Claude François

Claude François
Description de cette image, également commentée ci-après
Claude François en 1965.
Informations générales
Surnom Cloclo
Nom de naissance Claude Antoine Marie François
Naissance
Ismaïlia (Égypte)
Décès (à 39 ans)
Paris (France)
Activité principale Chanteur, musicien, producteur
Activités annexes Rédacteur en chef
Photographe
Genre musical Variété française, disco, pop, ballade
Instruments Voix, percussions, violon, tumba et batterie
Années actives 1962-1978
Labels Fontana (1962-1963)
Philips (1963-1978)
Flèche (1967-1978)
Phonogram (1972-1978)
Carrère (1977-1978)

Claude François, surnommé « Cloclo », né le à Ismaïlia (Égypte) et mort accidentellement le à Paris, est un chanteur, danseur, musicien et producteur musical français des années 1960 et 1970.

Lors de ses seize années de carrière, il est un des artistes français les plus appréciés du public. Nombre de ses chansons sont restées célèbres, comme Belles ! Belles ! Belles !, Cette année-là, Le Lundi au soleil, Le téléphone pleure, Magnolias for Ever, Alexandrie Alexandra ou encore Comme d'habitude (My Way en version anglaise).

Biographie

Origines

Claude Antoine Marie François naît le 1er février 1939.

Sa famille paternelle est lyonnaise[1]. Ses arrière-grands-parents Nicolas Joseph François, né à Saint-Maurice-sur-Moselle (Vosges) en , et Marie Anne Delphine Callon, née à Mars (Ardèche) en , se sont mariés en 1872 à Port Saïd (Égypte), où Nicolas Joseph François était télégraphiste pour la Compagnie du canal de Suez. Leurs trois enfants, Gustave, Elisa et Adolphe voient ainsi le jour successivement à Port Saïd, Suez et Ismaïlia[2].

Adolphe François, grand-père de Claude François, caporal-fourrier au 52e régiment d'infanterie, est tué à Tahure, dans la Marne, le 25 septembre 1915, lors de la Première Guerre mondiale, alors qu'il n'a que trente-cinq ans[1]. Il laisse trois fils, dont Aimé François[Note 1], lesquels travailleront comme chefs du trafic du canal de Suez.

Aimé François épouse une Italienne, Lucia Mazzei[Note 2], dite « Chouffa ». La famille de Lucia est originaire de Calabre, en Italie. Lucia s'occupe du foyer familial et a longtemps joué du piano. Ses deux frères, l'un violoniste, l'autre pianiste, accompagnaient les films muets, puis ont joué pour le Five o'clock tea de l'armée britannique qui occupait le canal de Suez[3].

Claude François a une sœur aînée, Marie-Josée François, dite « Josette », née le 28 août 1935 ; elle a écrit ses Mémoires en 2008[Note 3].

Enfance

L'enfance de Claude François se passe dans une des villas de la Compagnie du canal de Suez, à Ismaïlia. Sa famille, qui a des domestiques, mène un train de vie très aisé.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Ismaïlia est bombardée par les Allemands et la villa de la famille François est détruite. Claude François et sa sœur sont alors recueillis par leur grand-mère paternelle, qui habite une vieille maison proche des quartiers populaires. Claude François s'y mêle aux jeunes enfants d'origines diverses (grecs, maltais, italiens, arabes) et y reste jusqu'à l'âge d'aller à l'école[4].

Ses parents le placent en internat dans une école confessionnelle. Ils l'inscrivent ensuite au lycée français du Caire comme externe (1953-1954). La chambre qu'il loue est en face de Radio le Caire, où il passe beaucoup de temps, écoutant en avant-première les disques français ou américains. Il obtient la première partie du bac[Note 4] mais pas la seconde. À cette époque, il assiste aux répétitions de ses oncles maternels et fait une première année de violon[5].

En 1956, la famille François est expulsée d’Égypte (avec de nombreux Français et Britanniques) à la suite de la nationalisation du canal de Suez par le président égyptien Nasser. Sur fond d'un déchaînement soudain d'hostilité envers les étrangers occidentaux, le départ d'Égypte s'effectue en catastrophe sous les injures et les agressions physiques[6]. Le navire accoste au Havre, d'où ils gagnent Paris.

Après un séjour dans une chambre d'hôtel, les François, fatigués de demander des subsides auprès de la Compagnie du canal de Suez, partent en train pour Monte-Carlo où réside, depuis son mariage l'été précédent, leur fille Josette[7],[8]. La famille s’installe d'abord à Monaco, dans un appartement acquis grâce à la prime de réinstallation donnée par la Compagnie du canal de Suez (Claude François étudie au lycée Albert-Premier), puis à Nice[9]. Ils vivent dans une certaine pauvreté : dans son autobiographie, Claude François affirme qu'il dormait par terre sur le sol de l'appartement, volait à l'étalage, se nourrissait de pain trempé dans de la vinaigrette, ce qui lui aurait causé un ulcère à l'estomac l'exemptant de son service militaire[10].

Carrière

Débuts

En 1958, Claude François, à la recherche d’un travail, devient employé de banque. Il se délasse en jouant de la tumba dans un petit orchestre qu’il a formé avec quelques copains. Il finit par trouver un emploi dans le grand orchestre du Sporting Club de Monte Carlo, dirigé à l'époque par Louis Frosio : d’abord percussionniste, il en devient ensuite chanteur (il gagne 1 000 francs par soirée), avec à son répertoire Colette Deréal, Charles Aznavour, Mouloudji, Ray Charles. Il fait un tabac en interprétant en arabe la chanson de Bob Azzam, Mustapha. Parallèlement, il s’inscrit à l’Académie nationale de musique dans toutes les classes (clarinette, flûte, chant classique, timbales et percussions, harmonie) et prend des leçons particulières pour former sa voix. En 1959, il fait partie, en tant que chanteur, de l’orchestre de Marcel Blanchi à l’hôtel Provençal à Juan-les-Pins[11]. Si sa rémunération lui permet enfin de vivre et de faire vivre sa famille, il est désapprouvé dans son choix par son père qui aurait voulu qu'il devienne comptable. Sa mère le soutient toutefois dans sa passion pour la musique.

À l'été 1961, il monte à Paris sur les conseils de Brigitte Bardot et de Sacha Distel[12], rencontrés sur la Côte d'Azur (Claude François a donné des cours de danse à Brigitte Bardot dans la boîte de nuit le Papagayo à Saint-Tropez) ; il est accompagné d'une jeune danseuse d'origine anglaise, Janet Woollacott, rencontrée en 1959 lors d'un spectacle et épousée le à Monaco. Son père, qui ne lui parlait plus depuis deux ans, était malgré tout venu au mariage, avant de mourir d’une maladie des poumons le .

À l'époque, la variété française connaît un grand bouleversement avec les débuts de l'émission de radio Salut les copains, la vogue du rock 'n' roll puis du twist et l'avènement de ceux que l'on ne tardera pas à appeler les yéyés[13].

Claude François se fait engager dans la formation d’Olivier Despax, les Gamblers, au poste de percussionniste, mais les cachets sont maigres[14]. Le 16 septembre 1961, il passe une audition aux disques Fontana, mais ne convainc pas le directeur artistique, Jean-Jacques Tilché, lequel accepte toutefois une deuxième audition.

En 1962, Claude François, sous le pseudonyme de « Kôkô », enregistre son premier disque, Le Nabout twist (en version française et en version arabe) : si la chanson est bien reçue en Afrique, elle ne rencontre pas le succès escompté en France[12]. En attendant une nouvelle occasion, il rejoint Les Gamblers et joue pendant tout l’été 1962 au Papagayo à Saint-Tropez. De son côté, Janet est engagée comme danseuse à l’Olympia, où elle rencontre Gilbert Bécaud, pour qui elle va quitter Claude François[12].

De retour à Paris, Claude François signe un contrat de cinq ans avec les disques Fontana[12]. À l'automne 1962, il obtient son premier succès, avec Belles ! Belles ! Belles !, adaptation de Girls Girls Girls (Made to Love), composée par Phil Everly, des Everly Brothers, et interprétée initialement par Eddie Hodges, dont il s'est inspiré pour la version française et dont il cosigne les paroles avec Vline Buggy. Ayant fait le siège du bureau de Daniel Filipacchi à Europe 1, il obtient que son 45 tours passe deux fois par jour dans l'émission Salut les copains tout au long de la semaine. Sa carrière est lancée : le disque s'écoule à 1,7 million d'exemplaires[15]. Belles ! Belles ! Belles ! est son premier scopitone, réalisé par Claude Lelouch[12] : il chante dans la neige, dans un bois de la région parisienne, au milieu de jeunes filles dans une tenue hors de saison[16]. Sa participation à plusieurs émissions de télévision lui permet de se faire connaitre auprès d'un large public. Il passe à l'Olympia le 18 décembre, en première partie de Dalida et des Spotnicks[17].

Reconnaissance

Claude François en 1965.

Prise en main par l'imprésario Paul Lederman, sa carrière démarre véritablement. Il enchaîne les tournées et les succès : Marche tout droit, adaptation de la chanson Walk right in des Rooftop Singers, Pauvre petite fille riche, Dis-lui et Si tu veux être heureux, adaptation de If you wanna be happy de Jimmy Soul[18]. Avec son allure de jeune homme de bonne famille, ses chansons aux paroles agréables, il séduit un public féminin de plus en plus nombreux[19]. Il demande à Michel Bourdais, portraitiste et documentaliste au magazine Salut les copains, de dessiner son portrait. Ce dessin hyper-réaliste sera pour Claude François le point de départ d’une longue réflexion sur l’image qu’il doit donner de lui[20],[21],[22].

Le , il est pour la deuxième fois à l’Olympia, où il participe à un gala consacré aux jeunes chanteurs, surnommés à l'époque « idoles des jeunes »[23]. Parmi ses musiciens, figurent Michel Cassez, dit Gaston, futur Compagnon de la chanson, et le pianiste de jazz René Urtreger. En octobre, il sort Si j'avais un marteau, version française de If I Had a Hammer, composé par Pete Seeger et repris avec succès par Trini Lopez. Le titre reste plusieurs semaines no 1[réf. nécessaire]. Le 29 octobre, après avoir participé à un Musicorama spécial, Claude François reçoit, des mains du comédien Maurice Biraud, ses deux premiers disques d’or[12],[24].

Grâce à sa réussite professionnelle, il fait l'acquisition d'un appartement à Paris, au 46, boulevard Exelmans, dans le 16e arrondissement[25]. En 1964, il achète l'ancien moulin communal de Dannemois, dans l'Essonne, pour en faire sa résidence secondaire. Il y installe sa mère et sa sœur qui y retrouvent la sérénité de leur vie en Égypte[24]. Quelques semaines plus tard, il interprète La Ferme du bonheur[19]. L'été venu, il fait une tournée donnant lieu à un film de Claude Vernick au titre éloquent, L’été frénétique[26].

En septembre, Claude François fait à nouveau l’Olympia, mais cette fois c'est en vedette qu'il chante chez Bruno Coquatrix. Il enchaîne de nouveaux succès : Donna, Donna, J’y pense et puis j’oublie[12]. Il bat tous les records de recettes établis par Édith Piaf et Gilbert Bécaud et à chaque apparition déclenche des scènes d'hystérie collective[27].

Côté sentimental, il fait la connaissance de France Gall, jeune chanteuse de 17 ans (lui en a 25). C'est le début d'une liaison qui durera jusqu'en 1967[28].

Le 25 février 1965, Claude François est blessé au cours d'un gala à Abbeville, la scène s'étant effondrée sous ses pieds alors qu'il dansait. Ayant plusieurs côtes fracturées, il reste immobilisé cinq semaines durant. Au cours de l'année 1965, il enregistre une quinzaine de titres, dont Les Choses de la maison et Même si tu revenais[19].

L'année 1966 voit l’apparition des Claudettes, ses danseuses attitrées, dont l'idée lui a été soufflée par Michel Bourdais[29],[30]. Le 25 décembre, son premier Olympia avec quatre d’entre elles est un événement, qui séduit et déchaîne le public. Claude François utilise alors le dessin qu'a fait de lui Michel Bourdais trois ans plus tôt pour en faire le symbole de sa mutation artistique. Il redonne l'original à son auteur en marque d'amitié et de reconnaissance en y inscrivant les mots « Bravo… c'est merveilleux »[31],[32]. Il figure sur la « photo du siècle » regroupant 46 vedettes françaises du yéyé en avril 1966.

En 1967, il est coauteur avec Jacques Revaux pour la musique, et Gilles Thibaut, du titre Comme d'habitude. Le succès est au rendez-vous et la chanson, bientôt reprise par Paul Anka puis Frank Sinatra sous le titre My Way, devient un succès mondial qui connaît de multiples reprises (notamment par Elvis Presley, Nina Hagen, Nina Simone, Sid Vicious).

Le , Claude François et Janet Woollacott divorcent[33].

Consécration

Claude François photographié par Erling Mandelmann en 1976.

Son contrat chez Philips arrivant à son terme, Claude François fonde sa maison de disques, Flèche, acquérant ainsi son indépendance artistique[19]. La chanteuse belge Liliane Saint-Pierre est la première artiste qui enregistre sous ce label. Alain Chamfort suivra. Après une « histoire de cœur » avec la chanteuse Annie Philippe, rencontrée en tournée mais qui refuse de l'épouser, il se console avec Isabelle Forêt, blonde aux yeux bleus et mannequin de son état, qui devient sa compagne. Elle donne le jour à Claude junior, le . Sa naissance n'est révélée à la presse que quelques mois plus tard[12].

L'année 1968 est celle de sa première tournée en Afrique noire, qui le mène, en dix jours, de Fort Lamy (Tchad) à Dakar (Sénégal) en passant par Yaoundé et Douala (Cameroun), Libreville (Gabon), Abidjan (Côte d'Ivoire) et Niamey (Niger). À Libreville, il donne un concert devant 15 000 personnes au grand stade de la ville et est reçu officiellement par le président Albert Bongo, sa famille et ses ministres[34].

L'année 1969 est une année faste sur le plan familial et le plan professionnel. Le , sa compagne, Isabelle Forêt, lui donne un second garçon, Marc, mais il décide là encore d'en taire la naissance pour le protéger[12]. Le même mois, son passage à l'Olympia – seize jours à guichets fermés – est un nouveau succès avec son spectacle à l'américaine, où il est accompagné de quatre danseuses, huit musiciens et l'orchestre de l'Olympia[19]. Il travaille désormais avec Jean-Pierre Bourtayre comme directeur artistique et installe son quartier général au 122, boulevard Exelmans à Paris (où une plaque lui rend hommage). Ses nouveaux disques, Éloïse en début d’année et Tout éclate, tout explose en fin d'année, sont des succès[12].

En 1970, sa chanson Parce que je t'aime mon enfant est adaptée en anglais et reprise l'année suivante par l'acteur Richard Harris[35] puis par Elvis Presley sous le titre My Boy . Le , un malaise le surprend pendant un concert à Marseille, salle Vallier[12]. On apprendra plus tard qu’il s’agissait d’un coup monté en accord avec son producteur. Il part se reposer aux îles Canaries mais à son retour, le 17 mai, il est victime d’un accident de voiture sur l’autoroute près d’Orange. Le nez fracturé, les pommettes éclatées, il doit subir une rhinoplastie. À peine remis, il repart en tournée avec Dani et C. Jérôme[19].

En 1971, il enregistre plusieurs titres (C'est la même chanson, Bernadette et Réveille-moi[36]) à Détroit, aux États-Unis, dans les studios de la Tamla Motown, avec les Funk Brothers qui assuraient la plupart des enregistrements des groupes de ce label nord-américain[19]. Il est le seul chanteur blanc à enregistrer des chansons dans ce studio[37]. En 1972, il se sépare de la mère de ses enfants, avant de rencontrer Sofia Kiukkonen, un mannequin finlandais de 19 ans, avec qui il reste quatre ans.

Le 20 janvier 1973, Maritie et Gilbert Carpentier consacrent à Claude François leur émission télévisée Top à… . Il y retrouve Dalida, avec qui il chante en duo Ciao ciao bambino, Come prima et Volare. Durant toute l'année, il est omniprésent à la télévision, participant quatre fois à l'émission de divertissement Cadet Rousselle. Au cours de l'enregistrement d'une de ces émissions, le 15 mars, il se retrouve en insuffisance respiratoire en raison de la déviation de la cloison nasale dont il souffre. Il est hospitalisé et opéré de toute urgence[38].

En juillet, à Marseille, lors du premier concert de sa tournée d'été, un fan éméché lui lance une canette de bière au visage. Blessé à l'arcade sourcilière, le chanteur doit jeter l'éponge au bout de trois quarts d'heure[39].

En septembre, il sort Le téléphone pleure, titre qui à l'origine était prévu pour Joe Dassin mais repéré par son nouveau directeur artistique Gérard Louvin, qui s'écoule à plus de 2,5 millions d'exemplaires et qu'il reprend l'année suivante en anglais (Tears on the Telephone) et en espagnol (Llora el telefono)[Note 5],[Note 6]. Le 15 décembre, il chante devant 20 000 spectateurs survoltés au Parc des expositions de la porte de Versailles au profit de la fondation Perce-neige en faveur de l'enfance handicapée[12].

Le , le journaliste Yves Mourousi organise un concert de Claude François au profit de la recherche médicale, devant un public de 30 000 personnes rassemblées au Jardin des Tuileries à Paris. Claude François ne peut attaquer sa première chanson qu'au bout de dix minutes de hurlements frénétiques. Après divers débordements de ses admiratrices, le spectacle se termine par un feu d'artifice et sous une pluie de confettis et de ballons à l'effigie du chanteur. Ce sera son dernier concert dans la capitale[40]. Le 17 décembre, il se produit au palais de l'Élysée pour le Noël des enfants et chante en duo avec le président Valéry Giscard d'Estaing[41].

En 1976, Claude François sort un album destiné aux enfants de « 7 à 77 ans », ainsi que les chansons Cette année-là et La Solitude, c'est après, qu'il enregistre aussi en italien. Pour Antenne 2, il enregistre l'émission La bande à Cloclo, à laquelle il convie ses amis chanteurs et comédiens et dont il est entièrement l'auteur. Diffusée le 11 juillet, elle conquiert un large public[12]. En septembre 1976, à l'occasion d'un cocktail organisé pour le lancement du parfum Eau noire qu'il a créé, devant un parterre de quelque quatre cents invités, il arrive avec au bras Kathalyn Jones, sa nouvelle compagne, rencontrée dans l'avion, en juillet, au retour d'un voyage du chanteur aux États-Unis. Elle se rendait à Paris pour y faire des photos de mode. Cette année-là, il enregistre avec Martine Clémenceau le duo Quelquefois[42].

Durant l'année 1977, Claude François écoule de nombreux succès : Je vais à Rio, Toi le soleil, C'est comme ça que l'on s'est aimé enregistré en duo avec Kathalyn Jones. Avec les chansons Magnolias for Ever et Alexandrie Alexandra[Note 7], écrites par Étienne Roda-Gil, le chanteur affiche sa volonté de renouveler quelque peu son répertoire.

Diversification des activités de l'artiste

Claude François en 1976.

Parallèlement à ses activités de chanteur, Claude François diversifie ses activités vers la presse jeunesse et la presse de charme mais aussi créé une agence de mannequin et un parfum qu'il commercialise :

Il reprend en 1972 le magazine Podium[43], qui devient rapidement la plus grosse publication pour les jeunes, supplantant même Salut les copains[Note 8].

En 1972 toujours, il crée une agence de mannequins intitulée « Girls Models ».

Son attirance pour les femmes[44] l'amène à créer en 1974 la revue de charme Absolu afin également de concurrencer des titres comme Lui ou Playboy dans la catégorie presse de charme[44],[45]. Il photographie alors des femmes nues, « parfois mineures »[46], sous le pseudonyme de François Dumoulin[12],,[47]. Il photographie aussi Brigitte Bardot à l'occasion de ses 40 ans[48]. Il prend ses clichés au Moulin[49]. Le ministère de l'Intérieur, qui a alors envisagé d'interdire le magazine[47], l'oblige à le vendre sous sachet afin qu'il ne puisse être feuilleté par les fans. Prenant en considération les craintes de ses proches qui redoutent que cette attitude ne nuise à son image, Claude François revend l'intégralité de ses droits sur le magazine en mars 1976[50],[51].

En septembre 1976, il lance son parfum, Eau noire composé à partir de vingt-cinq ingrédients[52].

Carrière internationale

Il arrive sur le marché anglais en 1976 avec l'adaptation anglaise de Le téléphone pleure (classé 35e au Top 40)[53]. Pour ses titres, il s'adjoint la collaboration d'un imprésario britannique, Richard Armitage, et fait appel à Norman Newell et Roger Greenaway pour réécrire en anglais plusieurs de ses chansons (Monday morning again, Love will call the tune, My boy) ou pour composer des titres originaux (I'm leaving for the last time, Keep on driving[54]).

En octobre 1977, il est la co-vedette d'une émission franco-britannique, tournée à Honfleur et Deauville, et présentée par Cliff Richard. Il y interprète une adaptation en anglais de Chanson populaire (Love Will Call the Tune), My Boy (chantée en 1973 par Elvis Presley, laquelle est une adaptation de la chanson de Claude François Parce que je t'aime mon enfant) et So Near and Yet so Far.

Le 16 janvier 1978, il donne un concert au Royal Albert Hall à Londres, devant 6 000 spectateurs. Il commence son spectacle par My Way, qu’il doit bisser. Au terme de sa prestation, après huit rappels et avoir terminé par un solo de batterie déchaîné, il quitte la scène épuisé mais comblé[55]. Les 3 et 4 février, il retrouve son public belge au Forest National, la plus grande salle de concerts de Bruxelles, puis à Charleroi, à Liège et à Wavre. Le 18 février, il participe à l’émission La Grande Parade sur RTL, présentée par Michel Drucker en direct de Lyon. Il donne son tout dernier concert le 24 février 1978 à Lyon[56].

Les 9 et , la BBC l’accueille dans ses studios suisses de la station de Leysin, dans le canton de Vaud pour y enregistrer Snowtimes, une émission spéciale qui doit être diffusée en deux parties : en mai 1978 et à Noël 1978 sur la BBC et qui constitue une nouvelle étape de sa carrière internationale. Avec les Clodettes, il enregistre ses dernières compositions : The Vagabond, Bordeaux rosé (chanson du groupe britannique Kaleidoscope), Alexandrie Alexandra le 9, Day Dreamer, une adaptation franco-anglaise du Mal aimé, et deux versions de I Believe in Father Christmas (chanson de Greg Lake), une chanson inédite de circonstance, le 10, pour la BBC à Leysin[12].

Le 10 mars au soir, à Paris, il accorde son dernier entretien, à l'apprentie journaliste Vera Baudey[57]

Mort

Sépulture de Claude François au cimetière de Dannemois, surmontée d'une statue de bronze à l'effigie du chanteur. À droite de sa sépulture, se trouve celle de sa mère, « Chouffa » François, morte en 1992.

Claude François meurt dans l'après-midi du à son domicile parisien, 46, boulevard Exelmans[58], d’un œdème pulmonaire[59] provoqué par une électrocution accidentelle dans sa salle de bain alors qu'il prenait un bain[60],[61]. Alors qu'il redresse, en maniaque du détail qu'il est, l'applique électrique murale de travers située au-dessus de sa baignoire, ses doigts restent collés au cuivre, les fils étant en partie dénudés[62],[63].

Ironie du sort, un électricien était venu le mardi matin précédent pour des problèmes électriques dans son appartement mais n'avait pu accéder à la salle de bain : il aurait fallu, pour l'atteindre, qu'il traverse la chambre dans laquelle dormait le chanteur, ce que sa secrétaire Françoise avait exclu pour éviter de le réveiller, aussi un autre rendez-vous avait-il été pris le 13 mars[64].

Malgré l'intervention de Kathalyn qui, protégée par des semelles en bois, arrache Claude François de l'applique, malgré la ventilation assistée des pompiers et le massage cardiaque d'un médecin, son cœur, qui s'est remis à battre, s'arrête au bout de deux minutes. Le pompier, le major Bernard Jacquinot, annonce la nouvelle à Kathalyn et à l'attachée de presse du chanteur. Claude François devait, dans l'après-midi, participer à l'enregistrement de l'émission Les Rendez-vous du dimanche, présentée par Michel Drucker. À 16 heures, la radio et la télévision annoncent son décès par bulletin spécial. Sa disparition tragique cause une grande émotion à travers la France[62],[65].

Le journal Libération titre le surlendemain « Claude François : a volté. Le chanteur préféré des moins de dix ans s'est électrocuté dans sa salle de bains » (l'expression « a volté » est un jeu de mots faisant allusion aux élections législatives du dimanche 12 mars)[66].

Le , son nouveau 45 tours Alexandrie Alexandra arrive chez les disquaires, le jour même de ses obsèques, qui ont lieu en l'église d'Auteuil, à Paris, tandis que des milliers de fans pleurent à l'extérieur.

À la demande de ses proches, le chanteur est embaumé, à l'instar d' Elvis Presley[62], et vêtu d'un costume en velours bleu nuit et d'une simple chemise blanche, avant d'être enterré au cimetière de Dannemois dans le caveau familial[67].

Vie privée

Unions

Claude François épouse le 5 novembre 1960, à Monaco, la danseuse Janet Woollacott[Note 9]. Ils divorcent le 13 mars 1967.

Il est ensuite en couple avec la chanteuse France Gall, de 1964 à 1967, et avec Annie Philippe, chanteuse également, cette même année 1967. Il fréquente aussi Isabelle Forêt, mannequin et danseuse, de 1967 à 1972[Note 10], puis Sofia Kiukkonen, mannequin, de 1972 à 1976[68].

À partir d'octobre 1976, il est en couple avec le mannequin Kathalyn Jones.

Exploitant les archives personnelles du chanteur, la journaliste Isabelle Catélan, rédactrice en chef de Podium après la mort de Claude François, livre en 2018 des notes issues du journal intime du chanteur dans lesquelles celui-ci y évoquait sa conception très libre du couple : «  Je suis aujourd’hui bien plus volage que je ne l’ai jamais été, alors que quand j’étais plus jeune, j’étais beaucoup plus fidèle. Et même quand je suis fidèle, je suis volage car je suis fidèle à ma façon. C’est-à-dire que je suis fidèle avec l’esprit mais pas avec le corps »[69].

Enfants

De son union avec Isabelle Forêt, naissent deux enfants : Claude François junior, né le 8 juillet 1968 et surnommé « Coco » pendant son enfance, et Marc François, né le 15 novembre 1969.

Claude François dissimule pendant six années l'existence de son second fils, Marc, dont l'existence est révélée à la presse en 1975. Selon lui, l'objectif était de le « protéger » des médias. Plusieurs témoignages avancent l'idée que Claude François a tu la naissance de ce second enfant pour protéger sa carrière en ne donnant pas à son public, notamment féminin, l'image d'un homme rangé. Cette hypothèse est confirmée par Josette, sœur de Claude François, lors d'un entretien en 2012[70]. Sofia Kiukkonen, sa compagne à l'époque, indique en 2008 que l'artiste lui a caché l'existence de ce fils durant trois ans ; selon elle, « Claude François voulait conserver son image de séducteur, d'homme libre pour ses fans. Pour sa carrière. La seule chose qui comptait à ses yeux »[68].

D'après Fabien Lecœuvre, qui gère la communication et la carrière posthume du chanteur, huit personnes auraient prétendu être ses enfants naturels[71].

En janvier 1998, le magazine Voici annonce l'existence d'une prétendue fille cachée, Julie Bocquet. Vingt ans plus tard, à l'occasion du quarantième anniversaire de la mort du chanteur et à la suite de la réalisation d'un documentaire intitulé Claude François le dernier pharaon (diffusé sur Paris première en février 2018), d'autres médias se font l'écho de ce prétendu enfant caché[71]. Julie Bocquet, née sous X en Belgique le 15 mai 1977 et adoptée à l'âge de deux mois, serait issue d'une liaison qu'aurait eue le chanteur avec une adolescente âgée, selon les sources, de 13 à 15 ans[72],[73],[74] (Julie Bocquet souligne que sa mère aurait affirmé au chanteur avoir 18 ans)[75]. Julie Bocquet affirme avoir réalisé un test ADN en 2012 grâce à un mégot de cigarette de Claude François Junior qui lui aurait été transmis par un proche[71].

Relations avec les fans

Selon des ragots colportés par la presse, Claude François a couché avec 3 000 femmes durant sa carrière, y compris des fans[71] « qui l’attendaient devant sa loge dans l’espoir que leur idole les remarque »[76]. La journaliste Isabelle Catélan évoque un « artiste déifié, harcelé par ses fans, qu'il mettait aussi en scène dans Absolu, son magazine de charme »[71],[47]. Selon Isabelle Catélan, « il n'était pas le seul chanteur à coucher avec ses fans. D'autres, toujours en activité, le faisaient aussi. Mais lui a eu la naïveté d'en parler »[71].

En 2018, à l'occasion du 40e anniversaire de sa mort, les médias se focalisent sur son « attirance pour les jeunes filles »[71],[77],[78], notamment après l'entretien donné par sa prétendue fille, Julie Bocquet, dont la mère aurait été mineure au moment de la naissance[71],[72],[73],[79].

Dans un entretien donné à la RTBF dans les années 1970, Claude François évoque ses fans et le type de femmes qu'il aime et trouve dans son public. Il déclare notamment : « J’aime jusqu’à 17-18 ans, après je commence à me méfier. Bien sûr, j’ai des aventures au-delà de 18 ans, heureusement, mais après 18 ans je me méfie, parce que les filles commencent à réfléchir, elles ne sont plus naturelles, ça commence même quelques fois avant. Et puis, on retrouve cette forme humaine et équilibrée après une bonne trentaine d’années. Il y a une espèce d’horrible moyenne entre 18 et 30 ans. »[47],[80],[81]

Caractère

La journaliste Isabelle Catélan décrit le chanteur comme un « personnage obsessionnel, maniaque, colérique mais aussi généreux, « bipolaire » »[71]. Il est dépeint par des proches, Prisca (ancienne clodette) et Vline Buggy, comme quelqu'un ayant mauvais caractère, exigeant[82], caractériel, perfectionniste, travailleur, intelligent, doué, hypersensible et élégant[83], qui savait aussi s’excuser et se faire pardonner[82].

D'autres, selon le magazine Marianne, le désignent comme un individu au comportement « jaloux », « maladif », « paranoïaque » et « tyrannique »[84]. Le magazine relate son comportement envers ses différentes compagnes, notamment son épouse Janet Woollacott, qu'il enferme « à clé [dans leur chambre de bonne], punie d’avoir souri à d’autres hommes en public »[84],[85],[86]. Juste après l'annonce de la victoire de France Gall au concours Eurovision de la chanson 1965, il fait savoir à celle-ci qu'il la quitte alors qu'elle doit retourner sur scène interpréter sa chanson[87]. Sa sœur Josette mentionne que pour le chanteur, sa compagne idéale « devait se rendre toujours disponible », « arrêter toute activité professionnelle et ne pas se mêler de la sienne »[84].

Il peut être très exigeant et excessivement vigilant et péremptoire avec ses collaborateurs[88], mettant des amendes à ses musiciens, ses techniciens, et ses salariés mais il peut aussi être humiliant, injurieux et parfois violent, allant jusqu'à les frapper pour « une fausse note, un défaut dans leur mise, un spot mal réglé, une brosse oubliée ». Certains salariés sont mêmes licenciés à plusieurs reprises avant d'être rappelés quelques jours plus tard[84],[89].

Affaire judiciaire et faits divers

Fraude fiscale

Le 4 avril 1973, les journaux mentionnent l'inculpation de Claude François pour fraude fiscale. La Direction générale des impôts lui reproche d'avoir dissimulé pendant trois ans ses bénéfices personnels ainsi que les profits de deux sociétés de production et de ventes de disques dont les dirigeants sont sa sœur et son beau-frère, tous deux étant précédemment inculpés de complicité. Le 24 juin, il est condamné à huit mois de prison avec sursis et 25 000 francs d’amende. Il doit également s'acquitter d'un arriéré d’impôts de quelque 500 000 francs[19]. Par la suite, il déclare avoir été dénoncé et que son comptable avait fraudé sur la comptabilité des différentes entreprises[90].

Faits divers

Le 24 juin 1973, une dépendance de sa propriété de Dannemois est la proie d’un incendie. Sont présents Isabelle et leurs deux enfants. Grâce à l'intervention des jeunes du village, tous les occupants sont évacués. Claude François, qui est en tournée, ne se rendra compte des dégâts que quelques jours plus tard. Il est d'autant plus persuadé que l'incendie est d'origine criminelle qu'un cocktail Molotov a été jeté dans ses bureaux du boulevard Exelmans au début du mois. L'affaire ne sera jamais tirée au clair[91],[92].

Le 5 septembre 1975, il est la victime collatérale d’un attentat à l’hôtel Hilton de Londres , revendiqué par l'IRA provisoire et qui fait deux morts et 63 blessés[93]. Il doit la vie à une cliente qui, étant devant lui, le protège involontairement de la déflagration d’une première bombe cachée sous une table. Il en réchappe, mais avec les deux tympans crevés[94].

Le 25 juin 1977, il enregistre une émission télévisée avec Michel Sardou et y présente sa fiancée, Kathalyn Jones. Le tournage terminé, passé minuit, il file, sur l'autoroute du Sud, vers sa résidence de Dannemois[Note 11] avec sa compagne, son chauffeur, son habilleuse et une programmatrice d'Europe no 1. Il double une voiture, qui n'apprécie pas et le double à son tour, et ainsi de suite. Lors du dernier dépassement, il fait une queue de poisson à l'autre voiture, qui une dernière fois le double et se perd dans le noir. À quelques kilomètres du village, la voiture, qui les attend, reprend Claude François en chasse. À près de 230 km/h, celui-ci essuie plusieurs coups de feu (pneu crevé, feux brisés, carrosserie trouée, une balle se loge même dans le tableau de bord). Les tireurs abandonnent lorsque le chanteur s'engage dans la petite route qui mène au moulin. Le chanteur et ses passagers s'en sortent indemnes[95],[96]. Quelques jours plus tard, les auteurs des coups de feu sont retrouvés : ils étaient fichés au grand banditisme.

Statue de la sépulture de Claude François à Dannemois.

Patrimoine et héritage

Succession

Alain-Dominique Perrin, homme d'affaires réputé et l'un des amis du chanteur disparu, est nommé exécuteur testamentaire. Chargé d'apurer les dettes (15 millions de francs) et de gérer l'héritage, le temps que Claude Jr et Marc François soient majeurs, il met plusieurs années à redresser les finances et doit vendre pour ce faire le moulin de Dannemois et le magazine Podium[97]. En mai 1978, le matériel de scène et des vêtements (chemises, costumes) avaient d'ailleurs été rapidement vendus aux enchères. En mars 1982, 3 500 bouteilles de la cave du chanteur sont à leur tour vendues aux enchères à Drouot pour un total de 570 000 francs[98].

L'ancien moulin de Dannemois est aujourd'hui partagé entre un musée et un club qui reçoit des chanteurs de l'époque. Sur le sol du hall parsemé d'étoiles et sur les poignées de portes de la partie américaine du moulin, dessinées par Claude François, on peut lire les initiales « CF »[99].

Droits d'auteurs

Le chiffre d'affaires de Jeune Musique SA (une quarantaine de chansons, dont Comme d'habitude, sa version anglaise, My Way, Alexandrie Alexandra et Magnolias Forever) oscille entre 500 000 et 1 million d'euros[100]. Il existe plusieurs dizaines de versions de Comme d'habitude, et plusieurs centaines de reprises de My Way, la version anglaise, dont Claude François est le coauteur (en français), le co-compositeur[Note 12] et le coéditeur. My Way, à lui seul, génère un chiffre d'affaires annuel de 1 million d'euros, partagé entre tous les ayants droit.

Dans un premier temps, Coco, le fils aîné de Claude François, installé aujourd'hui à Bruxelles, et Marc François touchent un seizième des droits d'auteurs provenant des titres du catalogue de Jeune Musique SA[101]. Par contre, ils ont cédé le catalogue d'Isabelle Music (Chanson populaire, Viens à la maison, etc.) au début des années 2000, à EMI[102].

Marc François cède par la suite ses parts dans Jeune Musique SA[Note 13] à son aîné. En échange, il devient le seul propriétaire de l'hôtel particulier parisien de leur père[103].

Fin novembre 2009, en association avec un groupe d'investisseurs comportant notamment Xavier Niel, le label français Because rachète Jeune Musique SA à Coco, qui conserve néanmoins une participation minoritaire[104].

Discographie

La discographie de Claude François comporte un peu plus de 450 titres enregistrés entre 1962 et 1978 (près de 500 chansons avec les versions en public), dont 185 titres adaptés de chansons étrangères[105]. Il a commercialisé au moins 363 chansons dont 59 en langues étrangères[82]. Une cinquantaine de titres sont restés en l'état de maquettes inédites.

Sa discographie en langues étrangères comporte des titres en anglais, en italien, en espagnol et en japonais.

L'ensemble de sa discographie se partage entre trois majors du disque : Universal (ex-Philips) pour les titres de 1962 à 1972, Sony-BMG (ex-C.B.S.) pour la période 1972-1975 et Warner (ex-Carrère) pour 1976-1978[106].

Discographie française

Claude François a édité 27 albums de 1962 à 1978.

Reprises par des artistes étrangers

Quatre chansons originales en français de Claude François ont été reprises et adaptées en langue étrangère, dont trois en anglais :

Discographie étrangère

Claude François a enregistré près de 60 chansons en anglais dont une dizaine sont restées des essais (voire des maquettes de chansons qu'il allait adapter en français), une vingtaine en italien, quatre en espagnol, une en arabe et une en japonais[réf. nécessaire] (voir Discographie étrangère).

Ventes de disques

Selon ses enfants, il a vendu 61 millions de disques (35 millions de son vivant et 26 millions depuis sa mort)[60]. Toutefois, d'après l'émission Ca s'en va et ça revient de France culture, ces chiffres sont gonflés pour des raisons marketing : le chanteur aurait en réalité écoulé 20 millions de disques de son vivant, et 6 millions depuis sa mort[110]. En 2008, le journal Libération avait déjà contesté le chiffre de 61 millions de disques vendus[111].

Selon une estimation réalisée sur une période couvrant les ventes par artiste de 1955 à fin 2009, Claude François est le cinquième plus gros vendeur de disques en France, derrière Johnny Hallyday, Michel Sardou, Jean-Jacques Goldman et Sheila[112].

Chansons préférées des Français

Selon un sondage de 2003, les cinq chansons de Claude François préférées des Français sont[113] :

  1. Belles ! Belles ! Belles ! ;
  2. Comme d'habitude ;
  3. Alexandrie Alexandra ;
  4. Cette année-là ;
  5. Le Lundi au soleil.

Entre 1972 et 1978, 16 titres de Claude François ont été classés « numéro 1 » au hit parade de RTL, dont notamment Le Lundi au soleil, Chanson populaire, Le Mal Aimé, Le Téléphone pleure, Magnolias For Ever et Alexandrie Alexandra[82].

Style

Interprète et musicien

Claude François est avant tout un interprète. Il ne compose et écrit que très peu de chansons, mais elles sont un indice de ses préoccupations personnelles. Dans la première partie de sa carrière, comme tous les chanteurs français de sa génération, il fait surtout des adaptations en français de titres américains et/ou anglais, ceux-ci n'étant pas diffusés ou étant tout simplement cédés directement à l'exportation pour adaptation. Dans une étude musicale qui est consacré au chanteur, le philosophe Philippe Chevallier note que dans ses adaptations, Claude François sait « repérer les forces et les faiblesses d’une chanson », la modifier avec ses arrangeurs et « la dynamiser » permettant « souvent [que] les adaptations soient meilleures que l’original » à l'exception notable des reprises de la Motown qu'il ne peut au mieux qu'égaler[37]. Pour le pianiste de jazz, René Urtreger évoquant les chanteurs des années 60, Claude François « était le plus professionnel de tous. Il avait du respect pour la musique [...], ceux qui chantaient justes, ceux qui jouaient justes [et] détestait par dessus tout l'amateurisme »[114].

Après une période où ses chansons sont celles de la pop musique anglo-américaine teintée de jazz (1963-1965), Claude François se tourne vers la soul musique (1967-1970), où les textes et la musique qu'il adapte, gagnent en agressivité telle Reste chauffée aux cuivres et aux tambourins[115]. Dans les années 1971-1973, ce sont des chansons de charme qui prédominent, marquées par le retour de la voix et de la mélodie tandis que durant la dernière période (1974-1978), il enchaine des titres marqués par un tempo secoué par le rythme du funk, du reggae, de la country rock, de la bossa nova et enfin du disco[115].

Parmi les chansons qu'il a composées lui-même - seul ou en collaboration - il y a : Geordie (1965), Mais combien de temps (1966), Comme d'habitude (1967), Dans les orphelinats (1968), Le Magicien (1969), Seule une romance (1971), En attendant (1972), Dors petit homme (1976). Généralement, Claude François préfère faire appel à des paroliers qui lui écrivent du sur mesure. Parmi eux, Vline Buggy, qui fut la première et à laquelle il resta attaché puis, plus tard, Gilles Thibaut, Eddy Marnay, Jean-Michel Rivat, Michèle Vendôme, Yves Dessca (lequel devient producteur de Gloria Gaynor), Jacques Plante, Pierre Delanoë, Jean-Loup Dabadie (Je danse en 1971 et Nina nana en 1972), mais aussi Norman Newell pour la traduction de ses chansons en anglais. En 1977, il marque sa volonté de donner un sens plus pointu à son répertoire en sollicitant Étienne Roda-Gil.

Ses références sont souvent celle de la Motown, en particulier le compositeur Lamont Dozier, associé aux frères paroliers-producteurs Brian & Eddie Holland. Jean-Pierre Bourtayre, s'inspirant des sources de la Motown, lui compose ses plus grands succès. Claude François fait également appel à divers compositeurs étrangers comme le Suisse Patrick Juvet pour le titre Le Lundi au soleil et le Britannique Roger Greenaway pour des titres en anglais mais il fait surtout appel à des auteurs-compositeurs français comme Éric Charden (Mais quand le matin, Aida), Alice Dona (C'est de l'eau, c'est du vent, Un peu d'amour, beaucoup de haine, Gens qui pleurent, gens qui rient), Alain Le Govic (plus connu sous le nom d'Alain Chamfort), Jacques Revaux (Comme d'habitude) et plus exceptionnellement Serge Gainsbourg (Hip Hip Hip Hurrah en 1967), Didier Barbelivien (Dimanche après midi et Mandy en 1976).

Son sens de la précision lui fait modifier toutes les partitions et paroles qui lui sont présentées. L'exemple le plus connu est celui de Comme d'habitude. Autre exemple, la modification du titre de Belles ! Belles ! Belles !, que Vline Buggy avait initialement intitulé Rien rien rien (Belles ! Belles ! Belles ! est une adaptation d'un morceau des Everly Brothers intitulé Made To Love).

Concerts

Claude François s'est produit 1 188 fois sur scène (entre le et le , date de son dernier concert, au palais d'Hiver de Lyon) et est apparu 313 fois à la télévision (France, Belgique, Canada, Italie, Espagne, Angleterre), du au .

Sa maison de disques Flèche et le journal Podium font découvrir de nouveaux talents comme Alain Chamfort et Nicolas Pinelli, ce dernier assurant la première partie de nombreux concerts de Claude François à travers la France et la Belgique[116].

Les Claudettes

Claude François et les Claudettes en 1976.
Article détaillé : Claudettes.

Les Claudettes (ou Clodettes) sont les célèbres danseuses de Claude François; les premières à avoir dansé en petite tenue devant les caméras de la télévision française.

Les Fléchettes

Article détaillé : Les Fléchettes.

Catherine Welch, Francine Chantereau, Martine Latorre et Dominique Poulain furent les choristes attitrées de Claude François sous le nom de groupe Les Fléchettes.

Perception et hommages

« Le mal aimé » de la presse d'opinion

En dépit de son succès auprès du grand public et du soutien de la presse populaire, Claude François a longtemps été peu apprécié par la presse d'opinion et par une certaine élite intellectuelle lui reprochant les paillettes, le strass sur ses costumes et dans ses spectacles, ses danseuses court-vêtues et le peu de profondeur de ses chansons[106].

Concernant la presse d'opinion, l'écrivain et philosophe Philippe Chevallier affirme que « dans le domaine de la chanson populaire, [il n'y a] pas de chanteur plus méprisé par les faiseurs de culture » que Claude François[117], notant que, « de Claude Sarraute dans les colonnes du Monde en 1964 à Marcela Iacub en 2012 dans celles de Libération, les attaques furent sans pitié »[117]. Ainsi, en mars 1988, les journalistes Richard Cannavo et Marc Robine prédisent, dans deux articles de la revue Paroles et Musique, son « effacement prochain des mémoires »[117], estimant au passage que pour les « amateurs de bonnes chansons », le chanteur ne serait qu'un « pantin dérisoire et gesticulant », dont le temps efface ou a déjà effacé la voix et les refrains « stupides », « sans rimes ni raisons »[117],[118],[Note 14]. En avril 2012, dans une analyse psychologique du film Cloclo, Marcela Iacub rejette l'implication véritable de Claude François dans la composition musicale de My Way (seule la musique est commune à Comme d'habitude et à son adaptation en anglais) pour faire de la carrière artistique du chanteur une imposture, voire une escroquerie, et assimiler ce faisant sa mort à un suicide inconscient[119].

Pour l'écrivain et musicien Olivier Delavault, auteur du Dictionnaire des chansons de Claude François, « des milliers de gens ont toujours été persuadés que Claude François n'a chanté pendant quinze ans que des bluettes à deux sous » mais « il n'est pas exagéré de dire qu'un vaste public est passé à côté d'un artiste complet »[120].

En 2018, le chroniqueur culturel du journal Le Figaro note cependant que « s'il en est un qui mérite le titre de chanteur de variétés avec un grand v, c'est bien Claude François » et s'il a été « longtemps dénigré par la critique musicale, le chanteur mal aimé aura su, en seize ans de carrière, s'adapter avec bonheur à la vague yé-yé, à la musique de variétés et enfin à la mode du disco », trouvant finalement plusieurs thuriféraires ou admirateurs y compris chez des intellectuels de gauche (Jean-Luc Godard, Gilles Deleuze)[121],[122].

Philippe Chevallier souligne qu'au contraire des journalistes, essayistes et critiques de la presse d'opinion, le professionnalisme de Claude François était depuis longtemps reconnu chez les professionnels de la chanson, les musiciens, les techniciens du son et les producteurs[123].

Couverture médiatique

Claude François a fait la couverture de 219 magazines de son vivant et de 186 autres entre et [124] et a été l'objet de 73 livres et biographies depuis sa mort[125].

Postérité

Selon Bertrand Dicale, Claude François de son vivant « cristallisait beaucoup de passions et de hargne – trop de paillettes, trop de filles, trop de succès, trop de télévision »[126], même après sa mort, mais que son image et son répertoire ont été réévalués dans les médias, surtout à partir des années 1990, réconciliant la France de Guy Lux et des Carpentier avec celle de Jacques Chancel[106].

Le développement réussi de cette carrière posthume doit beaucoup à la gestion consciencieuse de son patrimoine artistique par ses fils mais aussi à la gestion de son image par Fabien Lecœuvre, qui parvient en quelques années à faire de Claude François une référence branchée, effaçant sa relative ringardisation des années 1980, commune à plusieurs chanteurs de variété des années 1970[106]. Assimilé à une icône populaire, comme peuvent l'être dans leur genre le paquebot France ou le Concorde, il est devenu un symbole de la France des années 1960 et 1970 et pour certains, le souvenir d'une jeunesse insouciante[127]. Certains évènements accompagnent d'ailleurs cette permanence de la présence de Claude François dans les médias comme le roman Podium de Yann Moix en 2002 et son adaptation cinématographique en 2004, l’album hommage de reprises par notamment Jeanne Cherhal et Élodie Frégé en 2008 ou encore le biopic film de Florent Emilio-Siri en 2012[126].

Lors des quarante ans de la mort du chanteur, le patrimoine musical du chanteur est pour la première fois rassemblé dans un coffret intégral en 20 CDs. Pour Bertrand Dicale, l'édition de ce coffret peut être « assimilé à un signe de respectabilité, mais aussi d’entrée dans l’histoire »[126], soulignant « que Claude François n’a peut-être pas été suffisamment réévalué au cours des dernières décennies » et que maintenant « le personnage historique prend le pas sur l’idole »[126]. Dans le Nouvel Obs, le journaliste Fabrice Pliskin note ainsi que Claude François « occupe une place immense dans l'histoire sentimentale de la France » et propose même une lecture politique de son répertoire en le présentant comme un « COcardier-COsmopolite », « chanteur populaire d'une identité migrante, impure, ouverte »[105]. Dans Le Figaro[128], la journaliste Lea Lutaud mentionne que « depuis sa mort, le chanteur reste dans les cœurs mais [que] toutes les tentatives pour maintenir un business autour du personnage ne sont pas des succès »[128]. Elle souligne que, si le chanteur vend encore environ 80 000 disques par an (selon Fabien Lecoeuvre)[128], que l'album de reprises de ses chansons par Matt Pokora a été un « triomphe »[128], que son moulin reçoit entre 7 000 et 12 000 visiteurs par an et que le documentaire Claude François la revanche du mal aimé, diffusé en prime time sur France 3 en février 2018, a encore attiré plus de deux millions de téléspectateurs[128], la comédie musicale de 2003 consacrée au chanteur a cependant déçu tout comme le show Hit Parade qui, en 2017, le faisait revivre sur scène via un hologramme au côté notamment de Mike Brant et Sacha Distel[128]. Preuve que ce business post mortem connaitrait des hauts et des bas, est le report sine die de la croisière prévue en Méditerranée qui était consacrée à Claude François ainsi que le report du nouveau spectacle musical qui lui était dédié[128]. Son fils Claude François Junior, mentionnant notamment cet article de Lena Lutaud, souligne diverses erreurs et approximations qu'il contiendrait et déclare sentir, « sur cet anniversaire une espèce de vent contraire, où d'un seul coup quelqu'un à ouvert une porte, et que tout le monde s'autorise à dire du mal »[129].

Pour les 40 ans de sa mort, une messe de suffrage est célébrée pour le chanteur en l'église d'Auteuil de Paris en présence de sa famille, de ses proches et de quelques centaines d'admirateurs[130].

Au niveau musical

Plaque au 46, boulevard Exelmans.

Lieux

  • Le , lors du 22e anniversaire de sa mort, une place Claude-François est inaugurée à Paris, boulevard Exelmans, dans le 16e arrondissement, au pied de son ancien domicile parisien. Plusieurs rues sont baptisées de son nom dans d'autres communes de France, notamment à Montpellier et aux Herbiers.
  • En 2005, une rue d'Ismaïlia (Égypte), sa ville natale, est baptisée en son honneur.
  • Le 14 mars 2015, une plaque commémorative est apposée sur la façade du 46, boulevard Exelmans dans le 16e arrondissement de Paris où le chanteur a vécu pendant 15 ans et où il est décédé. Étaient présents ses fils, le maire du 16e arrondissement, la compositrice Vline Buggy, l'animateur radio André Torrent, le biographe officiel Fabien Lecœuvre, ainsi que les Clodettes, les Fléchettes, des collaborateurs de Claude et des fans.

Filmographie

Cinéma

Hommages au cinéma

Télévision

  • 1964 : L'été frénétique, documentaire de Claude Vernick.

Principales émissions télévisées

De son vivant

  • 1964 :
    • 16 millions de jeunes - reportage diffusé le 5 novembre 1964
  • 1966 :
  • 1967 :
  • 1968 :
    • Georges De Caunes reçoit
    • Studio 102 - 3 émissions présentées par Claude François et diffusées le 28 janvier, le 3 février et 3 décembre 1968
  • 1970 :
    • D'hier et d'aujourd'hui - émission de Pierre Tchernia diffusée le 3 juillet 1970
    • Télé Dimanche - émission diffusée le 6 décembre 1970 sur la première chaine de l'ORTF
  • 1971 :
    • Les étoiles de la chanson - émission diffusée le 13 avril 1971
    • Aujourd'hui Madame - émission diffusée le 24 juin 1971 (reportage au moulin de Dannemois)
  • 1972 :
  • 1973 :
  • 1974 :
  • 1975 :
    • Une heure avec Claude François - émission diffusée le 14 mai 1975 sur la deuxième chaîne
    • Numéro Un Claude François - émission diffusée le 7 juin 1975 sur TF1
    • Système 2 - émission diffusée le 13 juillet 1975 sur Antenne 2
    • Système 2 - émission diffusée le 14 décembre 1975 sur Antenne 2
  • 1976 :
    • Numéro Un Claude François de 8 à 88 ans - émission diffusée le 13 mars 1976 sur TF1
    • La bande à Cloclo- émission diffusée le 11 juillet 1976 sur Antenne 2
    • Aujourd'hui madame de Valentino à Cloclo - émission diffusée le 11 août 1976
    • Midi-Première - émissions diffusées le 25 septembre et le 16 novembre 1976 sur TF1
    • Mosaïque - émission diffusée le 17 novembre 1976 sur la TSR
    • Midi-Première - émission diffusée le 25 décembre 1976 sur TF1
    • Les rendez-vous du dimanche (spécial Noël) - émission diffusée le 26 décembre 1976 sur TF1 (avec notamment Henri Salvador et les 2 fils de Claude François)
  • 1977 :
    • Midi-Première - émissions diffusées le 14 février 1977, le 22 et 23 avril 1977, le 14 mai 1977
    • Midi-Première - émission réalisée à Palavas les Flots et diffusée le 15 juillet 1977 sur TF1
    • Music hall à Provins - émission diffusée le 16 juillet 1977 sur TF1
    • Midi-Première - émissions diffusées le 20 et 21 septembre 1977 sur TF1
    • Seaside 1977- émission franco-britannique diffusée le 22 octobre 1977 sur TF1 et diffusé sur la BBC
    • Numéro Un Claude François - émission diffusée le 26 novembre 1977 sur TF1
    • Midi-Première - émission diffusée le 19 décembre 1977 sur TF1
    • Je veux être toi - reportage diffusé le 21 décembre 1977
    • L'école des fans - émission diffusée le 25 décembre 1977 sur Antenne 2
    • Les rendez-vous du dimanche (spécial Noël) - émission diffusée le 25 décembre 1977 sur TF1 (avec notamment Jodie Foster et les 2 fils de Claude François)
  • 1978 :
    • La bonne franquette - émission diffusée le 21 janvier 1978 sur RTL TV
    • Chansons à la carte - émission diffusée le 22 janvier 1978 sur la RTBF
    • Musique and Music - émission diffusée le dimanche 28 février 1978 sur Antenne 2 (dernière émission télévisée française à laquelle participe Claude François avant sa mort)[137]
    • Snowtime Special - Spéciales vacances blanches - émission franco-britannique réalisée les 9 et 10 mars 1978 à Leysin en Suisse[138],[139] et diffusée en deux versions sur TF1 le 13 mai et sur la BBC le 22 décembre 1978
    • Numéro Un Claude François - émission hommage diffusée en septembre 1978 sur TF1 et rediffusée en juillet 1984

Posthumes

  • 1979 :
    • Claude François notre ami - Émission hommage de Guy Lux, diffusée le 12 mars 1979 et rediffusée le 8 mars 1983
  • 1987 :
    • Champs-Élysée spécial Claude François - Émission hommage de Michel Drucker, diffusée en mars 1987 et mars 1988
  • 2008 :
    • Spéciale Claude François : 30 ans déjà… - Émission hommage de Mireille Dumas, diffusée sur France 3 le 5 mars 2008 et rediffusée le 29 février 2012
  • 2012 :
    • Claude François: une chanson populaire - Hommage produit par Jean Paul Boucheny et réalisé par Frédéric Fiol, diffusé sur France 3 dans l’émission Discographie le 5 mars 2012.
  • 2017 :
    • Cette soirée-là – M. Pokora, entouré de nombreux artistes sur la scène du Zénith de Paris, propose un hommage à Claude Francois. Diffusé sur TF1 le 14 janvier 2017.
    • Claude François, l'ombre au tableau, documentaire de Karl Zéro et Daisy d'Errata, Arte, octobre 2017[140]

Notes et références

Notes

  1. Né à Ismaïlia, le et mort à Nice dans les Alpes-Maritimes, le .
  2. Née à Ismaïlia le , et morte le à Paris 8e.
  3. Josette François, Claude François, mon frère, Éditions Hors Collection, février 2008.
  4. Jusqu'en 1965, le baccalauréat comportait une première partie, et une deuxième partie. L'obtention de cette première partie était obligatoire pour passer en terminale et postuler au baccalauréat.
  5. Repris en italien sous le titre Piange il telefono par Domenico Modugno en 1975.
  6. La chanson serait inspirée d'une chanson américaine de 1968, The Telephone Call, sur CBS/COLUMBIA, cf. Topic: The Telephone Call / Tina & Daddy, sur SHS secondhandsongs.
  7. La chanson, enregistrée en 1977, est commercialisée en 45 tours le 15 mars 1978, soit quatre jours après ses obsèques.
  8. En 1975, Podium devient « le magazine no 1 des jeunes ».
  9. Décédée le 13 novembre 2011 à l'âge de 73 ans. Britannique, Janet était née à Nottingham le 4 novembre 1939.
  10. Le patronyme se rencontre aussi orthographié « Forest » : cf. Christophe Chadefaud, Jérémie Renier : « Claude François était devenu ma drogue », L'Express, 15 mars 2012 : « Isabelle Forest, la mère de ses deux fils. » et « La famille de Claude François bouleversée par « Cloclo ». », Le Parisien.fr, 19 février 2012 : « à l’issue de la projection privée de « Cloclo », Isabelle Forest ne cache pas son émotion. »
  11. Au volant de sa Mercedes 450 SEL 6.9.
  12. Il est notamment l'auteur du pont.
  13. Société d'édition créée par Claude François en 1967.
  14. Richard Cannavo s'exclame : « Que reste-t-il de Claude François, cette ex-star de pacotille morte en laissant une non-œuvre. C'est en effet assez stupéfiant, et même proprement remarquable : stakhanoviste du vinyle, Claude François en vingt ans, a sorti des disques par dizaines, jusqu'à l'ivresse. Et il n'en reste rien ! Recordman toutes catégories ès tubes, ce prince de la ritournelle n'a laissé en nous aucune trace. Il n'en reste rien… Comme un grand coup de gomme, le temps a effacé ses refrains sans rime ni raison, ses refrains stupides et jusqu'à sa voix », Paroles et Musiques, p. 83.

Références

  1. a et b Sophie Majou, « L’arrière-grand-père paternel de Cloclo était Lyonnais ! », Le Progrès, 25 mars 2012.
  2. Daniel Lesueur 2016, p. 5
  3. Daniel Lesueur 2016, p. 6
  4. Claude François, Mémoires inédites, Éditions Carrère & Michel Lafon, 1985, p. 11-12.
  5. Caillet, Sylvie & François, Claude Jr., Qui était Claude François ? (retranscription d'une interview), éd. Fernand Lanore, mars 1982, p. 13-14.
  6. Claude François, Mémoires inédites, Éditions Carrère & Michel Lafon, 1985, p. 18.
  7. Claude François, Mémoires inédites, Éditions Carrère & Michel Lafon, 1985, p. 19
  8. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, Albin Michel, 2012, p. 33-35.
  9. François Jouffa, François Claude (1939-1978), sur Encyclopædia Universalis.
  10. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 42.
  11. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 38-39 et 48-49.
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Biographie, sur claudefrancois-lesite.fr, op. cit.
  13. Claude François, sur RFI musique : « Le début des années 1960 est une époque de grands bouleversements pour la variété française. Commence l’ère de Salut les Copains, émission de radio célèbre, des reprises en français de grands tubes américains, du twist et autres yé-yé. »
  14. Claude François, sur RFI musique : « Claude François se fait engager dans la formation d’Olivier Despax, les Gamblers. Mais la situation rester précaire. Les cachets ne sont pas très importants […]. »
  15. Claude François (1939-1978), un mythe de la chanson française qui avait peur de tout, sur le site bilingue français-russe La langue française : « Un jour de l’automne 1962, dans les couloirs d’Europe 1, on voit, « un jeune inconnu, tenant dans sa main un disque 45 tours… Il s’accrochait à ce disque comme à une bouée de sauvetage. Il me dit qu’il ne quitterait pas cet endroit avant d’avoir rencontré Daniel Filipacchi1 ; c’était presque une question de vie ou de mort. Pendant que j’écoutais sa chanson (Belles ! Belles ! Belles !), je le regardais, tiré à quatre épingles, aussi nerveux que touchant… Daniel promit qu’il passerait son disque deux fois par émission tous les jours de la semaine… En 1962, l’émission de Daniel était la seule écoutée par toute la jeunesse du pays » (note 2 : Jean-Marie Périer, Mes années 60 (Ed. Fillipacchi, 1998)). »
  16. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 71.
  17. Claude François: 14 284 jours, Flammarion, 2017, 587 p., n. p.
  18. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 76.
  19. a, b, c, d, e, f, g et h Claude François, sur RFI musique.
  20. Richard Anthony, Quand on choisit la liberté…, éditions Florent Massot, octobre 2010, p. 116 : « "Quelque temps après, l'aventure se poursuivit avec Claude François. Ce dernier rencontra Michel dans les locaux d'Europe n°1 et découvrit le portrait qu'il avait fait de moi. (…) Il fit des pieds et des mains pour que Michel lui fasse aussi son portrait." »
  21. Michel Bourdais, Claude François à la recherche de son image ou l'histoire d'un dessin, Fan de Toi, 2008.
  22. Michel Bourdais nous parle de Claude François, sur le site Salut les sixties.
  23. « Biographie »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 13 mai 2017), claudefrancois-lesite.fr
  24. a et b Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 77.
  25. Hommage à Claude françois, sur LEXILOGOS Claude François.
  26. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 88.
  27. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 89 : « Cette année-là, il bat tous les records de recettes établis par Édith Piaf et Gilbert Bécaud. […] A chacune de ses apparitions, Claude déclenche de véritables hystéries collectives. »
  28. France Gall : le destin d'une star-courage par Grégoire Colard, son attaché de presse, senioractu.com, 5 octobre 2007 : « sa première grande passion commence en 1964, puisqu’elle va vivre une histoire impossible avec Claude François. »
  29. Richard Anthony, Quand on choisit la liberté…, éditions Florent Massot, octobre 2010, p. 116 : « Lors d'une séance de dessin, Michel avait soufflé à Claude l'idée de monter un show avec des danseuses, qui devinrent les Clodettes." »
  30. Texte de présentation de l'émission Salut les sixties du 21 mars 2012, op. cit. : « Fin 1964, Claude François demande à Michel Bourdais de dessiner des sortes de BD pour divulguer les pas des danses dont il est le créateur. Durant une séance de travail, Michel souffle à Claude l’idée de monter un show avec des danseuses. Tous deux délirent alors en imaginant des danseuses plus que « court vêtues », style pin-up d’Aslan publiées chaque mois dans le magazine de charme « Lui ». Les Clodettes verront bientôt le jour après le séjour de Claude à Las Végas. »
  31. Témoignage de Josette François, sœur de Claude François ; témoignage écrit de sa main : « C'est un dessin aussi réaliste qu'une photographie. L'expression de son regard donne vie au portrait. », Claude François à la recherche de son image ou l’histoire d’un dessin, éditions Fan de toi, 2008, op. cit., p. 96.
  32. Michel Bourdais nous parle de Claude François, op. cit..
  33. « Janette Woollacott, grand amour et seule femme de Claude François, est morte », Purepeople.com,‎ (lire en ligne)
  34. Claude François, Mémoires inédites, Éditions Carrère & Michel Lafon, 1985, p. 63-65.
  35. « Richard Harris, My boy »
  36. Philippe Chevallier, La chanson exactement, PUF, p 92
  37. a et b Philippe Chevallier : «Les chansons de Claude François sont aussi sérieuses que nos vies, Libération, 11 mars 2017
  38. Claude François, Autobiographie, par Fabien Lecœuvre, Albin Michel, édition 2012, 393 p., p. 201.
  39. Claude François, Autobiographie, op. cit., p. 203.
  40. Claude François, Autobiographie, op. cit., p. 240-241.
  41. Et Giscard avait choisi Claude… (source : Josette Martin, Claude François. L'envers du décor, Éditions Carrère & Michel Lafon, mars 1987). Voir aussi Claude François, Mémoires inédites, Michel Lafon, Carrère, 1985, p. 186
  42. Claude François et Martine Clémenceau "Quelquefois", ina.fr.
  43. François Jouffa se souvient de Claude François, Le Post archives, 12 mars 2011.
  44. a et b Des clichés érotiques signés Claude François aux enchères, Le Figaro, 21 mars 2013
  45. [PHOTOS Les clichés érotiques méconnus de Claude François], 10 octobre 2017
  46. Catherine Delvaux, Quand l'obsession de Claude François pour les jeunes filles est allée trop loin, 7sur7, 27 février 2008.
  47. a, b, c et d « Comment Claude François a évité la prison après avoir photographié des mineures », Vanity Fair
  48. ABSOLU N° 5, 1974
  49. « La photographie érotique de Claude François »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 13 mai 2017), Le Journal de la Photographie, 23 mai 2013. Pour les 35 ans de sa mort, L'Hotel Drouot à Paris a organisé une vente aux enchères des diapositives originales.
  50. Des clichés érotiques signés Claude François aux enchères, le Figaro, 21 mars 2013
  51. Louise Bollecker, Les Absolus érotiques de Claude François, lesgrandsducs.com, 8 octobre 2017.
  52. Le parfum de Claude François ressuscité pour les 40 ans de sa mort, Le Parisien, 1er mars 2018
  53. Tsort, « Song artist 534 - Claude Francois », sur tsort.info
  54. « Encyclopédisque - Disque : I'm leaving for the last time », sur www.encyclopedisque.fr
  55. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 319.
  56. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 324.
  57. La dernière soirée de Claude François, VSD, 8 mars 2018
  58. « Archives de Paris 16e, acte de décès no 416, année 1978 (page 23/31) », sur archives.paris.fr
  59. "Claude François s’est électrocuté". Par le major Bernard Jacquinot, Propos recueillis par Bertrand Tessier, Paris Match, 15 mars 2012.
  60. a et b Claude François toujours rentable, trente ans après sa mort, Franceinfo, 1er novembre 2011.
  61. Nora Moreau, « Mort de Claude François : le policier qui s’était rendu sur place témoigne », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  62. a, b et c Laurent Delahousse, Un jour, un destin, 21 octobre 2011.
  63. CH. V., Une mort inéluctable, DH.be, 4 juillet 2007 : « son appartement parisien, où finalement, il tentera de refixer dans sa salle de bain, pour la énième fois, cette fichue applique ».
  64. Bertrand Tessier, La dernière nuit de Claude François, Archipel, , p. 185
  65. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 334 : « À 16 heures, un flash spécial à la radio et à la télévision annonce le décès de Claude François. C'est la stupeur dans la France entière. L'événement est national et reste, aujourd'hui encore, d'après de nombreux sondages, l'un des plus marquants des années 70. »
  66. Hervé Marchon, Libé. Les Meilleurs titres, Éditions de la Martinière, , p. 87.
  67. Pierre Pernez, Claude François en souvenirs, City Edition, , p. 207.
  68. a et b Charlotte Cros, « Claude François a trahi mon amour », parismatch.com, 11 mars 2008.
  69. Claude françois, ses notes confidentielles, Michel Lafon, 2018, passage cité dans France Dimanche, Claude François, quand il parlait d'amour, 14 mars 2018
  70. « Claude-François, vie hystérique » sur Marianne.
  71. a, b, c, d, e, f, g, h et i Claude François : les révélations explosives 40 ans après sa mort, Le JDD, 16 février 2018.
  72. a et b « Claude François : une fan raconte son idylle avec le chanteur à l'âge de 14 ans »
  73. a et b http://www.linternaute.com/musique/magazine/1433233-claude-francois-comment-une-premiere-dame-a-sauve-sa-carriere/
  74. « Elle est née sous X en 1977 : qui est Julie, la fille cachée de Claude François ? »
  75. Julie, la fille cachée de Cloclo : « Sortir de l’ombre va m’apaiser », Le Parisien, 8 février 2018
  76. Claude François, quand il parlait d'amour, 14 mars 2018
  77. https://www.rtbf.be/auvio/detail_claude-francois-aimait-les-adolescentes?id=2306801
  78. https://www.femmeactuelle.fr/actu/news-actu/claude-francois-documentaire-anniversaire-gout-adolescentes-47136
  79. Julie, la fille cachée de Cloclo : « Sortir de l’ombre va m’apaiser », Le Parisien, 8 février 2018.
  80. « Claude François : les révélations choc sur son penchant pour les adolescentes »
  81. Claude François : Au cœur d’un scandale !, France Dimanche, 18 février 2018
  82. a, b, c et d Claude François, le «mal aimé», chanteur populaire quarante ans après, AFP sur Libération, 8 mars 2018
  83. La parolière Vline Buggy évoque son Claude François : « On ne pouvait que l'aimer », Le Figaro, 8 mars 2018.
  84. a, b, c et d « Claude François, vie hystérique »,
  85. Fabien Lecœuvre, Claude François : 14 284 jours, Flammarion, 587 p., p. 1960 : « Claude et Janet emménagent dans un petit appartement à proximité de l'appartement de la famille François. Le loyer de ce studio est raisonnable et l'endroit un peu plus spacieux que leur chambre de bonne du boulevard des Moulins. »
  86. Marc Riberolles, Claude François, vie hystérique, Marianne, 17 mars 2012 : « L’Anglaise Janet Woollacott a été mariée à lui de 1960 à 1967. Mais n’est parvenue à cohabiter que deux ans. Cette jolie danseuse voulait bien manger de la vache enragée dans une chambre de bonne. Mais pas y être enfermée à clé, punie d’avoir souri à d’autres hommes en public. »
  87. Priscilla Peyrot, « Son Eurovision cauchemardesque - Le "drame absolu" de France Gall », Paris-Match,‎ (lire en ligne).
  88. Cloclo, c'était pas jojo, VSD, p 12
  89. « Claude François impitoyable avec ses claudettes : les images choc (VIDÉO) »,
  90. Pierre Pernez, Claude François en souvenirs, City Edition,
  91. Claude François (1939-1978), un mythe de la chanson française qui avait peur de tout, op. cit..
  92. Claude François, Autobiographie, op. cit., p. 202.
  93. (en) « 1975: London Hilton bombed », sur BBC News (consulté le 21 mars 2015).
  94. Attentat Hilton Londres : interview Claude François, sur ina.fr.
  95. Retranscription d'une interview, Caillet, Sylvie & François, Claude Jr., Qui était Claude François ?, éd. Fernand Lanore, mars 1982.
  96. Claude François, Autobiographie par Fabien Lecœuvre, op. cit., p. 303-305.
  97. Cloclo, un business «forever» qui génère des millions, Le Figaro, 29 février 2008.
  98. La cave de Claude François mise aux enchères à Drouot, Journal d'Antenne 2, 3 mars 1982, archives de l'INA.
  99. Trente ans après sa mort, Claude François est toujours rentable, AFP, 11 mars 2008.
  100. Claude François Jr, op. cit.
  101. Détail précisé par Claude François Jr, ibid., Le Figaro.
  102. Ibid., Le Figaro, 2008.
  103. Léna Lutaud, « Cloclo, un business « forever » qui génère des millions », Le Figaro, 29 février 2008.
  104. Le label Because rachète les droits de l'œuvre de Claude François, Le Monde, 25 novembre 2009.
  105. a et b Claude François, un chanteur antifrançais ?, Nouvel Obs, 11 mars 2018
  106. a, b, c et d Bertrand Dicale, « Claude François forever, envers et contre tous », sur rfimusique.com, (consulté le 22 novembre 2009) : « il fut considéré longtemps, par une certaine critique et une partie du public, comme un véritable ennemi : trop de brillant, trop de sourires, trop de filles sexy autour de lui, trop peu de sens dans ses chansons. »
  107. Parce que je t'aime mon enfant.
  108. Comme d'habitude / My Way, Lexilogos].
  109. Ça s'en va et ça revient, revue de presse culturelle d'Antoine Guillot, 15 mars 2012, sur France Culture.
  110. Ludovic Perrin, « Cloclorico », sur liberation.fr, (consulté le 22 novembre 2009).
  111. « Les Ventes par Artiste de 1955 à fin 2008 », sur infodisc.fr (consulté le 22 novembre 2009)
  112. [PDF] Louis Harris, « Claude François 25 ans après - Le palmarès de ses chansons », sur lh2.fr (consulté le 22 novembre 2009)
  113. Philippe Chevallier, La chanson exactement, PUF, 2017, p 19
  114. a et b Philippe Chevallier, La chanson exactement, PUF, p 152 à 156
  115. Un unique 45-tours pour Nicolas Pinelli, disque Flèche Phonogram, Face A : J’ai entendu pleurer maman (P. Marfisi - F. Léandri), Face B : À la vie, à la mort (Claude François - Jean-Pierre Bourtayre - Noé Willer) en 1974, et Podium, numéros 27 à 31, 33 à 39, de 1974 à 1975.
  116. a, b, c et d Philippe Chevallier, La chanson exactement, l'art difficile de Claude François, PUF, 2017, p 14 et p 15, et notes p 250
  117. Richard Cannavo et Marc Robine in Paroles et Musique, N°5, mars 1988 pp 83, 84-86.
  118. Marcela Iacub, Cloclo en VO, Libération, 13 avril 2012.
  119. Olivier Delavault, Dictionnaire des chansons de Claude François (2003).
  120. Les tubes de Claude François, de Belles ! Belles ! Belles ! à Alexandrie Alexandra, Le Figaro, 10 mars 2018.
  121. Philippe Chevallier la Chanson exactement. L'art difficile de Claude François, PUF, 2017, mentionnant l'interview à Arte de Gilles Deleuze et son Abécédaire. Voir aussi Philosopher avec Claude François, Nouvel Obs, 13 août 2017.
  122. Philippe Chevallier, La chanson exactement, l'art difficile de Claude François, PUF, 2017, p.16-17, p. 19.
  123. « Claude François en quelques chiffres », sur nouvelobs.com, (consulté le 22 novembre 2009).
  124. « Les secrets de la carrière posthume de Claude François », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 novembre 2009).
  125. a, b, c et d Que reste-t-il de Claude françois, RFI, 9 mars 2018
  126. Ludovic Dunod, Dans les pas de Claude François, Le rendez-vous des voyageurs, le blog de Si loin, si proche, RFI, 26 avril 2012.
  127. a, b, c, d, e, f et g Claude François : 40 ans après sa mort, le mythe ne fait plus recette, Lena Lutaud in Le Figaro, 2 mars 2018 (version papier publié le 3 mars 2018 (p 26) et intitulé « Claude François un mythe qui se vend moins »)
  128. Émission RMC, interview par Maitena Biraben, 10 mars 2018.
  129. Mort de Claude François : la famille et les fans de Cloclo réunis pour une messe, Le Parisien, 11 mars 2018.
  130. Marie-Christine Pouchelle, « Sentiment religieux et show business : Claude François objet de dévotion populaire », in Jean-Claude Schmitt (dir.), Les Saints et les stars : le texte hagiographique dans la culture populaire : études, Éditions Beauchesne, 1983, 302 pages, p. 283 : « Je ne suis pas mort, je dors : grâce à la chanson que Michel Sardou a implicitement dédiée à son ami et concurrent malheureux, nous savons que Claude François s'est engagé dans l'immortalité et le cycle éternel des réincarnations. »
  131. Fiche de la chanson, sur le site Bide et musique.
  132. Daniel Lesueur, L'Argus Johnny Hallyday, Éditions Alternatives, 2003, p. 147.
  133. « Nous sommes tous Claude François », Francofolies 2008.
  134. Fabien Lecœuvre, Claude François, autobiographie, op. cit., p. 180 : « Ainsi, du 10 au 13 avril 1972, il enregistre son émission intitulée « Avec le cœur ». Ce show réalisé par Rémy Grumbach, est diffusé le mercredi 24 mai sur la première chaîne de télévision. »
  135. Claude françois et podium, interview par Philippe Bouvard, 9 décembre 1972
  136. Magnolias for ever, émission du 28 février 1978
  137. Alexandrie Alexandra (enregistrée le 9 mars) et I believe in Father Christmas (dernière apparition publique télévisée, enregistrée le 10 mars 1978) à Leysin en Suisse
  138. Claude François, Day Dreamer, 10 mars 1978 à Leysin
  139. Claude François, l'ombre au tableau, France Inter, 5 octobre 2017

Bibliographie

Article détaillé : Bibliographie sur Claude François.
  • Fabien Lecœuvre, Claude François 14 284 jours, Flammarion, coll. « BIOGRAPHIES, ME », 2017, 400 p. (ISBN 978-2081324053)
  • Philippe Chevallier, La chanson exactement. L'art difficile de Claude François, PUF, 2017 (ISBN 978-2130789048)
  • Daniel Lesueur, Claude François. Biographie & discographie argumentée, Camion blanc, 2016 (ISBN 978-2357797529)

Voir aussi

Liens externes