Cimetière du Bois-de-Vaux

Cimetière du Bois-de-Vaux
BoisVaux6.jpg
Vue du cimetière
Pays
canton
Commune
Adresse
Route de Chavannes 2
Mise en service
Patrimonialité
Coordonnées
46° 31′ 19″ N, 6° 35′ 55″ E
Identifiants
Site web
Localisation sur la carte de Lausanne
voir sur la carte de Lausanne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du canton de Vaud
voir sur la carte du canton de Vaud
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg

Le cimetière du Bois-de-Vaux est le plus grand cimetière de Lausanne en Suisse.

Histoire

Le cimetière s’étend au lieu-dit Bois-de-Vaux sur le domaine d’une ancienne « campagne » dont l’histoire remonte au XVIIe siècle. Une maison de maîtres y a été bâtie vers 1770 sous le nom de « Fantaisie », édifiée peut-être sous la direction de l’architecte Rodolphe de Crousaz. En 1800, le domaine est vendu à l’architecte amateur Isaac-Augustin Joseph, à qui l’on doit la construction vers 1805 d’un nouvel édifice[1]. De précoces fouilles archéologiques y sont conduites en 1804 sous la direction des architectes Henri Exchaquet et Jean-Abraham Fraisse, avec Marc-Antoine Cazenove d’Arlens. Ces travaux empiriques mettent au jour diverses antiquités romaines[2].

Dès 1817, le domaine appartient à la famille de Loys, qui revend en 1823 la partie orientale et méridionale à Jean-Henri Minutoli, baron, ancien lieutenant-général au service de la Prusse, et archéologue. Celui-ci transforme l’intérieur dans le style Empire.

Après la désaffection en 1916 des cimetières lausannois de La Sallaz et de La Pontaise, on décide d'acquérir, à proximité du cimetière de Montoie, la plus grande partie du domaine du Bois-de-Vaux (sauf la maison de maître), pour y créer un cimetière lausannois unique, hors du périmètre urbain. Un concours d'architecture est organisé en 1919. Le cimetière est planifié et construit par Alphonse Laverrière entre 1922 et 1951[3], il est situé au sud de la ville[4] et est inscrit comme bien culturel suisse d'importance nationale[5]. De nombreuses personnalités y reposent, dont Pierre de Coubertin (section 9, concession 153-154), Coco Chanel (section 9, concession 129-130-131), le lexicologue Paul Robert (section 9 concession 127), l'administrateur de la science Clemens Heller (section 9, concession 166-167), le voyant Alec Dahn, alias Marcel Schultz-Conchon (section 49), le chansonnier Pierre Dudan[6] et les architectes Eugène Viollet-le-Duc (section 18, concession 101) et Alphonse Laverrière (section 1). L'actrice Lya Mara y a également été enterrée mais sa tombe est depuis désaffectée.

Références

  1. Marcel Grandjean, Les monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud I. La ville de Lausanne: introduction, extension urbaine, ponts, fontaines, édifices religieux (sans la cathédrale), hospitaliers, édifices publics, vol. I, Bâle, Éditions Birkhäuser, coll. « Les monuments d'art et d'histoire de la Suisse, 51 », , 452 p., p. 101-109
  2. Vincent Fontana, Les Antiquités du Musée cantonal. Vestiges de populations évanouies (1770-1840), Lausanne, Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, coll. « PatrimoineS Hors série », (ISBN 978-2-9701297-1-4)
  3. INSA Inventaire suisse d’architecture : Grenchen, Herisau, Lausanne, Liestal, vol. 5, Berne, Société d’histoire de l’art en Suisse, coll. « INSA », , 480 p. (ISBN 3-280-01982-6), p. 317-317.
  4. « Cimetière du Bois-de-Vaux », sur lausanne.ch (consulté le 3 août 2012)
  5. [PDF] L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  6. « Cimetières lausannois : personnages célèbres », sur lausanne.ch (consulté le 17 octobre 2010)

Voir aussi

Article connexe

Lien externe