Chartrettes

Chartrettes
Chartrettes
L'hôtel de ville.
Blason de Chartrettes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Canton Nangis
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau
Maire
Mandat
Michel Bureau
2014-2020
Code postal 77590
Code commune 77096
Démographie
Gentilé Chartrettois
Population
municipale
2 565 hab. (2016 en diminution de 0,31 % par rapport à 2011)
Densité 254 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 24″ nord, 2° 42′ 02″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 94 m
Superficie 10,10 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Chartrettes

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Chartrettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chartrettes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chartrettes
Liens
Site web mairie-chartrettes.fr

Chartrettes est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Chartrettois(es).

Géographie

Localisation

La commune est située rive droite de la Seine face à Bois-le-Roi.

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de trois cours d'eau référencés :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 6,29 km[4].

Voies de communication et transports

La commune est desservie par la gare de Chartrettes sur la ligne Melun - Héricy - Montereau.

Le territoire de la commune est traversé par le sentier de grande randonnée GR 1, qui se prolonge vers Livry-sur-Seine au nord et vers Bois-le-Roi au sud.

Toponymie

Histoire

Prémices

Chartrettes, par sa situation exceptionnelle fut très tôt point de rencontre et d'habitation. Le fleuve a été, dès la plus haute antiquité, une voie de communication très fréquentée. D'autre part, le gué de Chartrettes permettait son franchissement avant qu'il y ait des ponts. Une voie antique venant de Maincy y aboutissait. Certainement, ce carrefour fut lieu de transbordement protégé par une forteresse construite sur la hauteur. Versant exposé au sud où les sources abondent, situé entre une forêt giboyeuse et un fleuve poissonneux, il n'y a rien d'étonnant que le site de notre village fut de tout temps recherché comme habitat. Des trouvailles faites lors de l'exploitation des carrières de l'Enfer et du Temps Perdu en témoignent : une tombe collective néolithique contenant une vingtaine de squelettes (époque Seine-Oise-Marne 2400-1700 av. J.-C.). des fosses du premier âge du fer (VIe siècle av. J.-C.)[5].

Durant l'occupation romaine, le village connut, comme le reste de la Gaule, une période de paix et de prospérité, principalement au IIe siècle, de nombreux fragments de poteries variées furent trouvés autour du clocher ; une hipposandale, des instruments agraires, dans les carrières ; des pièces de menue monnaie, aux abords du gué. C'est certainement à cette époque que remonte l'implantation de la vigne sur le coteau[5].

Renaissance et création des propriétés

Lorsque, dans la deuxième moitié du XVe siècle, la vallée fut remise en culture, ce fut avec une population entièrement renouvelée, une noblesse de robe (magistrats) prit la place de nos chevaliers bannerets dans les grands châteaux, des magistrats et des notables de Melun rebâtirent les maisons de plaisance sur les ruines des maisons fortes. Après la guerre de Cent Ans, les seigneurs du Pré et des Bergeries rendaient directement hommage au seigneur de Nangis, tous les autres propriétaires au seigneur de Chartrettes qui « tenait » lui aussi du Castel de Nangis. Les guerres de religion ne donnèrent lieu qu'à quelques pillages, il n'y eut pas de grosses destructions. La Réforme eut bien peu de prise sur les Chartrettois, elle intéressait les riches bourgeois plutôt que les paysans. Pendant un temps, les protestants de Melun vinrent se réunir dans la maison encore appelé le Prêche dans la Grand'rue, ce qui souleva l'indignation du seigneur de Chartrettes[5].

Dès le XVIe siècle, les familles Clapisson du Lin, puis Frémont du Mazis, rachetèrent patiemment toutes les parcelles de leur fief, puis les terres et le château du Pré en 1635, ainsi qu'une partie de Bois-le-Roi et de Sermaize pour former une très grosse propriété. Ces très grands seigneurs, présidents du Parlement de Paris, Correcteurs en la chambre des Comptes, conseillers du Roi en ses conseils… occupaient le château du Pré. Les Bergeries dont les propriétés s'étendaient à Brolles et Bois-le-Roi (en partie) appartinrent aussi à des personnages ayant leur place à la cour. Depuis, François I qui y établit deux gardes à demeure, les rois de France possédaient le château du Buisson de Massoury à Chartrettes et ne manquaient jamais, lors de leur séjour au château de Fontainebleau de venir y chasser quelques fois, débarquant soit à Fontaine-le-Port, soit à Rouillon[5].

Aube de la modernité

Ce n'est que dans la 2e partie du XIXe siècle, sous le règne de Napoléon III, que débutèrent les grands travaux à Chartrettes : barrage et écluse, 1856-1860 ; pont 1862. Pour la voie ferrée et la gare, il fallut attendre 1898. Dans le même temps, les vignes disparurent à cause des attaques par le phylloxéra mais aussi par l'arrivée massive de vins du midi en chemin de fer. Par contre, la facilité des communications avec Paris amena chez nous de nombreux touristes qui firent vivre les aubergistes, les loueurs de chambres garnies, ainsi que les ouvriers du bâtiment qui construisirent de nombreuses résidences secondaires. Cet afflux amena la nécessité d'agrandir la place et de construire une mairie plus adaptée aux besoins, ce qui fut terminé dès le début de 1913[5].

Chartrettes qui fut de tout temps un « lieu de plaisance » pour les nobles et les riches bourgeois, accueillit au milieu du siècle, en vacances et week-end, des personnes de classe moyenne. Depuis 1975, il se produit une évolution : des nouveaux lotissements abritent des résidents principaux qui n'hésitent pas à se rendre pour leur travail à Paris ou dans sa proche banlieue. En 1781, on y comptait '70 feux ", en 1886 : 637 habitants. La commune s'est développée ensuite vers les rives de la Seine. 1 065 habitants au recensement de 1962, 1 115 en 1968, 1 135 en 1975, 1 561 en 1982 et 2 114 en 1990[5].

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1947 mars 1959 Émile Paillard    
mars 1959 décembre 1974 Albert Henry    
décembre 1974 mars 1975 Gérard Vuille    
mars 1975 mars 1983 Gérard Bureau    
mars 1983 mars 1989 Michel Dehon UDF- PR Ingénieur
mars 1989 mars 2001 Tino Petruzzi DVG-MDC Éducateur spécialisé retraité
Conseiller général du canton du Chatelet-en-Brie (1998 → 2004)
Suppléant du député Pierre Carassus (1995 → 2002)
mars 2001 mars 2008 Gilles Germain DVG Ingénieur
mars 2008 septembre 2011
(démission)
Marie-Claude Gagliardi SE  
septembre 2011 février 2013 Margo Petruzzi DVG  
février 2013 mars 2014 Jean-Claude André SE Ingénieur retraité
mars 2014 En cours Michel Bureau[7] DVD Retraité de la fonction publique
7e vice-président du CA du Pays de Fontainebleau
(2017 → )

Politique de développement durable

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2011[8].

Jumelages

Chartrettes est jumelée avec les communes de[9] :

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2016, la commune comptait 2 565 habitants[Note 1], en diminution de 0,31 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
506429494485508534512543528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542587568604595610637664732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
633619620574626747713791952
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0651 1151 1351 5612 1142 3912 5142 5272 540
2013 2016 - - - - - - -
2 6022 565-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

Économie

  • 25 artisans et commerçants.

Lieux et monuments

Les rives de la Seine et le pont de Chartrettes peint par Carl Fredrik Hill (1849-1911).

Culture locale et patrimoine

Église Saint-Corneille de Chartrettes.

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Héraldique, devise et logotype

Les armes de la Ville reprennent le blason des seigneurs de Chartrette. Guichard 1er de Chartrette, eut pendant plusieurs siècles son tombeau dans le cœur de l’église, sur lequel était sculpté son écu, (D'azur à trois fusées d'argent posées en fasce).

Armes de Chartrettes

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

D'azur à trois fusées d'argent rangées en fasce.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références