5 Sortie au 1re tour

Trophées et honneurs personnels

Lien externe

Notes et références

  1. a et b SN Magazine: Clint Malarchuk, The Survivor
  2. a b c et d « 30 for 30 Shorts: Cutthroat », Grantland.com, (consulté le 14 juillet 2013)
  3. « Islanders Down Nordiques, 10-7 The New York Times, Dec. 16, 1981 », nytimes.com, (consulté le 18 novembre 2017)
  4. a et b (en) Clint Malarchuk, the survivor, dans Sportsnet Magazine, 3 mai 2012.
  5. a et b « Zednik's injury brings Malarchuk's own nightmare back to surface, ESPN.com, Feb. 12, 2008 », Sports.espn.go.com, (consulté le 1er avril 2013)
  6. En français : « Ma seule préoccupation c'était de sortir de la glace, pour que ma mère qui regardait le match à la télévision, ne me voit pas me vider de mon sang et mourir. »
  7. Mike Foligno goal, 6:27, 2nd Period, St. Louis Blues at Buffalo Sabres, March 22, 1989
  8. http://www.linternaute.com/sport/magazine/dossier/ces-miracules-du-sport/richard-zednik-egorge-par-un-patin.shtml Richard Zednik, égorgé par un patin.
  9. Komets shocked the hockey world, Fort Wayne News-Sentinel, May 22, 2013
  10. « Thrashers Name Clint Malarchuk Goaltending Consultant » [archive du ], (consulté le 1er avril 2013)
  11. « Flames name Malarchuk goaltender coach, Snow director of video analysis - Calgary Flames - News », Flames.nhl.com, (consulté le 1er avril 2013)
  12. Calgary Flames in market for goaltending coach
  13. Flames part ways with Clint Malarchuk
  14. a b et c Saved: How I Survived My Life In Hockey, by Clint Malarchuk with Dan Robson
  15. Almost 2 decades later, Clint Malarchuk still haunted by his own gory injury, Associated Press, Feb. 12, 2008
  16. En français : « Tout d'un coup, on me demande de regarder l'accident de Richard encore et encore, puis le mien. A l'époque, je pensais que j'allais bien. Mais en fait, cela m'a touché profondément, vous voyez ? Quelque chose s'est déclenché en moi après l'accident de Zednik. J'ai recommencé à boire énormément. Et à m'auto-médicamenter. »
  17. « Malarchuk aurait tenté de se suicider », sur rds.ca, (consulté le 5 décembre 2015).
  18. http://www.deadspin.com/5881954/im-walking-around-with-a-bullet-in-my-head-and-a-scar-on-my-neck-clint-malarchuk-at-50
  19. The Canadian Press. Probe Into Former NHL Goalie Malarchuk Concludes. October 10, 2008
  20. a et b YouTube video of Clint and Joan Malarchuk speaking to International OCD Foundation, Boston, MA, Aug. 1, 2015, 8:00 a.m. in a large room with 1,700 people in it
  21. « Goalie: Life and Death in the Crease - film trailer]date=December 2017 »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?)
  22. Malarchuk lives to tell the tale of devastating effects of mental illness, Oakville Beaver, May 9, 2015
  23. « malarchuk reprend goût à la vie » (consulté le 31 juillet 2018)
  24. (en) « Clint Malarchuk hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque du Congrès • WorldCat
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Clint Malarchuk » (voir la liste des auteurs).