Claude Lagoutte

Claude Lagoutte
Claude Lagoutte 1.jpg
Naissance
Décès
(à 54 ans)
Paris
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Mouvement

Claude Lagoutte est un artiste peintre paysagiste abstrait, né à Rochefort le 10 décembre 1935 et mort à l'Hôpital Saint-Antoine de Paris le 18 juillet 1990.

Il vécut à Yvrac (Gironde)[1], puis à Paris (4, passage de la Main-d'Or) à partir de 1979. Il repose au cimetière de Saint-Laurent-de-la-Prée (Charente-Maritime).

Biographie

Fils de Roger et Madeleine Lagoutte, à Rochefort (Roger est commerçant, Madeleine est couturière), Claude Lagoutte effectue sa scolarité au Lycée Eugène-Fromentin de La Rochelle et obtient son baccalauréat (philosophie) en 1952. Après avoir entamé des études d'architecture, Claude se réoriente en 1953 vers l'École de santé de la marine de Bordeaux et obtient son diplôme de pharmacien en 1957.

Parallèlement à ces études, l'adolescent affirmait un goût prononcé pour la peinture qu'il pratiquait. Il s'était attaché au musée du Louvre lors de séjours chez une tante à Paris, et brossait des paysages charentais. C'est en 1958, alors qu'il accomplit un stage de fins d'études à l'école du Pharo de Marseille qu'il découvre Vassily Kandinsky et Paul Klee et qu'il peint ses premiers tableaux abstraits.

Entré ensuite à l'École d'application du service de santé des troupes coloniales, le Lieutenant Claude Lagoutte est en 1959 appelé en poste au Laos. Là encore il s'adonne à la peinture de paysages, mais aussi visite la Thaïlande, Hong Kong et l'Inde, avant d'être appelé en 1962 en Côte d'Ivoire (Bouaké, puis Abidjan) où lui naît sa vénération pour les Arts premiers d'Afrique.

Le capitaine Claude Lagoutte revient en France en 1965 (traversées passionnées du Maroc et de l'Espagne), se rend en visites dans les musées de Hollande avent d'être appelé en poste à Alger, peignant là encore, se rendant sur les grands sites archéologiques d'Algérie, Tunisie et Libye. Il séjourne dans le Tassili n'Ajjer en 1968, rentre à Paris en 1969, épouse en 1970 Françoise avec qui il se rend pour deux ans en poste à Brazzaville. C'est là que naît Marie, sa première fille, mais aussi que se tient sa première exposition personnelle, au centre culturel de l'Alliance française. En fin de l'année 1972, Claude et Françoise Lagoutte s'installent en Gironde (Bordeaux, où naît Hélène, puis Yvrac[1] où naît Louise), Claude partageant sa vie entre le domicile familial et Paris où il est alors nommé.

Le rythme des voyages-découvertes, tant en France qu'hors-frontières, ne ralentit pas: la Turquie (1972)[2], le Hoggar (1973), l'Aveyron (1974), l'Égypte (1975 et 1976), l'Ile d'Oléron (chaque année à compter de 1975), Londres et l'Écosse (1976), le Sinaï (1976), l'Inde (1978, 1979 et 1981), Le Yémen, le Népal, le Cachemire et le Bouthan (1979).

Claude Lagoutte participe à des expositions collectives puis individuelles à compter de 1975 et, en 1977, le Commandant Claude Lagoutte est admis à la retraite militaire. Comme il aimait le dire, de « peintre à temps partiel », il va alors devenir « peintre à plein temps ». La décennie 1980 est ainsi le temps-plein de l'art, de la création, des voyages encore (La Turquie en 1986, Rhodes en 1988 et l'Inde, encore et surtout, dont les bords de la Narmada en 1989), des amitiés intellectuelles (Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, Robert Coustet), artistiques (le peintre et galeriste algérois Pierre Famin[3]) et religieuses (le père dominicain Jacques Laval), des retraites spirituelles aussi (le Couvent des Jacobins de la rue Saint-Jacques à Paris, le Couvent Sainte-Marie de La Tourette (Rhône), l'abbaye Saint-Wandrille de Fontenelle en Seine-Maritime, le Mont Athos en Grèce, les monastères du Tibet).

C'est également le temps du combat contre une cruelle maladie. Le dernier voyage de Claude Lagoutte est, en juillet 1990, pour un « autre monde » auquel il croyait.

Œuvre

Lors de ses voyages, Claude Lagoutte note sur un carnet (qui de la sorte se fait lui aussi œuvre d'art) les couleurs et les indices topographiques des paysages traversés, des bribes de discussions avec des autochtones, des réminiscences de lectures et des extraits d'échanges épistolaires avec ses proches. Revenu dans son atelier, il reconstitue sur la toile l'itinéraire parcouru, découpant des lanières de tissu ou de papier, les pliant, les colorant, les tressant, les cousant: deux temps se rejoignent alors, le temps physique de la marche et son alter ego intellectuel, le temps de la traduction picturale: comme l'écrit Charles Juliet, avec Claude Lagoutte « le temps n'est pas violenté, il est courtisé »[4].

Ainsi, lorsqu'en 1977 le musée d'art et d'histoire de Cognac lui consacre une exposition, Claude se rend à Cognac à pieds depuis Yvrac: cinq jours où il arpente les paysages, fait des croquis, ramasse la terre. La longue toile qui en résulte (elle sera présentée à l'exposition de Cognac), accrochée en cimaise, déroulée au sol, se présentant comme un chemin en cinq parties, les cinq étapes différenciées par les nuances des pigments qu'offrent à l'artiste les lieux traversés.

L'expérience Yvrac-Cognac inaugue le temps où Claude Lagoutte sépare systématiquement ses toiles des châssis qui les tendaient afin de les laisser flotter, peut-être aussi afin que les limites du cadre lui permettent les rajouts, les extensions, signifiant de la sorte à l'artiste une même liberté de parcours sur la toile que sur les routes ou les chemins, dans les terres de labour ou dans les sommets montagneux.

Claude Lagoutte, Le Monde, 1980

Les œuvres de Claude Lagoutte témoignent des périples qui couvrent les années 1970 et 1980.

  • Bayreuth, premier cahier de voyage, écrits et dessins, 1971
  • Les Labours, 1978
  • Les papiers cousus du quotidien Le Monde, 1978
  • Bharat Bagwan, carnet de voyage manuscrit illustré de dessins, récit de la remontée pédestre des rives du Gange jusqu'à sa source, 1978[5]
  • Oléron, à partir de 1980
  • Voyage en France, rouleau de 17 mètres constitué de lanières de toiles cousues, 1984[5]
  • Entre Rahon et Vernois (Jura), vacances d'été 1984
  • Pyrénées, 1984-1986
  • Les Bellons, à partir de 1986

Livres illustrés

  • Andrée Marik, La Porte du soleil, Les cahiers de l'arbre, 1976.
  • Andrée Marik, Flash, Les cahiers de l'arbre (imprimé par Jean Le Mauve, Saint-Quentin-en-Allan), 1978
  • Andrée Marik, Le Cognac gastronome, Éditions Andrée Marik-Descamp, Cognac, 1978

Publications

  • Bharat Bagwan, février 1978, cahier de 37 pages sur papier kraft[5] publié en fac-similé, Les éditions océanes, Saint-Denis d'Oléron, 2008[6]
  • Carnets du Tibet, préface de Charles Juliet, collection Liens et résonance, Éditions Diabase, La Riche, 2008,[8]
  • En suivant la Narmada, précédé de Souvenirs d'Inde, préface de Robert Coustet, collection Liens et résonance, Éditions Diabase, La Riche, 2008[9]

Expositions

Expositions personnelles

  • Centre culturel de l'Alliance française, Brazzaville, 1972, toiles abstraites nuagistes
  • Galerie E. et X. Germain, Paris, 1977
  • Galerie Ragamala, Paris, 1977
  • Galerie du Fleuve, Bordeaux, 1977 et 1979
  • Musée d'art et d'histoire de Cognac, 1977
  • Galerie Lempen, Zürich, 1979
  • Galerie Françoise Palluel, Paris, 1979, 1980
  • Galerie Le Troisième Œil, Bordeaux et Paris, 1981, 1984, mars-avril 1987, 1995, mai-juin 1996, avril-juin 1998[10]
  • Talcy, Château de Chambord, 1981
  • Galerie Noella Gest, Saint-Rémy-de-Provence, 1979, 1982
  • Galerie Kreth d'Orey, Heidelberg, 1983
  • Galerie Gudula Buchhottz, Zurich, 1984
  • Galerie Charles Sablon, Paris, 1984, 1986, 1988, 1990, 1992
  • "Un voyage au Kutch" by Claude Lagoutte - Works reflecting his recent journey into Nothern Gujarat, Alliance française, Bombay, février-mars 1988 (préface du critique d'art Dnyaneshwar Nadkarni)
  • Claude Lagoutte - Voyages et autres traces, Musée des beaux-arts de Bordeaux, mai-septembre 2008[11],[12],[13]
  • Galerie Intuiti, Paris, novembre 2013 - janvier 2014[14]
  • Galerie Convergences[15], Paris, décembre 2013 - janvier 2014[14]

Expositions collectives

Claude Lagoutte, Inde, 1985

Réception critique

« S'il utilise le paysage, ce n'est plus comme une image au sens occidental, mais comme une sorte de maquette vivante, comme un mandala. L'intérêt de cette attitude est que le paysage n'est plus alors un cadre classique qui met en scène l'homme mais une sorte de dispositif qui s'allie avec la nature, qui tend, à force de connaître la nature, à devenir naturel lui-même. Pour Lagoutte, la peinture n'est pas une surface mais une traversée, pas une image mais une action, même pas un art mais sa propre vie tracée, écrite de ses mains. »

— Didier Arnaudet[26]

« Étalés, ouverts, sans bordure, sans contour, sans arête rigoureuse, les longs tableaux, les longs papiers saturés de peinture, de traces, de scarifications linéaires, de signes vibrants, sont de véritables dramaturgies de l'étendue. Ils célèbrent la course d'un temps qui déroute la perception. Les dessins sur cahier dont les élégies de l'ample lointain. Ils mettent le regard en possession de la distance. Et de cette plaine de lumière qui s'ouvre au plus profond de la pensée. Authentique cosmogonie intime, l'image peinte ou inscrite ne se distingue pas du langage. »

— Claude Bouyeure[27]

« Indifférent à l'habituelle opposition entre figuration et abstraction, Claude Lagoutte rêve d'une forme de paysage total. Au-delà de la représentation d'un site, son paysage est l'évocation d'un parcours qui doit prendre en compte l'effort physique du promeneur, la durée de la promenade et qui mêle indissociablement la nature et les sensations de celui qui la découvre... Il imagine donc un paysage-souvenir, un paysage-journal de voyage. Il se déclare "peintre-chemineau" et affirme qu'il "crée le paysage en l'arpentant de ses jambes" ou encore qu'il "ouvre le tableau qu'il laboure de ses mains". »

— Robert Coustet[1]

« Ni représentation, symbole ou concept, les paysages de Lagoutte existent matériellement, faits de cette terre qu'il a ramassée en Inde et qui se retrouve dans son papier. »

— Luc Vézin[28]

« L'œuvre de Claude Lagoutte est une œuvre grave, silencieuse, intimiste[...] Tout en explorant sa propre réalité interne, il s'est largement ouvert au monde. À son immensité. Avec une avidité insatiable. Un besoin d'aller toujours plus loin dans la découverte. Au terme de ses randonnées, il avait été amené à conclure: "Une seule chose à peindre: le sentiment de mystère devant le monde". »

— Charles Juliet[4]

« Son langage le différencie du mouvement Supports/Surfaces, qui ne permet pas l'amalgame. Son contact permanent avec la nature épouse la rythmique délicate, la perception tactile de ses œuvres sensorielles qui ne sont pas sans évoquer des partitions musicales... Pour Claude Lagoutte, une toile, c'est une surface qui donne une émotion. »

— Lydia Harambourg[29]

« C'était un mystère pour moi, le travail de mon père. De son atelier sortaient d'étranges bouts de papier, collés ou cousus, avec du texte dessus… Mais je reconnaissais souvent ce que je voyais quand même: le ciel et la mer de l'île d'Oléron, la terre de sienne des Bellons, les glaciers et les granites des Pyrénées, les champs labourés et leurs lignes sinueuses… Les textes sur les tableaux me donnaient des indications de lieux et de dates […]. C'est resté cela, pour moi, le travail de mon père, c'est bricoler avec la terre et le ciel, faire des cartes géographiques, montrer les chemins et les pentes semées de mots. »

— Hélène Lagoutte[14]

Musées, collections publiques

Chambre, palais de l'Élysée, Paris

Église

Collections privées

Voir aussi

Bibliographie

  • Anne Mœglin-Delcroix, Livres d'artistes, collection Sémaphore, co-édition Bibliothèque publique d'information/Editions Herscher, 1985
  • Ouvrage collectif, Images d'aujourd'hui, Éditions du Centre d'action culturelle de la ville de Niort, 1985.
  • Michel Thomas, Parafibre, édité par la ville de Vénissieux, 1987
  • François Dagognet, Rematérialiser, Librairie philosophique J. Vrin, 1989
  • Robert Coustet, Claude Lagoutte, Collection Aquitaine Bordeaux, Éditions Centre régional des lettres d'Aquitaine & William Blake, 1991[36]
  • Collectif, Collection contemporaine BNP, Éditions de la BNP, 1991
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, BNF, 1992
  • Robert Coustet, Claude Lagoutte à Istanbul in Les carnets de l'exotisme, n° 11 Stamboulimies, Éditions Torli, janvier-juillet 1993
  • Robert Coustet, Claude Lagoutte en Entre-deux-Mers in L'Entre-deux-Mers à la recherche de son identité, actes du 4e colloque tenu à Saint-Loubès, Lormont et Saint-Louis-de-Montferrand les 15, 16 et 17 octobre 1993, C.L.E.M., 1994[1]
  • Thierry Saumier, Le Peintre abstrait Claude Lagoutte (1935-1990): expression plastique du temps, 1994
  • Françoise Taliano-des-Garets, La vie culturelle à Bordeaux, 1945-1975, Presses Universitaires de Bordeaux, 1995
  • François Moureau, L'Œil aux aguets ou l'artiste en voyage, Éditions Klincksieck, 1995
  • Jean-Marie Planes, Une vie bâtie en l'air, Confluences, 1996[37]
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001[38]
  • Gérard Aubisse, Les Peintres - Charentes-Poitou-Vendée - XIXe-XXe siècles, Gérard Aubisse Auto-éditions, 2001.
  • Françoise Garcia, Olivier Le Bihan, Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, Jean Oddes, Didier Arnaudet, Anne Moeglin-Delcroix, Robert Coustet et Claude Lagoutte, Claude Lagoutte - Voyages et autres traces, Éditions Le Festin/Musée des beaux-arts de Bordeaux, 2008[36]
  • Simina Radoi, « Les Carnets de voyage de Claude Lagoutte », in Le thème du paysage dans les collections permanentes du Musée des beaux-arts de Bordeaux, Dossier pédagogique, Musée des beaux-arts de Bordeaux/Inspection académique de Gironde, 2008[39]
  • Thierry Saumier et Dominique Dussol, L'Art abstrait à Bordeaux - 1940-1970, Éditions Le Festin, 2009
  • Sylvio Brianti, Traces d'artistes - Dictionnaire de l'art moderne et contemporain dans les Hautes-Pyrénées de 1900 à nos jours, Édicité, Tarbes, 2010
  • Lydia Harambourg et Hélène Lagoutte, Claude Lagoutte, Galeries Intuiti et Convergences, Paris, 2013[14]

Articles de presse

  • Claude Bouyeure, « Lagoutte et la carte du temps », in Opus international, n°66-67, mai-juin 1978, pages 92-93
  • Didier Arnaudet, « Claude Lagoutte, un peintre-paysagiste - Interview de Claude Lagoutte », in Art press, mai 1981
  • Claude Lagoutte, « Un jour le peintre… » et Michel Thomas, « Claude Lagoutte », in Textile/Art, n° 12, été 1984
  • Didier Arnaudet, « Claude Lagoutte, la passion des surfaces et des couleurs », in Vie des Arts, no 119, 1985
  • Claude Bouyeure, « Carnets de voyages - Interview de Claude Lagoutte », in Cimaise, no 188-189, juin-août 1987
  • Valérie de Saint-Do, « Le dernier voyage de Lagoutte », in Sud Ouest 9 mai 1996
  • Lydia Harambourg, « Claude Lagoutte, le peintre arpenteur d'espace », in La Gazette de l'Hôtel Drouot, no 42 du 6 décembre 2013

Radiophonie

Liens externes

Références

  1. a, b, c et d Robert Coustet, Claude Lagoutte en Entre-deux-Mers in L'Entre-deux-Mers à la recherche de son identité, actes du 4e colloque, CLEM, 1994, pages 197-200.
  2. Robert Coustet, Claude Lagoutte à Istanbul, in Les carnets de l'exotisme, n° 11 Stamboulimies, Édirions Torli, janvier-juillet 1993.
  3. Sur Pierre Famin, ami d'Albert Marquet, Albert Camus, Jean Cocteau, Le Corbusier et donc Claude Lagoutte, voir Dictionnaire Bénézit, Gründ 1999, tome 5 page 285.
  4. a et b Charles Juliet, préface des Carnets du Tibet de Claude Lagoutte, Éditions Diabase, 2008.
  5. a, b et c Collection du Musée des beaux-arts de Bordeaux, don de Madame Françoise Lagoutte.
  6. « Bharat Bagwan : Claude Lagoutte », sur http://www.musba-bordeaux.fr/ (consulté le 27 juillet 2017)
  7. Écrivains-voyageurs.net, Le Tibet des voyageurs et des aventuriers, fiche de lecture des Carnets du Tibet de Claude Lagoutte, juin 2010.
  8. Présentation de Claude Lagoutte sur le site des Éditions Diabase.
  9. Caroline Campagne (texte) et Thierry David (photo), Anne-Marie Marquette, Galerie Le Troisième Œil, Sud-Ouest, 25 septembre 2013
  10. Musée des beaux-arts de Bordeaux, présentation de l'exposition Claude Lagoutte, 2008
  11. ArtFlox, agenda art contemporain, Claude Lagoutte, Musée des beaux-arts de Bordeaux, 2008
  12. Gilles-Charles Réthoré, "Magical Mistery Tour", Claude Lagoutte peintre-voyageur, LTV33.com à propos de l'exposition Voyages et autres traces, Musée des beaux-arts de Bordeaux.
  13. a, b, c, d et e Lydia Harambourg et Hélène Lagoutte, Claude Lagoutte, Galeries Intuiti et Convergences, 2013, accès au document (pdf) en liens externes ci-dessous.
  14. Galerie Convergences, Paris, Présentation biographique de Claude Lagoutte
  15. Colette Timsit et Dominique Reynier, Communiqué de presse: Exposition "Livres d'artistes", Centre Georges-Pompidou/B.P.I., 1985
  16. a et b Ouvrage collectif: Collection contemporaine BNP, Éditions BNP, 1991.
  17. a et b Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin Delcroix, De Bonnard à Baselitz, estampes et livres d'artistes, Éditions BNF, 1992, voir page 243.
  18. FRAC Aquitaine et MC2a, Exposition Nabisco - Lagoutte, Paris, 2002
  19. Piotr Czarzasty (texte) et Bernard Bonnel (Photos), L'art abstrait bordelais exposé à Mérignac, Aqui.fr, décembre 2009
  20. Samya Ramdane, Comme jamais, œuvres singulières de la collection, Claudine Colin Communication, 2011
  21. Dossier de presse: Bissière, figure à part, Bordeaux-Culture/Galerie des beaux-arts/Musée des beaux-arts, Bordeaux, décembre 2014.
  22. Marie -Laure Desjardins, Galerie Intuiti, Bruxelles, le don d'ubiquité Art Hebdo Médias, 4 février 2015.
  23. Pascale Geoffrois et Gilles Courtois, Stipo Pranyko et Claude Lagoutte en parallèles, Galeries Gratadou-Intuiti et Convergences, 2016
  24. Didier Arnaudet, « Claude Lagoutte, la passion des surfaces et des couleurs », Vie des Arts no 79, 1985, page 79.
  25. Claude Boutyeure, « Claude Lagoutte, carnets de voyage », in Cimaise n° 188-189, juin-juillet-août 1987.
  26. Dictionnaire Bénézit, « Claude Lagoutte », Gründ 1999, tome 8 pages 165 et 166.
  27. Lydia Harambourg, « Claude Lagoutte, le peintre arpenteur d'espaces », in La Gazette de l'Hôtel Drouot, no 42 du 6 décembre 2013.
  28. Robert Coustet, Claude Lagoutte, Collection Aquitaine Bordeaux, 1991, œuvre reproduite en page 69.
  29. Ville de Bordeaux, Acquisitions remarquables 2003-2004 de la Bibliothèque municipale, Claude Lagoutte
  30. a et b Jean-Pierre Delarge, Claude Lagoutte in Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains
  31. Les amis des musées de Nîmes, Une visite de la collection Lesgourgues (C.A.VI.AR)
  32. Claude Lagoutte dans la collection de l'Hôtel Bedford, Paris
  33. a et b Voir extraits de publications en liens externes ci-dessous.
  34. Bénédicte Ndobo Epoy, Claude Lagoutte dans le chapitre Peintre et pèlerin du livre de Jean-Marie Planes Une ville bâtie en l'air
  35. Jean-Pierre Delarge, Claude Lagoutte, in Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains
  36. Simina Radoi, Le thème du paysage dans les collections permanentes du Musée des beaux-arts de Bordeaux (scribd)