Charles-Malo de Lameth

Charles-Malo de Lameth
Charles de Lameth,estampe de François Bonneville,Paris, BnF, département Estampes et photographie, 1796.
Charles de Lameth,
estampe de François Bonneville,
Paris, BnF, département Estampes et photographie, 1796.

Naissance
Paris
Décès (à 75 ans)
Paris
Origine Français
Arme Cavalerie
Grade Lieutenant-général
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 30e colonne.
Famille Augustin Louis Charles de Lameth
Théodore de Lameth
Alexandre de Lameth (frères)

Charles-Malo-François de Lameth , né le à Paris où il est mort le , est un général français de la Révolution et de l'Empire.

Biographie

Famille

Charles-Malo de Lameth est issu d'une très ancienne famille de noblesse d'épée dont l'origine connue remonte au XIIIe siècle. Au XVe siècle, Antoine Ier de Lameth, premier écuyer de Charles le Téméraire, après la mort de ce dernier, en 1477, se met au service du roi de France. Il devient conseiller et chambellan de Louis XI. Il a épousé en 1460, Jacqueline d'Hénencourt. La seigneurie d'Hénencourt passe ainsi à la famille de Lameth.

Il est le frère de d’Augustin, Théodore et Alexandre de Lameth.

Carrière militaire

Avec ses deux frères, Alexandre et Théodore, il se distingue dans la Guerre d'indépendance des États-Unis, en tant qu'aide-major général des logis dans l’armée de Rochambeau. Il est blessé au siège d'Yorktown et nommé colonel en second du régiment des dragons d'Orléans. De retour en France, il est fait colonel des cuirassiers du roi, et élevé à la dignité de gentilhomme d'honneur du comte d'Artois. Il est nommé colonel le 10 mars 1788, au régiment de cuirassiers du roi.

Il reprend du service dans l’armée et est promu maréchal de camp. Il reçit le commandement de la division de cavalerie de l'armée du Nord. Mais il prend position contre la journée du 10 août, et sollicite un congé, qu'il obtient.

Carrière politique

Duel de Charles Lameth et du marquis de Castries (1790), gouache de Jean-Baptiste Lesueur.

En 1789, Il est élu député de la noblesse aux Etats généraux par la province d'Artois. il siège à la gauche de l’Assemblée constituante tout comme son frère Alexandre. Il défend le principe de la liberté de la presse et des cultes, la participation de l'armée au vote sur la Constitution, l'établissement du jury en matière civile et criminelle, la suppression des justices prévôtales et des titres honorifiques...

Membre du comité de surveillance, il procéde en mars 1790, à une perquisition dans le couvent des Annonciades de Pontoise, où s'est réfugié l'ex-garde des sceaux Barentin, dénoncé et poursuivi. Charles de Lameth est partisan de l'attribution à l'Assemblée, et non au roi, du droit de déclaration de guerre, de la privation de salaire à l'égard des prêtres insoumis. Quelques mois après, il a un duel avec le duc de Castries et reçoit un coup d'épée ; une députation de patriotes se porte chez lui et lui adresse une harangue civique.

Après la fuite de Louis XVI, dans la nuit du 20 Juin 1791, c'est sur la proposition de Charles de Lameth que l'Assemblée prend la grave résolution de faire tirer le canon d'alarme, de renouveler le serment solennel de fidélité à la nation, et d'ordonner l'arrestation du marquis de Bouillé et de plusieurs autres officiers suspects. Partisan de la monarchie constitutionnelle, il s'oppose à la déchéance de Louis XVI. Le 5 juillet 1791, il est élu président de l'Assemblée.

Émigré

Après l'émigration de son frère Alexandre, sur ordre du ministre Clavière, il est arrêté à Rouen alors qu'il se rend au Havre avec sa femme et sa fille, mais parvient à s’échapper et à gagner Hambourg où le rejoint son frère Alexandre. Il y fonde avec lui et le duc d'Aiguillon une maison de commerce.

Rentrer en France au mois de juin 1797, Les deux frères en sont expulsés le 18 fructidor. Leur exil ne prend fin qu'après le coup d'Etat de Bonaparte. Charles de Lameth est finalement radié de la liste des émigrés en 1801.

Député sous la Restauration

Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le 20 juin 1809, et il est nommé lieutenant général le 23 août 1814. Il est mis à la retraite en 1819, et il est élu député de Seine-et-Oise jusqu’en 1831.

En 1785, il acquit le château dit aujourd'hui « de Château de Grouchy » à Osny (Val-d'Oise) qu'il fait entièrement reconstruire, sans doute à son retour d'émigration.

Il est enterré dans la 28e division du cimetière du Père-Lachaise[1].

Notes et références

  1. Journal des débats politiques et littéraires, (lire en ligne)

Bibliographie

  • (en) « Generals Who Served in the French Army during the Period 1789 - 1814: Eberle to Exelmans  »
  • « Cote LH/2788/40 », base Léonore, ministère français de la Culture
  • Dr Robinet, Jean-François Eugène et J. Le Chapelain, Dictionnaire historique et biographique de la révolution et de l'empire, 1789-1815, volume 2, Librairie Historique de la révolution et de l’empire, 886 p. (lire en ligne), p. 308.
  • « Charles-Malo de Lameth », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Union List of Artist Names • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • WorldCat