Chirac (Charente)

Chirac
L'église de Chirac en arrivant d'Exideuil
L'église de Chirac en arrivant d'Exideuil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Vienne
Intercommunalité Communauté de communes de Haute-Charente
Maire
Mandat
Christian Massias
2014-2020
Code postal 16150
Code commune 16100
Démographie
Gentilé Chiracois
Population
municipale
750 hab. (2014 en augmentation de 3,73 % par rapport à 2009)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 53″ nord, 0° 39′ 21″ est
Altitude Min. 133 m
Max. 263 m
Superficie 34,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Chirac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Chirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chirac
Liens
Site web www.mairie-chirac.com

Chirac (Chirac en limousin, dialecte occitan) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Chiracois et les Chiracoises[1].

Géographie

Localisation et accès

Chirac est une commune de la Charente limousine située à 6,5 km au nord-ouest de Chabanais, le chef-lieu de son canton.

Le bourg de Chirac est aussi à 11 km au sud de Confolens, la sous-préfecture, 7 km de Roumazières-Loubert [Note 1] et de Saint-Maurice-des-Lions, 49 km d'Angoulême[2].

Située à l'intérieur d'une grande boucle de la Vienne, Chirac est à l'écart des grandes routes. Le pont de Manot au nord et d'Exideuil au sud traversent la rivière. La commune est desservie par la D 59 qui va au sud-est à Chabanais et au nord à Confolens en longeant la Vienne sur sa rive droite et passe au bourg. La D 165 passe aussi au bourg et va d'Exideuil à Chabrac[3].

La gare la plus proche est celle d'Exideuil, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Hameaux et lieux-dits

La commune assez étendue comporte de nombreux hameaux. Du nord au sud, on peut citer Flayat, les Barussies, la Pécoulie, l'Age (à l'ouest du bourg, dominant la vallée de la Vienne), la Martine et Pré Cadillac près du bourg, à l'est : le Bourdeau, la Grelière, la Guéranchie, l'Aumônerie, Tisseuil, la Sechère, le Theil, la Salmonie, et au sud Peyras, Foulounoux, le Courtieux. La commune arrive aussi jusqu'aux faubourgs de Chabanais (quartier du Mas et des Rivauds)[3].

Communes limitrophes

Géologie et relief

Soubassement de maison en granite rose, dans le village

Comme toute cette partie nord-est du département de la Charente qu'on appelle la Charente limousine, la commune de se trouve sur le plateau du Limousin, partie occidentale du Massif central, composé de roches cristallines et métamorphiques, relique de la chaîne hercynienne.

Le granite occupe la quasi-totalité de la commune de Chirac. Dans le nord (entre Fromenteau et Flayat) on trouve de la diorite[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune occupe un vaste plateau ondulé entaillé par la vallée de la Vienne au sud et à l'ouest. Le territoire culmine à 263 m (borne IGN, au sud de la Grelière). Le point le plus bas, 133 m, est situé le long de la Vienne à la sortie de la commune en face du bourg de Manot. Le bourg de Chirac, situé dans un vallon, est à environ 175 m d'altitude[3].

Hydrographie

La commune est sur la rive droite de la Vienne, où celle-ci venant de l'est infléchit son cours vers le nord. De petits ruisseaux affluents parcourent la commune, comme celui de Flayat au nord, celui du bourg qui passe aussi au pied de l'Age, ou le ruisseau du Grand Pré en limite orientale qui se dirige vers le Goire[3].

Climat

Le climat est océanique dégradé. C'est celui de la Charente limousine, plus humide et plus frais que celui du reste du département.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie

Les formes anciennes sont Cariaco, Chiraco (non datés)[7].

L'origine du nom de Chirac remonterait à un personnage gallo-romain Carius dérivé de Carus (caro- terme gaulois[Note 2]) auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Carius »[8],[9].

Dialecte

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[10]. Elle se nomme aussi Chirac en occitan.

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire

Au Moyen Âge, la forêt du Chambon dépendait de la terre du même nom, située dans la paroisse voisine de Saint-Maurice, elle-même dépendant de la commanderie du Grand-Madieu.

Le domaine de l'Age (autrefois orthographié de Laage), dont le château remonte avant le XVIe siècle, a été le berceau de la famille de Laage de Chirac, puis a longtemps appartenu à la famille de La Boissière. Au XIXe siècle, le comte de la Boissière y construit des forges qui ont produit jusqu'à 400 t de fonte par an[12], et qui ont dû cesser leur activité vers 1860. Le baron de Freycinet, propriétaire au début du XXe siècle, est un descendant de cette famille, dont un représentant, le général comte de Laboissière, avait fait les campagnes napoléoniennes[13].

Administration

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2001 Bernard Germaneau PCF  
mars 2001 2014 Jean Saint-Clair PCF Retraité Éducation nationale
mars 2014 en cours Christian Massias[14] PCF Retraité de la SNCF

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2014, la commune comptait 750 habitants[Note 3], en augmentation de 3,73 % par rapport à 2009 (Charente : +0,65 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
965 1 209 1 061 1 154 1 042 1 220 1 327 1 433 1 394
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 205 1 262 1 157 1 179 1 211 1 238 1 250 1 181 1 141
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 133 1 023 943 899 841 803 708 706 691
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
697 692 730 767 732 701 739 750 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Chirac comptait 706 habitants (soit une diminution de -3,7 % par rapport à 1999). La commune occupait le 12 652e rang au niveau national, alors qu'elle était au 11 275e en 1999, et le 106e au niveau départemental sur 404 communes.

Le maximum de la population a été atteint en 1851 avec 1 433 habitants.

Pyramide des âges

Pyramide des âges à Chirac en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,8 
7,3 
75 à 89 ans
7,5 
16,7 
60 à 74 ans
14,2 
29,3 
45 à 59 ans
28,9 
18,2 
30 à 44 ans
18,6 
13,2 
15 à 29 ans
11,1 
15,0 
0 à 14 ans
18,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie

Le chirac

Le chirac, un fromage de chèvre au lait cru, est fabriqué à Chirac.

Équipements, services et vie locale

Enseignement

Chirac possède une école élémentaire, le Pré Cadillac, comprenant deux classes. Le secteur du collège est Chabanais[21].

Lieux et monuments

Patrimoine religieux

L'église vue de la rue de Chabanais
  • L'église paroissiale Saint-Pierre. Un retable en bois sculpté datant du XVIIe siècle montre la délivrance de Saint-Pierre; il est classé monument historique au titre objet depuis 1941[22].
  • La chapelle du cimetière date du XIVe siècle et contient de belles peintures murales. Elle est classée monument historique depuis 1977[23].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civil

  • Le château de l'Âge date du XVIe siècle avec deux tours rondes supposées du XVe siècle. Il a été agrandi et restauré au XVIIIe siècle; ses douves ont été comblées et remplacées par une terrasse. Les restes du vieux donjon, situés près du château, semblent plus anciens encore. Le château est entouré d'un parc[12],[13].
  • Le pont sur la Vienne, au pied de Manot.

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes

  1. Par la route, Roumazières est à 12 km.
  2. Voir aussi Charmant#Toponymie.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 12 juillet 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Confolens », sur Infoterre, (consulté le 5 novembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 19
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 131.
  10. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  11. a et b « Château de l'Âge », notice no IA00066187, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 129
  13. http://chabanais.blogs.charentelibre.fr/archive/2014/04/05/chirac-christian-massias-est-le-nouveau-maire-182560.html
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  18. « Evolution et structure de la population à Chirac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  19. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  20. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 10 avril 2011)
  21. « Retable de Saint-Pierre », notice no PM16000126, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. « Chapelle du cimetière », notice no PA00104304, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Site officiel