Christophe Ruggia

Christophe Ruggia
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Christophe Ruggia, né le à Rueil-Malmaison, est un réalisateur, scénariste et producteur français.

Biographie

Christophe Ruggia est diplômé du Conservatoire libre du cinéma français et lauréat de la Fondation de la vocation 1993 (Cinéma)[1].

Il conçoit et réalise, en 1991, la campagne de lutte contre le SIDA aux Antilles intitulée Sovè l’anmou (2 × 45 secondes et 2 × 1 min). Après L’Enfance égarée (1993), court-métrage sorti en salle dans le programme Quatre légendes urbaines, il signe Le Gone du Chaâba (1997), un premier long-métrage qu’il accompagne lors de sa sortie en France et dans de nombreux festivals.

Il réalise ensuite deux autres longs métrages, Les Diables (2002) et Dans la tourmente (2011).

Il a été coprésident de la Société des réalisateurs de films (SRF) pour 2014-2015[2].

Enquête préliminaire pour « agressions sexuelles » et harcèlement sexuel

Le 3 novembre 2019, paraît un article de Mediapart dans lequel l'actrice Adèle Haenel l'accuse d'« attouchements » et de « harcèlement sexuel », alors qu'elle avait entre douze et quinze ans[3],[4],[5], accusations qu'il réfute par l’intermédiaire de ses avocats puis dans un droit de réponse publié sur Mediapart[note 1]. Il lui demande cependant pardon, déclarant que son « adulation » pour Adèle Haenel a pu être pour cette dernière « pénibles à certains moments »[note 2] et dénonce un « pilori médiatique »[note 3]. Une procédure de radiation est engagée dès le lendemain à l’unanimité par le conseil d’administration de la Société des réalisateurs de films (SRF) à l'encontre du réalisateur[9].

La réalisatrice Mona Achache, ex-compagne de Christophe Ruggia, a témoigné pour l'enquête de Mediapart : « Il m'avait confié avoir des sentiments amoureux pour Adèle lors de la tournée promotionnelle des Diables. » Mona Achache affirme qu'il lui a parlé d'une scène précise avec contact physique[note 4], et qu'elle l'a ensuite quitté[10],[11].

Une enquête préliminaire est ouverte par le parquet de Paris pour des chefs d’« agressions sexuelles » sur mineure de moins de 15 ans « par personne ayant autorité » et de « harcèlement sexuel », et a été confiée à l'OCRVP[12].

Filmographie (réalisateur)

Notes

  1. Dans ce droit de réponse publié le 6 novembre 2019, il écrit : « Je n’ai jamais eu à son égard, je le redis, les gestes physiques et le comportement de harcèlement sexuel dont elle m’accuse, mais j’ai commis l’erreur de jouer les pygmalions avec les malentendus et les entraves qu’une telle posture suscite. Emprise du metteur en scène à l’égard de l’actrice qu’il avait dirigé et avec laquelle il rêvait de tourner à nouveau »[6]
  2. Dans ce droit de réponse, il écrit : « À l’époque, je n’avais pas vu que mon adulation et les espoirs que je plaçais en elle avaient pu lui apparaître, compte tenu de son jeune âge, comme pénibles à certains moments. Si c’est le cas et si elle le peut je lui demande de me pardonner »[7]
  3. « J’ai bien conscience du peu de poids que mes propos vont avoir. Votre journaliste a mené une enquête et même si aucune des personnes entendues n’a fait état du moindre geste déplacé de ma part, l’étroitesse de la relation que j’entretenais avec cette adolescente suffit à m’accabler. Mon exclusion sociale est en cours, et je ne peux rien faire pour y échapper. » »[8]
  4. Christophe Ruggia aurait remonté « sa main du ventre d’Adèle à sa poitrine, sous le tee-shirt », alors qu'ils regardaient ensemble un film et qu'Adèle était allongée avec la tête sur ses genoux à lui. Christophe Ruggia, voyant la peur dans les yeux d'Adèle, et prenant peur lui-même, aurait alors retiré sa main. Mona Achache a « gardé le silence » car il lui « semblait injuste de parler à la place d’Adèle Haenel »[10]
  5. Court métrage de 25 minutes qui a inspiré, 9 ans plus tard, le long métrage Les Diables

Références

  1. « Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation », sur www.fondationvocation.org (consulté le 3 novembre 2019)
  2. Site de l'AFC, 28 juin 2014 [1]
  3. « L'actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d’"attouchements" et de "harcèlement sexuel" », sur France info, (consulté le 6 novembre 2019).
  4. Marine Turchi, « #MeToo dans le cinéma : l’actrice Adèle Haenel brise un nouveau tabou », sur Mediapart (consulté le 6 novembre 2019).
  5. La rédaction de Mediapart, « Violences sexuelles : Adèle Haenel veut que « les bourreaux se regardent en face » », sur Mediapart (consulté le 6 novembre 2019).
  6. « Accusations d'Adèle Haenel : "Je n’ai jamais eu à son égard les gestes physiques dont elle m’accuse", se défend le réalisateur Christophe Ruggia », sur Franceinfo, (consulté le 12 novembre 2019)
  7. « Harcèlement sexuel : Christophe Ruggia réagit aux accusations d'Adèle Haenel », sur Les Inrocks, (consulté le 12 novembre 2019)
  8. « Une enquête judiciaire pour « agressions sexuelles » ouverte après le témoignage d’Adèle Haenel », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 novembre 2019)
  9. Zineb Dryef, « Mis en cause par l’actrice Adèle Haenel, le réalisateur Christophe Ruggia exclu de la Société des réalisateurs de films », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2019).
  10. a et b Daniel Sprimont, « Adèle Haenel : "Les monstres ça n'existe pas. C'est notre société. C'est nous, nos amis, nos pères." », sur France Inter.fr, (consulté le 11 novembre 2019).
  11. Adèle Haenel. Interview par Marine Turchi. Adèle Haenel explique pourquoi elle sort du silence. Youtube. 4 novembre 2019. (consulté le 6 novembre 2019)..
  12. « Allégations de harcèlement : Christophe Ruggia fait l’objet d’une enquête », sur lapresse.ca, .

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Bibliothèque nationale tchèque
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • (en) AllMovie