Cherry Rocher (distillerie)

Société Cherry Rocher Neyret Chavin
illustration de Cherry Rocher (distillerie)
Musée des liqueurs (Maison Cherry Rocher)
à la Côte-Saint-André

Dates clés Création en 1705
Personnages clés Eric Pinoncély (Président)
Barthélémy Rocher (Fondateur)
Forme juridique Société anonyme (S.A)
Siège social Bourgoin-Jallieu, Isère
Drapeau de France France
Activité Industrie de la boisson
Produits Liqueur
Crèmes de fruits
Eau-de-vie
Effectif 46 personnes
Site web http://www.cherry-rocher.fr/

Cherry Rocher est l'enseigne d'une distillerie fondée en 1705 à La Côte-Saint-André dans le département de l'Isère) par Barthélémy Rocher. Elle est connue pour ses eaux-de-vie et liqueurs de fruits[1].

Histoire

C'est en 1677 que Barthélémy Rocher voit le jour dans la partie du Dauphiné qui deviendra plus tard la Drôme. Quelques années plus tard il partit à La Côte-Saint-André afin d'aider un oncle chanoine, qui était responsable des hospices dans cette ville.
C'est à cette époque et dans ce monastère qu'il découvrit les procédés de distillation. Botaniste, il se passionna pour les arômes des plantes et des fruits et mit au point plusieurs élixirs floraux. Il imagina ensuite des préparations à base de fruits et de plantes macérés auquel il ajouta du sucre, et ce fut ainsi grâce à lui qu'en 1705 naquit la première distillerie de France à la Côte-Saint-André.
Au fur et à mesure que de nombreuses générations se succédèrent, la réputation de l'entreprise grandit dans la région et de nombreuses commandes furent passées notamment par des notables de Grenoble afin de célébrer des événements tel que des mariages des Dauphins, les passages du roi... Jean Anthelme Brillat-Savarin écrivit même que « Les meilleures liqueurs de France se fabriquent à La Côte Saint-André ».

Dans un autre temps au monastère de l'Hermitage, le frère Emmanuel qui était herboriste de la communauté des frères maristes créa en 1857 un produit à base d'une trentaine de plantes qu'il macérait et distillait afin d'obtenir l'Arquebuse de l'Hermitage, boisson aux multiples vertus... La distillerie de l'Hermitage gagnera le groupe Cherry Rocher Neyret-Chavin dans les années 1980, cependant ses produits comme l'eau de noix, la crème, le génépi, l'arquebuse de l'Hermitage sont commercialisés sous la marque « L'Hermitage »

L'entreprise Cherry Rocher 2018 est issue de plusieurs fusions de différentes distilleries de la région. Au départ, en 1705, existait la distillerie Rocher à la Côte-Saint-André. Quelques années plus tard émergèrent quasi simultanément les distilleries Neyret et Arnaud (à Bourgoin-Jallieu pour la dernière) qui fusionnèrent vers 1830 pour donner la distillerie Neyret-Arnaud, celle-ci engloba ensuite la distillerie Chavin (aussi originaire de Bourgoin) et donna naissance à la distillerie Neyret-Chavin à Ruy qui fusionna ensuite avec la distillerie Cherry Rocher de la Côte-Saint-André.

Produits

La société Cherry Rocher Neyret-Chavin propose ses boissons sous quatre enseignes différentes.

Cherry Rocher

Sous cette marque sont commercialisées des liqueurs, crèmes de fruits, cerises à l'eau-de-vie,... élaborées selon le savoir-faire des distilleries Cherry Rocher Neyret-Chavin :

Réclame de 1923 (L'Illustration)
  • Liqueurs pour cocktails : curaçao, liqueurs de poire Williams et d'abricot, crème de banane.
  • La grande Dauphine : mélange de fruits (de l'orange principalement), de plantes des Alpes, d'épices et de cognac cette recette daterait de 1855.
  • Marcs de Bourgogne, du Bugey et de Savoie.
  • Pepper Mint : Liqueur à base de menthe verte.
  • Cocktails: Mojito, caipirinha, margarita, sex on the beach, piña colada, irish coffee... Une gamme de cocktails « prêt-à-boire »
  • Fruits à l'eau de vie : cerise, pruneaux, prune verte, abricot, ananas, et poire Williams.
  • Sirop : Une trentaine de parfums différents.
  • Liqueurs « modernes » : manzana verde, limoncello et différentes déclinaisons (pamplemousse, mandarine).
  • Cherry Rocher : liqueur composée de 7 variétés de cerises.
  • Absinthes: 7 absinthes différentes sont proposées dont 3 récompensées aux Absinthiades de Pontarlier
  • Une gamme « bio » composée de 8 boissons différentes : crèmes, mojito, limoncello, manzana, pastis, gin...
  • Rhums « premium »: Une gamme composée de 4 rhums XO et un rhum 5 ans d'âge
  • Gamme Mont-Blanc: Une gamme composée d'un génépi, d'une vodka, d'un gin et d'un whisky élaborés à partir de l'eau du Mont-Blanc.

L'Hermitage

Regroupe tous les produits sortant de la distillerie de l'Hermitage.

  • L'Arquebuse : Boisson phare de cette distillerie, l'Arquebuse de l'Hermitage est préparée par macération et distillation de plantes choisies pour leurs vertus naturelles[2]. La composition de cette boisson contient 33 plantes, sauge, gentiane, tilleul...
  • Génépi
  • Absinthe
  • Gentiane
  • Eau de noix
  • Crème de l'Hermitage

Distillerie du Périgord

Regroupe tous les produits sortant de la Distillerie du Périgord, située au cœur du Périgord Noir à Sarlat.

  • Apéritifs : Fénélon, Ratafia, Sarlanoix, Guignolet Kirsch...
  • Fruits à la liqueur: Pruneaux, cerises, framboises...
  • Liqueurs: Périgourdine, noisette, violette...
  • Sélection Premium: Absinthe des Poètes, Armagnac XO, Whisky Lascaw...
  • Spécialités culinaire: Cèpes, Morille, Morille...
  • Spécialités traditionnelles: Cognac Amande, Pastis, apéritif de gentiane...

Grand Rubren

Regroupe tous les produits sortant de la distillerie Grand Rubren, située à Barcelonnette.

  • Génépi
  • Limoncello
  • Pastis
  • Mélèze
  • Gamme bio certifiée AB: Gentiane, absinthe, limoncello, génépi...
  • Apéritifs: Génépi, myrtille, melon...
  • Crème de fruits: Fraise des bois, violette, framboise...
  • Babas: Rhum, limoncello, génépi...
  • P'tits sucres: Poire, Génépi...
  • Chocolats au génépi
  • Sirops: Violette, lavande, génépi...

L'entreprise

L'entreprise possède deux usines principales[3].

  • La première est située à la Côte-Saint-André, site originel (et du musée des liqueurs). C'est dans cette ville que Barthélémy Rocher a fondé sa distillerie. Cette usine réceptionne les produits agricoles, ceux-ci y sont ensuite triés avant la distillation qui permet d'obtenir les esprits (ou alcoolats) ou la mise en macération dans l'alcool permettant d'extraire les couleurs et arômes des plantes et des fruits.
  • La seconde est située à Ruy (commune de Ruy-Montceau), près de Bourgoin-Jallieu, sert à la finalisation des boissons et l'emballage de ces derniers. Ce lieu comprend la direction de l'entreprise, le service de recherche et développement qui a pour mission de choisir les produits agricoles (fruits, plantes aromatiques et épices), de faire connaissance avec leurs saveurs pour les combiner afin d'obtenir de nouvelles boissons, d'optimiser ses méthodes d'extraction.

Au-delà de ces deux sites, l'entreprise fait cultiver, dans le Vivarais, un verger de 6 000 cerisiers de plusieurs variétés servant notamment à la conception de la liqueur de marque Cherry Rocher[4].

Le musée « des liqueurs » Cherry Rocher

Intérieur du musée des liqueurs Cherry Rocher

Le site de la Côte-Saint-André abrite un petit musée dans les lieux mêmes où a commencé l'histoire Rocher.

L'établissement, situé dans un ancien monastère avec ses caves voûtées, présente au public des alambics anciens, un petit laboratoire aux murs couverts de vieilles étiquettes, des fûts de chêne anciens ainsi qu'une importante collection d'affiches[5].

Notes et références

  1. « cherry rocher neyret-chavin », sur société.com (consulté le 28 avril 2019)
  2. « Cherry Rocher », sur cherry-rocher.fr (consulté le 28 avril 2019)
  3. Estelle, « Ces boissons qu'on fabrique en Isère », sur curiosity-escapes.com (consulté le 28 avril 2019)
  4. http://www.cherry-rocher.fr
  5. Marie-Claude Delahaye, , sur absinthemuseum.auvers.over-blog.com, (consulté le 28 avril 2019)

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie