Charles X

(Redirigé depuis Charles X de France)
Charles X
Le roi Charles X en tenue de sacre. Le tableau a été peint par François Gérard en 1824 qui a également représenté Napoléon Ier et Louis XVIII en costume de sacre[1].
Le roi Charles X en tenue de sacre. Le tableau a été peint par François Gérard en 1824 qui a également représenté Napoléon Ier et Louis XVIII en costume de sacre[1].
Titre
Roi de France et de Navarre

(5 ans, 10 mois et 17 jours)
Couronnement ,
en la cathédrale de Reims
Président du Conseil Comte de Villèle
Vicomte de Martignac
Comte de Polignac
Duc de Mortemart
Prédécesseur Louis XVIII
Successeur Louis-Philippe Ier (roi des Français)
Lieutenant-général du Royaume

(18 jours)
Monarque Louis XVIII
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Charles-Philippe de France
Date de naissance
Lieu de naissance Versailles (Royaume de France France)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Görz (Drapeau de l'Autriche Autriche)[2]
Sépulture Couvent de Kostanjevica
Père Louis, dauphin de France
Mère Marie-Josèphe de Saxe
Conjoint Marie-Thérèse de Savoie
Enfants Louis-Antoine, duc d'Angoulême puis dauphin de France
Sophie d'Artois
Charles-Ferdinand, duc de Berry
Marie-Thérèse d'Artois
Héritier Louis-Antoine, dauphin de France
Religion Catholicisme
Résidence Palais des Tuileries

Signature de Charles X

Charles X
Monarques de France

Charles X, né le au château de Versailles à Versailles en France et mort le à Görz en Autriche, est roi de France et de Navarre de 1824 à 1830. Il est le deuxième et dernier roi de France de la Restauration (1814-1830).

Cinquième fils du dauphin Louis-Ferdinand et de la dauphine née Marie-Josèphe de Saxe, il est le dernier petit-fils de Louis XV et de Marie Leszczynska, succédant à ses deux frères, Louis XVI et Louis XVIII, il est le roi de France le plus âgé, à son avènement (66 ans) comme à son décès (79 ans). Très attaché aux conceptions et aux valeurs de l'Ancien Régime, chef de file des ultraroyalistes sous le règne de Louis XVIII, il tenta d'incarner la continuité de l'État et de la monarchie après la période révolutionnaire, sans pour autant céder à la réaction. À son avènement, sa priorité est de conserver la Charte octroyée par son frère dix ans plus tôt[3]. Très pieux et attaché aux concepts sociaux du christianisme, Charles X et son gouvernement se heurtent du reste à plusieurs blocages parlementaires après la démission du président du Conseil Villèle, en 1827. Souffrant vite de sa réputation[4], puis tentant de se passer de l'accord parlementaire en le neutralisant par ordonnances, sa politique provoque les premières émeutes des Trois Glorieuses. Populaire chez certains paysans et opposants à la Première République (de nombreuses insurrections royalistes ayant éclaté chez ceux dont la vie changeait drastiquement à cette époque), Charles X était au contraire moqué et critiqué par certains Parisiens. Son règne est marqué par la loi d'indemnisation des émigrés, et par les expéditions françaises en Grèce (1827) et en Algérie (1830).

Renouant avec la tradition du sacre en 1825, il est renversé en 1830 par une nouvelle révolution parisienne et abdique en faveur de son petit-fils Henri d'Artois, duc de Bordeaux. Ayant signé son abdication (geste inconcevable selon les lois traditionnelles de la Monarchie) et ayant demandé à son fils de la contresigner (le dauphin Louis-Antoine de France étant censé renoncer à ses droits en faveur de son neveu), le roi déchu confie la régence à son cousin, le duc d'Orléans, fils de Philippe Égalité. Louis-Philippe profite de la situation pour évincer le petit Henri d'Artois et se faire reconnaître « roi des Français » en seulement dix jours. Charles X, son fils, ses belles-filles et ses petits-enfants partent pour l'exil.

Charles X est le dernier Bourbon (de la branche aînée) à avoir régné, le 68e et dernier roi de France (puisque son successeur Louis-Philippe Ier est, lui, « roi des Français »).

Jeunesse et amours

Naissance et baptême

Charles-Philippe, comte d'Artois, et sa sœur Clotilde de France.

Né à 7 heures du matin, petit-fils de Louis XV, roi de France et de Navarre, Charles-Philippe est le cinquième fils du dauphin Louis-Ferdinand et de son épouse, la dauphine, Marie-Josèphe de Saxe. Charles est ondoyé le , jour de sa naissance, par l'abbé de Bouillé, doyen des comtes de Lyon[5].

À sa naissance, il est au cinquième rang dans la succession au trône de France après son père , le dauphin et ses frères, les duc de Bourgogne, duc de Berry (futur Louis XVI) et comte de Provence (futur Louis XVIII). Deux filles le suivront : Marie-Adélaïde-Clotilde, future reine de Sardaigne, et Élisabeth, victime de la terreur révolutionnaire. Son frère Louis-Xavier, comte d'Aquitaine, étant mort au berceau en 1754.

Le petit prince est d'abord titré comte d'Artois, en mémoire de Robert de France, comte d'Artois, frère de Saint Louis, mais le choix de ce titre serait également lié aux conséquences de la tentative d'assassinat menée par Damiens contre Louis XV[Note 1]. Damiens était né près d’Arras, dans l’Artois. Il fut donc décidé de lui donner le titre de comte d’Artois pour faire savoir aux habitants qu’on ne leur tiendrait pas rigueur de l’incident[6]. Le comte d'Artois se vit attribuer pour armes de France à la bordure crénelée de gueules[7],[Note 2].

Le petit prince grandit dans une cour en deuil. En effet, l'année 1759 inaugure une décennie de décès pour la maison royale de France. La duchesse de Parme, fille aînée du roi, meurt à Versailles. En mars 1761, le duc de Bourgogne, âgé de 9 ans, meurt après une chute, l'archiduchesse Marie-Isabelle meurt en 1763 après avoir donné le jour à une fille qui ne survit pas, en 1765, le duc de Parme et le dauphin rendent leur âme à Dieu suivi en 1766 par leur grand-père le roi Stanislas, en 1767 par la dauphine et en 1768 par la reine.

L'enfant est baptisé le , le lendemain du baptême du futur Louis XVI et du futur Louis XVIII, avec les prénoms Charles Philippe par l'archevêque Charles Antoine de La Roche-Aymon dans la chapelle royale du château de Versailles, en présence de Jean-François Allart, curé de l'église Notre-Dame de Versailles. Sa marraine est sa tante Madame Sophie, et son parrain le roi Charles III d'Espagne (ce qui explique le choix de ses prénoms), représenté par Louis Auguste de France, duc de Berry[8].

L’éducation de Charles-Philippe est assurée par cinq précepteurs, mais reste quelque peu délaissée du fait de ses maigres chances de régner. On ne lui enseigne pas moins l’histoire, la géographie, l’anglais et l’allemand, langue maternelle de sa mère. Il est confié à la comtesse de Marsan puis au duc de La Vauguyon à l’âge de trois ans. Le duc étant chargé de l'éducation des quatre fils du Dauphin, il les appelle « mes quatre F » : le duc de Bourgogne est « le fin », le duc de Berry « le faible », le comte de Provence « le faux », et le comte d'Artois « le franc »[9].

Il est nommé par le roi colonel-général de la Compagnie des Suisses de Monsieur le comte d’Artois.

Mariage et famille

Marie-Thérèse d'Artois, avec les ducs d'Angoulême et de Berry, ainsi que leur sœur Sophie.

Bien que devant se marier dans un premier temps à Louise-Adélaïde de Bourbon-Condé, il doit consolider l'alliance savoyarde et épouse le Marie-Thérèse de Savoie dont il a quatre enfants :

Sa préférence va à son plus jeune fils, Charles-Ferdinand, qui lui ressemble beaucoup, au physique comme au moral. L'aîné, Louis-Antoine, au contraire, est timide et souffre de myopie et de tics. Le comte d'Artois aime néanmoins beaucoup ses enfants et se montre très attristé du décès de sa fille aînée.

Son épouse, de nature très timide, resta très effacée et ne devint jamais reine ; en effet, Artois et elle se réfugièrent à Turin lors de l'émigration ; ils furent par la suite souvent séparés. La princesse, dont la santé était très fragile, était tombée malade en quittant Turin. Alors que sa correspondance avec son époux s'était intensifiée depuis la mort de la comtesse de Polastron, elle mourut à son tour à Gratz le à 49 ans.

Louise d'Esparbès de Lussan

La comtesse de Polastron.

En 1785 (ou 1786)[10], il s'attache durablement à la vicomtesse de Polastron, liaison qui ne lui donnera aucune descendance.

Le mari de la vicomtesse, Denis Gabriel Adhémar de Polastron, est le demi-frère de la future duchesse de Polignac, gouvernante des enfants de France, amie et confidente de la reine Marie-Antoinette. Également proche de la souveraine, le comte d'Artois se rend comme elle impopulaire par ses dépenses inconsidérées, et le public leur attribue une liaison, à tort sans doute.

Denis de Polastron, le mari de Louise, embrasse la carrière militaire, et combat lors de la guerre d'indépendance américaine, durant laquelle il est nommé colonel dans le régiment de La Fayette ; il meurt à l'âge de 63 ans en 1821. Le couple émigre dès 1789 et Louise d'Esparbès de Lussan meurt précocement de la tuberculose en 1804 à l'âge de 39 ans.

Quand elle mourut, le prince se tourna intensément vers la religion, un trait de caractère qui ne le quitta plus jusqu'à sa propre mort. Elle lui fit promettre en outre de lui rester fidèle ; à la mort de son fils le duc de Berry en 1820, on lui proposa de se remarier afin d'avoir d'autres héritiers à la Couronne éventuels ; le comte d'Artois déclina cette offre avec comme raison que sa maîtresse lui avait demandé de ne plus être qu'à Dieu[11].

Un prince insoucieux

Le comte d'Artois en 1773.

De nombreuses morts assombrissent rapidement le bonheur des occupants du château de Versailles : en 1761 meurt le duc de Bourgogne, son frère aîné, puis en 1763, le roi de Pologne son grand-père, également électeur de Saxe, décède, tandis que le traité de Paris consomme le recul de la France sur le plan international ; en 1765, c'est la mort de son oncle le duc de Parme, et de son père le Dauphin ; en 1766, celle du roi déchu de Pologne, son arrière-grand-père, duc en viager de la Lorraine ; en 1767, c'est le tour de la dauphine, et en 1768 celui de sa grand-mère, la reine Marie Leszczynska. Enfin le 10 mai 1774, meurt le roi Louis XV, après un règne de presque 59 ans. Son frère le plus âgé vivant, Louis-Auguste, devient roi sous le nom de Louis XVI.

En 1772, âgé de 15 ans, il est colonel général des Cent-Suisses et Grisons. Il assiste au sacre de son frère Louis XVI en 1775, où il « tient lieu de duc de Normandie », pair du Royaume et est apanagé par lui du comté de Poitou et des duchés d'Angoulême et de Mercœur. Il est déjà à cette époque considéré comme le trublion de la famille royale, et son attitude lors du sacre fut très vivement critiquée ; il perd même sa couronne après la cérémonie et avant le banquet[12]. Du reste, cette réputation sulfureuse fit de lui un coureur de jupons pour les courtisans : il avait ainsi eu des liaisons avec Rosalie Duthé, une autre avec Marie-Madeleine Guimard, eut une autre relation avec Louise Contat, de la Comédie-Française. On lui attribue aussi plusieurs enfants de courtisanes : un avec Madame de Sainte-Amaranthe, un autre avec Mme Contat, et un autre, Jules de Polignac, avec la comtesse Yolande de Polastron, favorite de Marie-Antoinette. Si ce sont toutes des rumeurs, celle concernant une filiation adultérine avec Jules de Polignac, qui lui ressemblait beaucoup physiquement et qui fut son dernier président du Conseil, persista longtemps, même sous les Trois Glorieuses[13].

Charles-Philippe de France, comte d'Artois, en tenue de l'ordre du Saint-Esprit.

Son enfance puis son adolescence sont une succession d’aventures éphémères, de parties de chasse, de dettes contractées aux jeux d’argent, de courses de chevaux organisés avec son cousin le duc de Chartres, de pièces de théâtres partagées avec Marie-Antoinette dont il est très proche, surtout à la fin dans les années 1770 et 1780, alors qu’il est dans la vingtaine. On notera un duel qui l'opposa au duc de Bourbon, lavant l'affront que le comte d'Artois avait fait à sa femme en lui écrasant son masque sur la figure. Cette dernière avait arraché le masque du prince, vexée qu'il se présenta à l'opéra de Paris en compagnie d'une femme que la duchesse de Bourbon haïssait, Madame de Canillac. Le duel s'était terminé en une sympathique embrassade. Bon vivant et léger, il entraîne dans un tourbillon de fêtes mondaines sa belle-sœur, la reine Marie-Antoinette. Il est considéré comme un prince frivole, futile, surnommé Galaor par la cour, en référence au personnage d'Amadis de Gaule, archétype du chevalier à la prestance remarquable. Il acquiert le château de Maisons où il s'en va chasser en joyeuse et galante compagnie dont fait partie la jeune vicomtesse de Beauharnais. En 1777, à la suite d'un pari avec sa jeune belle-sœur Marie-Antoinette, il fait construire en deux mois la célèbre folie de Bagatelle dans le bois de Boulogne qu'il décore et meuble avec faste avec la somme de 100 000 livres qu'elle lui paye[14]. Il effectue en outre une visite royale en Normandie et en Bretagne, où il est particulièrement bien reçu[15].

Au mois d’avril 1779, le roi Louis XVI signe la convention d’Aranjuez, engageant la France au côté de l’Espagne de Charles III dans son combat contre l’Angleterre pour Gibraltar. Le comte d’Artois, en sa qualité de frère du roi, est envoyé à Saint-Roch mais n’y reste que peu de temps, se sentant inutile. En fait, son voyage est surtout marqué par les fêtes organisées en son honneur sur la route. À son retour, le roi lui remet la croix de l'ordre de Saint Louis.[réf. insuffisante]

Carrière politique pendant la Révolution française et l'Empire (1786-1814)

Philosophie politique au temps des troubles (1786-1789)

Charles d'Artois.

Il commence à s'intéresser à la politique à l'âge de 29 ans avec la première grande crise de la monarchie, en 1786, après laquelle il prend la tête de la faction réactionnaire à la cour de Louis XVI. Le comte d'Artois devient le chef de file des réformateurs de ce que Jean-Christian Petitfils appelle la « révolution royale », c'est-à-dire le projet radical de Calonne. Le comte d'Artois coûte un certain prix à l'État : ses menus plaisirs (2 400 000 de francs), ses achats de domaines et de propriétés (7 231 372 livres), ses écuries (1 million de livres), ses vêtements et ses dettes représentent un important coût dans le trésor de l’État.

Calonne se heurte donc aux notables réunis en assemblée : Charles accepte la suppression des privilèges financiers de l'aristocratie, mais non la réduction des privilèges sociaux dont jouissent l'Église et la noblesse. Il pense qu'on peut réformer les finances de la France sans renverser la monarchie. Selon ses propres mots, « le temps est venu de réparer mais non de démolir ». Il suscite la colère du tiers état en s'opposant à toute initiative d'accroître son droit de vote en 1789.

En liaison avec le baron de Breteuil, il noue des alliances politiques pour chasser Necker. Ce plan échoue quand Charles essaie de le faire renvoyer le 11 juillet, sans que Breteuil soit au courant, beaucoup plus tôt que prévu à l'origine. C'est le début d'une brouille qui se change en haine réciproque. Artois rencontre Talleyrand à la demande de ce dernier, qui propose de dissoudre l’assemblée et de convoquer de nouvelles élections avec un autre mode de scrutin. Si l’évêque d’Autun n’est pas suivi sur cette mesure, il semble avoir fait effet puisque Louis XVI rassemble des troupes dans et autour de Paris. Pour le comte d’Artois, il s’agit avant tout d’une démonstration de force plus que d’une nécessité.[réf. insuffisante]

Le début de l'émigration (1789-1795)

Le comte d’Artois, huile sur toile de Henri-Pierre Danloux, vers 1796.

Le comte d'Artois est l'un des premiers à émigrer, le . Il parcourt les diverses cours de l'Europe pour chercher des défenseurs à la cause royale. Il se trouve à Turin — chez son beau-père et son beau-frère — de septembre 1789 à juillet 1791, où il porte alors le titre de « marquis de Maisons » (et où il crée le Comité de Turin qui a pour vocation essentielle d’organiser la contre-révolution depuis l’étranger), ainsi qu'à Bruxelles, Coblence, résidence de son oncle maternel l'archevêque-électeur de Trêves et Liège.

Il se rend enfin en Grande-Bretagne et assiste aux conférences de Pillnitz, en 1791.

Pour l’invasion de la France pour opérer une contre-révolution, on découpe l’armée en trois groupes. Celle de Provence et d’Artois prend le nom d’« armée des Princes ». La progression à l’intérieur du pays – qui s’accompagne de ravages et de massacres – est stoppée à Valmy et doit ensuite reculer inexorablement. À cela s’ajoute d’autres mésaventures : l’empereur François arrête de financer l’armée, et ils ne sont sauvés que par les donations de Metternich, de Catherine II de Russie et Frédéric-Guillaume II de Prusse. Ce dernier accepte d’héberger le comte d’Artois à Hamm en Westphalie, où le jeune prince français apprend la décapitation de son frère Louis XVI. En mars et avril 1793, il reste six semaines à Saint-Pétersbourg, en Russie, où il est reçu avec tous les honneurs par Catherine II. L’impératrice propose une alliance avec l’Angleterre à la condition qu’elle forme un corps de 12 000 hommes pour se jeter sur la Vendée et reprendre le pays en main. Mais Charles-Philippe n’est pas reçu par le roi George III et n’a pu mettre les pieds à terre faute de ses dettes contractées à Coblence.[réf. insuffisante] Il est donc contraint de rentrer à Hamm. Il quitte Hamm en comme « comte de Ponthieu ».

Expédition en Vendée (1795)

À la mort de son neveu Louis XVII le , il est appelé Monsieur. Il veut opérer, avec le secours des Anglais, un débarquement à l'île d'Yeu sur les côtes de Vendée (1795) afin d'aider les insurgés vendéens, mais il n'y peut réussir. L’Angleterre se dit prête à envoyer 20 000 hommes en Vendée, demandant en contrepartie les cinq comptoirs des Indes et Saint-Domingue. Artois met les voiles sur les côtes françaises avec une flotte de 60 navires. L’expédition espère mettre le pied à Noirmoutier, mais la folle canonnade de la petite garnison républicaine du général Cambray les pousse à descendre plus bas, pour débarquer à l’île d’Yeu. Et là, l’armada reste bloquée. Elle perd ses communications avec Charette – l’ambassadeur, le marquis de Rivière avait été, disait-on de façon erronée, fusillé –, elle doit aussi affronter les marées et les tempêtes, et dans le même temps les troupes meurent de faim. Le gouvernement anglais finit par demander le retour de la flotte, au grand dam de Provence qui nourrissait l’espoir de pouvoir régner sur son nouveau royaume depuis la mort de Louis XVII.[réf. insuffisante]

Exil (1795-1814)

Il se rend en Grande-Bretagne où il passe le reste de la Révolution et du Premier Empire. Il réside à Londres à partir de 1799, d'abord au 46 Baker Street[16],[17],[18], puis de 1805 à 1814 au 72 South Audley Street[19],[20]. Il œuvre au retour du Comte de Provence (futur Louis XVIII). Il fut accusé par Napoléon dans son testament d'avoir entretenu les hommes qui cherchèrent à l'assassiner, tentative qui fut l'origine de la mise à mort du duc d'Enghien.

Règne de Louis XVIII (1814-1824)

Première Restauration

Le comte d'Artois, en uniforme de colonel général des Carabiniers (1815).

En 1814, il est nommé lieutenant-général du royaume, il pénètre en Franche-Comté, à la suite des alliés, et fait son entrée à Nancy le 19 mars[21] et à Paris le 12 avril. Au premier moment, il sait se concilier les esprits par l'aménité de ses manières ; mais il se perd bientôt dans l'opinion en signant, avec un empressement excessif la convention d'armistice du 23 avril 1814 que condamne Louis XVIII même, un traité qui enlève à la France toutes les places conquises depuis 1792[22]. Il devient colonel general des Gardes nationales (15 mai 1814).

Louis XVIII rentre à Paris, de peur que Monsieur ne s’habitue trop à sa nouvelle charge. Dans cette Restauration de la monarchie, Artois donne clairement le ton : reconnu par les « ultras », c’est-à-dire les royalistes les plus ardents, il approuve le rétablissement des anciennes mœurs et du précédent système (notamment les gardes suisses), et s’oppose à la politique de pardon et d’oubli prônée par Louis XVIII, ce qui devient source de conflit entre les deux frères. Dans ses Mémoires, la duchesse de Maillé considère que l’emprise d’Artois sur son proche qui se sent le devoir de le ménager a causé beaucoup de mal, thèse qui sera reprise ensuite par Talleyrand. Pour cultiver le sentiment monarchiste, le comte d’Artois et ses fils se livrent à une tournée dans la France des provinces, parcourant les grandes villes où ils peuvent mesurer la diversité régnante des courants et la division profonde des pro- et anti-royalistes.

Les Cent-Jours

Comte d'Artois (futur Charles X) par Jean-François Thuaire.

Lorsque Napoléon Bonaparte débarque dans le Sud de la France, prêt à remonter jusqu’à Paris pour recouvrer son pouvoir, le roi envoie des membres de sa famille pour mener les troupes et bloquer l’avancée. À la demande du baron de Vitrolles, le comte d’Artois se rend à Lyon, seconde ville du royaume, pour y préparer la résistance, mais il n’y trouve aucune munition alors que l’ex-Empereur a pu se procurer des armes à Grenoble. À l’approche de l’Aigle, Artois envoie des troupes à sa rencontre mais elles sympathisent avec l’ennemi, contraignant Artois à fuir comme le duc d’Orléans peu de temps auparavant. Cette trahison de l’armée est considérée par les ultras comme un coup du ministre de la Guerre, le maréchal Soult, ancien officier de Napoléon. Ce dernier préfère donner sa démission. Avant l’entrée de Napoléon à Paris, les Bourbon n’ont plus d’autres choix que de fuir les Tuileries.

Seconde Restauration

Après le second retour de Louis XVIII (1815), il affecte de se tenir éloigné des affaires et d'employer tout son temps soit à la chasse — qui est pour lui une passion —, soit à des pratiques religieuses. Il oublie la guerre. Mais, au-delà des apparences, sa résidence du pavillon de Marsan devient le centre de l’opposition ultraroyaliste à la politique conciliante de son frère[23]. L'assassinat de son fils préféré, le duc de Berry (13 février 1820), marqua profondément Monsieur et contribua à la chute du ministère Decaze.

Les archives de la maison du Roi sous le règne de Charles X sont conservées aux Archives nationales dans la sous-série O/3[24].

Roi de France et de Navarre

Le sacre

Manteau du sacre de Charles X.
La cérémonie de l'intronisation lors du sacre de Charles X par François Gérard : le roi donne l'accolade au dauphin.
Estampe représentant le sacre de Charles X (1825).

À la mort de son frère Louis XVIII, en 1824, il monte sur le trône et décide de renouer avec la tradition du sacre ; Louis XVIII avait annoncé publiquement son intention de se faire sacrer mais on peut présumer qu'il y renonça pour des raisons physiques, sa mauvaise santé ne lui permettant pas d'en supporter les rites[Note 3],[25]. Le sacre se tient le en la cathédrale de Reims et marque un retour une cérémonie caractéristique à la logique d'Ancien Régime, ce qui a pu être perçu comme une volonté d'ignorer les changements de la société française depuis la Révolution française et l'Empire napoléonien. Ce sacre reprend les phases principales du cérémonial traditionnel comme les sept onctions ou les serments sur les Évangiles. Malgré tout, on observe certains changements comme le fait que le roi prête un serment de fidélité à la Charte de 1814 ou encore le fait que les grands princes participent au cérémonial en assistant l'archevêque de Reims.

De fait, le choix du sacre fut applaudi par les royalistes partisans d'une monarchie constitutionnelle et parlementaire et pas seulement par les nostalgiques de l'Ancien Régime ; l'article 74 de la Charte mentionnait d'ailleurs le sacre. Une commission fut chargée de simplifier et moderniser la cérémonie et de la rendre compatible avec les principes de la monarchie selon la Charte (suppression des promesses de lutte contre hérétiques et infidèles, des douze pairs, des références à la royauté hébraïque etc.) et celle-ci dura trois heures et demie[26]. Le fait que la cérémonie fût modernisée et adaptée au nouveau contexte politique et social incita Chateaubriand, royaliste non absolutiste et partisan enthousiaste de la Charte de 1814, à inviter le roi à se faire sacrer ; dans le brochure Le roi est mort ! Vive le roi !, celui-ci explique que le sacre sera le « maillon de la chaîne ayant uni le serment de la monarchie nouvelle au serment de l'ancienne monarchie » ; c'est la continuité avec l'Ancien Régime plus que son retour que les royalistes exaltent, Charles X ayant hérité des qualité de ses ancêtres : « pieux comme Saint Louis, affable, compatissant et justicier comme Louis XII, courtois comme François Ier, franc comme Henri IV[27] ». Le sacre montre que la continuité dynastique va de pair avec la continuité politique ; pour Chateaubriand : « La constitution actuelle n'est que le texte rajeuni du code de nos vieilles franchises ». Ce fut Luigi Cherubini qui composa la musique de la messe[28]

Ce sacre a pris plusieurs jours : le 28 mai, cérémonie des vêpres ; le 29 mai, cérémonie du sacre lui-même ; le 30 mai, remise de récompense pour les chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit et pour finir ce fut le 31 mai le toucher des écrouelles. Le sacre de Charles X apparaît donc comme un compromis entre la tradition d'Ancien Régime et les changements politiques intervenus depuis la Révolution. Le sacre a eu néanmoins une influence limitée sur la population, les mentalités n'étant plus celles d'autrefois. Dès lors, le sacre provoqua une incompréhension dans certains secteurs de l'opinion[29].

Politique intérieure

Médaille gravée par Alexis-Joseph Depaulis avec, au revers, le discours du serment de Charles X sur la Charte, le 17 septembre 1824.
20 francs à l'effigie de Charles X.

Le règne de Charles X débute par quelques mesures libérales comme l'abolition de la censure des journaux, mais le roi ne tarde pas à se jeter dans les bras des ultraroyalistes, dont Jean-Baptiste de Villèle est le chef, et il s'aliène l'opinion par la loi sur le sacrilège, la concession d'indemnités aux émigrés (loi dite du « milliard des émigrés »), le licenciement de la garde nationale, le rétablissement de la censure (1825-1827). Son règne est marqué par la domination des « ultras », la frange revancharde des royalistes opposée à la Charte de 1814.

Des lois ou des projets de lois, votés ou discutés sous son règne, accentuent dans l'opinion l'impression d'une volonté de retour à l'Ancien Régime : loi du sacrilège, « milliard des émigrés », projet de rétablissement du droit d'aînesse.

Son catholicisme dévot indispose une partie du peuple de Paris, volontiers anticlérical sinon anticatholique. Comme à l'enterrement de Louis XVIII, il est habillé de violet, couleur de deuil des rois de France, le bruit court qu'il est évêque ; des caricatures le montrent en train de célébrer la messe devant les membres de sa famille[30]. L'anticléricalisme se nourrit particulièrement de la haine des jésuistes ; dans la seule année 1826, on compte 71 brochures hostiles à leur influence supposée, cela alors qu'ils étaient moins de 500 en France et que leurs collèges recevaient 2 200 élèves, six fois moins que les collèges royaux, très loin des 100 000 élèves que recevaient les 89 ollèges jésuites au XVIIIe siècle[31] ; le « mythe jésuite » donna lieu au développement d'un conspirationnisme virulent dont le roi, accusé d'être à leur service, fut une victime, l'un des cris séditieux les plus significatifs sous la Restauration étant « à bas les jésuites ! »

Pour calmer les mécontents, il forme en janvier 1828 un ministère modéré, présidé par le vicomte de Martignac. Ce ministère réparateur a déjà réussi à ramener les esprits, lorsqu'il est brusquement congédié et remplacé, le , par le ministère de Jules de Polignac, qui fait renaître toutes les défiances.

En effet, peu de mois après, et malgré le respectueux avertissement donné par l'adresse des 221 députés, Charles X tente de rétablir son autorité face au développement de l'opposition libérale. Il promulgue pour cela les « ordonnances de Saint-Cloud » qui dissolvent les chambres, convoquent les collèges électoraux en changeant de mode d'élection, et suspendent la liberté de la presse ().

Politique culturelle

Portrait de Charles X.

Charles X fut un roi mécène ; une aide importante, aux alentours de 30% du budget, fut absorbée par l'achèvement des constructions publiques engagées sous le Premier Empire. La part consacrée aux commandes de tableaux et d’œuvres d'art, aux pensions et subventions aux artistes, savants, écrivains est de l'ordre de 1 à 1,5 million[32]. La maison du Roi encourage les arts, de même que le Ministère de l'Intérieur ; cette politique de mécénat n'implique pas le contrôle des œuvres littéraires. Il n'y a pas de système de commande publique, à la différence des beaux-arts, aux seules exceptions du baptême du duc de Bordeaux, pour lequel fut commandé à Victor Hugo[33] une ode puis du sacre de Charles X où furent conviés Hugo, Nodier et Lamartine. Le sacre de Charles X permit d'employer plusieurs graveurs et sculpteurs, qui reçurent des commandes d’État. L'art religieux fut soutenu, par exemple par Chabrol, préfet de la Seine, qui encouragea le renouveau de l'art du vitrail et des fresques pour les églises. Le roi s'investit personnellement pour enrichir le Jardin des plantes de nombreuses espèces nouvelles, fit pensionner de nombreux artistes[34]. Les artistes œuvrèrent aux Tuileries ou dans les autres palais royaux et vécurent un long moment en harmonie avec la Restauration, comme Hugo qui s'inscrivit à la Société royale des Bonnes-Lettres ; les travaux des sociétés savantes et d'archéologie prirent leur essor et s'intéressèrent à un patrimoine jusque là délaissé ; la période de la Restauration fut une période riche de musique et d'opéra ; la vie intellectuelle, littéraire et artistique fut animée de nombreux débats beaucoup plus libres que sous les régimes précédents.

Le salon des Beaux-Arts

Charles X accentua l'importance qu'il entendait donner aux beaux-arts en instaurant un système d'encouragements, de récompenses et d'acquisition[35]. Des médailles furent accordées à des peintres d'Angleterre (Constable, Bonington, Copley, Fielding), des Pays-Bas (Navez), du Portugal (le chevalier Sequeira) etc. Les artistes étaient publiquement reconnus et la visite du roi garantissait leur prestige social : le roi, accompagné de l'administration des Musées, venait dans les salles d'exposition consacrées aux peintures et se faisait expliquer par le directeur les œuvres les plus remarquables et complimentait leurs auteurs. En 1827, Sosthènes de La Rochefoucauld décida que le salon des Beaux-Arts, événement majeur où les œuvres étaient présentées au roi après une sélection sévère d'un jury, aurait lieu tous les ans[36]. La maison du Roi, sur proposition du directeur des Musées, favorisait deux catégories d'artiste : ceux dont la réputation était établie depuis l'Empire, et ceux qui débutaient avec succès.

Le musée Charles X

Charles X est intéressé par les Antiquités et veut créer un musée royal. En 1826, le roi décida de créer une division égyptienne au Louvre confiée à Champollion, qui parvint à l'installer au rez-de-chaussée de la cour carrée. Le roi acheta la collection du chevalier Edme-Antoine Durand (1768-1835) en 1825[37]. Elle comportait, à côté d'antiquités romaines et d'œuvres médiévales, 2 500 objets égyptiens qui lui permettent de créer un musée à son nom. Charles X désigna l'ancien appartement de la reine, au premier étage de l'aile sud, côté cour carrée, pour les recevoir : les neuf nouvelles salles projetées reçurent le nom de musée Charles-X. Le roi envoya, en 1824, Jean-François Champollion au musée égyptologique de Turin où il découvrit l'art égyptien. Champollion persuada Charles X d'acquérir la deuxième collection assemblée par Henry Salt, en 1826, pour 10 000 livres (250 000 francs) et qui comprend plus de 4 000 pièces[Note 4]. Champollion fut soutenu par le roi malgré ses opinions républicaines et fut nommé conservateur de la division des monuments égyptiens et orientaux du musée Charles-X le 15 mai 1826. Le roi décida également que des expositions des produits industriels devaient avoir lieu au Louvre chaque année.

Le musée Dauphin

Charles X décida de regrouper les collections de marine d'un musée naval installé au Louvre en 1827[38]. Celui-ci prend le nom de « musée Dauphin » en l'honneur du Duc d'Angoulême, grand amiral de France. Suite à la victoire navale de Navarin, il fut installé dans les quatre salles du premier étage de l'aile nord du Louvre. Son premier conservateur, Pierre Zédé, rassembla les collections navales se trouvant à Paris, au Grand Trianon et dans les salles de sculpture et de modèles des arsenaux[39]. Pierre Zédée fit aussi aménager un atelier de construction et de restauration de modèles au sein du musée[40].

Politique étrangère

Charles X (1830).

Deux événements importants marquent la politique étrangère de Charles X :

La politique étrangère de Charles X visait à la restauration du prestige international et de la puissance de la France ; sous le ministère Polignac, d'autres projet allant en ce sens furent élaborés ; ainsi, quand en 1829, l'armée russe marcha sur Andrinople, il fut envisagé d'étendre la France dans le cadre d'une réorganisation européenne consécutive à l'effondrement de l'Empire ottoman. La direction des affaires politiques du ministère des Affaires étrangères dirigée par Charles-Edmond, baron de Boislecomte, rédigea un mémoire approuvé par le Conseil des ministres le 3 septembre 1829 : la France aurait aidé la Russie à s'emparer de territoires ottomans en Asie et Europe, et en échange, aurait récupéré les territoires perdus en Allemagne en 1814 comme Sarrelouis, Sarrebruck et Landau, ainsi que la Belgique et le Luxembourg. La maison d'Orange aurait régné en Constantinople, la Prusse aurait annexé la Hollande et la Saxe, le roi de Saxe aurait régné sur la rive gauche du Rhin[41],[42]. Le recul russe rendit impossible toute mise en œuvre de ce projet.

Sous le règne de Charles X, la France, vaincue sous Napoléon et pansant ses plaies sous Louis XVIII, reprit pleinement sa place dans le concert des nations, jouant après la campagne victorieuse en Espagne de 1823, un rôle décisif dans l'indépendance de la Grèce et mettant fin par la prise d'Alger à la piraterie barbaresque et à la traite des Blancs qui sévissaient depuis des siècles[34]. La politique étrangère du roi suscita l'admiration de Metternich et son incompréhension face aux événements de 1830 : « C'est au milieu d'une prospérité inouïe, d'une conquête qui a excité l'envie de l'Angleterre et l'admiration reconnaissante des nations européennes, que le peuple s'est laissé pousser à la rébellion contre son roi. Je comprends les calculs égoïstes des séducteurs, mais non l'insigne niaiserie des innombrables dupes. »

Révolution de Juillet

Caricature de Charles X.

Les ordonnances de Saint-Cloud, inconstitutionnelles, excitent immédiatement une réprobation générale. Paris se soulève les 27, 28 et 29 juillet : ce sont les Trois Glorieuses de 1830, ou « révolution de Juillet », qui renversent finalement Charles X. Le 30, Louis-Philippe, duc d'Orléans, est nommé lieutenant général du royaume par les députés insurgés, poste qu'il accepte le 31. Il s'enveloppe alors d'un drapeau tricolore avec M. de La Fayette et paraît ainsi à son balcon.

Abdication

Le 2 août, Charles X, retiré à Rambouillet, abdique et convainc son fils aîné le dauphin Louis-Antoine de contresigner l'abdication.

Il confie à son cousin le duc d'Orléans la tâche d'annoncer que son abdication se fait au profit de son petit-fils Henri, duc de Bordeaux, âgé de neuf ans, faisant du duc d'Orléans le régent.

Leur résolution est annoncée dans une lettre[43] du roi déchu au duc d'Orléans :

« Rambouillet, ce 2 août 1830.

Mon cousin, je suis trop profondément peiné des maux qui affligent ou qui pourraient menacer mes peuples pour n’avoir pas cherché un moyen de les prévenir. J’ai donc pris la résolution d’abdiquer la couronne en faveur de mon petit-fils le Duc de Bordeaux. Le Dauphin, qui partage mes sentimens, renonce aussi à ses droits en faveur de son neveu.

Vous aurez donc, en votre qualité de lieutenant général du royaume, à faire proclamer l’avénement de Henri V à la couronne. Vous prendrez d’ailleurs toutes les mesures qui vous concernent pour régler les formes du gouvernement pendant la minorité du nouveau Roi. Ici je me borne à faire connaître ces dispositions ; c’est un moyen d’éviter encore bien des maux.

Vous communiquerez mes intentions au corps diplomatique, et vous me ferez connaître le plus tôt possible la proclamation par laquelle mon petit-fils sera reconnu Roi sous le nom d'Henri V.

Je charge le lieutenant général vicomte de Foissac-Latour de vous remettre cette lettre. Il a ordre de s’entendre avec vous pour les arrangemens à prendre en faveur des personnes qui m’ont accompagné, ainsi que pour les arrangemens convenables pour ce qui me concerne et le reste de ma famille.

Nous réglerons ensuite les autres mesures qui seront la conséquence du changement de règne.

Je vous renouvelle, mon cousin, l’assurance des sentimens avec lesquels je suis votre affectionné cousin,

Charles

Louis Antoine »

Il existe une controverse sur l'abdication : Charles X ne peut forcer son fils à renoncer à ses droits, car la dynastie de France est successive et non héréditaire. Ce dernier s'il avait refusé de contresigner l'abdication de son père, aurait pu conserver la Couronne pour lui-même, se faire reconnaître roi par les députés sous le nom de « Louis XIX » ou « Louis-Antoine Ier », et reprendre en main l'armée et le pays. Mais finalement, il renonce par obéissance ou par faiblesse.

Malgré l'abdication, le duc d'Orléans prend le pouvoir sous le nom de « Louis-Philippe Ier ». Le 3 août, en effet, devant les Chambres réunies, il annonce[44] bien l'abdication de Charles X, contresignée par le dauphin… mais ne mentionne pas qu'elle est effectuée en faveur du duc de Bordeaux. Le texte intégral de l'abdication est néanmoins transcrit le 3 août sur le registre de l'état civil de la maison royale, aux archives de la Chambre des pairs, et inséré au Bulletin des lois du .

Par ailleurs, Charles X — déjà en exil — interdit à la duchesse de Berry, la mère du duc de Bordeaux, d'emmener son fils à Paris ; il embarque pour l’exil au port militaire de Cherbourg sur le Great Britain, commandé par le capitaine Dumont d'Urville, sans laisser de consigne à ses fidèles ; c'est alors le début de la monarchie de Juillet.

Mort

Tombeaux de Charles X et de « Louis XIX » au couvent de Kostanjevica (Nova Gorica).

En exil, Charles X porte le titre de courtoisie de « comte de Ponthieu », nom d'un ancien comté qui sera donné à une rue de Paris. Le roi déchu se retire d'abord au palais de Holyrood, en Écosse. Grâce à ses bonnes relations avec les Habsbourg-Lorraine, il s'installe au château de Prague, où il reçoit des visites de Chateaubriand. Il part ensuite à Budweis (actuelle České Budějovice) puis doit fuir une épidémie de choléra et arrive enfin à Görz (alors en Autriche), actuelle Gorizia en Italie et Nova Gorica en Slovénie (ville divisée en 1947 par la ligne militaire Morgan).

Il meurt dans cette ville du choléra le et est inhumé à Kostanjevica (Nova Gorica, Slovénie) aux côtés de son fils Louis et de sa bru Marie-Thérèse, fille aînée de Louis XVI et de Marie-Antoinette[45], après s'être confessé et avoir pardonné « de grand cœur » à ses ennemis[46].

« […] Mme Adélaïde [sœur de Louis-Philippe] mande à M. de Talleyrand que la Cour ne prendra pas le deuil à l'occasion de la mort de Charles X, faute de notification […] (la mort) divise, à Paris, sur tous les points. Chacun y porte le deuil à sa façon, depuis la couleur jusqu'à la laine noire, avec des gradations infinies, et des aigreurs nouvelles à chaque aune de crêpe en moins. Puis, les uns disent le comte de Marnes et Henri V, les autres Louis XIX. Enfin, c'est la tour de Babel ; on n'est même pas d'accord sur la maladie dont Charles X est mort ! […] Il y a eu division sur la question du deuil jusque dans la famille royale actuelle : la Reine, qui l'avait pris spontanément le premier jour, a été très peinée que le Ministère le lui ait fait quitter. Le Cabinet a craint la controverse des journaux […]. »

— duchesse de Dino, de Rochecotte, les 21 et 28 novembre 1836 dans Chronique de 1831 à 1862, Plon, 1909, p. 107 et 108.

À la mort de Charles X, une partie des légitimistes reconnaît pour « roi » son fils le « comte de Marnes », sous le nom de « Louis XIX », mais les henriquinquistes, en contradiction avec les lois fondamentales, continuent de soutenir le « comte de Chambord », sous le nom d'« Henri V », se basant sur l'abdication du , que Charles X avait signée en faveur de son petit-fils Henri d'Artois.

Pourtant, le fils aîné de Charles X, le dauphin Louis-Antoine, signe une proclamation dans laquelle, tout en confirmant sa renonciation de 1830, il déclare que « dans les circonstances actuelles », l'intérêt de son neveu exige qu'il soit « chef de la maison de France » et investi de l'autorité royale, sous le nom de « Louis XIX » et avec le titre de courtoisie de « comte de Marnes », jusqu'au jour où « la monarchie légitime sera rétablie » : il transmettrait alors la Couronne à son neveu.

Cette subtilité s'explique par le fait que la mort de Charles X investissant ipso facto le dauphin de la royauté, il suffit de notifier le décès aux cours européennes pour notifier également « l'élévation » au trône du dauphin sous le nom de Louis XIX ; en revanche, la reconnaissance de l'accession au trône d'Henri V implique la notification de la double abdication de 1830, dont on peut redouter que les cours refusent de la recevoir dès lors qu'elles ont toutes (excepté Modène) reconnu la monarchie de Juillet.

Ascendance

Dans la culture populaire

Dans la caricature

Marquant le début de l'âge d'or de la caricature du XIXe siècle, Charles X est, selon les termes d'Annie Duprat, l'objet d'une satire riche et diversifiée dans les premières semaines qui suivent sa chute en 1830. À travers la presse et l'estampe, l'imagerie, d'une grande variété de thèmes et de formes, joue fréquemment sur sa physionomie dégingandée à travers de multiples représentations animales (âne, girafe, dindon, cheval, tigre, chat, canard, paon, lapin, etc.). La bigoterie du roi est rappelée par des éléments du costume. Sa fuite est également plaisantée, comparée à celle du bey lors de la prise d'Alger par les troupes du maréchal de Bourmont en juillet 1830[47].

Arts décoratifs

Le nom de Charles X est resté associé à un style dans les arts décoratifs. Ce style reste proche de celui du Premier Empire. Mais ce qui caractérise la courte période de son règne est un regain d'intérêt artistique pour le Moyen Âge et l'essor du style troubadour.

Littérature

Même si elles sont parues avant, certaines œuvres de Chateaubriand comme le Génie du christianisme sont caractéristiques de l'esprit du règne.

Il apparaît dans la série d'Annie Jay Les Roses de Trianon.

Théâtre

Le Mariage de Figaro, interdit par Louis XVI, fut joué lors d'une représentation privée au château de Gennevilliers avec pour actrice principale, Marie-Antoinette, dans le rôle de la comtesse, et en présence du comte d'Artois.[réf. nécessaire]

Plus tard, il fut aussi joué lors d'une représentation au château de Versailles avec pour acteur principal le comte d'Artois dans le rôle de Figaro.[réf. nécessaire]

Cinéma

Télévision

IMDb

Notes et références

Notes

  1. Selon les souvenirs, en partie extrapolés, de la Marquise de Créquy : à la suite de cette tentative de régicide, les états d'Artois se rassemblent sous la présidence du marquis de Créquy, premier baron de la province, pour exprimer à Louis XV leur désolation de ce que le criminel soit artésien, et en réparation proposent que la province paye cette année le double de ce qu'elle doit fournir en argent et en hommes pour le service de la couronne. Louis XV ne veut pas accepter ce sacrifice, et pour témoigner à cette province son absence de toute rancune, fait donner le titre de comte d'Artois à son quatrième petit-fils, né justement cette année-là.
  2. Ces armes furent aussi celles portées par son petit-fils, Henri d'Artois, duc de Bordeaux.
  3. Le manteau du sacre de Louis XVIII fut même réalisé et payé.
  4. Avec la deuxième collection Drovetti comprenant plus de 700 pièces, achetée par Charles X en 1827 pour 200 000 francs, elles constituent le premier fonds des collections égyptiennes du musée du Louvre.

Références

  1. « Musée de l'histoire de France », sur www.museehistoiredefrance.fr (consulté le 8 mai 2016).
  2. Aujourd'hui Nova Gorica, en Slovénie, (it) [1].
  3. Jean Sévillia, Histoire passionnée de la France, Perrin, (ISBN 978-2-262-04107-6, lire en ligne), p. 286.
  4. À son époque comme pour la postérité.
  5. Registre des baptêmes (1757) de l'église Notre-Dame de Versailles, Archives départementales des Yvelines.
  6. S. Bula, L'apanage du comte d'Artois (1773-1790), Paris : École des Chartes, 1993, p. 43.
  7. Hervé Pinoteau, La symbolique royale française, Ve - XVIIIe siècle, P.S.R. éditions, 2004, p. 518.
  8. Registre des baptêmes (1761) de l'église Notre-Dame de Versailles, Archives départementales des Yvelines.
  9. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 22.
  10. Henri Pigaillem, Dictionnaire des favorites, Pygmalion 2010.
  11. Jean-Paul Clément, Charles X, le dernier Bourbon, p. 120-121.
  12. Frédéric Lacaille, Alexandre Maral et Benpît-Henry Papounaud, Sacres Royaux, de Louis XIII à Charles X, Versailles, Reims, Editions du Patrimoine, Centre des Monuments Nationaux, (ISBN 978-2-7577-0387-8).
  13. Jean-Paul Clément, Charles X, le dernier Bourbon, p. 36.
  14. Duc de Doudeauville, Mémoires de Louis XVIII, Bruxelles, 1832, vol. 2, p. 97.
  15. Jean-Paul Clément, Charles X, le dernier Bourbon, p. 31.
  16. Gui Antonetti, Louis-Philippe, Fayard, 1994. Lire en ligne.
  17. Odette du Beaudiez de Messières, Le comte d’Artois, un émigré de choix, Fernand Lanore, 1996, p. 245. Lire en ligne.
  18. Joseph-Alexis, vicomte Walsh, Souvenirs de cinquante ans, Bureau de la mode, 1845, p. 66. Lire en ligne.
  19. South Audley Street: West Side in Survey of London, Volume 40, The Grosvenor Estate in Mayfair, part 2 (The Buildings), ed. F H W Sheppard, London, 1980, pp. 303-315. British History Online.
  20. Thierry Lentz, 1810, le tournant de l'Empire, actes du colloque des 8 et 9 juin 2010 organisé par la Fondation Napoléon et le Souvenir napoléonien, Nouveau Monde éditions. Lire en ligne.
  21. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 134.
  22. Jacques Vivent, Charles X, dernier roi de France et de Navarre, Le Livre contemporain, , p. 209.
  23. José Cabanis, Charles X, Gallimard, , p. 120.
  24. Voir la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/pog/consultationPogN3.action?nopId=c614wvehskz--gn04m3u2grd4&pogId=FRAN_POG_03&search=.
  25. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 235, 492.
  26. Patrick Demouy, Le sacre du roi, Strasbourg, 2016, éd. La Nuée Bleue, p. 155.
  27. François-René de Chateaubriand, La monarchie selon la Charte, dans Grands écrits politiques, t. I, p. 12.
  28. Patrick Demouy, Le sacre du roi, Strasbourg, 2016, éd. La Nuée Bleue, p. 155.
  29. François Miel, Histoire du sacre de Charles X, dans ses rapports avec les beaux-arts et les libertés publiques de la France, Panckoucke, (lire en ligne).
  30. Le bruit devait souvent se répéter. Louis Blanc écrit dans Histoire de dix ans, Pagnerre, à Paris 1842, (2e éd.) p. 179 : « Lorsqu’il s’était agi d’inaugurer le monument expiatoire élevé à Louis XVI, Charles X devait figurer dans cette cérémonie en habit violet, le violet étant la couleur de deuil pour les rois. Eh bien, le bruit courut parmi les soldats que son intention était de paraître en public, revêtu d’un costume d’évêque. »
  31. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 297 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 235,492.
  32. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 271.
  33. Lettre à Vigny du 21 avril 1821, Correspondance d'Alfred de Vigny, t. I.
  34. a et b Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 458.
  35. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 273.
  36. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 272.
  37. Musée du Louvre : Collection Durand.
  38. AN 0³ 1428 : Archives nationales, archives postérieures à 1789, série LH grande chancellerie de la Légion d'honneur, maison du Roi et de l'empereur, sous-série 03 maison du Roi (restauration).
  39. Alain Niderlinder, « Le musée national de la Marine et ses collections : éléments chronologiques », Neptunia, no 194,‎ , p. 57.
  40. Alain Niderlinder, « Le musée national de la Marine et ses collections : éléments chronologiques », Neptunia, no 194, p. 55.
  41. Henry-Thierry Deschamps, La Belgique devant la France de Juillet, L'opinion et l'attitude française de 1839 à 1848, 1956, Librairie Droz, p. 32.
  42. Henry Contamine, Diplomatie et diplomates sous la Restauration (1814-1830), Hachette, p. 106-107.
  43. https://books.google.fr/books?id=-KcsAAAAYAAJ&pg=PA18.
  44. https://books.google.fr/books?id=42pFAQAAMAAJ&pg=PA162.
  45. Hélène Haus, « Et si les cendres du roi Charles X étaient transférées à la basilique Saint-Denis ? », leparisien.fr, (consulté le 25 septembre 2016).
  46. Jean-Paul Clément et Daniel de Montplaisir (préface), Charles X, le dernier Bourbon, Paris, Perrin, , 463 p. (ISBN 978-2-262-04386-5), p. 449.
  47. Annie Duprat, « Le roi a été chassé à Rambouillet », Sociétés & Représentations, no 12, 2001, p. 30-43. Lire en ligne.

Annexes

Sources partielles

Bibliographie

  • 1830 : Scipion Marin, Le mémorial de Lulworth et d'Hollyrood, ou Occupations, projets, correspondances et tentatives de Charles X dans son exil, Paris, chez l'auteur, 76 p.
  • 1830 : Alexandre Boltz (dir.), Procès des derniers ministres de Charles X, Paris, Au bureau des éditeurs, 2 Tomes, 400 et 608 p.
  • 1831 : Jules Lacroix, Charles X, Paris, E. Renduel, 15 p.
  • 1837 : Alissan de Chazet, Charles X, esquisse historique, Paris, Ledentu, 71 p.
  • 1889 : marquis de Villeneuve, Charles X et Louis XIX en exil. Mémoires inédits du marquis de Villeneuve, publiés par son arrière-petit-fils, Paris, Plon, Nourrit et Ce, VIII + 322 p.
  • 1893 : Henry Manayre, Charles X (1757-1836), Paris, chez l'auteur, 16 p.
  • 1927 : Pierre de La Gorce, La Restauration. Tome II : Charles X, Paris, Plon, 343 p.
  • 1927 : Jean-Paul Garnier, Le Sacre de Charles X et l'opinion publique en 1825, Jouve 1927, 147 p.
  • 1958 : Jacques Vivent, sous le pseud. de « Villebrumier », Charles X, dernier roi de France et de Navarre, Paris, le Livre contemporain, 411 p.
  • 1967 : Jean-Paul Garnier, Charles X, le roi, le proscrit, Paris, Fayard, coll. « Les Grandes études historiques », 483 p.
  • 1972 : José Cabanis, Charles X : roi ultra, Paris, Gallimard, coll. « Leurs figures », 521 p.
  • 1980 : Éric Le Nabour, Charles X : le dernier roi, préface d'Alain Decaux, Paris, Jean-Claude Lattès, 405 p.
  • 1988 : André Castelot, Charles X : la fin d'un monde, Paris, Perrin, 587 p.
  • 1990 : Georges Bordonove, Charles X : dernier roi de France et de Navarre, Paris, Pygmalion, coll. « Les Rois qui ont fait la France », 313 p. + 8 p. de planches.
  • 1991 : Landric Raillat, Charles X : le sacre de la dernière chance, Paris, Olivier Orban, 345 p. (ISBN 978-2855656373).
  • 1999 : Yves Griffon, Charles X, roi méconnu, Paris, Rémi Perrin, 299 p. (ISBN 978-2913960008).
  • 1999 : Paul et Pierrette Girault de Coursac, Provence et Artois : les deux frères de Louis XVI, F.-X. de Guibert. (ISBN 978-2868395856).
  • 2015 : Jean-Paul Clément avec le concours de Daniel de Montplaisir, Charles X, Perrin, 2015, 566 pages.

Articles connexes

Liens externes