Rite byzantin

(Redirigé depuis Christianisme byzantin)
Sacrement du baptême selon le rite byzantin

Le rite byzantin ou rite constantinopolitain est le rite liturgique employé par les Églises orthodoxes, et par certaines Églises catholiques orientales.

Historique

Le rite byzantin provient de la synthèse entre l'ancien rite cathédral de l'Église de Constantinople, tombé en désuétude à partir du Xe siècle, et la forme monastique du rite de l'Église de Jérusalem, lui-même tombé en désuétude à partir des croisades[1].

Caractéristiques

Le clergé orthodoxe : un évêque (près de l'autel, derrière l'iconostase), un prêtre (à gauche) et deux diacres (au centre, en vêtements dorés).

Le rite byzantin comporte, à l'instar des autres familles liturgiques comme le rite romain différents éléments qui le constituent. À savoir la Divine Liturgie qui est la célébration de l'eucharistie ; les sept mystères ou sacrements qui sont le baptême, la chrismation (ou confirmation) et l'eucharistie pour les trois sacrements de l'initiation, la pénitence et l'onction qui sont les deux sacrements de guérison et finalement le couronnement ou mariage et l'ordination qui sont les deux sacrements du service ; la Liturgie des Heures formée des matines, des vêpres, des vigiles et des autres heures ; une année liturgique comportant un calendrier avec des cycles fixes et mobiles des périodes de jeûnes, de fêtes et de commémorations. Il y a aussi des services dits mineurs tels que les bénédictions, consécrations d'églises, exorcismes, etc[2].

Tous les services liturgiques sont consignés dans des ouvrages formés de l'ordinaire qui contient les parties fixes et invariables ainsi que du propre qui contient les parties spécifiques à la célébration en cours. Pour la liturgie des Heures, le livre utilisé est l'Horologion. Pour le cycle mobile, trois livres sont utilisés : le Triodion pour le temps de carême, le Pentecostarion pour la période de Pâques et de la Pentecôte ainsi que l'Octœchos pour le reste du temps. Pour les commémorations et fêtes, il y a douze livres, un par mois, appelés Menaion qui contiennent les textes propres à chaque célébration[2].

Aménagement des églises

Langue liturgique

Plusieurs langues liturgiques sont utilisées :

et les langues des pays où est célébrée la Liturgie, l'Église ayant pour principe, quand c'est possible, de célébrer en langue vernaculaire.

Liturgie eucharistique

Répartition du pain (Prosphora) sur la Patène durant le Rite byzantin.

Trois liturgies sont utilisées dans le Rite Byzantin. La « Liturgie de saint Jean Chrysostome » est la liturgie habituellement employée. Deux autres liturgies sont également célébrées pendant l'année liturgique, la « Liturgie de saint Basile de Césarée » (célébrée dix fois pendant l'année), et la « Liturgie de saint Grégoire dite des saints dons présanctifiés »[1] (célébrée pendant le Grand Carême). La célébration de la Liturgie de saint Jacques est également en usage dans certaines Églises byzantines, par exemple lors de la fête de saint Jacques « frère du Seigneur ».

Exemple de Divine Liturgie de saint Jean Chrysostome : film, intégrale de la Divine Liturgie de Pentecôte à Bruxelles (en français), célébrée en la paroisse saint Silouane l'Athonite et saint Martin de Tours

Calendrier et année liturgique

Le calendrier julien a longtemps été le seul utilisé. Il reste encore en usage dans plusieurs Églises :

D'autres Églises ont adopté un calendrier ressemblant (à court terme seulement [2]) au calendrier grégorien. Ce nouveau calendrier est utilisé pour les fêtes fixes, à la suite d'une décision d'un synode partiellement pan-orthodoxe qui eut lieu en mai 1924 à Constantinople. Il est appelé « nouveau calendrier » ou plus exactement « calendrier julien corrigé ». Elles conservent cependant le calendrier julien pour déterminer la date de Pâques. L'abandon du calendrier julien a provoqué des schismes dans plusieurs de ces Églises avec l'apparition des vieux-calendaristes.

Celles qui adoptèrent le « calendrier julien corrigé » furent :

Art sacré

  • les Icônes
  • les statues, anciennement du moins

Musique

Article détaillé : Chant choral serbe.

Comme dans toutes églises orthodoxes l'utilisation d'instruments de musique est totalement proscrit. L'accompagnement musical se fait donc exclusivement par Chorale, à l'exception de l'église orthodoxe éthiopienne qui utilise lors des messes un (des) tambour(s) et l'église apostolique arménienne qui elle utilise l'orgue (lors de certaines célébrations).

Variantes

Le rite ukrainien en usage dans l'Église grecque-catholique ukrainienne est un variante latinisée du rite byzantin.

Le rite russe ancien utilisé par les Orthodoxes vieux-croyants a également des caractéristiques propres [3].

  • Église byzantine hors frontière

Notes et références

  1. Voir par exemple J.F. Baldovin, The Urban Character of Christian Worship, The Origins, Development, and Meaning of Stational Liturgy (OCA 229), Rome, 1987; M.F. Auzépy, De la Palestine à Constantinople (VIIIe-IXe siècles): Étienne le Sabaïte et Jean Damascène, Travaux et mémoires, 12 (1994), p. 183-218
  2. a et b Robert F. Taft, Le Rite Byzantin, p. 14

Bibliographie

  • Antoine Arjakovsky, Qu'est-ce que l'orthodoxie ?, Folio/Essais, 2013 (ISBN 978-2-07-043772-6)
  • Irénée-Henri Dalmais, Les liturgies d'Orient, Paris, Cerf, coll. « Rites et Symboles » (no 10), , 192 p. (ISBN 2-204-01514-8, présentation en ligne)
  • Robert F. Taft (trad. Jean Laporte), Le Rite Byzantin : Bref historique [« The Byzantine, A Short History »], Paris, Cerf, coll. « Liturgie » (no 8), , 112 p. (ISBN 2-204-05439-9, ISSN 1151-7115, présentation en ligne)

Voir aussi

Article connexe

Liens externes