Charlotte Lecocq

Charlotte Lecocq
Illustration.
Charlotte Lecocq en 2017.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 10 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 6e circonscription du Nord
Législature XVe
Prédécesseur Thierry Lazaro (LR)
Biographie
Date de naissance (42 ans)
Nationalité française
Parti politique LREM

Charlotte Lecocq née le à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe est une personnalité politique française.

Membre de La République en marche, elle est élue députée dans la sixième circonscription du Nord lors des élections législatives de 2017.

Biographie

Jeunesse, études et parcours professionnel

Née en Guadeloupe, elle rejoint l’Avesnois dans le Nord de la France, à l’âge de trois ans, d’où son père est originaire. Après son bac, elle passe un DUT en Techniques de Commercialisation à l'IUT de Roubaix (Université Lille-II). Elle obtient ensuite un master en sciences sociales et de gestion à l'Institut d'administration des entreprises de Lille. Elle rejoint ensuite la faculté de droit de l'Université Lille-II et obtient un master professionnel en droit des relations sociales.

Elle commence son parcours professionnel dans un cabinet de conseil spécialisé dans l'accompagnement des politiques publiques. Elle travaille alors sur la mise en place des politiques d'emploi et d'insertion. Elle accompagne également les entreprises du secteur de l'économie sociale et solidaire. Par la suite, elle rejoint un organisme de formation en ressources humaines auprès du secteur industriel, qu'elle quitte pour fonder sa propre entreprise.

Fin janvier 2009, Charlotte Lecocq créée L-conseil, cabinet spécialisé dans l'accompagnement des TPE-PME et des associations[1].

En 2017, elle met un terme à ses activités de conseil pour se consacrer pleinement à son mandat de parlementaire.

Premiers engagements associatifs et politiques

Son engagement citoyen commence avec sa participation et son investissement dans un Club d'investisseurs pour une gestion alternative et locale de l'épargne solidaire (Cigales)[2].

Par ce biais, elle accompagne les créateurs d'entreprise rencontrant des difficultés financières pour se lancer, et dont le projet comporte une valeur ajoutée sociétale et environnementale. Elle devient membre du conseil d'administration de l'Association territoriale des Cigales du Nord-Pas de Calais, où elle occupe le poste de trésorière.

A l'occasion des élections régionales de 2015, elle prend position officiellement, via le site Internet de L-Conseil, contre le Front National.[réf. nécessaire]

Députée

En juillet 2016, elle adhère à En Marche ! puis fait campagne pour Emmanuel Macron lors de l'élection présidentielle de 2017[réf. nécessaire].

Elle est ensuite investie pour les élections législatives, qu'elle remporte dans la sixième circonscription du Nord le 18 juin face à Thierry Lazaro, qui termine alors son 5e mandat[3]. Au second tour, elle obtient 51,82 % des voix face à Thierry Lazaro[4].

À l'Assemblée nationale, elle est membre de la commission des Affaires sociales et de la délégation aux Outre-mer à l'Assemblée nationale[5]. Elle s'investit en particulier sur les questions de santé au travail, du vieillissement de la population et du handicap[réf. nécessaire].

Dans l'exercice de son mandat, elle organise des consultations citoyennes thématiques et des rencontres régulières auprès des élus et des acteurs économiques et sociaux locaux[réf. nécessaire].

Dans un rapport[6] commandé par le Premier ministre, dit « rapport Lecocq-Dupuis » (août 2018), elle propose une simplification administrative de la prévention au travail, via un guichet unique. Cette « entité unique de prévention » réunirait et piloterait 3 entités : l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact) et l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP), tout en proposant de renforcer les collectifs d'expertise (dont les services de santé au travail interentreprises ou SSTI), en les dotant de moyens financiers et d’orientations stratégiques prioritaires. Des agences régionales de prévention en seraient les relais régionaux, en regroupant les services de santé au travail, les compétences des associations régionales pour l'amélioration des conditions de travail (Aract), les personnels des CARSAT et les agences régionales de l'OPPBTP ; avec un « recentrage des Direccte et des Carsat sur leur cœur de métier respectif » n'obérant pas leurs rôles de conseil[7].

Suite à sa première mission, et notamment la préconisation 16 du rapport "santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée", le Premier Ministre confie à Charlotte Lecocq une nouvelle mission sur la santé au travail dans la fonction publique avec Pascale Coton (vice présente de la CFTC et vice présidente du CESE) et Jean-François Verdier, inspecteur général des finances.[8]

En vue des élections municipales de 2020 à Lille, elle soutient Valérie Petit pour la tête de liste LREM, qui n'est finalement pas retenue par la commission nationale d'investiture du parti : elle déclare alors que « ce choix révèle un problème de méthode, de fonctionnement interne »[9].

Vie privée

Mariée en 2007 et mère de trois enfants, elle est passionnée d’équitation[1].

Notes et références

  1. a et b Marie-Catherine Nicodeme, « Charlotte Lecocq, députée: «J’avais besoin de nouveaux défis» », La voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  2. Olivier Hennion, « Charlotte Lecocq veut emmener la Pévèle dans les pas du président », La voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  3. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  4. Marie-Catherine Nicodeme, « Charlotte Lecocq a fait tomber le député Thierry Lazaro », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  5. Sa page sur le site nosdeputes.fr.
  6. Charlotte LECOCQ, Bruno DUPUIS, Henri FOREST & Hervé LANOUZIERE (2018) « Santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée », PDF, 174 p.
  7. Lacas, Florent (2018) « Santé au travail : menace sur l'OPPBTP ? » article de Batiactu publié le 4 septembre 2018.
  8. Décret du 15 mars 2019 chargeant une députée d'une mission temporaire (lire en ligne)
  9. Mathilde Siraud, « Municipales: les investitures révèlent les failles de LREM », sur lefigaro.fr, (consulté le 1er août 2019).

Liens externes

  • Site officiel
  • Ressources relatives à la vie publique :