Civilisation de Hallstatt

Civilisation de Hallstatt
Description de cette image, également commentée ci-après
Poignard à antennes daté du VIIIe siècle av. J.-C..
Objet mis en évidence dans la nécropole d'Hallstatt.
Définition
Autres noms Culture de Hallstatt
Culture hallstattienne[1] 
Hallstattien[2],[3],[4]
Lieu éponyme Hallstatt dans la région de Salzkammergut, en Autriche.
Auteur Hans Olof Hildebrand, 1874
Caractéristiques
Répartition géographique L'aire géographique hallstattienne couvre un espace allant de Avaricum à l'Ouest jusqu'aux contreforts des Carpates à l'Est et de la Bavière septentrionale au Nord, jusqu'aux chaînes préalpines suisses, au Sud.
Période Bronze final - 1er Âge du fer[1]
Chronologie Fin du XIIe fin du Ve siècle av. J.-C.
Tendance climatique Tempéré de types océanique et continental
Signe particulier L'hallstattien est composé de deux groupes culturels distincts : l'« Hallstatt occidental » et l'« Hallstatt oriental »[1],[5]
Description de l'image Hallstatt culture.png.

Subdivisions

Hallstatt A, Ha B, Ha C et Ha D[1]

Objets typiques

Torque ; char celte ; casque de Negau ; poignard à antennes

La civilisation de Hallstatt, ou culture de Hallstatt, culture hallstattienne et Hallstattien, est une culture archéologique du centre-ouest de l'Europe qui s'est développée entre environ 1 200 et 500 av. J.-C. Elle précède la période de La Tène ou Second âge du fer (fin de la Protohistoire). Elle s'étend au nord des Alpes vers la Tchéquie, la Bavière, et le nord de l'Autriche actuelles. Cette culture est généralement considérée par les historiens comme le berceau des peuples celtes, ou du moins de populations dominées par des élites indo-européennes de langues celtes.

Elle tire son nom de celui d'un site archéologique qui se trouve à Hallstatt dans la région du Salzkammergut en Autriche. Le terme Hallstatt donne l'adjectif hallstattien(ne) et est abrégé en Ha (ou Hall[1]) dans le jargon des spécialistes.

Le nom de cette culture archéologique a été désigné par l'archéologue Hans Hildebrand dans les années 1870[6].

Historique

Découverte et fouilles du site d'Hallstatt

L'archéologue Johann Georg Ramsauer.
Pièces de mobilier funéraire retrouvées sur le site d'Hallstatt lors de la campagne de fouilles de 1846-1863.

Les fouilles entreprises sur le site d'Hallstatt  débutent vers le milieu du XIXe siècle. Les premières investigations archéologiques sont conduites entre 1846 et 1863 par Johann Georg Ramsauer, alors directeur de la mine nationale de Hallstatt[7],[8],[9],[10] et par l'archéologue Eduard von Sacken, de l'Académie autrichienne des sciences[6],[11]. Près d'un millier de sépultures (980 au total) datées des VIIe et VIe siècles av. J.-C. sont excavées durant cette campagne[10],[7]. Les travaux d'exploration des structures funéraires permettent alors de collecter environ 19 000 artefacts[12].

Ultérieurement, une seconde campagne de fouilles sur le site d'Hallstatt permet de mettre au jour d'autres tombes, portant ainsi le nombre des sépultures excavées à 1 100[13],[10],[7]. Cette deuxième série d'excavations est entreprise dans la seconde moitié des années 1870 (en 1876 et 1877) par Ferdinand von Hochstetter[14],[15], sous l'égide du Muséum d'histoire naturelle de Vienne, une troisième étant entreprise en 1887, sous la direction du préhistorien Josef Szombathy [16].

L'ensemble des travaux archéologiques menés sur le site permettent de révéler un cimetière protohistorique du Ier millénaire av. J.-C. — utilisé jusqu'au Ve siècle av. J.-C. — ainsi que de nombreux objets de l'âge du bronze et de l'âge du fer en parfait état de conservation grâce à la salinité du sol[16],[17].

Introduction du « groupe de Hallstatt »

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, en 1874, lors de la 7e session du Congrès d'archéologie et d'anthropologie préhistorique, à Stockholm, l'archéologue suédois Hans Olof Hildebrand élabore une chronologie de la Protohistoire et subdivise l'âge du fer en deux périodes : il désigne la première sous les termes de « groupe de Hallstatt », en référence au site archéologique éponyme, période qu'il fait correspondre au 1er âge du fer, tandis qu'il nomme la seconde La Tène (le second âge du fer) termes renvoyant au site archéologique suisse[18],[16],[19],[6],[20].

Chronologies et périodisations

En 1881, au congrès de Regensburg, l'archéologue et préhistorien allemand Otto Tischler propose une « construction de l'âge de fer pré-romain » pour la partie sud de l'Allemagne. Tischler, en se basant sur le matériel mis en évidence dans la nécropole d'Hallstatt suggère une division de l'Hallstattien en deux phases : l'Hallstatt ancien et l'Hallstatt récent, l'ensemble s'étendant entre 1 000 et 400 ans av. J.-C.[21],[6]. Tischler propose également de distinguer deux groupes culturels : l'hallstattien de l'ouest et l'hallstattien de l'est[22],[23],[21].

Postérieurement à la classification de Tischler, puis des travaux d'Oscar Montelius, de Salomon Reinach et d'Alexandre Bertrand, au début du XXe siècle, le savant allemand Paul Reinecke propose une nouvelle subdivision du Hallstatt en 4 périodes et propose de marquer la transition avec La Tène vers 500 au lieu de 400 av. J.-C.[6]. Reinecke, qui a proposé la séquence chronologique Hallstatt A, Hallstatt B, Hallstatt C et Hallstatt D, l'a appliquer à l'Europe centrale. L'archéologue allemand considérait alors la civilisation des Champs d'Urnes comme un « précurseur », mais également comme « une phase précoce de la civilisation celtique de Hallstatt »[24].

Des travaux plus récents, en particulier ceux des archéologues Georg Kossack  et de Jean-Jacques Hatt, dans les années 1950 et 1960, ont amené à ne conserver que les phases C et D, lesquelles correspondent respectivement à l'Hallstatt ancien et à l'Hallstatt final[25],[26],[24],[1]. Vers la fin des années 1980, l'archéologue Hermann Parzinger  propose une nouvelle périodisation de l'Hallstattien. Toutefois cette nouvelle partition, bien que claire et efficace, n'est pas retenue par la communauté scientifique[1].

Subdivisions

La période de Hallstatt a été subdivisée en quatre phases[27] :

date av. J.-C.
HaA 1200-1000
HaB 1000-800
HaC 800-650
HaD 650-475

Hallstatt A

Cette phase, également appelée « Hall A »[1], s'étend d'environ 1 200 à 1 000 ans av. J.-C.[28] Elle correspond à l'âge du bronze final — ou aux phases « Bronze V » et « VI » proposés par O. Montelius[1].

Hallstatt B

Dessin des tombes de la nécropole de Hallstatt par Johann George Ramsauer

Cette seconde phase s'étend de -1000 à environ -800, période de l'âge du bronze final[28],[6].

En 1954, Jean-Jacques Hatt désigne cette phase comme étant du « Protohallstattien ». L'archéologue la subdivise en deux séquence : le Protohallstattien I, qui s'étend entre 1 000 et environ 900 av. J.-C., et le Protohallstatien II, qui se développe entre 900 et 750 av. J.-C.[29].

Cette phase caractérisée par des épées de bronze et de grandes épées de fer. Les cavaliers à longue épée apparaissent sporadiquement dans les tombes, accompagnés de mobilier funéraire se composant notamment d'un service à boisson, de produits exotiques importés voire d'un char d'apparat dans les tombes à char, symboles de la nouvelle classe dirigeante. L'utilisation du cheval est l’un des attributs qui distinguent les détenteurs du pouvoir.

Hallstatt C

Hache datée du VIIIe siècle av. J.-C. Pièce exhumée de la sépulture 504 de la nécropole d'Hallstatt.

Cette phase comprend les VIIIe et VIIe siècles av. J.-C., correspondant à la première période de l'âge du fer. la période de l'Hallsattien C s'étend entre 800 et 600 av. J.-C.[28],[1] La transition entre l'Hallstatt B3 (dernière subdivision de l'Hallstatt B) et l'Hallstatt C n'est pas clairement délimitée. Le début de la phase C peut être datée, selon les régions, en 750 av. J.-C., en 850 av. J.-C. (au niveau du lac de Neuchatel, aux environs des années 810 av. J.-C. au niveau du Bourget[30].

Glaives courts, objets de parures, chars, poterie faite au tour et ornée de motifs géométriques ou très stylisés avec des contrastes de couleurs. Pratique de l’incinération mais également inhumation des morts.

Succédant aux modèles en bronze, les épées de fer sont l’apanage des guerriers du VIIe siècle av. J.-C. Plusieurs d’entre elles, retrouvées dans le cimetière de Hallstatt, confirment leur caractère de privilège, avec des pommeaux revêtus de feuilles d’or, ou sculptés dans de l’ivoire et incrustés d’ambre, ornement que l’on retrouve dans les épées de Chaffois (Doubs) et de Marainville-sur-Madon (Vosges).

Vers la fin du VIIIe siècle et au début du VIIe, des vaisselles en bronze accompagnent fréquemment les épées (sépultures de Magny-Lambert et de Poiseul). À la fin du VIIe siècle, c’est plutôt le char que l’on trouve associé à la vaisselle de bronze (La Côte-Saint-André, Isère). À Hallstatt, les tombes de guerriers ne représentent qu’environ le quart du cimetière, et seulement dix-neuf d’entre elles, des VIIIe et VIIe siècles, livrent de grandes épées et des haches de parade. Plus nombreuses, les tombes du VIe siècle contenaient des poignards à antennes. Les tombes féminines offrent de nombreuses parures, des fibules volumineuses, typiques du goût exubérant de l’époque. Les sépultures riches possèdent très souvent d’impressionnants services en bronze constitués de seaux, situles (seaux aux bords refermés), bassins et tasses.

Le sel, lié au mode de vie sédentaire et au commerce sur de grandes distances, est une richesse nouvelle. Il conditionne la conservation des aliments et sa consommation fortifie les animaux. La crête nord des Alpes en est riche. Le préfixe Hall-, d’origine celtique (proto haut-allemand), désigne dans la région les sites d’exploitation très ancienne (Hallstatt, Hall, Reichenhall, Schwäbisch Hall, etc.). Après avoir traité par dessiccation les eaux salées, les Hallstattiens ont développé, entre le VIIIe siècle et le VIe siècle, le premier et le plus grand centre d’extraction minière du sel gemme. Les mineurs et leurs chefs ont pu venir de différentes régions voisines. Des bûcherons et des charpentiers collaboraient à l’édification de la mine. De riches familles de négociants, des colporteurs et des groupes chargés de la défense de la communauté complétaient ce nouveau modèle de société tourné vers l’extérieur. Le sel a permis la conservation de vestiges organiques tels que des éléments de vêtements et des sacs à dos en cuir utilisés pour remonter les blocs de sel.

Hallstatt D

Poignards à antennes datés du Hallstatt D au Musée d'histoire de Cluj.

Cette phase s'étend sur les VIe, Ve et IVe siècles av. J.-C. Elle est comprise entre environ 600 et 450 av. J.-C.[28],[6],[1].

Vers -600, une grande mine de sel s’ouvre à Hallein, non loin de Hallstatt sur la rive ouest de la Salzach, qui offre des débouchées plus faciles. Le site de Hallstatt décline, les tombes s’y font moins nombreuses et moins riches à partir du Ve siècle.

Les sociétés du Hallstatt-D se distinguent par leur opulence, un pouvoir princier reposant sur le clan et le dynamisme de leur culture. Les personnages les plus importants sont les princes, qui se font enterrer, parés de colliers d’or, dans des tombes à char enfouies sous un volumineux tertre funéraire ou tumulus.

Torque retrouvé dans la tombe de Vix. Pièce datée de 480 av. J.-C.

Des citadelles sont établies sur des hauteurs dominant de vastes étendues. Parmi les plus importantes, une douzaine sont vraisemblablement les résidences de princes ou de chefs territoriaux, qui jouent un rôle économique et politique, et constituent une puissante fédération de communautés organisées sur le même modèle, en Allemagne du Sud, en Suisse et dans l’Est de la France : Hohenasperg  au nord de Stuttgart, la Heuneburg près de Sigmaringen, Uetliberg près de Zurich, Châtillon-sur-Glâne près de Fribourg, Britzgyberg près de Illfurth dans le Haut-Rhin, Saxon-Sion en Meurthe-et-Moselle, le mont Lassois à Vix en Côte-d'Or, Gray dans la Haute-Saône, le camp du Château à Salins-les-Bains dans le Jura, etc.

La citadelle de la Heuneburg a été la plus largement fouillée : son rempart, long de 600 mètres et reconstruit plusieurs fois au VIe siècle, était édifié sur quatre mètres de haut (en briques crues sur une base de pierre) et muni de tours en saillies, technique inhabituelle au nord des Alpes, mais connue dans le monde méditerranéen (Gela, en Sicile). À l’intérieur, des maisons se répartissent le long de ruelles ; à l’extérieur, une agglomération entoure cette sorte d’acropole. De nombreux tessons de céramique à figures noires et rouges voisinent avec des amphores grecques ou des productions étrusques. L’artisanat local paraît brillant : tour à rotation rapide, réparation et reproduction de produits d’exportation, comme en témoigne le moule en argile d’une attache d’œnochoé (cruche à vin) de style étrusque mais de fabrication locale, ornée d’une tête de silène.

En plaine, d’autres sites ont livré des vestiges identiques à ceux fournis par les citadelles. Il s’agit vraisemblablement d’entrepôts (Bragny-sur-Saône en Saône-et-Loire) ou d’autres formes d’habitat princier, comme à Bourges et à Lavau, où des tombes renfermant de la vaisselle importée ont été découvertes.

La civilisation du Premier âge du fer se caractérise par l’importance des exportations de produits du bassin méditerranéen, un rituel complexe et solennel dans la pompe des funérailles et une forte personnalisation du pouvoir dynastique. Les palais des princes nous restent mal connus, car les citadelles fouillées n’en ont pas livré. Quelques indices attendent confirmation : au Wittnauerhorn, en Suisse, deux maisons centrales plus grandes que les autres pourraient être la résidence des maîtres ; à la base du tumulus de Giessübel-Talhau, près de la citadelle de la Heuneburg, le plan d’une vaste demeure aurait été reconnu.

Chronologie de l'Europe durant le Premier âge du Fer

Vers -1300

  • début de l'exploitation des mines de sel de Hallstatt.

Vers -1000

  • crise démographique et économique des communautés villageoises européennes héritées de l'âge du bronze : famines, surpopulation.
  • domination de l'incinération dans les rites funéraires (champs d'urnes).
  • essor de la production de parures en verre bleu.

De -900 à -800

  • multiplication du nombre de fortifications en Europe continentale.

De -800 à -700

  • apparition des stèles ibériques (statuaire anthropomorphe représentant des chefs armés) dans le sud-ouest de l'Espagne.
  • en Andalousie, royaume de Tartessos : influences étrusque, phénicienne et grecque.
  • quelques tombes à incinérations sur le site du Terrage à Acy-Romance (Champagne-Ardenne).

Vers -700

De -700 à -600

  • tombes à char d'Atenica (nécropole située à 120 km au sud de Belgrade).
  • les Grecs utilisent la lance trilobée des Scythes (pointes de lance gréco-eurasiatiques).

Vers -600

  • structuration quasi-étatique des cités de Méditerranée centrale : confédération des Étrusques, des peuples gaulois du Midi de la France.
  • la Gaule affirme son rôle de plaque tournante des échanges entre le monde méditerranéen et le reste de l'Europe ; début de l'époque des principautés.
  • fondation de Massalia par les colons grecs de Phocée.
  • tombes à char dans le sud de l'Espagne.

De -600 à -500

De -500 à -400

  • déclin des résidences princières.
  • essor d'une métallurgie locale du fer en Europe nordique.
  • imitations de céramique ionique à Ampurias ; production de céramique attique à figures rouges dans l'arrière-pays ibérique.
  • commencement de La Tène (ou Second âge du fer) en Europe continentale tempérée.

Vers -500

  • fin du grand commerce phocéen.

Vers -400

  • disparition des fortifications caractéristiques du Premier âge du fer lusacien du type de Biskupin (du nom d'un site de Pologne : villages fortifiés ovoïdes d'une centaine d'habitations dominant un territoire de 300 à 400 km de diamètre).

Tableau récapitulatif de l'hallstattien et des autres cultures de l'âge du fer en Europe

Tableau récapitulatif des différents systèmes de datation en Europe durant la période hallstattienne[31],[32],[33],[34],[35],[36],[37]
Système de datation archéologique de l'Europe Chronologie Évènements en Europe Monde hellénistique Monde italico - étrusque Monde celtique
Celtes d'Allemagne du Sud Celtes de la Gallia comata/Gaulois Celtes d'Europe de l'Est Celtes golasecciens / Italie du Nord-Ouest
Âge du bronze récent ou final -1200 - 1100 av. J.C. / XIIe siècle av. J.-C. Déclin de la civilisation mycénienne / Linéaire C Helladique récent IIIC1 Culture de Terramare Hallstatt A1 Bronze final IIA Hallstatt A1 Culture de Canegrate
-1100 - -1000 av. J.C / XIe siècle av. J.-C. Fin de la civilisation mycénienne / Linéaire C Helladique récent IIIC2/IIIC3 / Culture submycénienne Proto-villanovien Hallstatt A2 Bronze final IIB Hallstatt A2
Âge du fer ancien -1000 - -900 av. J.C.
Migration celtes Période protogéométrique Hallstatt B1 Bronze final IIIA Hallstatt B1 Proto-golasseccien
-900 - -800 av. J.C. /
Fondation de Carthage -814 avant J.C. Géométrique Villanovien I HallstattB2/B3 Bronze final IIIB Hallstatt B2/B3
-800 - -700 av. J.C. /
Fondation de Rome -753 avant J.C. Géométrique récent Villanovien II Hallstatt C Hallstatt ancien Hallstatt C Golasecca IA
-700 - -600 av. J.C. / VIe siècle av. J.-C. Grands tumuli du Bade-Wurtemberg / Acquisition de l'écriture à Golasecca / premiers sites proto-urbains celtes Période orientalisante Villanovien III Halstatt C/Ha C Halstatt C/Ha C Gollasecca 1B / 1C
-600 - -500 av. J.C. / VIe siècle av. J.-C. Monarchie romaine Grèce archaïque Culture étrusque Hallstatt D Hallstatt moyen à final Hallstatt D Golasecca 2A / 2B
-500 - -400 av. J.C. / Ve siècle av. J.-C. Fondation de Massillia -400 Monarchies étrusques Hallstatt D/Ha D Hallstatt moyen - final/Ha moyen - final Hallstatt D/Ha D Golasecca 2B / 2C
Âge du fer moyen -400 - -300 av. J.C. / IVe siècle av. J.-C. Sac de Rome ( -384 ) et extension de la koinè celtique Fondation de Massillia - Période classique République romaine La Tène A La Tène Ancienne La Tène orientale Golasecca III

Aire de diffusion

Vue générale des cultures de Hallstatt et La Tène. Le cœur du territoire de Hallstatt (800 BCE) est en jaune foncé, et sa zone d'influence jusqu'à 500 BCE (HaD) en jaune clair. Les civitas celtes sont indiquées.
Aire de diffusion de la culture de Hallstatt incluant l'Hallsattien de l'ouest et l'Hallstattien de l'est.

La culture de Hallstatt s'est diffusée en Europe centrale et occidentale. Le territoire recouvert par la culture archéologique s'étend de la partie orientale de la France, à l'ouest, jusqu'à la Hongrie occidentale, à l'est, et de l'Allemagne méridionale jusqu'à la Slovénie sur un axe nord/sud[38].

Deux « entités culturelles » se distinguent au sein de l'aire de diffusion de l'Hallstattien : d'une part l'Hallstatt ocidental, qui recouvre un territoire correspondant à l'ensemble de la région nord-alpine, incluant l'est de la France, la Bohème, l'ouest de la Suisse et l'Allemangne méridionale ; d'autre part l'Hallstatt oriental, dont la zone géographique s'étend entre la partie est des Alpes et les marges nord-ouest des Balkans et comportant le bassin des Carpates, la Pannonie, la Slovaquie, le sud de la Pologne, ainsi qu'une partie de l'Autriche[1],[39]. La limite septentrionale de l'Hallstattien de l'est traverse la République tchèque. Cependant cette limite est parfois établie autour des vallées du Danube — jusqu'au niveau de Budapest — de la Kupa et de la Save[38]. Pour Stéphane Verger, le Hallstatt oriental constitue « une culture intermédiaire entre les zones « celtique » d'Europe centre-occidentale, vénète du nord-est de la péninsule italique et illyrienne  de l'Ouest des Balkans »[1]. Le site d'Hallstatt est établi sur la ligne de partage entre l'Hallstatien occidental et de l'Hallstattien oriental[1]. La zone intermédiaire entre les deux groupes géoculturels est difficilement identifiable. Toutefois, les rivières Enns, Inn et Moldau peuvent faire office de délimitations géographiques de cette zone médiane[38].

Le territoire d'expansion recouvert par l'Hallstattien évolue dans le temps. En direction du sud, jusqu'au cours du VIIe siècle av. J.-C., la zone de diffusion de la culture de Hallstatt n'est, en termes archéologiques, pas attestée au-delà du Massif central et de la moyenne vallée du Rhône, cet élément venant infirmer les informations données par Hécatée de Milet[1].

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Stéphane Verger, chap. II « L'âge du fer ancien : l'Europe moyenne avant les celtes historiques », dans Olivier Buchsenschultz (dir.), L'Europe celtique à l'âge du Fer (VIIIe - Ier siècle), Presses Universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio - L'histoire et ses problèmes », , 512 p., p. 75 à 176
  2. Maurice Piroutet, « A propos de la limite entre le Hallstattien et le La Tène I. », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 27, no 1,‎ , p. 76-80 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.1930.6806, lire en ligne).
  3. Pierre-Paul Bonenfant, Jean-Paul Guillaumet et François Boyer, « Redécouverte en Bourgogne d'une statuette des âges du fer », dans La statuaire anthropomorphe du premier âge du Fer, Presses Universitaires de Franche-Comté, (lire en ligne).
  4. Jean-Pierre Millotte, chap. II « Les cadres chronologiques », dans Le Jura et les plaines de Saône aux âges des métaux, Presses Universitaire de Franche-Comté, , 455 p. (lire en ligne).
  5. Olivier Buchsenschultz, « L'apport de la cartographie à l'étude des sociétés sans écriture », Mappemonde, vol. 86, no 3,‎ (lire en ligne [PDF]).
  6. a, b, c, d, e, f et g Thierry Lejars, « La culture matérielle : Chronologie et typologogie (de 1850 à 1991) », dans Olivier Buchsenschutz (dir.) et alii., L'Europe celtique à l'âge du Fer (VIIIe – Ier siècle), Presses Universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio - L'histoire et ses problèmes », (lire en ligne), pages 31 à 40.
  7. a, b et c (en) Franck Roy Hodson, « Quantifying Hallstatt : Some results », American Antiquity, vol. 42, no 3,‎ (lire en ligne).
  8. (en) Paula Sutter Fichtner (dir.), « Hallstatt Culture », dans Historical Dictionary of Austria, Scarecrow Press, , 504 p. (lire en ligne), p. 138 et 139.
  9. (en) Timothy Darvill, « Hallstatt, Gmunden, Austria », dans Concise Oxford Dictionary of Archaeology, Oxford University Press, , 560 p. (lire en ligne).
  10. a, b et c (en) Peter Bogucki, « Ancient Europe : The Discovery of Antiquity », dans Paul Bahn (dir.), The History of Archaeology : An Introduction, Routledge, , 266 p. (lire en ligne).
  11. (de) Eduard von Sacken, Das Grabfeld von Hallstatt in Oberösterreich und dessen Alterthümer, Vienne, Braumüller, (lire en ligne).
  12. « L'or blanc de Hallstatt : Hallstatt, vallée de Salzberg, Alpes Autrichiennes, Autriche », sur le site de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (consulté le 20 septembre 2018).
  13. (en) Brian Fagan (dir.), « Hallstatt », dans The Oxford companion to archaeology, vol. 1 : Ache-Hoho, Oxford University Press, (lire en ligne).
  14. (de) Karl Pusman, Die "Wissenschaften vom Menschen" auf Wiener Boden (1870-1959) : die anthropologische Gesellschaft in Wien und die anthropologischen Disziplinen im Fokus von Wissenschaftsgeschichte, Wissenschafts- und Verdrängungspolitik, LIT Verlag Münster, , 326 p. (lire en ligne).
  15. (en) Maria Teschler-Nicola, Early Modern Humans at the Moravian Gate : The Mladec Caves and their Remains, Springer Science & Business Media, , 528 p. (lire en ligne).
  16. a, b et c (de + en) Anton Kern, « Hallstatt – eine Einleitung zu einem sehr bemerkenswerten Ort », dans Peter Bichler, Karina Grömer et Regina Hofmann-de Keijzer, "Hallstatt Textiles" - Technical Analysis, Scientific Investigation and Experiment on Iron Age Textiles, Archaeopress Publishers of British Archaeological Reports, (lire en ligne [PDF]).
  17. (de) « 7000 Jahre in 6 Stationen mit allen Sinnen erleben! », sur le site du Muséum d'histoire naturelle de Vienne (consulté le 20 septembre 2018).
  18. (en) John T. Koch (dir.), « Iron Age », dans Celtic Culture : A historical Encyclopedia, vol. I : A-Celti, ABC-CLIO, (lire en ligne).
  19. Hans Hildebrand, chap. IV « L'âge du fer : Sur les commencements de l'âge du fer en Europe », dans P.A. Norstedt, Congrès international d'anthropologie et d'archéologie préhistoriques : Compte rendu de la 7e session, Stockholm, 1874, t. II, (lire en ligne).
  20. Thierry Lejars, « La chronologie des âges du Fer en France dans les années 1850-1914 », sur le site AOROC (consulté le 12 septembre 2018).
  21. a et b (en) Marie Louise Sørensen, Katharina Rebay-Salisbury et Anne Lehoërff, « The impact of 19th century ideas on the construction of ‘urnfield’ as a chronological and cultural concept : tales from Northern and Central Europe », dans Anne Lehoërff, Construire le temps. Histoire et méthodes des chronologies et calendriers des derniers millénaires avant notre ère en Europe occidentale, Actes du XXXe colloque international de Halma-Ipel, UMR 8164 (CNRS, Lille 3, MCC), 7‒9 décembre 2006, vol. 16, Glux-en-Glenne: Bibracte, Centre archéologique européen, coll. « Collection Bibracte », , 358 p. (ISBN 978-2-909668-60-4, lire en ligne [PDF]).
  22. (en) K-C Rebay-Salisbury, chap. 3 « Thoughts in Circles : Kulturkreislehre as a Hidden Paradigm », dans Benjamin W. Roberts et Marc Vander Linden (dirs.), Investigating Archaeological Cultures : Material Culture, Variability, and Transmission, Springer Science & Business Media, , 393 p. (lire en ligne).
  23. (de) Margareta Siepen (dir.), « Einleitung », dans Margareta Siepen, Der hallstattzeitliche Arm- und Beinschmuck in Österreich, Franz Steiner Verlag, , 178 p. (lire en ligne).
  24. a et b « Hallstatt, civilisation de », sur Dictionnaire historique de la Suisse, (consulté le 10 septembre 2018).
  25. (de) Margareta Siepen, « Chronologie », dans Der hallstattzeitliche Arm- und Beinschmuck in Österreich, Franz Steiner Verlag, , 178 p. (lire en ligne).
  26. Jean-Jacques Hatt, « Chronique de Protohistoire VI. Pour une nouvelle chronologie de l'époque hallstattienne. Les trois phases du Premier Âge du Fer en Allemagne du Sud et en France de l'Est. », Bulletin de la Société préhistorique de France, t. 59, nos 9-10,‎ , p. 659-667 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.1962.8091, lire en ligne).
  27. (en) Sarunas Milisauskas, European prehistory : a survey, New York, Springer, coll. « Interdisciplinary contributions to archaeology », , 2e éd., 493 p. (ISBN 978-1-4419-6633-9), p. 406.
  28. a, b, c et d (en) John Haywood (dir.), « The Hallstatt Celts », dans The Celts : Bronze Age to New Age, Routledge, , 248 p. (lire en ligne).
  29. Jean-Jacques Hatt, « De l'Age du Bronze à la fin du 1er Age du Fer. Problèmes et perspectives de la protohistoire française. », Bulletin de la Société préhistorique de France, t. 51, no 8,‎ , p. 101-110 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.1954.12421, lire en ligne).
  30. Jean-Pierre Millotte, « Sur le passage de l'Âge du Bronze à l'Âge du Fer dans le Massif jurassien : état de la question et perspectives. En complément à une ancienne datation d'un tumulus de Dompierre-les-Tilleuls. », Dialogues d'histoire ancienne, vol. 27, no 1,‎ , p. 33-80 (DOI https://doi.org/10.3406/dha.2001.2437, lire en ligne).
  31. Lorre et Cicolani 2009, p. 164.
  32. Brigitte Postel, « Golasecca : Celtes du nord de l'Italie », Archéologia, no 476,‎ , p. 58-65 (ISSN 0570-6270).
  33. Vitali 2013, p. 15.
  34. Megaw et Megaw 2005, p. 10-11.
  35. Brun 1987, p. 27 ; 218-219.
  36. Kruta 2000, p. XII-XIV.
  37. Milcent 2007, p. 14-15 ; 30-36 ; 80-81 ; 85 ; 178 ; 258-263 ; 271.
  38. a, b et c (en) John T. Koch (dir.), « Hallstatt - Hallstatt Culture », dans Celtic Culture : A historical Encyclopedia, vol. I : A - Celti, ABC-CLIO, (lire en ligne).
  39. (en) Radomir Pleiner, « 10.4.3. », dans Sigfried J. de Laet et Joachim Herrmann, History of Humanity : From the seventh century B.C. to the seventh century A.D., Unesco, (lire en ligne).

Bibliographique

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Patrice Brun, Princes et princesses de la Celtique : le premier âge du fer en Europe (850-450 av. J.-C.), Paris, Errance, coll. « Hespérides », , 216 p. (ISBN 2-903442-46-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Olivier Buchsenschutz (dir.) et al., L'Europe celtique à l'âge du fer : VIIIe-Ier siècles, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », , 437 p. (ISBN 978-2-13-057756-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph Déchelette, Manuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine, t. 2 : Archéologie celtique ou protohistorique - Deuxième partie : Premier âge du fer ou époque de Hallstatt, Librairie Alphonse Picard et fils, (lire en ligne).
  • Hans Hildebrand, chap. IV « L'âge du fer : Sur les commencements de l'âge du fer en Europe », dans P.A. Norstedt, Congrès international d'anthropologie et d'archéologie préhistoriques : Compte rendu de la 7e session, Stockholm, 1874, t. II, (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, histoire et dictionnaire : des origines à la romanisation et au christianisme, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1005 p. (ISBN 2-221-05690-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean-Jacques Hatt, « Chronique de Protohistoire VI. Pour une nouvelle chronologie de l'époque hallstattienne. Les trois phases du Premier Âge du Fer en Allemagne du Sud et en France de l'Est. », Bulletin de la Société préhistorique de France, t. 59, nos 9-10,‎ , p. 659-667 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.1962.8091, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John Haywood (dir.), « The Hallstatt Celts », dans The Celts : Bronze Age to New Age, Routledge, , 248 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hans Hildebrand, chap. IV « L'âge du fer : Sur les commencements de l'âge du fer en Europe », dans P.A. Norstedt, Congrès international d'anthropologie et d'archéologie préhistoriques : Compte rendu de la 7e session, Stockholm, 1874, t. II, (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ruth Megaw et John Megaw, Art de la Celtique : des origines au Livre de Kells, Paris, Errance, , 276 p. (ISBN 2-87772-305-4). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John T. Koch (dir.), « Hallstatt - Hallstatt Culture », dans Celtic Culture : A historical Encyclopedia, vol. I : A - Celti, ABC-CLIO, (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre-Yves Milcent (dir.), Bourges-Avaricum, un centre proto-urbain celtique du Ve s. av. J.-C. : les fouilles du quartier de Saint-Martin-des-Champs et les découvertes des établissements militaires, vol. 1 & 2, Bourges, Ville de Bourges, Service d'archéologie municipal, coll. « Bituriga / monographie » (no 2007/1), , 341+176 p. (ISBN 978-2-9514097-7-4 et 978-2-9514097-7-4). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Radomir Pleinir, chap. 10.4.3 « La civilisation de Hallstatt, les premiers celtes et la Scandinavie », dans Albert Ollé-Martin, Histoire de l'humanité, vol. III : Du VIIe siècle av. J.-C. au VIIe siècle de l’ère chrétienne, Unesco, (lire en ligne).
  • Daniele Vitali, Les Celtes : trésors d'une civilisation ancienne, Vercelli, White Star, , 207 p. (ISBN 978-88-6112-467-7). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi

Liens externes

Articles connexes