Cinéma comique français

Le cinéma comique français englobe l'ensemble des films comiques produits en France. Destiné à provoquer le rire, jouant sur les gags, l'humour, les situations et/ou encore la dimension sociale des personnages[N 1],[1]. Le comique est d'ailleurs le genre français le plus populaire au cinéma[A 1].

La comédie au cinéma, dans sa perception actuelle du terme, est synonyme de comique tant pour le public que la critique. Si la comédie existait bien avant l'invention du cinéma sous forme de théâtre, puis de musique, elle est présente dès les débuts du 7e art. L'un des tout premiers films de Louis Lumière, L'Arroseur arrosé est du genre comique. En France, Max Linder, durant les années 1900, 1910 et 1920, en fut le « fer de lance ». Avec l'avènement du parlant en 1927[N 2], le cinéma comique prend un autre essor, le rire pouvant désormais être provoqué non plus seulement par le burlesque des situations, mais aussi par les dialogues.

Toujours très prisé du public, autant que plébiscité, le cinéma comique français compte nombre de films qui s'inscrivent parmi les plus grands succès du box-office en France. Certains ont fait l'objet de remakes dans d'autres pays et ont eu un grand succès mondial, parfois récompensé par des prix.

Cinéma comique français

Sommaire

Caractéristiques du cinéma comique français

Les films français de comédie sont très souvent des comédies sociales[N 1],[1]. Parmi les arguments comiques on trouve (parfois mêlés), notamment utilisés : le comique de situation, le quiproquo, le sous entendu, le comique de gestes, le comique de répétition, le comique de mots et de phrases, les mots d'esprit ou encore l'humour noir, le fait-divers et/ou le fait historique. Bien que moins souvent utilisés, le cinéma comique en France, n'ignore ni le fantastique ni la science-fiction.

Illustrations par l'exemple : Darry Cowl se rend célèbre par son zézaiement, tout autant que Jean Richard accède à la notoriété par son accent (imité) de paysan (comique de mots et de phrases). Tandis que Sacha Guitry se fait une spécialité des mots d'esprit, Louis de Funès incarne (quasiment à lui seul), par ses mimiques le comique de geste. L'auberge rouge de Claude Autant-Lara ou encore L'Armoire volante de Carlo Rim (tous deux avec Fernandel), sont un aperçu de l'humour noir « à la française » au cinéma. La Seconde Guerre mondiale et plus principalement la période de l'occupation est à l'origine de nombreuses comédies (La Grande Vadrouille, La Septième Compagnie au clair de lune, Papy fait de la résistance). Le film dit « de bidasses » ayant par ailleurs donné lieu à un genre à part entière.

Le personnage joué par Nathalie Baye dans le film Passe-passe (2008) de Tonie Marshall, n'est pas sans rapport avec Christine Deviers-Joncourt (impliquée dans l'affaire Elf). Si Alain Jessua en 1984 avec Frankenstein 90 réinvente sous forme de comédie fantastique le mythe de la créature de Mary Shelley, Peut-être (en 1999), de Cédric Klapisch ou encore Amazone (en 2000), de Philippe de Broca mêle science-fiction et comédie.

Une comédie sociale

José Garcia en 2012.
La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (mars 2017)

La comédie française utilise parfois le ressort de la comédie communautaire, comédie sociale que l'on trouve principalement en France, comparé à d'autres pays comme les États-Unis[N 3],[3]. Ceci est lié à diverses raisons, dont culturelle[1],[N 1]; c'est d'ailleurs pour cette raison que certains films, comme Intouchables ont eu du mal - dans un premier temps - de s'imposer outre-Atlantique[4].

« Depuis Rabbi Jacob [...], le schéma de la comédie communautaire est resté le même : un élément « étranger » (donc potentiellement « perturbateur ») intègre (souvent contre son gré !) une communauté (ethnique, religieuse, géographique, etc.). Passés le choc culturel et l’inévitable phase de rejet mutuel, les protagonistes s’aperçoivent immanquablement que malgré leurs différences (et avant le générique de fin), ils sont faits pour s’entendre…[5] »

Le choc culturel, avant l'acceptation de la culture.

Le choc culturel que l'on retrouve dans de nombreuses comédies françaises peut être dû à des différences, plus ou moins réelles (certaines sont plutôt des clichés) liées à :

La comédie sociale peut aussi être évoquée par des « personnalités contrastées » (Les Bronzés et Les bronzés font du ski dans les années 1970, Les Trois Frères dans les années 1990, Ensemble, c'est tout dans les années 2000).

Par extension, la communauté dans les comédies peut être :

« La liste n’est pas exhaustive, et de nouvelles minorités viendront s’y ajouter. Le septième art est en effet perpétuellement en quête de nouveaux sujets, et de nouveaux publics. »

— Xavier Beaunieux, La vérité ! Comment réussir sa comédie communautaire[5] ?

Exemple de films notables

Une comédie sous forme de duos

Articles détaillés : Duo comique et Liste de duos comiques.
La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (mars 2017)

Comme disait Feydeau, dans le comique, il y a deux personnages : « celui qui donne les coups de pied au derrière et celui qui les reçoit. »

À compter des années 1950, les comédies françaises reprennent le principe des buddy movies américains : des duos comiques composés de personnages radicalement opposés. Certains duos se reforment à l'occasion de différents films :

Gérard Oury, notamment réalisateur des films Le Corniaud et La Grande Vadrouille.
À partir
des années
Duos Films
1950 Louis de Funès / Bourvil Poisson d'avril, La Grande Vadrouille, Le Corniaud
Fernandel / Gino Cervi la série de films Don Camillo.
1960 Louis de Funès / Jean Marais la série de films Fantômas.
Louis de Funès / Michel Galabru la série de films Le Gendarme.
1970 Gérard Depardieu / Patrick Dewaere Les Valseuses.
Michel Serrault / Ugo Tognazzi la série de films la Cage aux folles.
1980 Les duos avec « François Pignon » et « François Perrin » Voir Francois Pignon.
Philippe Noiret / Thierry Lhermitte la série de films Les Ripoux.
1990 Jean Reno / Christian Clavier la série de films les Visiteurs
Gérard Depardieu / Christian Clavier Les Anges gardiens
Samy Naceri / Frédéric Diefenthal la série de films Taxi.
2000 Kad Merad / Dany Boon Bienvenue chez les Ch'tis, Supercondriaque
2010 François Cluzet / Omar Sy Intouchables

L'un des duos les plus connus demeure celui formé par Louis de Funès et Bourvil. De façon générale, Louis de Funès symbolise « le patron », toujours en rogne et pensant avoir tous les droits, tandis que Bourvil campe face à lui un personnage sensible et obéissant. Par exemple, dans La Grande Vadrouille, lors d'une expédition nocturne où, après lui avoir déjà extorqué ses chaussures, Stanislas Lefort (Louis de Funès) s'empare du vélo de son coéquipier (Bourvil)[7].

« Sous la lâcheté apparente du personnage, [Stanislas] [...] subit des modifications qui, par touches successives, redonnent de l’humanité à ce monstre d’égoïsme. Il sauve [...] la vie à Augustin en repérant un convoi de soldats allemands qui auraient pu les appréhender, et remercie Augustin sincèrement lorsque celui-ci, par deux fois, lui rend la pareille. Il est donc capable d’authenticité. »

— Julie Barillet, La grande vadrouille[A 2]

Le film Les Anges gardiens de Jean-Marie Poiré avec Gérard Depardieu / Christian Clavier, présente deux duos. En effet, dans le 1er duo Gérard Depardieu joue le rôle d'Antoine Carco, homme malhonnête qui dirige une boîte de streap-tease, tandis que Christian Clavier joue le rôle du père Hervé Tarain, un prêtre investi dans l'humanitaire. Dans le 2e duo, les anges gardiens respectifs sont asymétriques par rapport au 1er : Gérard Depardieu joue le rôle d'un ange, tandis que Christian Clavier joue le rôle d'un démon.

Une analyse des contrastes de personnalité dans certains duos donne la synthèse suivante[A 3] :

Film(s) Date(s) de sortie Personnalité des membres du duo
Le Petit Monde de don Camillo
et ses suites.
1953 Don Camillo (Fernandel) : prêtre catholique hâbleur et touchant.
Peppone (Gino Cervi) : maire communiste solide et irascible.
Le Corniaud 1965 Léopold Sorroyan (Louis de Funès) : chef d'entreprise rusé et malhonnête.
Antoine Maréchal (Bourvil) : touriste gentil et innocent.
La Grande Vadrouille 1966 Stanislas Lefort (Louis de Funès) : chef d'orchestre fourbe et opportuniste.
Auguste Bouvet (Bourvil) : peintre en bâtiment naïf, brave et fleur bleue.
L'Aile ou la Cuisse 1976 Charles Duchemin (Louis de Funès) : directeur et académicien, sérieux et autoritaire.
Gérard Duchemin, son fils (Coluche) : assistant, clown de cirque, gentil et rêveur.
La Cage aux folles
La Cage aux folles 2
La Cage aux folles 3
1978
1980
1985
Albin Mougeotte dit « Zaza Napoli » (Michel Serrault) : vedette de spectacle efféminé et capricieux.
Renato Baldi (Ugo Tognazzi) : directeur de cabaret calme, posé et pondéré.
Les Ripoux
Ripoux contre ripoux
Ripoux 3
1984
1989
2003
René Boisrond (Philippe Noiret) : policier calme et corrompu.
Francois Lebuche (Thierry Lhermitte) : policier dynamique et ambitieux.
Les Visiteurs 1993 Godefroy Amaury de Malefète, dit « Le Hardi » (Jean Reno) : comte valeureux et hardi.
Jacquouille la Fripouille (Christian Clavier) : écuyer couard et lâche.

Autres caractéristiques

  • La comédie française peut être basée sur de grands écarts linguistiques[8]:

« Ce qui fait rire les Français est fondé sur de grands écarts linguistiques qui ne fonctionnent que dans leur langue. Une grande part de l’humour français repose sur des jeux de mots intraduisibles (The things that make the French laugh involve linguistic somersaults that only work in their own language. Much of French humour is 'jeux des mots', untranslatable wordplays). »

— Very droll. The French have jokes, but do they have a sense of humor?, The Economist, 20 décembre 2003, p. 75-76.

Histoire

La comédie française avant le cinéma

Article détaillé : Comédie.
La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (mars 2017)

En Europe, la comédie comme genre théâtral s'est développée dans l’antiquité gréco-romaine, où elle partageait avec la tragédie les théâtres construits dans l'Empire romain. Durant le Moyen Âge, le théâtre se joue dans la rue, sous la forme de mystères, fabliaux, farces, soties ou encore mime. Certains de ces genres sont plus ou moins inspirés de survivances de genres antiques comme l'atellane.

En France, au XVIIe siècle sous Louis XIV, l'influence italienne et Molière font reconnaître le théâtre de comédie comme un art à part entière et non plus comme un sous-genre comparé à la Tragédie. La Comédie-Française, issue notamment de la troupe de Molière, est formée en 1680[9]. Du XVIIIe au XIXe siècle, la comédie se mêle à l’opéra et à la Comédie-ballet pour former l'Opéra-comique. La comédie se retrouve aussi dans l’opérette (Offenbach...) au milieu du XIXe siècle. Au début du XXe siècle, l’opérette se développe, puis forme les comédies musicales. Donc on retrouve la comédie dans ces deux formes musicales. Bourvil et Fernandel commencent d'ailleurs leurs carrières comme chanteur d’opérette. Louis de Funès, de son côté, commence sa carrière dans un music-hall.

Les débuts de la comédie au cinéma en France

Les précurseurs

Le précurseur Émile Reynaud.
La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (mars 2017)

En 1892, avant l'invention du cinéma, Émile Reynaud réalise plusieurs dessins animés de comédie par théâtre optique : Clown et ses chiens...

Les frères Lumière, inventeurs du cinéma, tournent en 1895 la première fiction photographique animée : le célèbre Arroseur arrosé, une « vue comique » comme la nomme Louis Lumière.

Georges Méliès, issu du théâtre et de la prestidigitation, construit le premier studio de cinéma. Il réalise ainsi de nombreux films liés à la comédie, dont beaucoup sont irrémédiablement perdus. Un hommage lui est rendu dans le film Hugo Cabret, sorti en 2011.

Au temps du cinéma muet

Article détaillé : Burlesque.

À l’époque du cinéma muet, Max Linder, Jean Durand et d'autres réalisent plusieurs films comiques muets sous forme de burlesque. Cet élan cinématographique français sera stoppé par le début de la Première Guerre mondiale : « Le burlesque français, si l’on excepte les derniers films de Max Linder réalisés à Hollywood, n’a pratiquement pas dépassé les années 1914, submergé ensuite par le succès écrasant – et justifié – du comique américain. Depuis le parlant, en dehors même de Chaplin, Hollywood est demeuré le maître du cinéma comique »[A 4]

Films parlants d'entre-deux-guerre, et sous l'occupation

Avec l'avènement du parlant en 1927[N 2], le cinéma comique français prend un autre essor, le rire pouvant désormais être provoqué non plus seulement par le burlesque des situations, mais aussi par les dialogues.

Dans les années 1930, certaines comédies françaises ont pour thème la campagne, espace d'origine d'une part importante de la population[10]. Le Schpountz est l'histoire d'un homme naïf, dans un petit village, qui rêve de devenir acteur.

Le thème de la campagne associé à celui de la médecine apparait dans le film Knock de 1933, basé sur la nouvelle Knock ou le Triomphe de la médecine de Jules Romains. Dans ce film joue Louis Jouvet en tant que 'docteur Knock' ; ce dernier rejouera le même rôle dans le célèbre film Knock de 1951.

Sous l'occupation, dans Premier Rendez-vous de 1941, Danielle Darrieux obtient un énorme succès. Dans La Cage aux rossignols de 1945, un professeur (Noël-Noël) forme une chorale pour des élèves bruyants en difficulté, ce qui fait que les élèves s'assagissent. Ce grand succès populaire[11] inspirera Christophe Barratier pour son film Les Choristes, sorti en 2004.

De la fin de la guerre aux années 1970 : la comédie montre l’évolution de la société

De la fin de la guerre aux années 1970, les changements dans la société française s’enchaînent, dus notamment à la Reconstruction et aux Trente Glorieuses. Les films de comédie suivent et illustrent ces changements.

Les acteurs marquants de cette période sont notamment Fernandel, Bourvil et Louis de Funès.

Fernandel, après avoir joué dans des films de Marcel Pagnol (Le Schpountz...), campe à l'écran le personnage de Don Camillo. Le succès est au rendez-vous, et l'on retrouvera le fringant curé dans cinq films différents.

Bourvil diversifie son jeu par rapport aux comiques de Fernandel et du « comique-paysan » (dérivé du comique troupier) après en avoir été beaucoup influencé. Il est également présent dans le genre du film de cape et d'épée (avec se rôles dans Les Trois Mousquetaires, Le Bossu ou Le Capitan de 1960) auxquels il apporte une tonalité humoristique.

Il forme un duo avec Louis de Funès, qu'il retrouve dans plusieurs films : Poisson d’avril, puis Le Corniaud et La Grande Vadrouille, « deux road movie en grand air », à très grand succès. Le Corniaud est le « premier film de l'Histoire du cinéma français à avoir atteint 11 millions d’entrées », et La Grande Vadrouille restera le plus grand succès français pendant plus de 40 ans.

Jacques Tati crée un style de comédie particulier en jouant sur des effets de burlesque, c'est un moyen pour lui de parler des changements de société entre les années 1940 et 1960 : Jour de fête (1949) - premier film français en couleur - a pour thème la vie d'un village français après la guerre, Les Vacances de monsieur Hulot (1953), la nouvelle société des années 1950 dans les vacances en mer, Mon oncle (1958) oppose le Paris traditionnel, tel qu'il existait encore au début des années 1950 à un monde en train d'émerger, et Playtime (1967) évoque la nouvelle société, qui va émerger dans les années 1970.

Louis de Funès (qui s'impose au bon moment pour le cinéma qui se colorise, car le cinéma entre en concurrence avec la télévision dans les années 1960[N 4]) joue dans la trilogie Fantômas en duo avec Jean Marais, puis avec Michel Galabru dans la série de films Le Gendarme. À cette époque, pendant au moins 10 ans, Louis de Funès va monopoliser le cinéma comique français : annuellement au moins 1 des 10 plus grands succès au box office était un film de Louis de Funès[D 1],[D 2].

En 1967, le film Un idiot à Paris (avec Jean Lefebvre, Dany Carrel et Bernard Blier) montre une certaine nostalgie de la société rurale (alors que la transition société rurale vers société urbaine s'est déjà achevée dans les années 1960). En effet, Juliette (Dany Carrel) dit : « Bientôt tu verras, y'aura plus de fleurs du tout, parce que y'aura plus de terre, rien que du ciment. Plus d'herbage, plus de forêt, rien que des rues. Pourquoi faire des rues puisque y'aura personne dedans, y seront tous devant leur télés. »

Les années 1970 évoquent les changements de société : l'émancipation de la jeunesse (À nous les petites Anglaises, Les Grandes Vacances), les changements dans les habitudes alimentaires (L'Aile ou la Cuisse), le développement des loisirs (la série du Gendarme), les problèmes liés à la pollution (La Zizanie), l'exode rural (La Soupe aux choux), etc.

Années 1970 à 2000

Louis de Funès et Pierre Richard

Pierre Richard

La caractéristique du comique de Louis de Funès est basée sur un « jeu gestuel, inspiré du mime[12] », sur « un rythme assez soutenu[13] », sur « l’excès, ce qui lui apporte un capital sympathique pour le personnage[14] » Selon Jean-Pierre Mocky, « il a compris qu'en faisant des gestes, et des grimaces avec son visage, il créerait un personnage unique » et selon Claude Zidi, « il a une agitation qui est totalement anormale. Il va très loin dans sa façon de jouer, dans son excès, dans son hystérie, c'est un jeu qui n'appartient qu'a lui, et il est virtuose. »

Les années 1970 correspondent à un véritable « passage de témoin entre l'ancienne et la nouvelle génération d'acteurs. » En opposition au comique de Louis de Funès, Pierre Richard, lui, connaît ses premiers succès. Ces deux acteurs n'ont « pas du tout le même tempo de jeu, et n'ont pas du tout la même façon de présenter le corps et la voix. » Le comique de Pierre Richard, en particulier lorsqu'il joue le personnage de François Perrin, notamment dans Le Grand Blond avec une chaussure noire et Le Retour du grand blond, se caractérise par un tempo beaucoup plus lent et par une insistance par rapport au regard, alors que celui de Louis de Funès se caractérise par rapport à un rythme assez soutenu, et par l'excessivité des actions (L'Homme orchestre, Jo, La Folie des grandeurs, Les Aventures de Rabbi Jacob).

Louis de Funès est victime d'un infarctus le , ce qui ralentit sérieusement son rythme de travail (il ne tourne plus qu'un film par an, alors que, durant son « âge d'or », il en tournait jusqu'à cinq par an). Cela influence aussi son jeu d'acteur : le à la télévision, Louis de Funès précise « repartir sur une base très nouvelle avec un esprit très nouveau dans le comique, dans la manière de jouer, parce que je ne peux plus faire de brutalité, et c'est tant mieux. C’était un produit que j'avais fabriqué, et tout le monde ne demandait que de ce produit (les metteurs en scène...), et je ne pouvais pas faire de dentelle. Dans l'Aile ou la Cuisse, j'ai jouée totalement différemment, et je pense que c'est aussi efficace. » Ainsi, dans L'Aile ou la Cuisse et La Soupe aux choux, il va adopter un jeu d’acteur différent, « plus fin » et « beaucoup moins nerveux » jusqu'à se laisse submerger vers l’émotion dans L'Aile ou la Cuisse. « La base des effets comiques demeure, mais l’effet « tornade » est largement atténué ». Il devait jouer dans une comédie satirique de Gérard Oury ayant pour thème la dictature et intitulé Le Crocodile. Le film n'a finalement jamais été réalisé.

La provocation dans les comédies des années 1970 et 1980

Après les événements de Mai 68, la société française se remet en question : dans la décennie suivante, les années 1970, des comédies abordent de nouveaux faits de société et, parfois, provoquent ou choquent.

En effet, au début des années 1970, la comédie française - en crise pour plusieurs raisons - doit se réinventer :

« Dans les années 1970, le style « comédie française » commence à s’étouffer (en tous cas à rapporter moins, tant le marché est saturé : le genre est décrié par la Nouvelle Vague, Mai 68 est passé par là et a ringardisé les icônes populaires, et surtout, les films américains commencent à déferler sur l'hexagone). Ce genre de films ne fait plus recette dès la fin des années 70 et la revendication sociale un peu méchante vient remplacer la bonhomie des années 60. Des métrages mettant en scène des vedettes aux rôles plus "durs" comme Patrick Dewaere, Gérard Depardieu, Bernard-Pierre Donnadieu ou Alain Delon (période "Delon superflic") tendent à remplacer les "gueules" des sixties et à recueillir les dividendes du cinéma populaire, éreinté par la médiocrité des comédies faciles d'une part, et par l'intellectualisme prétentieux de la Nouvelle Vague, de l'autre[15]. »

Il y a de la provocation dans plusieurs films d’après Mai 68 tels Les Valseuses, La Grande Bouffe, Tenue de soirée... Par exemple, dans Le Père Noël est une ordure, le Père Noël, personnage pourtant censé être calme et gentil, est très violent, vulgaire et grossier. Dans son entièreté, le film aborde des thèmes très polémiques dans les années 1980 : le suicide, l'homosexualité et le fait de se travestir (par le personnage joué par Christian Clavier, totalement à contre-emploi dans ce rôle), la violence, la pauvreté et la solitude. « Le comique naît de l’incompatibilité entre les connotations du costume – la fête, l’enfance, les cadeaux – et le personnage qui l’endosse, un SDF violent et sans scrupules. »[16]

De nouvelles têtes arrivent dans les années 1970

La troupe du Splendid

En 1973, le film L'An 01 (co-réalisé par Jacques Doillon, Gébé, Alain Resnais et Jean Rouch), offre à de jeunes acteurs nommés Thierry Lhermitte, Christian Clavier et Gérard Jugnot, alors totalement inconnus, leurs premiers rôles. Ceux-ci font partie de la troupe du café-théâtre Le Splendid, dont font aussi partie Michel Blanc, Marie-Anne Chazel, Josiane Balasko et Bruno Moynot. Après quelques petits rôles à diverses reprises au cinéma, la troupe se retrouve au cœur du film Les Bronzés, adapté de leur pièce à succès Amours, coquillages et crustacés, réalisé par Patrice Leconte, sorti en 1978 et produit par Yves Rousset-Rouard, oncle de Christian Clavier : le film est un succès et met la troupe du Splendid sur le devant de la scène. L'année suivante, Patrice Leconte et Le Splendid réalisent la suite, Les Bronzés font du ski : le film remporte lui aussi un vif succès et demeure encore aujourd'hui un film culte. Puis, en 1982, Jean-Marie Poiré réalise Le père Noël est une ordure, adapté de la pièce éponyme, avec toute la troupe : le film attire 1 604 220 spectateurs, un score inférieur à celui des Bronzés, mais a fini par acquérir le statut de film culte après ses diffusions à la télévision, notamment à Noël[17]. Ensuite, tous les membres du groupe s'orientent vers des films en solo, ou vers la réalisation (c'est Gérard Jugnot qui, le premier, se lance dans la réalisation, avec Pinot simple flic en 1984). Ils se retrouvent tous ensemble dans la suite des Bronzés font du ski, en 2006 : Les Bronzés 3.

D'autres nouvelles têtes

Outre Le Splendid, d'autres nouveaux acteurs, dont quelques-uns - eux aussi venus du café-théâtre - issus de la génération du baby boom, se lancent dans la comédie : Gérard Depardieu (dans un petit rôle dans Le Viager, puis révélé par Les Valseuses), Daniel Auteuil (Les Sous-doués), Coluche (L'Aile ou la Cuisse, aux côtés de Louis de Funès, Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine), Daniel Prévost, Jacques Villeret...

Francis Veber, Francois Pignon (ou Francois Perrin)

Article détaillé : Buddy movie.

Dans les films des années 1980 aux années 2000, de Francis Veber, apparaît le personnage de « François Pignon » (ou « François Perrin »). Le personnage de Pignon/Perrin se démarque par sa candeur (parfois à la limite de l'idiotie) en tant que « personnage touchant, type assez normal mais naïf, voire poissard » qui, plongé dans une situation qui le dépasse, parvient à s'en sortir en toute inconscience[18]. Ce personnage 'naïf' est en duo, et en contradiction avec un 'homme fort'. « François Pignon » (ou « François Perrin ») symbolise l'homme naïf qui est chanceux, et qui -malgré ses faiblesses- fait face aux difficultés comparées à l'homme fort qui perd à la fin[19]. Les films basés sur cet archétype ont beaucoup de succès.

Avant que ce concept n'existe, on retrouvait déjà cela dans des formes de théâtre (le Guignol lyonnais du XIXe siècle sous le personnage de Cadet qui symbolise l'homme naïf), certains romans, puis films des années 1930 à 1970, sous forme de conte et de morale (bien que cela ne soit pas sous forme de duos comiques), par exemple :

Voici la liste de duos comiques avec le concept « François Pignon » (ou « François Perrin ») de Francis Veber :

Années Films Duo Particularité
80 La Chèvre Gérard Depardieu / Pierre Richard
avec Pierre Richard en tant que 'Francois Perrin'.
Numéro 1 du box-office en France en 1981.
Les Compères Gérard Depardieu / Pierre Richard
avec Pierre Richard en tant que Francois Pignon
Nominations au César du meilleur acteur pour Gérard Depardieu
et du meilleur scénario original pour Francis Veber.
Les Fugitifs César du meilleur scénario original pour Francis Veber.
90 Le Jaguar Jean Reno / Patrick Bruel
avec Patrick Bruel en tant que François Perrin
Le Dîner de cons Thierry Lhermite / Jacques Villeret
avec Jacques Villeret en tant que Francois Pignon
César du meilleur acteur pour Jacques Villeret...
2000 Le Placard Gérard Depardieu / Daniel Auteuil
avec Daniel Auteuil en tant que Francois Pignon
Daniel Auteuil a gagné le prix du meilleur acteur au
Festival international du film de Shanghai.
La Doublure Daniel Auteuil / Gad Elmaleh
avec Gad Elmaleh en tant que Francois Pignon
Très bons résultats au box office français.
Tais-toi ! Jean Reno / Gérard Depardieu
avec Gérard Depardieu en tant que Quentin « de Montargis »

Films de société

Sophie Marceau aux Molières 1993.

Dans les années 1970, le film Le Viager, de Pierre Tchernia et René Goscinny (avec Michel Serrault , Michel Galabru, Rosy Varte et Claude Brasseur) fait référence, sous forme d'humour noir, aux éventuels problèmes liés à la vente viagère[20]. Le film Les Valseuses (avec Patrick Dewaere, Gérard Depardieu et Miou-Miou), à la fois comédie dramatique, et comédie de mœurs, a presque fait 6 millions d'entrées en 1974.

Dans les années 1980, le film Pour 100 briques t'as plus rien... (avec Daniel Auteuil, Gérard Jugnot, Anémone et Jean-Pierre Castaldi) fait référence aux braquages en France dans les années 1980 (en particulier le gang des postiches[21]). La réalisatrice Coline Serreau réalise un film de société célèbre sur la paternité : Trois hommes et un couffin, avec Roland Giraud et Michel Boujenah, qui est le plus grand succès de l'année 1985 au cinéma, avec plus de 10 millions d'entrées[22]. Le film Les Ripoux (avec Philippe Noiret et Thierry Lhermitte) est une comédie policière populaire, mettant en lumière le phénomène existant, et minoritaire de « ripoux » dans le Paris des années 1980[23]. Le réalisateur Étienne Chatiliez réalise en outre deux comédies dramatiques La vie est un long fleuve tranquille et Tatie Danielle, qui obtiennent de très grands succès. Enfin sort La Boum, l'une des premières comédies romantiques françaises, réalisé par Claude Pinoteau. Ce film de société révèle la jeune débutante Sophie Marceau, qui, avec l'Étudiante en 1988, renouvellera son succès avec Vincent Lindon.

Dans les années 1990, le film, Promotion canapé (avec Thierry Lhermitte), remake de Bel-Ami, fait référence aux éventuels promotions canapé dans les années 1970 et 1980[N 5]. Le film La Belle Verte de Coline Serreau, fait référence, sous forme de conte philosophique à des thèmes aussi divers que l'écologisme..., par le biais de dialogues ou de situations humoristiques[24],[25]. Enfin, sous forme de comédie romantique, les romans d'Alexandre Jardin sont mis au cinéma : Fanfan (avec Sophie Marceau), Le Zèbre (avec Thierry Lhermitte).

En 2001, le film Tanguy d'Étienne Chatiliez donne son nom à un nouveau phénomène de société : le « phénomène Tanguy » (le fait que les jeunes adultes tardent à se séparer du domicile familial).

Apparition de séries de films dans les années 1990

À partir des années 1990, plusieurs séries de films familiaux rencontrent le succès :

Enfin, de nouveaux acteurs se sont fait connaître par l’intermédiaire de la télévision (Les Nuls, Les Inconnus par l'émission La Télé des Inconnus), et de la nouvelle source de diffusion qu'est Internet (Jean Dujardin par son personnage de Brice de Nice).

Les années 2000, la transition

Durant les années 2000, une transition (qui a commencé à partir du milieu des années 1990) s'opère : la génération du Splendid et d'autres acteurs découverts dans les années 1970, qui a couvert le paysage cinématographique français les deux décennies suivantes, tend à laisser la place à de nouveaux entrants comme Dany Boon, Jamel Debbouze (formés pour certains d'entre eux au Déclic Théâtre de Trappes), Omar Sy, qui se font connaître par la création de sketchs de spectacle solo[pertinence contestée].

Le film Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre - qui a réuni les deux générations d'acteurs (Christian Clavier, Gérard Depardieu... et aussi Jamel Debbouze, Alain Chabat, Zinedine Soualem, Omar et Fred, Dieudonné) - a eu beaucoup de succès.

Les films Podium et Bienvenue chez les Ch'tis vont devenir de très grands succès populaires.

L'ancienne génération d'acteurs se recycle et continue les succès

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (mars 2017)

Génération du baby-boom, ayant commencé majoritairement à jouer dans les années 1970.

Francis Veber réalise de nouveaux films à triomphe sur François Pignon : La Doublure et Le Placard. Au fil du temps, certains acteurs de « l'ancienne génération » auxquels était rattaché un type précis de personnage ou une façon de jouer ont fini par se débarrasser et quitter ce genre de rôle ou, au contraire, y rester dedans[style à revoir].

Daniel Auteuil

Daniel Auteuil accède à la notoriété en 1980 dans Les Sous-doués pour son interprétation d'un lycéen flemmard, dragueur et peu studieux, qui fait presque 4 millions d’entrées au box-office en France. Bien que Daniel Auteuil soit un acteur polyvalent, il a joué dans diverses comédies : après avoir joué le rôle de personnage rusé dans les années 1970 et 1980 (Les Sous-doués, Pour cent briques, t'as plus rien...), il jouera des rôles plus sombres dans les films des années 1990 et 2000 (Le Placard, La Doublure, Mon meilleur ami, L'invité)[D 3]. Il est nominé Meilleur acteur au Festival international du film de Shanghai pour Le Placard.

Josiane Balasko

Josiane Balasko impose à l'écran un personnage de « femme ordinaire à qui il arrive des choses extraordinaires » (comme elle le déclare à la revue Studio). Son personnage, hérité du personnage de Nathalie Morin dans Les Bronzés des années 1970, passe de celui de celle ayant un complexe lié au physique peu avantageux dans les années 1980 (Les hommes préfèrent les grosses, Nuit d'ivresse) à celui de celle qui assume sa personnalité dans les années 1990 (Gazon maudit)[D 4]. Dans les années 2000, son personnage, passe de celui de la femme forte de caractère et méchante ('lulu' dans Un crime au Paradis en tant que mégère acariâtre et alcoolique, 'rose' dans L'Auberge rouge en tant que femme assassin)[N 6] à celui de recluse, sensible et romantique (Le Hérisson). Elle reçoit le César d'honneur en tant qu'actrice, scénariste, réalisatrice et productrice en 2000.

Michel Blanc

Le personnage de maladroit et malchanceux, hérité du personnage de Jean-Claude Dusse dans Les Bronzés, puis d'autres rôles qui ont marqué les années 1970 (Les Bronzés, Les Bronzés font du ski...) et 1980 (Viens chez moi, j'habite chez une copine, Ma femme s'appelle reviens, Circulez y a rien à voir, Marche à l'ombre), rattaché à Michel Blanc, a fini par être plus complexe à la fin des années 1980 (Tenue de soirée), puis quitté par l'acteur dans les années 1990[26],[D 4]. La moustache rasée, il s'est petit à petit débarrassé de cette « peau »[27] pour adopter un personnage d'agriculteur grincheux, sensible, romantique et attendrissant dans Je vous trouve très beau, qui lui a valu une nomination au César du meilleur acteur en 2007 et un accueil très favorable du public.

Marie-Anne Chazel

Marie-Anne Chazel, membre du Splendid se fait connaître dans Les Bronzés pour son rôle de 'Gigi', jeune femme un peu naïve qui cherche l'amour. Ainsi, des années 1970 aux années 1990, Marie-Anne Chazel interprète le rôle de femme naïve et exubérante (Les Bronzés, Les Bronzés font du ski, Les Babas-cool, puis en tant que SDF dans Le père Noël est une ordure, Les Visiteurs, et Les Couloirs du temps : Les Visiteurs 2). Enfin, dans les années 1990, son personnage se métamorphose en celui de mère de famille bourgeoise dans deux comédies de Jeannot Szwarc : La Vengeance d'une blonde et Les Sœurs Soleil. Dans les années 2010, elle rejouera le rôle de mère de famille bourgeoise dans les reprises de films de Marcel Pagnol par Daniel Auteuil.

Gérard Depardieu

Gérard Depardieu est un acteur polyvalent, qui a joué dans plus de 150 films, et qui est le deuxième acteur français ayant cumulé le plus d'entrées en France, derrière Louis de Funès (et dans lequel parmi ses 10 plus grands succès au box-office, 7 sont des comédies avec un résultat supérieur à 5 millions d’entrées au box-office[N 7]). Dans le domaine des films de comédie des années 1970 et 1980, Gérard Depardieu impose à l'écran un personnage de « voyou » (Le Viager, Les Valseuses, Tenue de soirée), de dominant et de fort de caractère (La Chèvre, Les Compères, Les Fugitifs). Après s’être orienté vers des films historiques, dramatiques, il renoue avec la comédie en jouant des rôles plus sensibles à la fin des années 1990 (Les Anges gardiens, Le Plus Beau Métier du monde, Le Placard). Enfin, il reçoit plusieurs récompenses, et nominations aux César et Oscar au cours de sa carrière[D 5].

Gérard Jugnot

Gérard Jugnot impose à l'écran un personnage de « Français ordinaire » à partir des Bronzés. Son personnage est passé de celui de râleur, égoïste (Bernard Morin dans Les Bronzés et Les Bronzés font du ski) et violent (Félix dans Le père Noël est une ordure, Ramirez dans Papy fait de la résistance) des années 1970 et 1980, à celui de calme, posé, dans les années 2000 (Monsieur Batignole, Les Choristes)[D 4]. De plus, il remporte un vif succès avec le film Les Choristes, en 2005, dans lequel il joue le rôle de professeur.

Valérie Lemercier

Valérie Lemercier, révélée par la scène et notamment le spectacle solo puis par la télévision avec la série Palace, est cantonnée à ses débuts aux rôles de bourgeoises[28], registre dans lequel elle excelle, principalement dans son rôle de Béatrice de Montmirail dans Les Visiteurs (pour lequel elle reçoit le César de la meilleure actrice dans un second rôle en 1994). Elle se débarrasse petit à petit de ce rôle dans les années 2000[29], dans des films de société : Palais Royal !, Agathe Cléry, Neuilly sa mère ! ou encore Fauteuils d'orchestre, pour lequel elle reçoit, encore une fois, le César de la meilleure actrice dans un second rôle en 2007.

Daniel Prévost

Habitué des émissions comiques de la télévision dans les années 1960 à 1970, Daniel Prévost s'impose au cinéma à partir des années 1990. Daniel Prévost interprète au cinéma le rôle d'un homme intelligent et opportuniste - voire fourbe et arnaqueur - quel que soit le métier dans lequel il travaille (années 1990 : Le Dîner de cons et Les Insaisissables en tant que contrôleur des impôts, Astérix et Obélix contre César en tant que faux devin, et La Vérité si je mens ! 2 en tant que patron de la grande distribution ; années 2000 : Un crime au paradis en tant qu'avocat, La Maison du bonheur en tant qu'agent immobilier, et Lucky Luke en tant que joueur au poker)[30]. Pour son interprétation de l'inspecteur des impôts dans Le Dîner de cons, il a reçu le César du meilleur second rôle en 1998.

Comédie romantique

Articles détaillés : Comédie romantique et Comédie musicale.

Dans les années 2000, Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain va rendre Audrey Tautou célèbre dans le monde entier. Puis elle joue dans les films Hors de prix et Ensemble, c'est tout.

En 2007, Romain Duris interprète le personnage drôle et romantique de Molière dans le film Molière de Laurent Tirard qui obtient 1 million d'entrées au Box-office français.[pertinence contestée]

Comédie dramatique

Article détaillé : Comédie dramatique.

Cédric Klapisch réalise en 2002 L'Auberge espagnole, comédie sur les déboires d'un jeune Français qui part finir ses études à Barcelone. Tourné très rapidement, en HD, ce film passe la barre des 3 millions d'entrées. Il réalise ensuite une suite de cette série de films en 2005 : Les Poupées russes qui obtient de nouveau plus de 3 millions d’entrées. Cécile de France reçoit successivement le César du meilleur espoir féminin (pour L'Auberge espagnole), puis le César de la meilleure actrice dans un second rôle (pour Les Poupées russes). Ces films rendent Romain Duris et Cécile de France célèbres dans le monde entier.

À partir des années 2010

Les films Intouchables, The Artist et Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? montrent que la comédie française reste très populaire en France et à l’étranger.

En 2010, sort la comédie romantique L'Arnacœur avec Romain Duris et Vanessa Paradis. Romain Duris obtient le César du meilleur acteur pour ce film qui obtient presque 4 millions d'entrées en France.

En 2013, basée sur une bande dessinée française de Christophe Blain, sort le film Quai d'Orsay avec Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz et Julie Gayet. Ce film a reçu plusieurs récompenses et distinctions, dont celui du César du meilleur acteur dans un second rôle pour Niels Arestrup.

Jean Dujardin et Omar Sy, le succès en France et dans le monde

Jean Dujardin et Omar Sy, le premier venu du café-théâtre et le second du spectacle solo, se sont fait connaître par la télévision, l'un dans les sketchs du collectif Nous Ç Nous et l'autre au cœur du duo Omar et Fred.

Jean Dujardin joue dans les années 2000 et 2010 des personnages à l'aspect distingué dans Ah ! si j'étais riche ou The Artist, ou de séducteur avec une touche de provocation, voire d'arrogance dans OSS 117 : Le Caire, nid d'espions, OSS 117 : Rio ne répond plus ou Les Infidèles. Il reçoit l'Oscar du meilleur acteur pour The Artist en 2011[32], ce qui lance sa carrière à l'international.

Omar Sy, après de nombreux seconds rôles au cinéma, gagne le César du meilleur acteur en 2012 pour Intouchables[33].

Le retour de Christian Clavier

Christian Clavier au festival de Cannes 2013.

Les années 2010 voient Christian Clavier dans des films à succès : Les Profs et Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?. Malgré le succès du deuxième film adapté de l'univers d'Astérix, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre en 2002, il passe par une courte « traversée du désert » ; on lui reproche aussi son amitié au président Nicolas Sarkozy, ses films sont critiqués, notamment On ne choisit pas sa famille, ce qui l'amène à s'exiler à Londres en 2012. C'est en faisant évoluer son jeu d'acteur qu'il fait face à chaque « période creuse » : ainsi, son personnage passe de « dragueur » dans Les Bronzés, Les Bronzés font du ski, Les Babas Cool, Le père Noël est une ordure[D 4] (où il joue tout de même un travesti) à couard et naïf dans les années 1990 dans Les Visiteurs et Les Anges gardiens. Dans les années 2000, son personnage est « rusé » dans Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, fourbe et malicieux dans L'Auberge rouge, « cool » dans Les Profs, et inquiet du changement dans Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? et Une heure de tranquillité. En 2015, il est le seul acteur français et seul acteur toutes nationalités confondues[34] à avoir joué dans 4 films ayant dépassé les 10 millions d'entrées.

Remake de classiques du cinéma

Dans les années 2010, Daniel Auteuil, révélés par les classiques de Marcel Pagnol, réadapte ces classiques aux côtés de Marie-Anne Chazel : La Fille du puisatier en 2011, Marius et Fanny en 2013.

Comédie familiale

Article détaillé : Bande dessinée et cinéma.

Dans les années 2000 et 2010, la France réalise certaines comédies familiales. En 2014 sort le film La Famille Bélier avec Louane Emera.

Certains de ces comédies familiales sont basées sur des bandes dessinées européennes, comme :

D'autres sont basés sur des livres pour enfant, comme :

Listes de films notables

Liste des plus grands succès français de comédie

Actuellement, en 2015, les 10 films français ayant réalisé le plus d'entrées sur le territoire français sont des comédies.

Rang Titre Réalisateur Année Entrées[35] Pays[N 8]
1 Bienvenue chez les Ch'tis Dany Boon 2008 20 489 303 Drapeau de la France
2 Intouchables E. Toledano / O. Nakache 2011 19 440 920 Drapeau de la France
3 La Grande Vadrouille Gérard Oury 1966 17 267 607 Drapeau de la France Drapeau du Royaume-Uni
4 Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre Alain Chabat 2002 14 559 509 Drapeau de la France
5 Les Visiteurs Jean-Marie Poiré 1993 13 782 991 Drapeau de la France
6 Le Petit Monde de don Camillo Julien Duvivier 1952 12 791 168 Drapeau de la France Drapeau de l'Italie
7 Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? Philippe de Chauveron 2014 12 237 274 Drapeau de la France
8 Le Corniaud Gérard Oury 1965 11 739 783 Drapeau de la France
9 Les Bronzés 3 : Amis pour la vie Patrice Leconte 2006 10 355 928 Drapeau de la France
10 Taxi 2 Gérard Krawczyk 2000 10 345 901 Drapeau de la France

« Le Corniaud (de 1965) est un film historique : pour la première fois en France, un film atteint 11 millions d’entrées (il explose les records des Misérables de 1958). À partir du Corniaud, et après la Grande Vadrouille qui fait 17 millions d’entrées, le haut du pavé au box office français sera tenu par les comédies grand public, populaires, et bien faites »

— Christophe Carrière, De Funès : 100 ans de rire.

Pendant 42 ans, de 1966 à 2008, La Grande Vadrouille est resté le plus grand succès du cinéma français[36]. Ce film a obtenu 17 millions d’entrées « sachant qu'il n'y avait pas autant de cinémas que de nos jours (donc ce n’était pas aussi simple qu'aujourd'hui). »

Liste de comédies françaises reprises à l'étranger

Plusieurs comédies françaises ont été reprises à l'étranger sous forme de remake, notamment aux États-Unis. Ces remakes, qui ont remporté plus ou moins de succès, ont parfois été réalisés par le réalisateur du film original ; à l'exemple de Jean-Marie Poiré qui après Les Visiteurs réalise Les Visiteurs en Amérique (à noter que les acteurs, principaux Jean Reno et Christian Clavier sont également présents dans la version américaine).

Film français Année du film français Film étranger Pays du film étranger et année
Bienvenue chez les Ch'tis 2008 Benvenuti al Sud Drapeau de l'Italie 2010
Le Dîner de cons 1998 The Dinner Drapeau des États-Unis 1998
Taxi 1998 New York Taxi Drapeau des États-Unis Drapeau de la France 1998
Les Visiteurs 1993 Les Visiteurs en Amérique Drapeau des États-Unis Drapeau de la France 2001
La Totale ! 1991 True Lies Drapeau des États-Unis 1994
Trois hommes et un couffin 1985 Trois hommes et un bébé Drapeau des États-Unis 1987
Trois hommes et un couffin 1985 Heyy Babyy Drapeau de l'Inde 2007
Un Indien dans la ville 1994 Un Indien à New York Drapeau des États-Unis Drapeau de la France 1997
Le père Noël est une ordure 1979 Mixed Nuts Drapeau des États-Unis 1994
Le Jouet 1976 Le Jouet Drapeau des États-Unis 1982
Oscar 1967 L'embrouille est dans le sac Drapeau des États-Unis 1990
L'Amour l'après-midi 1972 Je crois que j'aime ma femme Drapeau des États-Unis 1972
Boudu sauvé des eaux 1932 Le Clochard de Beverly Hills Drapeau des États-Unis 1986
Fanny 1932 Fanny Drapeau des États-Unis 1961

Concernant l'inverse :

Film français Année du film français Film étranger Pays du film étranger et année
Un village presque parfait 2015 La Grande Séduction Drapeau du Québec 2003
Fonzy 2013 Starbuck Drapeau du Québec 2011
Double Zéro 2004 Drôles d'espions Drapeau des États-Unis 1985
Les Morfalous 1984 De l'or pour les braves Drapeau des États-Unis 1970

Voir aussi

Bibliographie

  • Christophe Geudin et Jérémie Imbert (préf. Pierre Richard), Les comédies à la française : 250 films incontournables du cinéma comique français !, Éditions Fetjaine, , 240 p. (ISBN 9782354252755)
  • Marc Lemonier, L'intégrale du cinéma comique français : 250 films de A à Z !, Hors Collection, , 287 p. (ISBN 9782258105508)
  • Amiel V., Le Corps au cinéma. Keaton, Bresson, Cassavetes, Paris, Presses universitaires de France, 1998.
  • Austin G., Contemporary French Cinema: an Introduction, Manchester, Manchester University Press, 1996.
  • Bazin A., « Monsieur Hulot et le temps », Qu’est-ce que le cinéma, Paris, Cerf, rééd. 1994.
  • Emelina J., Le Comique. Essai d’interprétation générale, Paris, SEDES, 1991.
  • Král P., Les Burlesques ou Parade des somnambules, Paris, Stock, 1986.
  • Mast G., The Comic Mind: Comedy and the Movies, Chicago, Chicago University Press, 1997.
  • Prédal R., Le Jeune Cinéma français, Paris, Nathan/VUEF, 2002.
  • Waldron D., « Fluidity of Gender and Sexuality in Gazon Maudit », France on Film. Reflections on Popular French Cinema, L. Mazdon éd., Londres, Wallflower Press, 2001, p. 65-80.

Documentaires

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. a, b et c « Et l'humour français est historiquement social. Notre base d'écriture, c'est Molière, la lutte des classes, les pauvres contre les riches. » (Eric Judor, dans une interview à Libération)
  2. a et b Le premier film parlant français Les Trois Masques d'André Hugon est diffusé à Paris le 31 octobre 1929.
  3. « [Comparé aux comédies françaises], les comédies outre-Atlantique qui marchent se focalisent rarement sur ces rapports de communautés, sauf à de rares exceptions, comme Mariage à la grecque. »
  4. Selon Bertrand Dicale dans le documentaire Il était une fois... Louis de Funès, « En ce milieu des années 60, le cinéma français est en pleine mutation ; la couleur se généralise, et pour faire face à la concurrence de la télévision, les films peuvent désormais proposer du grand spectacle tant sur la mise en image que sur le jeu d'acteur, une véritable aubaine pour Louis de Funès. Au moment ou le cinéma français bascule dans un autre âge, on voit apparaître un acteur qui est à la fois parfait dans le gros plan (car il a le mimique, on peut cadrer sur son visage très serré, et on a un beau spectacle), et en même temps il bouge, il court, il saute, et c'est parfait pour le cinémascope, le grand écran. Et donc on a l'acteur qui correspond exactement à ce dont ont besoin les grands écrans de cinéma français qui apparaissent au milieu des années 60. Donc le génie de Louis de Funès rencontre le changement dans les habitudes de consommation au cinéma des Français, et cela, c'est plus qu'un coup de génie, c'est un coup de chance. »
  5. Une preuve indirecte de cela est le rajout en 1992 de l’article L. 123-1 du code du travail interdisant l'avancement par « promotion canapé ».
  6. Sa fille, l'actrice Marilou Berry, dans le film de comédie Vilaine, a repris divers rôles proches de ceux de sa mère. Le rôle d'une femme qui est complexé par son physique (comme dans Les hommes préfèrent les grosses), avant de devenir méchante (comme dans Un crime au Paradis), puis gentille et romantique - à la fin du film - tout en assumant sa personnalité et en prenant conscience qu'elle est belle en réalité (comme dans Le Hérisson).
  7. Par ordre décroissant : Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, Astérix et Obélix contre César, La Chèvre, Astérix aux Jeux olympiques, Les Anges gardiens, Les Valseuses, et Le Placard.
  8. Sur la droite le partenaire étranger de la production française

Références

  1. a, b et c Gaétan Mathieu, « Les Américains et l'humour français sont-ils incompatibles ? », sur France-Amérique actualités, (consulté le 30 décembre 2014)
  2. Camille Jourdan, « Les comédies «communautaires», la recette gagnante du cinéma français », sur Slate Culture,
  3. « Le film Intouchables accusé de racisme aux Etats-Unis. », sur lefigaro.fr, (consulté le 4 mars 2014)
  4. a et b Xavier Beaunieux, « La vérité ! Comment réussir sa comédie communautaire ? », sur Quoi.info,
  5. « Classement des films de langue étrangère les plus vus aux États-Unis », sur Box Office Mojo
  6. Romain Iriarte, « Top 5 des scènes cultes avec Louis de Funès », sur tvmag.lefigaro.fr, (consulté le 28 décembre 2014)
  7. (en) « The French have jokes, but do they have a sense of humour? », sur economist.com,
  8. « Comédie-Française, la », sur universalis.fr (consulté le 19 décembre 2014).
  9. Armand Frémont, « La terre », in Les Lieux de mémoire, tome III (dir. Pierre Nora), Quarto Gallimard, 1997, p. 3047-3080 (en part. p. 3050-3051)
    La France compte 43,8 % de personnes vivant de la terre au recensement de 1906, et 31 % à celui de 1954. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, l'exode rural touche ainsi principalement les terroirs d'exploitation difficile, particulièrement dans le sud de la France ou les régions montagneuses (cf. Histoire démographique de la France.)
  10. Dossier livré avec le DVD édité par Gaumont
  11. Jean-Pierre Mocky.
  12. Élie Semoun.
  13. Christophe Carrière.
  14. « Jean Lefebvre », sur www.nanarland.com
  15. Lauretta Clough et Caroline Eades, « À se tordre de rire : la représentation du corps dans les films comiques américains et français », sur recherchestravaux.revues.org
  16. Véziane de Vezins, « Le Père Noël est une ordure décrypté », sur lefigaro.fr, (consulté le 23 novembre 2012).
  17. Francis Veber, Que ça reste entre nous, Robert Laffont, 2010, pages 95-98
  18. « Biographie de Francis Veber. », sur cinema.krinein.fr
  19. « Le viager. », sur telerama.fr
    Le scénario doit beaucoup à René Goscinny, alors rédacteur en chef de Pilote, qui avait trouvé un ton, mélange subtil d'ironie et d'observation sociale. On retrouve donc ici le même regard sur les mutations de la France que dans Astérix ou Les Dingodossiers, dont il signait les scénarios.
  20. « La saga des Postiches : il était une fois des garçons de Belleville. », sur Libération.
    Au sujet des Gang des postiches, "les 100 briques se sont volatilisés."
  21. http://www.cbo-boxoffice.com/v3/page000.php3?inc=histoannu.php3
  22. Toujours au sujet des Gang des postiches, « Dominique Loiseau, présent le 14 janvier 1986 fut accusé d'être un policier ripoux. »
  23. Fiche critique sur telerama.fr, 21 septembre 1996
  24. Fiche sur linternaute.com
  25. (fr) « C'est l'amer Michel Blanc », sur liberation.fr,
  26. Cette association entre Michel Blanc et le personnage de 'Jean-Claude Dusse' est un handicap dans lequel il a longtemps était confronté dans la carrière solo. Selon Michel Blanc dans le documentaire 'La folle histoire du Splendid' : « D'une certaine manière, j'en garde un souvenir reconnaissant. Et d'un autre côté, c'était le sparadrap du capitaine Haddock comme on dit, car il a fallu que je résiste beaucoup pour qu'on me laisse accéder à d'autres rôles. »
  27. Judith Perrignon, « Valérie Lemercier, drôle de femme », sur lemonde.fr, (consulté le 16 mai 2015)
  28. « Valérie Lemercier. », sur linternaute.comn
  29. Alain Morel, « Daniel Prévost se glisse dans la peau d'un huissier. », sur Le Parisien,
  30. « Oscars 2012 : le sacre de "The Artist" », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  31. « Intouchables : L'interview d'Omar Sy », L'Express,‎ (lire en ligne).
  32. « Christian Clavier est le seul acteur à avoir passé 4 fois les 10 millions d'entrées au box-office », sur premiere.fr, (consulté le 3 mai 2015)
  33. Selon le CNC sur le site JP's Box-Office
  34. « "Bienvenue chez les Ch'tis" dépasse "La Grande Vadrouille". », sur L'Obs culture,
    « Le film de Dany Boon Bienvenue chez les Ch'tis est devenu le plus gros succès au box-office pour un film français depuis 1945 [...] La comédie ravit ainsi la place de numéro un à La Grande Vadrouille ».

académique et bibliographique

  1. (en) P. Powrie, French Cinema in the 1980s: nostalgia and the crisis of masculinity, Oxford and New York, Clarendon Press, , p.141
    « Il n’est pas exagéré de dire que les films comiques sont le genre français le plus populaire » (It’s no exaggeration to say that comic films are the most popular French genre).
  2. Julie Barillet sous la direction de Marc Muylaert, Institut Français de Munich., « La Grande Vadrouille. » [PDF], sur institutfrancais.de (consulté le 28 décembre 2014)
  3. Bruno Marchal, maître de conférence à l'Université Kasetsart, « Films du genre "le duo comique" » [PDF], sur Université Kasetsart, Bangkok,
  4. A. Bazin, « Monsieur Hulot et le temps », Qu’est-ce que le cinéma, Paris, Cerf, rééd. 1994, p. 41

documentaire

  1. Il était une fois... Louis de Funès, documentaire, France, 2013
  2. De Funès : 100 ans de rire.., documentaire, France, 2014
  3. Daniel Auteuil, quelques jours avec lui, documentaire, France, 2013 : « La carrière de Daniel Auteuil est lancée avec «Les sous-doués». Il enchaîne alors les rôles comiques qui finissent par le lasser. Le rôle d'Ugolin - dans le diptyque «Jean de Florette» et «Manon des sources» de Claude Berri - tombe à pic et lui permet de montrer un côté plus grave et plus sombre de sa personnalité. »
    Renouant avec les films de comédie : dans Le Placard, il joue le rôle d'un père divorcé et licencié qui essaye de se suicider, dans La Doublure, il joue le rôle d'un chef d'entreprise qui est mal vu, et qui ne peut plus voir sa maîtresse. Dans Mon meilleur ami, il joue le rôle d'un homme qui n'a pas d'amis, et qui ne sait pas encore ce qu'est l'amitié.
  4. a, b, c et d Des Bronzés au Père Noël la folle histoire du Splendid, documentaire, France, 2013.
  5. Un jour, un Destin. Gérard Depardieu : blessures secrètes, documentaire, France, 2009.