Charles Auguste de La Cour de Balleroy

Charles Auguste de La Cour
comte de Balleroy
Image illustrative de l'article Charles Auguste de La Cour de Balleroy

Naissance
Balleroy (Calvados)
Décès guillotiné le (à 73 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Lieutenant-général
Années de service 1738-1794
Distinctions Chevalier de Saint-Louis

Charles Auguste de La Cour, comte de Balleroy, né le à Balleroy (Calvados), mort guillotiné le à Paris, est un aristocrate et lieutenant-général français.

Charles Auguste de La Cour de Balleroy

Sommaire

États de service

Il entre en service le 27 janvier 1738, comme enseigne au régiment de Chartres-infanterie, et il devient colonel lieutenant de ce régiment, par commission le 19 juin 1741. En 1742, il est affecté à l’armée des Flandres, et il commande son unité à la Bataille de Dettingen le 27 juin 1743, où il est blessé.

En 1744, il participe aux sièges de Menin, d’Ypres, de Furnes, puis en 1745, à la Bataille de Fontenoy, au siège de Tournai, et enfin en février 1746, au siège de Bruxelles.

Le 7 avril 1746, il est nommé colonel lieutenant par commission du régiment d’Orléans, et le 11 octobre 1746, il se trouve à la bataille de Rocourt, où il est blessé. Il reçoit son brevet de brigadier d’infanterie le 20 mars 1747, et il se distingue à la bataille de Lauffeld le 2 juillet suivant, avant de conduire sa brigade au siège de Berg-op-Zoom, où il arrive le 4 septembre. En 1748, il sert au siège de Maastricht, et l’année suivante au camp de Richemont.

Le 21 mai 1756, il est employé en Bretagne, et le 1er mai 1757, il prend le commandement des 4 évêchés de Basse-Bretagne, Tréguier, Quimper, Léon et Saint-Brieuc.

Il est promu maréchal de camp le 1er mai 1758, et commande plusieurs fois par intérim la province de Bretagne en l’absence du duc d’Aiguillon. Il occupe les fonctions d’inspecteur général d’infanterie en Bretagne de nombreuses années. Le 11 septembre 1758, il se trouve à la Bataille de Saint-Cast, et il est élevé au grade de lieutenant-général le 25 juillet 1762. Il est fait chevalier de Saint-Louis en 1762.

Arrêté le 10 octobre 1793, il est condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Paris le 23 mars 1794, et guillotiné avec son frère François Auguste le jour même.

Famille

Articles connexes

Sources

  • Pierre Jullien de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français : depuis le onzième siècle jusqu'en 1822, Tome 5, l’Auteur, , 452 p. (lire en ligne), p. 38.
  • Abbé J Bidot, Histoire de Balleroy et des environs, imprimerie d’Elie et fils, Saint-Lo, .