Christianisme en Inde

Le christianisme est, statistiquement, la troisième religion de l'Inde, avec approximativement 24 millions de fidèles, qui constituent 2,3 % de la population totale du pays. Le christianisme est une religion minoritaire en Inde.

Histoire

Article détaillé : Chrétiens de saint Thomas.

L'Église de Malabar

Article détaillé : Église de Malabar.

Les premières communautés chrétiennes auraient été fondées il a près de 2000 ans et auraient donné naissance à l'Église de Malabar (première Église chrétienne). Selon une ancienne et solide tradition, la première évangélisation fut l'œuvre de Thomas l'incrédule, l'un des douze apôtres du Christ. Son tombeau, non formellement indentifié, se trouve dans la basilique Saint-Thomas de Mylapore, à Chennai. En 2001, environ 24 millions de chrétiens vivent en Inde[1].

L'Église malankare Mar Thoma compterait 1 million d'adeptes.

Influence portugaise

L'histoire de l'Église latine catholique commence avec l'arrivée de Vasco da Gama. Une des premières églises encore debout, de style roman, se trouve à Cochin dans le Kerala. Dans l'ancienne colonie portugaise de Goa, des monastères en ruine sont encore visités.

Colonisation britannique

Population

Proportion de chrétiens par répartition géographique selon le recensement de 2011.

Le recensement de 2001 a trouvé 24 080 016 chrétiens en Inde, soit 2,34% de la population, la majorité étant des catholiques de l'Église latine.

L'église catholique romaine regrouperait environ 70 % des chrétiens d'Inde, répartis en 29 archidiocèses et 128 diocèses. En 1991, l'Église catholique syro-malabare comptait 3,5 millions de membres et l'Église catholique syro-malankare, 300 000. Environ 30 % de la population de Goa serait également de confession catholique romaine. Il y avait 14 000 prêtres diocésains catholiques en 2003 ainsi que 704 hôpitaux. Une étude de l'Église catholique publiée en 2005 comptait 17 300 000 baptisés catholiques, sans qu'on sache le taux de pratique religieuse[2]. On dénombrait 310 000 fidèles de l'Église catholique syro-malankare[3][Quand ?] et 3 000 000 de l'Église catholique syro-malabare. En janvier 1993, et en février 2005, le statut d'Archevêque majeur a été accordé respectivement aux Églises syro-malabare et syro-malankare par le pape Jean-Paul II.


Le protestantisme s'est établi au XIXe siècle. L'Église de l'Inde du Sud est la plus importante dénomination protestante dans le pays. Elle a été créée à partir des dénominations presbytérienne, réformée, congrégationiste, méthodiste et anglicane en 1947. Elle comptait environ 2 200 000 membres en 1995. La Church of North India revendiquait 1 million de membres. En Inde vivaient environ 1 300 000 luthériens, 473 000 méthodistes et 425 000 baptistes en 1995. La plus grande église pentecôtiste autochtone est la India Pentecostal Church of God. La plupart des dénominations protestantes sont présentes en Inde, résultant de l'activité de missionnaires dans le pays. Presbytériens, méthodistes et anglicans sont parmi les Églises ayant le plus de fidèles[4]. Les mouvements pentecôtistes et évangélistes connaissent une forte croissance[5],[6],[7].

En ce qui concerne l'orthodoxie, l'Église malankare orthodoxe comporte 2 500 000 membres, l'Église syro-malankare orthodoxe 1 200 000, l'Église malankare Mar Thoma 900 000 et l'Église malabare indépendante 10 000[8][9].


Population par confession chrétienne

Église à Yercaud
Églises en Inde
Nom de l'Église Population Forme
Église catholique romaine 11 800 000 rite latin
Église syro-malabare 3 000 000[10] rite syriaque oriental
Église syro-malankare 310 000[11] rite syriaque occidental
Église orthodoxe malankare et
Église syriaque orthodoxe jacobine
4 700 000[8] rite syriaque occidental
Église indépendante syro-malabare 10 000 rite syriaque occidental
Église syrienne chaldéenne 35 000 rite syriaque occidental
Malankara Mar Thoma 900 000[9] rite syriaque occidental
Église évangélique de Saint Thomas 35 000 protestant épiscopal
Église d'Inde du Sud 5 000 000 protestant épiscopal
Église d'Inde du Nord 1 250 000 protestant épiscopal
Église méthodiste 648 000 protestant
Église baptiste 2 991 276 Protestant
Assemblées de Jéovah Sannah 310 000[12] Protestant
Luthérien 1 267 786[13] Protestant (réformé)
Bretheren 449 550[12] à 1 000 000 Protestant
Église presbytérienne d'Inde 1 347 683 Protestant
Église presbytérienne d'Inde du Nord-Est 15 000 Protestant
Église presbytérienne réformée d'Inde 10 000 Protestant
Église évangélique de Maraland 30 000 Protestant
Église congrétionnelle d'Inde 5 500 Protestant
Église Covenant de l'Hindoustan 16 600 Protestant
Worldwide Faith Missions 12 000[citation nécessaire] Protestant
Église évangélique 250 000 Protestant
Nouvelle Église apostolique 1 448 209 Protestant
Église de Dieu pentecôtiste d'Inde 600 000 Protestant
Église pentecôtiste de l'Évangile Maranatah Protestant
New Life Fellowship Association 480 000 Protestant
Sharon Fellowship Church 50 000 Protestant
Manna Full Gospel Churches 275 000 Protestant
Philadelphia Fellowship Church of India 200 000 Protestant
Adventistes du septième jours 1 560 000[14] Protestant
Unitarian Union of Northeast India 10 000 Protestant (unitarisme)
Témoins de Jéovah 42 566[15] Témoins de Jéovah
Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours 1 289[16] Mormons
Gift of God Ministries 1 000 protestant (born again)
Christian Revival Church 21 447[17] protestant(évangélique)
Mennonite Brethren Church 103 000[18] protestant (réformé)

Population chrétienne par état

Proportion de chrétiens par état selon le recensement de 2001[19].
Pourcentage de chrétiens par état d'après le recensement de 2011[20]
État Population Pourcentage de chrétiens Nombre de chrétiens
Drapeau de l'Inde Union indienne (totalité) 1 210 854 977 2,30 27 819 588
Nagaland 1 978 502 87,93 1 739 651
Mizoram 1 097 206 87,16 956 331
Meghalaya 2 966 889 74,59 2 213 027
Manipur 2 855 794 41,29 1 179 043
Arunachal Pradesh 1 383 727 30,26 418 732
Goa 1 458 545 25,10 366 130
Andaman and Nicobar Islands 380 581 21,28 80 984
Kerala 33 406 061 18,38 6 141 269
Sikkim 610 577 9,91 60 522
Puducherry 1 247 953 6,29 78 550
Tamil Nadu 72 147 030 6,12 4 418 331
Tripura 3 673 917 4,35 159 882
Jharkhand 32 988 134 4,30 1 418 608
Assam 31 205 576 3,74 1 165 867
Odisha 41 974 218 2,77 1 161 708
Chhattisgarh 25 545 198 1,92 490 542
Karnataka 61 095 297 1,87 1 142 647
Dadra and Nagar Haveli 343 709 1,49 5 113
Andhra Pradesh 84 580 777 1,34 1 129 784
Pendjab 27 743 338 1,26 348 230
Daman and Diu 243 247 1,16 2 820
Maharashtra 112 374 333 0,96 1 080 073
Delhi 16 787 941 0,87 146 093
Chandigarh 1 055 450 0,83 8 720
West Bengal 91 276 115 0,72 658 618
Gujarat 60 439 692 0,52 316 178
Lakshadweep 64 473 0,49 317
Uttarakhand 10 086 292 0,37 37 781
Madhya Pradesh 72 626 809 0,29 213 282
Jammu and Kashmir 12 541 302 0,28 35 631
Haryana 25 351 462 0,20 50 353
Uttar Pradesh 199 812 341 0,18 356 448
Himachal Pradesh 6 864 602 0,18 12 646
Rajasthan 68 548 437 0,14 96 430
Bihar 104 099 452 0,12 129 247

Conflits

Relations avec l'hindouisme

Selon la tradition, c'est en 52 après J.-C. que Saint Thomas et les premiers judéo-chrétiens arrivèrent sur les côtes du Malabar et y fondèrent les premières églises : ils évangélisèrent notamment des Juifs indiens dont les communautés marchandes habitaient déjà les ports du Sud de l'Inde ; la société hindoue accepta sans problème ces communautés juives et chrétiennes, complètement étrangères à l'hindouisme, et intégra, à titre de caste commerçante dans son système social, les « chrétiens de Saint Thomas » – connus en Inde sous le nom de nazrani (nom que les Juifs de la première génération chrétienne donnaient à ceux d'entre eux qui se convertissaient au christianisme), sans que nul prince hindou ou fanatique n'essaye de leur faire perdre leur identité judéo-chrétienne, et ce, pendant presque deux mille ans [21].

Le catholicisme, particulièrement à Goa (de son nom indien Gomântak), qui était un centre religieux important de l'hindouisme (avec de très nombreux temples dotés d'instituts d'enseignements traditionnels, d'écoles de danse classique, etc.), s'est installé dans la violence, avec la persécution et la mise à mort des hindous refusant de se convertir au christianisme, missionnaires chrétiens qui firent détruire de très nombreux temples hindous et jaïns dans tout le sud côtier de l'Inde jusqu'au Gujarat [22].

Plus précisément, c'est Saint François Xavier qui fit instituer le saint-office de l’Inquisition à Goa en 1560, dont s'en suivirent destructions de temples, tortures, bûchers et conversions forcées. Ce n’est qu’en 1812 que l'Inquisition fut officiellement abolie. L’Église catholique n’a jamais exprimé de regret pour les victimes passées de son œuvre missionnaire en Inde, ni pour la destruction de temples hindous dans d’autres régions (comme le grand temple de Pondichéry, démoli en 1748 selon la volonté des Jésuites).

Article détaillé : Inquisition de Goa.

Le christianisme est accusé de remettre en question le système des castes, et la montée en puissance des partis nationalistes hindous comme le BJP ou le RSS (se réclamant de l'Hindutva) a concordé avec des vagues de violence, comme des attaques contre des chrétiens ou des lieux de culte[23],[24]. La conversion obtenue « par la force » ou par « des moyens frauduleux » des hindous au christianisme est punie dans certains Etats par des lois anti-conversion, et l'aide à l'église en détresse signale des violences policières et des agressions contre les nouveaux convertis[25],[26].

Relations avec l'islam

Différents rites

On retrouve le principalement le rite latin, le rite syro-malabar et le rite syro-malankare. Des adaptations de la liturgie ont été permises aux catholiques par le pape, notamment l'utilisation de pétales de fleur, ou le remplacement de la génuflexion par le salut les mains jointes devant le nez[27].

Art et architecture

Manarcad, l'une des plus vieilles église et un lieu de pélerinage en Inde.
Intérieur de la chapelle Saint Aloÿs de Mangalore.

L'art et l'architecture prennent une part importante dans la vie des chrétiens indiens[28],[29]. Selon l'architecture, on peut voir les influences françaises ou danoises.

Notes et références

  1. « Census of India, 2001 », Census Bureau, Government of India.,‎
  2. (en) « Factfile: Roman Catholics around the world », BBC News,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Recapitulation of Statistics », The Syro-Malankara Catholic Major Archiepiscopal Church
  4. (en) « CSI SYNOD » (consulté le 5 mars 2015)
  5. Critique Of Pentecostal Mission By A Friendly Evangelical
  6. THE WITNESS OF NEW CHRISTIAN MOVEMENTS IN INDIA Roger E. Hedlund 7 Aug 2004
  7. PENTECOSTALISM IN INDIA: AN OVERVIEW Stanley M. Burgess 2001
  8. a et b Fahlbusch 2008, p. 285.
  9. a et b (en) « Overview - MAR THOMA SYRIAN CHURCH OF MALABAR » (consulté le 5 mars 2015)
  10. (en) « Population Statistics and Demography of Saint Thomas Christians, Churches with historical references », Nasranis (consulté le 5 mars 2015)
  11. (en) « Population Statistics »
  12. a et b
  13. (en) « Top Ten Countries with the Most Latter-day Saints, Seventh Day Adventists, and Jehovah's Witnesses »
  14. 2016 Yearbook of Jehovah's Witnesses, p.182
  15. LDS Church Almanac, 2011 Edition, p. 505
  16. Christian Revival Church Arunachal Pradesh, Annual Report as on 31.12.2015
  17. (en) Abe J Dueck, The Mennonite Brethren Church Around the World: Celebrating 150 Years, Kitchener, Pandora Press, (ISBN 978-1926599113)
  18. (en) « Population by religious communities » (consulté le 5 mars 2015)
  19. (en) « Census of India – Religious Composition », Government of India, Ministry of Home Affairs (consulté le 27 août 2015)
  20. Le modèle indou, Guy Deleury, éditions Kailash, ISBN 2-909052-33-8, page 100.
  21. Le modèle indou, Guy Deleury, éditions Kailash, ISBN 2-909052-33-8, page 44
  22. https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/inde/
  23. http://www.lefigaro.fr/international/2008/08/28/01003-20080828ARTFIG00352-flambee-de-violence-entre-hindous-et-chretiens-en-inde-.php
  24. https://www.aed-france.org/inde-arrestations-pour-soupcon-de-conversion-au-christianisme/
  25. http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Monde/En-Inde-13-personnes-arretees-pour-conversion-christianisme-2016-01-21-1200732933
  26. http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-christianisme-en-Inde-se-veut-davantage-romain-_EP_-2011-05-22-617694
  27. (en) « Art Architecture India Christian Kerala Syrian Christianity » (consulté le 5 mars 2015)
  28. (en) « Monuments in Chennai, Monuments of Chennai India, Monuments Tour in Chennai, Chennai Monuments Tours, Travel to Chennai Monuments, Chennai Monuments Holidays »

Bibliographie

  • Shourie, A. (1994). Missionaries in India: Continuities, changes, dilemmas. New Delhi: ASA Publications.
  • Madhya Pradesh (India)., Goel, S. R., Niyogi, M. B., & Voice of India. (1998). Vindicated by time: The Niyogi Committee report on Christian missionary activities. New Delhi: Voice of India.
  • Panikkar, K. M. (1969). Asia and Western dominance. New York: Collier Books.
  • Goel, S. R. (1996). History of Hindu-Christian encounters, AD 304 to 1996. New Delhi: Voice of India. (ISBN 81-85990-35-2)

Articles connexes

Sources